Albizia versicolor (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


branche en fleurs (Zimbabweflora)
branche en fruits (Zimbabweflora)
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois

Albizia versicolor Welw. ex Oliv.


Protologue: Fl. trop. Afr. 2: 359 (1871).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)

Noms vernaculaires

  • Poison-pod albizia, large-leaved false thorn (En).
  • Mchani ndovu, mkenge, mnduruasi, mduruasi (Sw).

Origine et répartition géographique

Albizia versicolor est répandu depuis la R.D. du Congo jusqu’au Kenya, et vers le sud jusqu’en Namibie et en Afrique du Sud.

Usages

Le bois est employé localement pour les petites embarcations, les manches d’outils, les mortiers et autres ustensiles de cuisine, les récipients, les tonneaux et les instruments de musique. Il convient pour la construction légère, la parqueterie légère, la menuiserie, les meubles, l’ébénisterie, la décoration, les placages et contreplaqués, les égouttoirs, les panneaux de fibres et panneaux de particules. On l’utilise également comme bois de feu (bien qu’il puisse faire beaucoup d’étincelles) et pour la production de charbon de bois. L’écorce a été employée pour le tannage, et les fleurs sont une source de nectar pour les abeilles. L’écorce interne est employée pour faire des cordages. Les racines bouillies dans l’eau peuvent être employées comme substitut du savon. Albizia versicolor est planté comme arbre d’ombrage ornemental.

On emploie des décoctions de racines et d’écorce comme anthelminthique et purgatif, et pour traiter l’enflure des glandes et les maladies vénériennes. Les racines séchées et réduites en poudre sont absorbées ou prisées pour traiter les maux de tête et la sinusite, et une macération de racines est absorbée contre la blennorragie. Une décoction d’écorce sert à traiter l’anémie, et en application externe on l’emploie pour traiter l’ophtalmie et les éruptions cutanées. Une macération d’écorce est employée contre la toux, et on prise de la poudre d’écorce dans le même but.

Propriétés

Le bois de coeur est brun pâle à brun violacé, souvent avec des bandes plus foncées, et parfois presque noir ; il est nettement distinct de l’aubier qui est blanc, et a jusqu’à 5 cm d’épaisseur. Le fil est ondé ou contrefil, le grain est grossier.

Le bois est moyennement lourd, avec une densité de 560–770 kg/m³ à 12% d’humidité. Il sèche lentement avec peu de dégradation, mais il apparaît des gerces superficielles sur des pièces présentant un fil contre-taillé excessif. Les taux de retrait sont faibles : de l’état vert à 12% d’humidité il est de 1,1% dans le sens radial et 1,8% dans le sens tangentiel, et de l’état vert à anhydre de 1,8% dans le sens radial et 3,0% dans le sens tangentiel. Une fois sec, il est stable en service.

A 12% d’humidité, le module de rupture est de 52–57 N/mm², le module d’élasticité de 6500–7700 N/mm², la compression axiale de 32–41 N/mm², le cisaillement de 10–12 N/mm², le fendage de 54 N/mm dans le sens radial et de 69 N/mm dans le sens tangentiel, et la dureté de flanc Janka de 4630 N.

Le bois se scie et se travaille bien, mais les surfaces sciées sur quartier peuvent avoir tendance à pelucher. L’emploi d’un enduit bouche-pores est nécessaire pour obtenir un fini lisse. Le bois ne tient pas bien les clous, et des avant-trous sont nécessaires. Les caractéristiques d’assemblage et de collage sont bonnes, mais celles de cintrage à la vapeur sont généralement médiocres. La sciure peut causer une irritation des voies nasales et de la gorge.

Le bois est moyennement durable, mais il est sujet aux attaques de scolytes et térébrants marins. Les données sur sa résistance aux termites varient de sensible à résistant. Le bois de cœur est rebelle à l’imprégnation par des produits de préservation, tandis que l’aubier est perméable.

Les gousses et les graines sont toxiques pour le bétail, les jeunes gousses l’étant le plus, mais les gousses tombées à terre causent le plus souvent des accidents du fait qu’elles sont plus souvent mangées. Les bovins, les moutons et les chèvres peuvent contracter une hypersensibilité, des convulsions intermittentes et une forte fièvre, et mourir d’arrêt du cœur, mais la plupart des animaux guérissent sans traitement. Cette maladie est appelée albiziose, et est causée par la présence de méthylpyridoxine. Le traitement de brebis empoisonnées à l’hydrochlorure de pyridoxine a amené une guérison. Des hétérosides du groupe kaempférol et plusieurs triterpènes (lupéol, lupénone, acide bétulinique et lactone d’acide acacique) ont été isolés de l’écorce d’Albizia versicolor.

Description

  • Arbre caducifolié de petite à moyenne taille jusqu’à 20 m de haut ; fût généralement court, dépourvu de branches jusqu’à 5 m mais parfois jusqu’à 12 m, rectiligne et cylindrique, jusqu’à 60(–150) cm de diamètre ; surface de l’écorce brun grisâtre, rugueuse et fissurée ; cime aplatie, ouverte, avec des branches étalées ; jeunes rameaux à pubescence brun roux.
  • Feuilles alternes, composées bipennées à 1–4(–5) paires de pennes ; stipules subulées, caduques ; pétiole de 5–7 cm de long, sillonné en dessus, avec une glande sessile sur le dessus près de la base, rachis de 8–20 cm de long, à pubescence brun roux ; folioles en 3–6 paires par penne, presque sessiles, obliquement et largement obovales à presque orbiculaires, jusqu’à 6,5 cm × 5 cm, arrondies à légèrement émarginées mais mucronées à l’apex, coriaces, densément couvertes d’une pubescence brun jaunâtre ou brun roux en dessous.
  • Inflorescence : capitule axillaire sur un pédoncule de 3–6 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, blanches à jaune verdâtre ; pédicelle jusqu’à 2 mm de long ; calice de 4,5–8 mm de long, à long tube denté au sommet, à pubescence brun roux à l’extérieur ; corolle de 8–12 mm de long, à pubescence brun roux à l’extérieur ; étamines nombreuses, de 2,5–5,5 cm long, unies à la base, filets roussâtres ; ovaire supère, s’amincissant graduellement en un style long et mince.
  • Fruit : gousse oblongue, aplatie, de 10–30 cm × 3–6,5 cm, presque glabre, veinée transversalement de manière peu visible, brun jaunâtre à brun rougeâtre à maturité, s’ouvrant par 2 valves papyracées, renfermant environ 6 graines.
  • Graines ellipsoïdes aplaties, de 9–13 mm de long.

Autres données botaniques

En Afrique australe, Albizia versicolor fleurit généralement en août–décembre, et les fruits sont mûrs en décembre–mars. Les valves des gousses avec les graines encore attachées sont dispersées par le vent. La rapidité de croissance des arbres est moyenne. Les racines forment des nodules contenant des bactéries fixatrices d’azote.

Le genre Albizia comprend environ 120 espèces et se rencontre dans toutes les régions tropicales. En Afrique continentale, on en trouve quelque 35 espèces, à Madagascar une trentaine. Il se caractérise par ses inflorescences en capitules, avec 1–2 fleurs centrales modifiées, fonctionnellement mâles et pourvues d’un tube staminal plus grand et nectarifère. Des analyses moléculaires ont montré que le genre Albizia est hétérogène, et qu’une révision de ce genre est nécessaire.

Ecologie

Albizia versicolor se rencontre dans la forêt claire décidue et la savane arborée jusqu’à 1700 m d’altitude. Il préfère les sols bien drainés avec une nappe phréatique haute.

Gestion

Les graines doivent être récoltées avant la déhiscence des gousses, ce qui rend cette récolte difficile. Les graines tombées sur le sol sont souvent attaquées par des insectes. Un kg contient 6000–8000 graines. La germination est généralement bonne, jusqu’à 90%, et est complète en 30 jours. Les graines fraîches ne nécessitent aucun traitement, mais celles qui ont été entreposées doivent être trempées dans l’eau pendant 6 heures avant de les semer. On peut les entreposer pendant longtemps à condition de les tenir au sec et à l’abri des insectes. Les graines sont de préférence semées dans des bacs de semis emplis d’un mélange de sable de rivière et de compost (4:1). La multiplication par boutures et par drageons a été tentée avec succès. Les arbres mis en place peuvent être traités par élagage et étêtage. Les grumes exploitées sont souvent de qualité médiocre, étant courtes et irrégulières ou présentant une pourriture du cœur pour les plus grandes tailles.

Ressources génétiques

Il n’y a pas de signes de menace d’érosion génétique pour Albizia versicolor, bien qu’il soit localement peu commun à l’intérieur de sa vaste aire de répartition, par ex. en Ouganda.

Perspectives

Albizia versicolor a de bonnes perspectives d’utilisation comme arbre auxiliaire dans les systèmes agroforestiers, améliorant le sol grâce à ses nodules fixateurs d’azote, fournissant du paillis par sa litière de feuilles, réduisant l’érosion grâce à son fort enracinement, et protégeant les cultures du soleil. Ces avantages, auxquels s’ajoutent les autres usages locaux, en particulier comme arbre à bois d’œuvre et fournisseur de médicaments, en font une essence à fins multiples qui mérite d’être cultivée à plus grande échelle. Toutefois, les composés toxiques contenus dans ses gousses justifient une certaine prudence dans les zones fortement pâturées. Il est également recommandé comme arbre d’ornement pour les grands jardins et les parcs.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Chilufya, H. & Tengnäs, B., 1996. Agroforestry extension manual for northern Zambia. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 120 + 124 pp.
  • Katende, A.B., Birnie, A. & Tengnäs, B., 1995. Useful trees and shrubs for Uganda: identification, propagation and management for agricultural and pastoral communities. Technical Handbook 10. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 710 pp.
  • van Wyk, B.E., van Heerden, F. & van Oudtshoorn, B., 2002. Poisonous plants of South Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 288 pp.

Autres références

  • Bryce, J.M., 1967. The commercial timbers of Tanzania. Tanzania Forest Division, Utilisation Section, Moshi, Tanzania. 139 pp.
  • Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Neuwinger, H.D., 1998. Afrikanische Arzneipflanzen und Jagdgifte. Chemie, Pharmakologie, Toxikologie. 2nd Edition. Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft mbH, Stuttgart, Germany. 960 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Omolo, O.J., Chhabra, S.C. & Nyagah, G., 1997. Determination of iron content in different parts of herbs used traditionally for anaemia treatment in East Africa. Journal of Ethnopharmacology 58: 97–102.
  • Palmer, E. & Pitman, N., 1972–1974. Trees of southern Africa, covering all known indigenous species in the Republic of South Africa, South-West Africa, Botswana, Lesotho and Swaziland. 3 volumes. Balkema, Cape Town, South Africa. 2235 pp.
  • Scott, M.H., 1950. Notes on the more important African timbers imported into the Union with special reference to Portuguese East African species. Journal of the South African Forestry Association 19: 18–62.
  • Soldan, A.W., van Inzen, C. & Edelsten, R.M., 1996. Albizia versicolor poisoning of sheep and goats in Malawi. Journal of the South African Veterinary Association 67(4): 217–221.
  • Zambia Forest Department, 1979. Albizia adianthifolia, Albizia versicolor. Technical Note No 3/79. Zambia Forest Department, Division of Forest Products Research, Kitwe, Zambia. 6 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2007. Albizia versicolor Welw. ex Oliv. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 13 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.