Alchornea cordifolia (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Alchornea cordifolia (Schumach. & Thonn.) Müll.Arg.


Protologue: Linnaea 34: 170 (1865).
Famille: Euphorbiaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 36

Noms vernaculaires

  • Arbre de djeman (Fr).
  • Christmas bush, dovewood (En).
  • Bugi-bugi, bunce, pô d’arco (Po).

Origine et répartition géographique

Alchornea cordifolia est présent depuis le Sénégal jusqu’au Kenya et en Tanzanie et vers le sud dans toute l’Afrique centrale jusqu’en Angola. Il est cultivé en R.D. du Congo pour ses usages médicinaux.

Usages

Alchornea cordifolia est couramment utilisé pour ses vertus médicinales dans toute son aire de répartition. Ce sont surtout les feuilles qui sont utilisées, mais l’écorce de la tige, la moelle de la tige, les tiges feuillées, l’écorce de la racine, les racines et les fruits figurent aussi dans la pharmacopée traditionnelle. Les feuilles ou les tiges feuillées, en infusion ou mastiquées fraîches, se prennent pour leurs vertus sédatives et antispasmodiques afin de traiter toutes sortes de problèmes respiratoires dont le mal de gorge, la toux et la bronchite, les affections de l’appareil génito-urinaire, y compris les maladies vénériennes et la stérilité féminine, ainsi que les problèmes intestinaux, notamment les ulcères gastriques, la diarrhée, la dysenterie amibienne et les vers. Comme purgatif, ces parties végétales se prennent aussi en lavement ; ingérées à forte dose, elles ont des vertus émétiques. On les prend aussi comme dépuratif du sang, comme tonique et pour traiter l’anémie et l’épilepsie. Au Sénégal, la décoction de feuilles se prend pour traiter la tachycardie. La moelle des jeunes tiges, amère et astringente, se mastique pour le même usage. On peut aussi faire des frictions de moelle sur la poitrine pour traiter les affections respiratoires. Les feuilles sont ingérées en Afrique de l’Ouest et au Congo comme emménagogue et pour faciliter l’accouchement, et au Gabon pour leurs vertus abortives. L’infusion froide de feuilles séchées et écrasées a des vertus diurétiques. Les décoctions de feuilles et de racines s’emploient couramment comme bain de bouche pour traiter les ulcères buccaux, les maux de dents et les caries, et on mastique des rameaux aux mêmes fins. Les feuilles fraîches écrasées ou les feuilles sèches en poudre s’appliquent en externe comme cicatrisant sur les plaies, pour soulager des douleurs telles que maux de dos ou de tête, sur les fractures pour hâter leur guérison, et aussi pour traiter des infections oculaires et de nombreuses affections cutanées, y compris les maladies vénériennes, les blessures, les abcès, les pians et la filariose. La décoction ou la pâte de rameaux feuillés s’appliquent en bain pour traiter la fièvre, le paludisme, les douleurs rhumatismales, la splénomégalie, ainsi qu’en lotion ou en cataplasme sur les pieds douloureux ; elles se prennent aussi en bains de vapeur. En Côte d’Ivoire et au Ghana, les feuilles s’emploient comme hémostatique pour arrêter les menstruations prolongées et la décoction de racines ou de feuilles s’applique dans le vagin pour arrêter les hémorragies post-partum et traiter les vaginites. En Sierra Leone et au Congo, on confectionne des suppositoires à partir de jeunes feuilles ou d’écorce pilée pour traiter les hémorroïdes. En R.D. du Congo, les feuilles écrasées s’appliquent en lavement pour traiter l’impuissance. En Afrique de l’Ouest, la pulpe de racine se prend couramment pour traiter les maladies vénériennes. Les feuilles ou les racines séchées, seules ou avec du tabac, se fument pour soigner la toux. Les feuilles et l’écorce de racine s’appliquent en externe pour traiter la lèpre et comme antidote au venin de serpent. Au Gabon et au Congo, la décoction ou la macération de racines se prennent pour traiter la dysenterie amibienne et la diarrhée ; en collyre, elles servent à soigner la conjonctivite. Au Nigeria, la décoction de fruits écrasés se prend pour prévenir les fausses couches. Le jus du fruit s’emploie pour guérir les problèmes oculaires et les maladies de peau. En médecine vétérinaire, l’infusion de feuille ou de racine se donne au bétail pour traiter la trypanosomiase. Au Nigeria, on jette de l’écorce de tige dans les retenues de cours d’eau comme poison de pêche.

Alchornea cordifolia est utilisé en culture en allées pour fournir du paillage in situ dans les bananeraies ou les champs de maïs d’Afrique de l’Ouest et de l’Est. Au Burkina Faso, la plante sert de brise-vent autour des cultures. En Afrique de l’Ouest, les feuilles sont une source de fourrage pour les petits ruminants et les volailles. Les volailles nourries régulièrement avec ces feuilles pondent des œufs dont les jaunes sont plus foncés. En Afrique de l’Ouest, les feuilles servent à envelopper les noix de cola et l’ “okpeye”, un condiment nigérian produit par fermentation des graines de Prosopis africana (Guill. & Perr.) Taub. On fabrique des tuyaux de pipe avec les branches dont on a ôté la moelle. Les Iwos du Nigeria mastiquent les feuilles pour s’ouvrir l’appétit. Les feuilles séchées sont un succédané du thé.

En Afrique de l’Ouest, on fait bouillir des nattes et des étoffes avec les fruits et du natron pour les teindre en noir ; on ajoute souvent à ces fruits des gousses de Parkia fermentées ou de l’écorce de Bridelia ferruginea Benth. Cette teinture s’emploie aussi sur les poteries, les calebasses et le cuir. Les feuilles sont souvent ajoutées à l’indigo pour le foncer. Au Nigeria, les pêcheurs se servent des feuilles et des fruits pour teindre leurs filets et les protéger ; les feuilles séchées produisent un coloris plus foncé que les feuilles fraîches. Au Gabon, l’écorce et les feuilles sont utilisées pour noircir les étoffes et les poteries. La cendre du bois sert de mordant. Le bois, léger, tendre et périssable, est utilisé en construction domestique, on en fait des piquets, des ustensiles de cuisine, et aussi des bancs lorsqu’on dispose de grosses tiges. Le bois est également employé comme combustible. En R.D. du Congo, les tiges refendues servent à faire le fond des paniers. Au Cameroun et au Gabon, les fruits acidulés sont réputés comestibles et s’emploient comme appâts pour piéger les oiseaux. Les infrutescences sont utilisées dans des décorations.

L’extrait d’Alchornea cordifolia a été breveté pour plusieurs autres applications : il sert d’antisalissant dans les peintures, revêtements et polymères, et il a été proposé que l’acide alchornéique soit utilisé comme matière première dans l’hémisynthèse du plastique.

Production et commerce international

Au Ghana et au Burkina Faso, les feuilles, l’écorce de racine et les fruits d’Alchornea cordifolia sont vendus sur les marchés locaux de novembre à janvier. Le Centre national des semences forestières du Burkina Faso vend des graines au prix de US$ 10 par kg dans la région, et de US$ 14 en dehors.

Propriétés

Les feuilles, les racines et l’écorce de la tige contiennent des terpénoïdes, des hétérosides stéroïdiques, des flavonoïdes (2–3%), des tanins (environ 10%), des saponines, des glucides et des alcaloïdes imidazopyrimidines (alchornéine, alchornidine) et plusieurs alcaloïdes guanidines. Les feuilles contiennent également tout un ensemble d’acides hydroxybenzoïques : l’acide gallique et son ester éthylique, l’acide gentisique, l’acide anthranilique (vitamine L1) et l’acide protocatéchuïque, et également l’acide ellagique (alizarine jaune). Un homologue en C20 de l’acide vernolique, que l’on appelle acide alchornoïque, a été découvert dans l’huile des graines.

Divers extraits de feuille, d’écorce de tige et de racine (macérations ou décoctions et extraits méthanoliques, éthanoliques ou acétoniques) ont montré une activité significative contre nombre d’agents pathogènes bactériens et fongiques chez les humains. C’est l’écorce de racine qui a montré l’activité la plus forte. Les résultats des essais sur les activités anti-VIH de l’extrait de graines sont contradictoires ; dans les essais africains, les souches de VIH-1 se sont montrées sensibles à l’extrait de graines, tandis que les essais américains n’étaient pas concluants. Des extraits au méthanol ou à l’éthanol de feuilles et de racine à une concentration de 100 μg/ml n’ont révélé aucune activité cytotoxique contre 60 lignées de cellules tumorales issues de 8 organes. Les extraits à l’éthanol de la feuille et du fruit ont fait preuve d’importantes activités trypanocide, vermifuge et amibicide. L’activité amibicide de l’écorce de racine était encore plus élevée. L’extrait à l’éthanol de la feuille a fait ressortir une activité modérée in vitro contre Plasmodium falciparum, tandis que les extraits au chloroforme et à l’éther sont restés inactifs. L’acide ellagique s’est avéré être la matière active de l’extrait. Des extraits bruts à l’éthanol des feuilles ont manifesté une activité vermifuge moyenne in vitro contre Haemonchus contortus, un nématode pathogène pour les petits ruminants.

Différents extraits de feuilles ont montré une activité anti-anémique significative en augmentant le taux d’hémoglobine et de fer dans le sang après administration orale à des rats anémiques. Des extraits bruts de feuilles ont provoqué une coagulation du plasma sanguin in vitro. C’est la forte teneur en tanin qui serait responsable de cette activité.

L’extrait à l’éthanol de la feuille a montré une activité significative contre la diarrhée induite par l’huile de ricin chez les souris. La présence de tanins et de flavonoïdes peut être à l’origine de l’augmentation d’eau dans le côlon et de la réabsorption d’électrolyte. L’extrait brut au méthanol de la feuille a un effet relaxant modéré sur les muscles lisses in vitro, attribué à un flavonoïde, la quercétine, et ses dérivés. L’extrait à l’éthanol de la racine a provoqué un retard important de l’effet d’une bronchoconstriction induite par l’histamine et caractérisée par de l’essoufflement chez les cobayes. L’extrait brut au méthanol des feuilles et plusieurs fractions ont manifesté une activité anti-inflammatoire lors de l’essai sur l’œdème de l’oreille induit par l’huile de croton chez les souris et lors de l’essai de l’œdème de la patte arrière induit par l’albumen d’œuf chez les rats. La cytotoxicité de l’extrait brut était très faible. Des extraits à l’alcool de l’écorce de racine, de l’écorce de tige, des feuilles, des fruits et des graines ont interrompu la mitose des cellules chez l’oignon (Allium cepa L.). Un extrait au méthanol de graines a provoqué l’inhibition de la vascularisation chez des embryons de poulet.

La composition approximative en nutriments de la farine de feuilles utilisée dans la nourriture des volailles, par 100 g de matière sèche, est : énergie 1930 kJ, protéines brutes 18,7 g et fibres brutes 16,4 g. Si la production de feuilles est élevée, l’appétence qu’elles suscitent chez les bovins, les chèvres et les moutons est relativement faible.

Description

Arbuste ou petit arbre dioïque, sempervirent, zigzaguant, à ramification lâche, atteignant 8 m de haut ; jeunes pousses érigées, horizontales par la suite, creuses, glabres. Feuilles alternes, simples ; stipules triangulaires, d’environ 1,5 mm de long, aiguës, rapidement caduques ; pétiole de (3–)5–15 cm de long ; limbe ovale à elliptique-ovale, de (5–)10–25 cm × ( 3–)7–15 cm, base cordée, à lobes de la base légèrement auriculés et se chevauchant, apex aigu à acuminé, bords dentés, brièvement poilu lorsque jeune, presque glabre par la suite, 3–5-nervé à la base et garni de 4 taches glandulaires aux angles des nervures. Inflorescence mâle : panicule axillaire atteignant 30(–45) cm de long, à poils disséminés, bractées minuscules ; inflorescence femelle : épi axillaire ou panicule lâche atteignant 30(–45) cm de long, isolés ou groupés à plusieurs, bractées largement triangulaires-ovales, d’environ 1 mm de long, acuminées. Fleurs unisexuées, sessiles ; fleurs mâles à 2 sépales en coupe, pétales absents, étamines 8, les filets soudés formant un plateau basal ; fleurs femelles à calice 2–4-lobé, lobes obtus, poilus, pétales absents, ovaire supère, conique, d’environ 2 mm × 2 mm, lisse, densément garni de poils soyeux, styles 2–3, de 1–2 cm de long, libres ou fusionnés à la base, rouge foncé. Fruit : capsule 2-lobée d’environ 1,5 cm × 1,5 cm, lobes légèrement comprimés, lisse, brièvement poilue, verte à rouge, à 2 graines. Graines ovoïdes-ellipsoïdes, d’environ 6 mm de long, lisses, rouge vif.

Autres données botaniques

Le genre Alchornea est pantropical et comprend une soixantaine d’espèces, dont 6 en Afrique tropicale.

Croissance et développement

En Afrique de l’Ouest, Alchornea cordifolia fleurit au début de la saison sèche, en octobre–novembre ; en R.D. du Congo, la floraison a lieu de juin à août. Les glandes nectarifères à la base des feuilles attirent les fourmis, qui protègent la plante des attaques d’autres insectes.

Ecologie

Alchornea cordifolia est répandu dans les forêts secondaires et les ripisylves, principalement dans les zones marécageuses mais parfois aussi dans des endroits plus secs, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500 m d’altitude. Il forme souvent des fourrés dans les endroits perturbés mais épargnés par les incendies. Il est bien adapté aux sols acides. En R.D. du Congo, l’arbre améliorerait la fertilité du sol et il a la réputation d’être efficace pour rétablir le niveau en calcium des sols acides. C’est l’un des premiers arbres à apparaître dans une végétation dominée par Chromolaena odorata (L.) R.M.King & H.Rob.

Multiplication et plantation

Alchornea cordifolia est multiplié par graines ou par boutures de tiges. Le poids de 1000 graines est d’environ 77 g. Les plantes se multiplient très facilement par boutures, qui prennent racine en 9 semaines. La graine met 3–12 semaines à germer si on la met directement dans un sol humide.

Gestion

La repousse d’Alchornea cordifolia est vigoureuse après recépage. Au Nigeria, des essais au champ avec Alchornea cordifolia ont montré que c’était une espèce prometteuse pour la culture en allées. Cultivée pour le paillage, la plante offre un bon potentiel de restauration de la fertilité du sol eu égard à sa biomasse sur pied, la répartition de ses racines, la teneur en éléments nutritifs de la biomasse, ses modes de décomposition et de libération de nutriments, et son association avec des mycorhizes.

Maladies et ravageurs

Alchornea cordifolia est un aliment de prédilection du criquet puant Zonocerus variegatus.

Récolte

Lorsqu’il est récolté à des fins médicinales, Alchornea cordifolia est principalement collecté dans la nature.

Rendement

La production de biomasse annuelle d’Alchornea cordifolia est de 2000–3000 kg/ha.

Traitement après récolte

En médecine traditionnelle, les feuilles et l’écorce de racine s’emploient fraîches ou séchées à l’ombre pour une utilisation ultérieure.

Ressources génétiques

Alchornea cordifolia est répandu et commun dans les forêts secondaires et produit beaucoup de graines ; il n’est donc pas menacé.

Perspectives

Alchornea cordifolia est une plante importante en médecine traditionnelle, qui a fait l’objet d’une quantité de travaux pharmacologiques, notamment sur ses propriétés antibactériennes, antifongiques et antiprotozoaires, ainsi que sur ses activités anti-inflammatoires, débouchant sur des résultats positifs et significatifs. Cependant, le lien entre les activités et des composants spécifiques n’est pas toujours clair, même si les flavonoïdes et les tanins semblent jouer un rôle déterminant. Il est nécessaire d’approfondir les recherches pour élucider ces relations. Il est probable qu’Alchornea cordifolia continuera à figurer parmi les plantes médicinales de premier plan. Son usage comme plante de culture en allées est prometteur, en particulier si on en fait un paillage destiné à restaurer la fertilité des sols ; toutefois, dans la plupart des cas, on lui préfère d’autres espèces, des légumineuses notamment.

Références principales

  • Agbor, G.A., Leopold, T. & Jeanne, N.Y., 2004. The antidiarrhoeal activity of Alchornea cordifolia leaf extract. Phytotherapy Research 18(11): 873–876.
  • Aké-Assi, L., Guinko, S. & Aya-Lazare, A., 1991. Plantes utilisées dans la médecine traditionnelle en Afrique de l’Ouest. Edition Roche, Basel, Switzerland. 151 pp.
  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Kapnang Jepang, J.R., 1997. Etude de l’effet anti-anémique d’Alchornea cordifolia. Mémoire de Maîtrise en Biochimie, Université de Yaoundé, Département de Biochimie, Yaoundé, Cameroon. 26 pp.
  • Koné, W.M., Kamanzi, A.K., Traoré, D. & Bruno, B., 2005. Anthelmintic activity of medicinal plants used in northern Côte d’Ivoire against intestinal helminthiasis. Pharmaceutical Biology 43(1): 72–78.
  • Mavar-Manga, H., Brkic, D., Marie, D.E.P. & Quetin-Leclercq, J., 2004. In vivo anti-inflammatory activity of Alchornea cordifolia (Schumach. & Thonn.) Mull.Arg. (Euphorbiaceae). Journal of Ethnopharmacology 92: 209–214.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Nia, R., Paper, D.H, Franz, G. & Essien, E.E., 2005. Anti-angiogenic, anti-inflammatory and anti-oxidant potential of an African recipe: Alchornea cordifolia seeds. Acta Horticulturae 678: 91–96.
  • Radcliffe-Smith, A., 1987. Euphorbiaceae (part 1). In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 407 pp.
  • Stäuble, N., 1986. Etude ethnobotanique des Euphorbiacées d’Afrique de l’Ouest. Journal of Ethnopharmacology 16: 23–103.

Autres références

  • Adewunmi, C.O., Agbedahunsi, J.M., Adebajo, A.C., Aladesanmi, A.J., Murphy, N. & Wando, J., 2001. Ethno-veterinary medicine: screening of Nigerian medicinal plants for trypanocidal properties. Journal of Ethnopharmacology 77: 19–24.
  • Adjanohoun, E.J., Adjakidjè, V., Ahyi, M.R.A., Aké Assi, L., Akoègninou, A., d’Almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.N., Gbaguidi, N., Goudote, E., Guinko, S., Houngnon, P., Lo, I., Keita, A., Kiniffo, H.V., Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, T., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C. & Zohoun, T., 1989. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 895 pp.
  • Ayisi, N.K. & Nyadedzor, C., 2003. Comparative in vitro effects of AZT and extracts of Ocimum gratissimum, Ficus polita, Clausena anisata, Alchornea cordifolia, and Elaeophorbia drupifera against HIV-1 and HIV-2 infections. Antiviral Research 58: 25–33.
  • Banzouzi, J.-T., Prado, R., Menan, H., Valentin, A., Roumestan, C., Mallie, M., Pelissier, Y. & Blache, Y., 2002. In vitro antiplasmodial activity of extracts of Alchornea cordifolia and identification of an active constituent: ellagic acid. Journal of Ethnopharmacology 81: 399–401.
  • Boampong, J.N., 1992. A preliminary investigation of the anti-asthmatic properties of ethanolic root extracts of Alchornea cordifolia and Cassia alata. B.Pharm. degree thesis, Department of Pharmacognosy, Faculty of Pharmacy, Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Kumasi, Ghana. 32 pp.
  • Ebi, G.C., 2001. Antimicrobial activities of Alchornea cordifolia. Fitoterapia 72: 69–72.
  • Iwu, M.M., 1993. Handbook of African medicinal plants. CRC Press, Boca Raton, Florida, United States. 464 pp.
  • Kamara, A.Y., Akobundu, I.O., Sanginga, N. & Jutzi, S.C., 2000. Effect of mulch from 14 selected multipurpose trees (MPTs) on growth, nitrogen nutrition and yield of maize (Zea mays L.). Journal of Agronomy and Crop Science 184: 73–80.
  • Kang, B.T., Caveness, F.E., Tian, G. & Kolawole, G.O., 1999. Longterm alley cropping with four hedgerow species on an Alfisol in southwestern Nigeria - effect on crop performance, soil chemical properties and nematode population. Nutrient Cycling in Agroecosystems 54: 145–155.
  • Kanmegne, J., Duguma, B., Henrot, J. & Isirimah, N.O., 1999. Soil fertility enhancement by planted tree-fallow species in the humid lowlands of Cameroon. Agroforestry Systems 46: 239–249.
  • Lamikanra, A., Ogundaini, A.O. & Ogunbamila, F.O., 1990. Antibacterial constituents of Alchornea cordifolia leaves. Phytotherapy Research 4: 198–200.
  • Latham, P., 2004. Useful plants of Bas-Congo province, Democratic Republic of the Congo. DFID, London, United Kingdom. 320 pp.
  • Muanza, D.N., Euler, K.L., Williams, L. & Newman, D.J., 1995. Screening for antitumor anti-HIV activities of nine medicinal plants from Zaire. International Journal of Pharmacognosy 33: 98–106.
  • Nkum, M.G., 1997. Determination of tannin in some Ghanaian Plants. B.Sc. Chemistry degree thesis, Faculty of Science, Department of Chemistry, Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Kumasi, Ghana. 37 pp.
  • Obadoni, B.O. & Ochuko, P.O., 2002. Phytochemical studies and comparative efficacy of the crude extracts of some haemostatic plants in Edo and Delta States of Nigeria. Global Journal of Pure and Applied Sciences 8(2): 203–208.
  • Ogungbamila, F.O. & Samuelsson, G., 1990. Smooth muscle relaxing flavonoids from Alchornea cordifolia (leaves). Acta Pharmaceutica Nordica 2: 421–422.
  • Okeke, I.N., Ogundaini, A.O., Ogunbamila, F.O. & Lamikanra, A., 1999. Antimicrobial spectrum of Alchornea cordifolia leaf extract. Phytotherapy Research 13: 67–69.
  • Osadebe, P.O. & Okoye, F.B.C., 2003. Anti-inflammatory effects of crude methanolic extract and fractions of Alchornea cordifolia leaves. Journal of Ethnopharmacology 89: 19–24.
  • Ruhigwa, B.A., Gichuru, M.P., Spencer, D.S.C. & Swennen, R., 1994. Economic analysis of cut-and-carry, and alley cropping systems of mulch production for plantains in south-eastern Nigeria. Agroforestry Systems 26: 131–138.
  • Tona, L., Kambu, K., Ngimbi, N., Mesia, K., Penge, O., Lusakibanza, M., Cimanga, K., De Bruyne, T., Apers, S., Totté, J., Pieters, L. & Vlietinck, A.J., 2000. Antiamoebic and spasmolitic activities of extracts from some antidiarroeal traditional preparations used in Kinshasa, Congo. Phytomedicine 7: 31–38.

Sources de l'illustration

  • Radcliffe-Smith, A., 1987. Euphorbiaceae (part 1). In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 407 pp.

Auteur(s)

  • H. Mavar-Manga, Laboratoire de Pharmacognosie, Unité CHAM 72.30, Ecole de Pharmacie, Université Catholique de Louvain, Av. E. Mounier 72, B-1200 Bruxelles, Belgium
  • J. Lejoly, Laboratoire de Botanique systématique et de Phytosociologie, Université Libre de Bruxelles, Avenue F. Roosevelt 50, C.P. 169, B-1050 Bruxelles, Belgium
  • J. Quetin-Leclercq, Laboratoire de Pharmacognosie, Unité CHAM 72.30, Ecole de Pharmacie, Université Catholique de Louvain, Av. E. Mounier 72, B-1200 Bruxelles, Belgium
  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Mavar-Manga, H., Lejoly, J., Quetin-Leclercq, J. & Schmelzer, G.H., 2007. Alchornea cordifolia (Schumach. & Thonn.) Müll.Arg. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 11 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.