Albizia glaberrima (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Albizia glaberrima (Schumach. & Thonn.) Benth.


Protologue: London Journ. Bot. 3: 88 (1844).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)

Noms vernaculaires

  • Muanza (Po).
  • Mkenge maji, mgelenge (Sw).

Origine et répartition géographique

Albizia glaberrima est répandu depuis la Guinée-Bissau jusqu’au Kenya, et vers le sud jusqu’à l’Angola, au Zimbabwe et au Mozambique ; ainsi qu’aux Comores et dans l’ouest de Madagascar.

Usages

Le bois d’Albizia glaberrima (nom commercial en Ouganda : white nongo) est employé en Ouganda pour les meubles. En Tanzanie, on l’emploie pour la construction, les tabourets, les ruches, les manches d’outils et les mortiers, et au Malawi on l’emploie pour les lits, les portes et les ustensiles tels que mortiers à grains. Il convient aussi pour la parqueterie lourde et légère, les boiseries intérieures, la menuiserie, les bois de mine, la construction navale, la carrosserie, les traverses de chemin de fer, les jouets et articles de fantaisie, la caisserie, les objets sculptés et la fabrication de contreplaqué. Il sert de bois de feu et pour la production de charbon de bois. En Ouganda, Albizia glaberrima est considéré comme un bon arbre d’ombrage pour les plantations de caféiers, théiers, bananiers et cacaoyers. Son feuillage sert de fourrage pour le bétail. Ses fleurs sont mellifères.

Dans le sud du Nigeria, l’écorce est employée en application externe pour traiter la fièvre. En Tanzanie, on emploie un extrait à l’eau froide de l’écorce des racines pour traiter la bilharziose, et au Bénin on emploie une décoction de racines en mélange avec d’autres ingrédients végétaux en bain pour traiter l’anémie. Au Cameroun, on applique de l’écorce des jeunes rameaux séchée et pulvérisée sur des scarifications pour traiter la blennorragie ; on boit une décoction d’écorce des rameaux contre les douleurs de poitrine, et on applique de la cendre de racines sur des scarifications pour traiter les affections du foie.

Propriétés

Le bois de cœur a une couleur qui varie de blanc sale à brun rougeâtre, parfois avec des bandes plus foncées, et il est nettement distinct de l’aubier qui est blanc, et a jusqu’à 7,5 (–10) cm d’épaisseur. Le fil est droit, parfois contrefil, et le grain est moyennement grossier.

Le bois est moyennement lourd, avec une densité d’environ 660 kg/m³ à 8,5% d’humidité. Il sèche lentement, mais avec peu de dégradation. A 8,5% d’humidité, le module de rupture est de 93 N/mm², le module d’élasticité de 11 400 N/mm², la compression axiale de 55 N/mm², le cisaillement de 13 N/mm², la dureté de flanc Janka de 5300 N, et la dureté en bout Janka de 5910 N.

Le bois se scie et se travaille bien, en émoussant peu les dents de scie et le tranchant des outils. Il faut employer un angle de coupe réduit pour prévenir la déchirure lors du rabotage. Un enduit bouche-pores est nécessaire pour obtenir un fini bien lisse. Les caractéristiques de clouage, de vissage et de collage sont satisfaisantes. Le bois ne se tourne pas bien. Il est moyennement durable, avec une certaine résistance aux attaques de termites, mais il est sujet aux attaques de scolytes et térébrants marins. Le bois de cœur est rebelle à l’imprégnation par des produits de préservation, tandis que l’aubier y est perméable.

Description

  • Arbre caducifolié de taille moyenne, atteignant 30 m de haut ; fût rectiligne et cylindrique ou irrégulier, jusqu’à 100 cm de diamètre ; surface de l’écorce grise, lisse ou superficiellement fissurée, souvent avec de nombreuses lenticelles ; cime aplatie, en forme d’ombrelle ; jeunes rameaux courtement poilus.
  • Feuilles alternes, composées bipennées à 1–3(–4) paires de pennes ; stipules subulées, caduques ; pétiole de 2–4,5 cm de long, sillonné en dessus, courtement poilu, avec une glande sessile vers le milieu de la face supérieure, rachis de 2–4 cm de long, à pubescence éparse ; folioles en 3–7(–8) paires par penne, à pétiolules de 0,5–2 mm de long, obliquement rhombiques-ovales, jusqu’à 7(–9) cm × 3(–4) cm, obtuses à aiguës à l’apex, à fine pubescence ou presque glabres. Inflorescence : capitule axillaire sur un pédoncule de 2–4 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, blanches ; pédicelle de 1,5–7 mm de long, à fine pubescence grisâtre ; calice de 1,5–2,5 mm de long, à long tube denté au sommet, pubescent à l’extérieur ; corolle de 3–5,5 mm de long, à tube de 2–3 mm de long, pubescent à l’extérieur ; étamines nombreuses, de 6–13 mm de long, unies à la base, filets blancs ; ovaire supère, de 1,5–2 mm de long, à stipe d’environ 0,5 mm de long, s’amincissant graduellement en un style jusqu’à 12 mm de long.
  • Fruit : gousse oblongue, aplatie, de 12–26 cm × 3–4 cm, à stipe jusqu’à 8 mm de long, pubescente ou presque glabre, veinée transversalement de manière peu distincte, d’un brun brillant ou mat à maturité, s’ouvrant par 2 valves papyracées, renfermant environ 10 graines.
  • Graines globuleuses aplaties à ellipsoïdes, de 8–12 mm × 6–8 mm.
  • Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Albizia glaberrima pousse lentement. Il forme des nodules fixateurs d’azote. Les valves des gousses avec les graines encore attachées sont dispersées par le vent.

Le genre Albizia comprend environ 120 espèces et se rencontre dans toutes les régions tropicales. En Afrique continentale, on en trouve quelque 35 espèces, à Madagascar une trentaine. Il se caractérise par ses inflorescences en capitules, avec 1–2 fleurs centrales modifiées, fonctionnellement mâles et pourvues d’un tube staminal plus grand et nectarifère. Des analyses moléculaires ont montré que le genre Albizia est hétérogène, et qu’une révision de ce genre est nécessaire. Albizia glaberrima est souvent confondu avec Albizia zygia (DC.) J.F.Macbr., qui en diffère par ses folioles sessiles.

Albizia glaberrima est une espèce variable, et on en distingue 3 variétés, dont var. glaberrima et var. glabrescens (Oliv.) Brenan (synonyme : Albizia glabrescens Oliv.) sont répandues, la première de la Guinée-Bissau au Soudan et à l’Ouganda, et la seconde de la R.D. du Congo et du Kenya au Zimbabwe, au Mozambique et à Madagascar. La face inférieure des folioles de var. glaberrima est finement pubescente, et celle des folioles de var. glabrescens est glabre. Var. mpwapwensis Brenan est intermédiaire et ne se rencontre qu’en Tanzanie.

Ecologie

En Afrique occidentale et centrale, Albizia glaberrima se rencontre le plus communément dans la forêt semi-décidue, mais parfois aussi dans la forêt sempervirente exploitée. Au Cameroun, il est caractéristique de la forêt secondaire. En Afrique de l’Est, on peut le trouver dans la forêt pluviale de basses terres, dans les ripisylves et dans les brousses sempervirentes, et à Madagascar on le trouve dans la forêt claire décidue.

Gestion

Les graines doivent être récoltées avant la déhiscence des gousses, ce qui rend l’opération difficile. On peut les conserver jusqu’à 3 mois, mais elles sont sujettes aux attaques de charançons ; une addition de cendre réduit les dégâts d’insectes. Pour obtenir une bonne germination, on peut tremper les graines dans de l’eau bouillante, laisser refroidir, et maintenir les graines dans l’eau pendant 24 heures avant de les semer. Les semis sont classés comme essence de lumière non pionnière. On récolte parfois des semis naturels en forêt pour les replanter sur le terrain. Les jeunes arbres peuvent être traités par recépage et étêtage. Les grumes peuvent présenter un cœur mou, et la présence de bois de tension semble être assez fréquente. Les grumes doivent être traitées avec un produit d’imprégnation peu après l’abattage pour prévenir les attaques d’insectes sur l’aubier.

Ressources génétiques

Albizia glaberrima est répandu et localement commun, et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

On sait peu de chose sur Albizia glaberrima, en partie probablement parce qu’il est peu commun dans plusieurs pays de son aire de répartition, et en partie parce qu’il est confondu avec d’autres Albizia spp. En tant qu’essence à fins multiples, il mérite davantage d’attention dans les programmes agroforestiers.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Brenan, J.P.M., 1959. Leguminosae subfamily Mimosoideae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 173 pp.
  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Katende, A.B., Birnie, A. & Tengnäs, B., 1995. Useful trees and shrubs for Uganda: identification, propagation and management for agricultural and pastoral communities. Technical Handbook 10. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 710 pp.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.

Autres références

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Brenan, J.P.M., 1970. Leguminosae (Mimosoideae). In: Brenan, J.P.M. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 153 pp.
  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.
  • Gilbert, G. & Boutique, R., 1952. Mimosaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 3. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 137–233.
  • Gros, J.P., 1994. Xylotomie d’Albizia glaberrima (Schum. et Thonn.) Benth., Mimosaceae. Revue de Cytologie et de Biologie Vegetales, le Botaniste 17: 179–187.
  • Hawthorne, W., 1990. Field guide to the forest trees of Ghana. Natural Resources Institute, for the Overseas Development Administration, London, United Kingdom. 275 pp.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Lovett, J.C., Ruffo, C.K., Gereau, R.E. & Taplin, J.R.D., 2006. Field guide to the moist forest trees of Tanzania. [Internet] Centre for Ecology Law and Policy, Environment Department, University of York, York, United Kingdom. http://celp.org.uk/projects/tzforeco/. February 2007.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Williamson, J., 1955. Useful plants of Nyasaland. The Government Printer, Zomba, Nyasaland. 168 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2007. Albizia glaberrima (Schumach. & Thonn.) Benth. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 18 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.