Aloe lomatophylloides (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg


Aloe lomatophylloides Balf.f.


Protologue: Journ. Linn. Soc. Bot. 16 : 22 (1877).
Famille: Asphodelaceae

Synonymes

  • Lomatophyllum lomatophylloides (Balf.f.) Marais (1975).

Noms vernaculaires

  • Ananas marron (Fr).

Origine et répartition géographique

Aloe lomatophylloides est endémique de l’île Rodrigues (République de Maurice), où il est limité à la Réserve de la Grande Montagne. Mais jadis il était répandu.

Usages

Les feuilles écrasées d’Aloe lomatophylloides s’appliquent en cataplasme pour soulager les douleurs musculaires. Elles se prennent aussi en décoction pour augmenter le flux menstruel. La plante se cultive couramment comme ornementale.

Propriétés

Toutes les Aloe spp. de la section Lomatophyllum, à laquelle appartient Aloe lomatophylloides, ont un profil phytochimique commun et contiennent des flavones, des anthrones et des chromones. Chez Aloe lomatophylloides, on trouve à la fois une flavone, l’isovitéxine (6-C-glucoside d’apigénine) et une anthrone, l’aloïne.

Description

Plante herbacée succulente atteignant 40 cm de haut ; tige courte, décombante, non ramifiée. Feuilles en rosette lâche, dressées à étalées ; stipules absentes ; pétiole absent ; limbe lancéolé, atteignant 75 cm × 8 cm, apex atténué, bord garni de courtes dents deltoïdes espacées de 5–15 mm. Inflorescence constituée de grappes cylindriques peu nombreuses, de 15–20 cm de long, lâches, à apex acuminé ; pédoncule atteignant 12 cm de long, à 2–3 ramifications ; bractées lancéolées, atteignant 4 mm de long. Fleurs bisexuées, régulières, 3-mères ; pédicelle d’environ 2 cm de long ; périanthe tubuleux, de 1,5–2 cm de long, lobes 6, libres jusqu’à la base, orange rougeâtre pâle ; étamines 6, exsertes ; ovaire supère, 3-loculaire, style filiforme, stigmate capité, exsert. Fruit : baie de 15–20 mm de long, contenant de nombreuses graines. Graines d’environ 3 mm de long.

Autres données botaniques

Le genre Aloe comprend environ 450 espèces en Afrique et en Arabie, dont environ 315 sur le continent africain, une centaine endémiques de Madagascar ou des îles de l’océan Indien (dont l’ancien genre Lomatophyllum) et une cinquantaine en Arabie. Si l’on se base sur la taille du génome, les espèces d’Aloe de la section Lomatophyllum ne sont pas étroitement apparentées aux autres espèces d’Aloe des îles de l’océan Indien. Par conséquent, et en raison de la différence présentée par les fruits (des baies au lieu de capsules), certains auteurs maintiennent deux genres distincts.

Aloe purpurea

Une autre espèce d’Aloe endémique de l’île Maurice et ayant des usages médicinaux est Aloe purpurea Lam. (synonyme : Lomatophyllum purpureum (Lam.) T.Durand & Schinz). Le jus de feuilles s’applique sur les mamelons pour sevrer les enfants. Les feuilles contiennent une flavone, l’isovitéxine et son aglycone l’apigénine, une anthrone, l’homonataloïne, et une chromone, l’aloérésine A.

Aloe mayottensis

Le jus de feuilles d’Aloe mayottensis A.Berger, endémique de Mayotte, s’applique en collyre pour soigner la conjonctivite, et sur les mamelons pour sevrer les enfants. En cataplasme, les feuilles servent à traiter les plaies et les brûlures.

Ecologie

Il n’y a aucune information sur les besoins écologiques d’Aloe lomatophylloides, mais on le trouve probablement dans les localités sèches et ouvertes.

Gestion

Toutes les espèces d’Aloe utilisées en phytothérapie à l’île Maurice sont récoltées dans la nature.

Ressources génétiques

La récolte d’Aloe lomatophylloides dans la nature à des fins médicinales et ornementales et la destruction de son milieu ont dévasté les peuplements. Alors qu’au XIXe siècle c’était une plante commune, son aire naturelle est aujourd’hui limitée à une seule réserve sur l’île de Rodrigues où il n’en reste plus que trente exemplaires. Toutefois, de nombreux jardins botaniques le cultivent, il est couramment planté comme ornemental et par conséquent il n’est pas menacé d’extinction dans l’immédiat. Toutes les espèces d’Aloe, à l’exception d’Aloe vera (L.) Burm.f., figurent sur la liste de la CITES.

Perspectives

Les espèces d’Aloe de l’île Maurice n’ont pas fait l’objet de recherches ethnobotaniques systématiques et il y a peu de publications. Une protection adéquate des individus restants semble en place et la culture va soulager la pression qui pèse sur les peuplements sauvages.

Références principales

  • Groom, Q.J. & Reynolds, T., 1987. Barbaloin in Aloe species. Planta Medica 53: 345–348.
  • Gurib-Fakim, A. & Brendler, T., 2004. Medicinal and aromatic plants of Indian Ocean Islands: Madagascar, Comoros, Seychelles and Mascarenes. Medpharm, Stuttgart, Germany. 568 pp.
  • Gurib-Fakim, A., Guého, J., Sewraj, M.D. & Dulloo, E., 1994. Plantes médicinales de l’île Rodrigues. Editions de l’Océan Indien, Rose-Hill, Mauritius. 580 pp.
  • Marais, W. & Coode, M.J.E., 1978. Liliacées. In: Bosser, J., Cadet, T., Julien, H.R. & Marais, W. (Editors). Flore des Mascareignes. Familles 177–188. The Sugar Industry Research Institute, Mauritius, l’Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer, Paris, France & Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 41 pp.
  • Newton, L.E., 2001. Aloe In: Eggli, U. (Editor). Illustrated handbook of succulent plants: Monocotyledons. Springer-Verlag, Berlin, Germany. pp. 103–186.

Autres références

  • Baker, J.G., 1877., 1877. Liliaceae. In: Baker, J.G. (Editor). Flora of Mauritius and the Seychelles: a description of the flowering plants and ferns of those islands. L. Reeve & Co., London, United Kingdom. pp. 372–378.
  • Dagne, E., Bisrat, D., Viljoen, A. & van Wyk, B.-E., 2000. Chemistry of Aloe species. Current Organic Chemistry 4(10): 1055–1078.
  • Gurib-Fakim, A., 2004. The utilization and conservation of medicinal plants in Mauritius. HerbalGram 64: 34–43.
  • Pascal, O., 2002. Plantes et forêts de Mayotte. Patrimoines Naturels 53. 108 pp.
  • Rowley, G.D., 1997. The berried Aloes: Aloe section Lomatophyllum. Excelsa 17: 59–62.
  • Viljoen, A.M., van Wyk, B.-E. & van Heerden, F.R., 1998. Distribution and chemotaxonomic significance of flavonoids in Aloe (Asphodelaceae). Plant Systematics and Evolution 211(1–2): 31–42.
  • Zonneveld, B.J.M., 2002. Genome size analysis of selected species of Aloe (Aloaceae) reveals the most primitive species and results in some new combinations. Bradleya 20: 5–12.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2006. Aloe lomatophylloides Balf.f. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 20 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.