Albizia zygia (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, rameau en fleurs ; 2, foliole ; 3, fleur ; 4, fruit. Redessiné et adapté par Iskak Syamsudin
port de l'arbre
écorce et tranche
feuilles et fruits
inflorescence
arbre en fruits
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois
coupe radiale du bois

Albizia zygia (DC.) J.F.Macbr.


Protologue: Contr. Gray Herb. 59: 3 (1919).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 26

Noms vernaculaires

  • West African albizia (En).
  • Pau de raio, sancalama (Po).
  • Nongo, mkenge (Sw).

Origine et répartition géographique

Albizia zygia est une essence répandue en Afrique tropicale, où on la rencontre depuis le Sénégal jusqu’à l’Ouganda, et vers le sud jusqu’au nord de l’Angola et en Tanzanie.

Usages

Le bois est connu sous les noms commerciaux de nongo (nom général), de red nongo (Ouganda) et d’okuro (Ghana). Il est employé pour la construction intérieure, la parqueterie légère, les meubles, les pirogues, les instruments (par ex. pilons, manches de houe), les objets sculptés, les placages et contreplaqués. Il convient aussi pour la menuiserie, les boiseries intérieures, la construction navale, la carrosserie, les jouets et articles de fantaisie, le tournage, la caisserie, les allumettes, les panneaux de fibres et panneaux de particules. Il est couramment employé comme bois de feu et pour la production de charbon de bois. La pâte convient pour la fabrication de papier.

Albizia zygia est planté comme arbre d’ombrage ornemental, arbre d’alignement et pare-feu. Il est estimé comme arbre d’ombrage, par ex. dans les plantations de cacaoyers et de caféiers, et comme support pour l’igname. Il est considéré comme utile pour l’amélioration des sols. Les jeunes feuilles sont consommées bouillies comme légume ou incorporées dans des soupes et des sauces. Le feuillage est classé comme fourrage de basse qualité, mais il convient pour l’alimentation des chèvres et est parfois également donné aux moutons et aux bovins. Les fleurs produisent un nectar qui est récolté par les abeilles. La gomme provenant de l’écorce est employée dans l’industrie alimentaire (par ex. comme stabilisant dans la préparation des crèmes glacées), dans l’industrie cosmétique (par ex. comme épaississant) et dans l’industrie pharmaceutique (par ex. pour l’enrobage des médicaments).

En médecine traditionnelle, on instille de la sève de l’écorce dans les yeux pour traiter l’ophtalmie. On administre une décoction d’écorce pour traiter les affections des bronches, la fièvre (y compris le paludisme) et la stérilité féminine, ainsi que comme purgatif, stomachique, antidote, vermifuge et aphrodisiaque. L’écorce pilée ou râpée sert en application externe à traiter le pian, les plaies, les blessures et le mal de dents. Les racines pilées sont ajoutées à la nourriture pour traiter la toux et comme expectorant. Une décoction de feuilles est employée pour traiter la fièvre et la diarrhée.

Production et commerce international

Le bois d’Albizia zygia a une certaine importance sur le marché international, bien qu’étant considéré comme essence d’importance secondaire. Il est souvent mélangé à des bois d’autres espèces d’Albizia. Au Ghana, le volume de sciages d’Albizia exporté au premier semestre de 2004 a été de 240 m³ d’une valeur de quelque US$ 250 000.

Propriétés

Le bois de cœur est brun jaunâtre ou brun rosé à brun foncé, parfois avec une nuance rouge, et il est nettement distinct de l’aubier qui est large et de couleur jaune pâle à grise. Le fil est droit ou contrefil, le grain fin à grossier. Les surfaces rabotées sont lustrées.

Le bois est moyennement lourd, avec une densité de 500–720 kg/m³ à 12% d’humidité. Il sèche lentement, mais en général avec peu de dégradation. Les taux de retrait sont moyens, de l’état vert à anhydre de 3,0–3,4% dans le sens radial et 5,7–7,1% dans le sens tangentiel. Une fois sec, le bois est stable en service.

A 12% d’humidité, le module de rupture est de 69–118 N/mm², le module d’élasticité de 8 400–12 000 N/mm², la compression axiale de 42–65 N/mm², le cisaillement de 11,5–16,5 N/mm², le fendage de 18–108 N/mm, la dureté de flanc Janka de 2790–5910 N, et la dureté en bout Janka de 4500 N.

Le bois se scie et se travaille en général assez aisément avec des outils manuels et mécaniques ordinaires, mais les surfaces sciées tendent à être pelucheuses. Un enduit bouche-pores est recommandé pour obtenir un beau fini. Le bois tient bien les clous et les vis, mais il est recommandé de faire des avant-trous pour prévenir la fente. Les caractéristiques de collage, teinture et déroulage sont satisfaisantes, mais celles de cintrage à la vapeur sont moyennes. La sciure peut causer une irritation des voies nasales et de la gorge.

Le bois de cœur est assez durable, mais il est sujet aux attaques de termites et de bostryches. Le bois de cœur est rebelle à l’imprégnation par des produits de préservation, tandis que l’aubier est perméable.

Des essais ont montré que la gomme d’Albizia zygia avait de bonnes potentialités pour l’enrobage par compression des médicaments destinés au côlon, étant capable de protéger le comprimé actif dans le milieu physiologique de l’estomac et de l’intestin grêle, mais susceptible d’être dégradée par les enzymes bactériennes du côlon, ce qui entraîne la libération du médicament. Cette gomme est également intéressante comme liant dans la formulation des comprimés, en particulier lorsqu’on désire avoir une grande résistance mécanique et une vitesse de libération plus lente.

Le feuillage a une teneur élevée en protéines brutes (32%), mais avec un faible taux de digestibilité in vitro de la matière sèche (41,5%) ; il est classé comme un fourrage de faible valeur.

Falsifications et succédanés

Le bois d’Albizia gummifera (J.F.Gmel.) C.A.Sm. est très semblable à celui d’Albizia zygia, et est employé pour les mêmes usages.

Description

  • Arbre caducifolié de taille moyenne atteignant 30 m de haut ; fût dépourvu de branches sur une hauteur atteignant 15 m, rectiligne et cylindrique, jusqu’à 80(–120) cm de diamètre, dépourvu de contreforts ou avec de petits contreforts épais ; écorce gris rosé ou verdâtre, lisse ou superficiellement fissurée, écorce interne fibreuse, jaunâtre à brun orangé, avec des bandes plus foncées et une gomme brunâtre ; cime en forme de dôme, à branches étalées ; jeunes rameaux pubescents, mais devenant en général rapidement glabrescents.
  • Feuilles alternes, composées bipennées à (1–)2–3(–4) paires de pennes ; stipules subulées, caduques ; pétiole de 4–10 cm de long, avec une glande sessile sur le dessus près de la base, rachis de 2–13 cm de long, pubescent mais glabrescent ; folioles en 2–5 paires par penne, sessiles, obliquement rhombiques à elliptiques, de taille croissante depuis la base jusqu’au sommet de la penne, jusqu’à 8(–11,5) cm × 4(–6) cm, obtuses à aiguës à l’apex, glabres. Inflorescence : capitule axillaire sur un pédoncule de 2,5–4 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, blanc rougeâtre, sessiles, sous-tendues par des bractéoles jusqu’à 3 mm de long ; calice de 2–4 mm de long, à long tube denté au sommet, pubescent à l’extérieur ; corolle de 6–9(–10,5) mm de long, à tube d’environ 5 mm de long, pubescent à l’extérieur ; étamines nombreuses, de 2–3 cm de long, unies en un tube rougeâtre sur presque toute leur longueur ; ovaire supère, d’environ 1,5 mm de long, s’amincissant graduellement en un style de 2 cm de long.
  • Fruit : gousse oblongue, aplatie, de 10–20 cm × 2–4 cm, à stipe jusqu’à 1,5 cm de long, glabre, veinée transversalement, brun luisant à maturité, s’ouvrant par deux valves papyracées, renfermant 9–12 graines.
  • Graines globuleuses aplaties à ellipsoïdes, de 7,5–12,5 mm × 6,5–9 mm.
  • Plantule à germination épigée ; hypocotyle de 4–4,5 cm de long, épicotyle de 1–3 cm de long ; cotylédons arrondis à largement elliptiques, épais et charnus, précocement caducs ; 2 premières feuilles opposées, avec une seule paire de pennes.

Autres données botaniques

Le genre Albizia comprend environ 120 espèces et se rencontre dans toutes les régions tropicales. En Afrique continentale, on en trouve quelque 35 espèces, à Madagascar une trentaine. Il se caractérise par ses inflorescences en capitules, avec 1–2 fleurs centrales modifiées, fonctionnellement mâles et pourvues d’un tube staminal plus grand et nectarifère. Des analyses moléculaires ont montré que le genre Albizia est hétérogène, et qu’une révision de ce genre est nécessaire. Albizia zygia est apparenté à Albizia gummifera, et on a observé des hybrides entre les deux espèces.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : (1 : limites de cernes distinctes) ; (2 : limites de cernes indistinctes ou absentes).
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; 23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale ; (25 : ponctuations intervasculaires fines (4–7 μm)) ; 26 : ponctuations intervasculaires moyennes (7–10 μm) ; 29 : ponctuations ornées ; 30 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles distinctes ; semblables aux ponctuations intervasculaires en forme et en taille dans toute la cellule du rayon ; 42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm ; 43 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 200 μm ; 46 : 5 vaisseaux par millimètre carré ; (47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré) ; 58 : gomme ou autres dépôts dans les vaisseaux du bois de cœur.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 65 : présence de fibres cloisonnées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; 69 : fibres à parois fines à épaisses.
  • Parenchyme axial : 76 : parenchyme axial en cellules isolées ; 79 : parenchyme axial circumvasculaire (en manchon) ; 80 : parenchyme axial circumvasculaire étiré ; 81 : parenchyme axial en losange ; 83 : parenchyme axial anastomosé ; 91 : deux cellules par file verticale ; 92 : quatre (3–4) cellules par file verticale ; (93 : huit (5–8) cellules par file verticale).
  • Rayons : 98 : rayons couramment 4– 10-sériés ; 104 : rayons composés uniquement de cellules couchées ; 115 : 4–12 rayons par mm.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 142 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées du parenchyme axial.
(P. Mugabi, A.A. Oteng-Amoako & P. Baas)

Croissance et développement

Les semis se développent rapidement, et peuvent atteindre 3 m de haut après 2 ans. Les arbres sont capables de croître rapidement, et dans une forêt secondaire âgée de 40 ans ils avaient atteint un diamètre de fût de 80 cm. Les racines forment des nodules fixateurs d’azote contenant des bactéries du genre Bradyrhizobium. Les sujets d’Albizia zygia vivent en association avec des mycorhizes arbusculaires. Au Ghana, les arbres fleurissent de février à mai, et on peut trouver des fruits mûrs de novembre à avril. La déhiscence des gousses se produit sur l’arbre, et les valves papyracées avec les graines encore attachées sont dispersées par le vent.

Dans une plantation du nord de la Côte d’Ivoire, des sujets d’Albizia zygia âgés de 5,5 ans avaient en moyenne une hauteur de 3,7 m, avec un diamètre de tige de 7 cm. Ceux qui avaient poussé sur de vieilles termitières avaient plus de 6 m de haut avec un diamètre de tige de plus de 10 cm. Dans des plantations situées dans la zone de forêt sempervirente dans le sud de la Côte d’Ivoire, des sujets d’Albizia zygia avaient une croissance annuelle moyenne en diamètre de 1,6 cm, contre 2,1 cm dans la zone de forêt semi-décidue.

Ecologie

Albizia zygia se rencontre dans la forêt semi-décidue et sempervirente des basses terres, en Afrique de l’Est jusqu’à 1400 m d’altitude. En Afrique de l’Ouest, il est surtout commun dans la forêt secondaire de la zone de forêt semi-décidue, mais on peut aussi le trouver en effectifs moins nombreux dans la savane boisée ainsi que dans la forêt sempervirente. Il est localement commun et ne montre pas de préférence selon l’humidité de la station. Il est tolérant aux sols acides, et montre une certaine tolérance à la sécheresse.

Multiplication et plantation

Les semis sont classés comme essence de lumière non pionnière. La régénération est conditionnée par la présence de trouées de moyenne à grande taille dans le couvert de la forêt. En conséquence, les semis et gaulis d’Albizia zygia sont plus abondants dans les forêts ayant subi des dommages d’exploitation que dans celles qui n’ont pas été perturbées.

Les semences doivent être récoltées sur les arbres avant la déhiscence des gousses. Le poids de 1000 graines est de 50–60 g. En Côte d’Ivoire, le taux de germination de graines trempées dans l’eau pendant 24 heures a été de 8–30% en 35 jours ; il était bien meilleur après traitement à l’acide sulfurique ou scarification mécanique. Au Ghana, un prétraitement des graines à l’acide sulfurique à 98% pendant 5 minutes, suivi d’un rinçage poussé dans l’eau a amélioré la germination jusqu’à 85%, et une scarification mécanique suivie par un trempage de 6 heures dans l’eau a donné un taux de germination allant jusqu’à 95% en 8 jours. En Ouganda, il est recommandé de tremper les graines dans l’eau pendant une nuit avant de les semer. Les graines peuvent être entreposées pendant un certain temps en récipient étanche dans un endroit frais, en ajoutant de la cendre pour réduire les dégâts d’insectes. On récolte parfois des semis naturels en forêt pour les replanter.

Albizia zygia peut être multiplié végétativement avec succès par boutures de racines ; l’application d’acide indole-3-butyrique améliore le taux d’enracinement.

Gestion

Il est nécessaire de protéger les jeunes plants de la dent du bétail et des herbivores sauvages, et d’éliminer les adventices durant les 2–3 premières années de croissance. Les arbres plantés peuvent être aménagés par recépage et étêtage.

Maladies et ravageurs

En Côte d’Ivoire, on a observé une forte incidence d’attaque des graines d’Albizia zygia par des bruches. On a observé dans la zone de savane de sérieuses attaques de coléoptères térébrants, qui tuaient de nombreux arbres.

Traitement après récolte

Les grumes fraîchement abattues flottent parfois sur l’eau, et peuvent alors être transportées par flottage. On les transporte aussi par camions grumiers. Bien qu’elles soient moyennement durables, il est recommandé de les traiter lorsqu’elles restent quelque temps en forêt, notamment pour protéger l’aubier.

Ressources génétiques

Albizia zygia est répandu et localement commun, notamment en forêt secondaire, ce qui signifie qu’il n’est guère menacé d’érosion génétique. Toutefois, la récolte de l’écorce pour en tirer des médicaments et de la gomme peut localement en réduire les populations.

Perspectives

Albizia zygia est une essence à fins multiples. Il semble avoir de bonnes perspectives comme essence à bois d’œuvre commerciale en forêt aménagée, ainsi que comme source de gomme utile pour les industries alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques. Il a de bonnes perspectives comme arbre auxiliaire dans les systèmes agroforestiers, améliorant le sol par ses nodules fixateurs d’azote, fournissant du paillis par sa litière de feuilles, réduisant l’érosion par son fort enracinement, et protégeant les cultures d’un ensoleillement excessif. Il mérite d’être inclus dans les programmes expérimentaux d’agroforesterie.

Références principales

  • Anim Kwapong, G.J. & Teklehaimanot, Z., 1995. Reclamation of degraded cocoa lands using Albizia zygia. Land Degradation and Rehabilitation 6(2): 109–123.
  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Katende, A.B., Birnie, A. & Tengnäs, B., 1995. Useful trees and shrubs for Uganda: identification, propagation and management for agricultural and pastoral communities. Technical Handbook 10. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 710 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Odeku, O.A., 2005. Assessment of Albizia zygia gum as binding agent in tablet formulations. Acta Pharmaceutica 55(3): 263–276.
  • Odeku, O.A. & Fell, J.T., 2005. In-vitro evaluation of Khaya and Albizia gums as compression coatings for drug targeting to the colon. Journal of Pharmacy and Pharmacology 57(2): 163–168.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.
  • Villiers, J.-F., 1989. Leguminosae - Mimosoideae. Flore du Gabon. Volume 31. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 185 pp.

Autres références

  • Anim Kwapong, G.J. & Teklehaimanot, Z., 2001. Albizia zygia (DC.) Macbride, a shade tree for cocoa. The effects of duration of acid scarification and substrate acidity on the germination of seeds. Forests, Tree and Livelihoods 11(1): 47–55.
  • Arbonnier, M., 2004. Trees, shrubs and lianas of West African dry zones. CIRAD, Margraf Publishers Gmbh, MNHN, Paris, France. 573 pp.
  • Arthur, M., Mettle, I.V. & Owusu Sekyere, E., 1998. The effect of pre-sowing treatments on germination of Albizia zygia seeds. Ghana Journal of Forestry 6: 15–18.
  • Arthur, M., Mettle, I.V., Owusu Sekyere, E. & Baffoe Bonnie, E.B., 1999. The effect of Bradyrhizobium strain inoculation on nitrogen fixation and growth performance of Albizia zygia (Macbride) seedlings. Ghana Journal of Forestry 7: 39–44.
  • Asante, W.J., 1994. Identification and characterization of browse plants in Kumasi District, Ashanti Region of Ghana. MSc. Agroforestry degree thesis, Department of Agroforestry, Institute of Renewable Natural resources, Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Kumasi, Ghana. 118 pp.
  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Danquah, G., 2000. Vegetative propagation of indigenous Albizia species. MSc Agroforestry degree thesis, Institute of Renewable Natural Resources, Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Kumasi, Ghana. 142 pp.
  • Dupuy, B., 1998. Bases pour une sylviculture en forêt dense tropicale humide africaine. Document Forafri 4. Cirad, Montpellier, France. 328 pp.
  • Ghana Forestry Commission, 2004. Timber Industry Development Division Report. [Internet] http://www.ghanatimber.org. September 2006.
  • Gilbert, G. & Boutique, R., 1952. Mimosaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 3. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 137–233.
  • Gillon, Y., Rasplus, J.Y., Boughdad, A. & Mainguet, A.M., 1992. Use of legume seeds by bruchid and anthribid beetles (Coleoptera) in a mosaic forest-savanna zone. Journal of African Zoology 106(5): 421–443.
  • Hawthorne, W., 1990. Field guide to the forest trees of Ghana. Natural Resources Institute, for the Overseas Development Administration, London, United Kingdom. 275 pp.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Kpikpi, W.M., 1992. Wood structure and paper-making potentials of Ricinodendron heudelotii and Albizia zygia in relation to Gmelina arborea. Nigerian Journal of Botany 5: 41–50.
  • Normand, D. & Paquis, J., 1976. Manuel d’identification des bois commerciaux. Tome 2. Afrique guinéo-congolaise. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 335 pp.
  • Okafor, J.C., 1997. Conservation and use of traditional vegetables from woody forest species in southeastern Nigeria. In: Guarino, L. (Editor). Traditional African vegetables. Proceedings of the IPGRI international workshop on genetic resources of traditional vegetables in Africa: conservation and use, 29–31 August 1995, ICRAF, Nairobi, Kenya. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops 16. pp. 31–38.
  • Sommerlatte, H. & Sommerlatte, M., 1990. A field guide to the trees and shrubs of the Imatong Mountains, southern Sudan. Deutsche Gesellschaft fur Technische Zusammmenarbeit (GTZ), Nairobi, Kenya. 372 pp.
  • Wester, J. & Hogberg, P., 1989. New nodulating legume tree species from Guinea-Bissau, West Africa. Forest Ecology and Management 29(4): 311–314.

Sources de l'illustration

  • Villiers, J.-F., 1989. Leguminosae - Mimosoideae. Flore du Gabon. Volume 31. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 185 pp.

Auteur(s)

  • M.M. Apetorgbor, Forestry Research Institute of Ghana (FORIG), University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana

Citation correcte de cet article

Apetorgbor, M.M., 2007. Albizia zygia (DC.) J.F.Macbr. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 9 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.