Albertisia villosa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Albertisia villosa (Exell) Forman


Protologue: Kew Bull. 30(1) : 84 (1975).
Famille: Menispermaceae

Synonymes

  • Epinetrum villosum (Exell) Troupin (1962).

Origine et répartition géographique

Albertisia villosa est présent au Gabon, au Congo, en R.D. du Congo et à Cabinda (Angola).

Usages

En R.D. du Congo, la décoction d’écorce de racine se prend pour traiter le paludisme et la décoction de racine pour traiter la diarrhée et la dysenterie. Les feuilles écrasées s’appliquent sur la peau pour soigner les brûlures et les feuilles broyées sur les plaies comme hémostatique. Albertisia villosa aurait des vertus abortives.

Production et commerce international

En R.D. du Congo, Albertisia villosa est couramment vendu sur les marchés locaux comme remède.

Propriétés

L’écorce de racine d’Albertisia villosa contient des alcaloïdes bisbenzylisoquinoliniques, la cycléanine, la cocsoline et la norcycléanine, la cycléanine étant le plus abondant (85%). Les extraits aqueux et au méthanol de racine ont fait ressortir de fortes propriétés antibactériennes dans des essais de criblage in vitro. L’extrait au méthanol était également efficace contre la diarrhée induite par l’huile de ricin chez la souris. Des essais in vitro sur la cycléanine et sur l’extrait alcaloïdique de l’écorce de racine ont mis en évidence une puissante activité antibactérienne, antifongique, antiplasmodium et cytotoxique. Les recherches ont montré que la cycléanine favorisait l’inhibition des tumeurs de l’oreille induites par le 12-O-tétradécanoyl-phorbol-13-acétate chez le rat. Ces résultats peuvent partiellement expliquer et confirmer l’utilisation de l’écorce de racine d’Albertisia villosa dans le traitement du paludisme et d’autres maladies infectieuses en médecine traditionnelle en R.D. du Congo.

Description

Liane dioïque ; rameaux à poils rouges. Feuilles alternes, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole de 3–10 cm de long, poilu ; limbe ovale, de 9–20 cm × 6–18 cm, base cordée, apex longuement acuminé, poilu sur les deux faces, pennatinervé à 4–5 paires de nervures latérales mais également avec 5–7 nervures basales. Inflorescence mâle : cyme axillaire à 2–5 fleurs, à court pédoncule, fleurs femelles solitaires. Fleurs unisexuées, régulières, presque sessiles ; fleurs mâles à 9 sépales, les 6 sépales extérieurs lancéolés, atteignant 10 mm de long, très poilus, les 3 sépales intérieurs lancéolés à ovales, de 6–10 mm × 2–4 mm, coriaces, poilus, pétales absents ou au nombre de 6 et très petits, étamines jusqu’à 30, soudées en un tube staminal atteignant 1 mm de long, anthères soudées en une tête conique de 1,5–4 mm de long ; fleurs femelles à 9–12 sépales, les 6–9 sépales extérieurs lancéolés, atteignant 10 mm de long, très poilus, les 3 sépales intérieurs d’environ 7 mm de long, pétales 6, de 1–2,5 mm × 1,5–3 mm, profondément cordés, garnis d’une touffe de poils rouges à l’apex, ovaire supère, constitué de 8–12 carpelles de 3–5 mm de long, densément couvert de poils rougeâtres. Fruit composé de 2–6 drupes ellipsoïdes de 3–4,5 cm × 2,5–3 cm, densément poilues, contenant 1 graine chacune. Graines ellipsoïdes, de 2–2,5 cm × 1–1,5 cm.

Autres données botaniques

Le genre Albertisia comprend 18 espèces, 13 en Afrique et 5 en Asie tropicale. Une autre espèce présente au Congo, en R.D. du Congo et en Angola (et peut-être aussi en Côte d’Ivoire et en Tanzanie) est Albertisia undulata (Hiern) Forman, également utilisée comme abortif en R.D. du Congo. Les feuilles broyées dans de l’huile de palme sont employées pour traiter les plaies.

Ecologie

Albertisia villosa est présent dans les forêts denses et humides, ainsi que dans les forêts secondaires et les forêts galeries, à des altitudes basses à moyennes.

Ressources génétiques

Bien que le milieu d’Albertisia villosa se réduise, rien n’indique qu’il soit menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Les puissantes activités antiplasmodium, bactéricide, cytotoxique et fongicide du principal composé actif, la cycléanine, justifient un approfondissement des recherches sur les applications médicinales d’Albertisia villosa.

Références principales

  • Lohombo-Ekomba, M.L., Okusa, P.N., Penge, O., Kabongo, C., Choudhary, M.I. & Kasende, O.E., 2004. Antibacterial, antifungal, antiplasmodial, and cytotoxic activities of Albertisia villosa. Journal of Ethnopharmacology 93(2–3): 331–335.
  • Longanga-Otshudi, A., Vercruysse, A. & Foriers, A., 2000. Contribution to the ethnobotanical, phytochemical and pharmacological studies of traditionally used medicinal plants in the treatment of dysentery and diarrhoea in Lomela area, Democratic Republic of Congo (DRC). Journal of Ethnopharmacology 71(3): 411–423.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Troupin, G., 1951. Menispermaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 2. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 202–255.
  • Troupin, G., 1962. Monographie des Menispermaceae africaines. Mémoires in-8. Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, Classe des Sciences Naturelles et Médicales, Nouvelle série 8(2), Brussels, Belgium. 313 pp.

Autres références

  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Longanga-Otshudi, A., Apers, S., Pieters, L., Claeys, M., Pannecouque, C., De Clerck, E., Van Zeebrouck, A., Lauwers, S., Frédérich, M. & Foriers, A., 2005. Biologically active bisbenzylisoquinoline alkaloids of the root bark of Epinetrum villosum. Journal of Ethnopharmacology 102: 89–94.
  • Longanga-Otshudi, A., Foriers, A., Vercruysse, A., Van Zeebroeck, A. & Lauwers, S., 2000. In vitro antimicrobial activity of six medicinal plants traditionally used for the treatment of dysentery and diarrhoea in Democratic Republic of Congo (DRC). Phytomedicine 7(2): 167–172.
  • Wome, B., 1985. Recherches ethnopharmacognosiques sur les plantes médicinales utilisées en médecine traditionnelle à Kisangani (Haut-Zaïre). PhD thesis, Faculty of Sciences, University of Brussels, Brussels, Belgium. 561 pp.

Auteur(s)

  • A. de Ruijter, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

de Ruijter, A., 2008. Albertisia villosa (Exell) Forman. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 17 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.