Alafia landolphioides (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Alafia landolphioides (A.DC.) Benth. & Hook.f. ex K.Schum.


Protologue: Engl. & Prantl, Nat. Pflanzenfam. 4, 2 : 165 (1895).
Famille: Apocynaceae

Synonymes

  • Alafia scandens (Thonn.) De Wild. (1903).

Origine et répartition géographique

Alafia landolphioides se rencontre depuis le Sénégal jusqu’à la Centrafrique et au nord de la R.D. du Congo.

Usages

En Côte d’Ivoire et au Ghana, la décoction de feuilles d’Alafia landolphioides est ingérée pour traiter les rhumatismes, et les résidus râpés sont frottés sur les points de douleur rhumatismale. Au Ghana, le latex est utilisé comme adhésif pour les poisons de flèches ; en Centrafrique, il entre également dans la composition de poisons de flèches.

Description

Liane pouvant atteindre 20 m de long, à latex blanc ; tige atteignant 2,5 cm de diamètre ; écorce brun foncé, avec des lenticelles brun pâle. Feuilles opposées, simples et entières ; stipules à l’aisselle du pétiole ; pétiole de 3–7 mm de long ; limbe elliptique à étroitement elliptique, de 4–13 cm × 1,5–6,5 cm, base cunéiforme à arrondie, apex acuminé, coriace, glabre ou poilu. Inflorescence : cyme dichasiale terminale plutôt lâche, multiflore ; pédoncule de 3–40 mm de long ; bractées sépaloïdes. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, odorantes ; pédicelle de 1–5 mm de long ; sépales libres, ovales à largement ovales, de 1,5–2 mm de long, obtus ou arrondis ; corolle blanche, rouge foncé à la gorge, tube de 6–7 mm de long et de 1,5–2 mm de large au-dessus de la base, s’élargissant légèrement près de la zone d’insertion des étamines et rétréci vers la gorge, glabre à l’extérieur, portant à l’intérieur une ceinture de poils en dessous de la zone d’insertion des étamines, lobes obliquement elliptiques à oblongs ou obovales, de 5,5–9 mm de long, arrondis, étalés, poilus près du bord avec de longs poils frisés sur la partie des lobes recouverte dans le bouton ; étamines insérées à 1,5–3,5 mm de la base du tube de la corolle, incluses, anthères sessiles, en tête de flèche ; ovaire supère, globuleux, constitué de 2 carpelles séparés, style étroitement obconique, de 2,5–3 mm de long, tête du pistil constituée d’un anneau basal, d’une partie cylindrique et d’un apex stigmoïde à 2 lobes. Fruit constitué de 2 follicules séparés, cylindriques et linéaires de 18–45 cm × 0,5–1,5 cm, déhiscents, brun foncé, striés, glabres, contenant de nombreuses graines. Graines étroitement ellipsoïdes, de 16–19 mm × 2–3 mm × 0,5–1 mm, présentant plusieurs lignes longitudinales, portant à la base une aile aiguë de 2 mm de long et au sommet une touffe de poils de 3–5 cm de long.

Le genre Alafia comprend 23 espèces, dont 15 se rencontrent en Afrique continentale et 8 à Madagascar. Les graines et les racines d’Alafia erythrophthalma (K.Schum.) Leeuwenb., qui se rencontre partiellement dans les mêmes régions qu’Alafia landolphioides, c’est- à-dire depuis le Nigeria jusqu’à l’Ouganda et la R.D. du Congo, sont utilisées comme ingrédient de poisons de flèches en Centrafrique et en R.D. du Congo.

Ecologie

Alafia landolphioides se rencontre en forêt et en savane, jusqu’à 1000 m d’altitude.

Ressources génétiques

Bien qu’Alafia landolphioides soit assez répandu, il est soumis localement à de fortes pressions dues à la destruction de son milieu (par ex. en Côte d’Ivoire).

Perspectives

Il s’avère nécessaire de mener des recherches pour évaluer le potentiel d’Alafia landolphioides dans le traitement des douleurs rhumatismales. Alafia landolphioides produit de grandes quantités de fleurs odorantes et pourrait donc servir de plante ornementale.

Références principales

  • Abbiw, D.K., 1990. Useful plants of Ghana: West African uses of wild and cultivated plants. Intermediate Technology Publications, London and Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 337 pp.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Kerharo, J. & Bouquet, A., 1950. Plantes médicinales et toxiques de la Côte d’Ivoire - Haute-Volta. Vigot Frères, Paris, France. 291 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Autres références

  • Avit, J-B.L.F., Pedia, P.L. & Sankaré, Y., 1999. Diversité biologique de la Côte d’Ivoire - Rapport de synthèse. Ministère de l’Environnement et de la Forêt, Abidjan, Côte d’Ivoire. 273 pp.
  • Terashima, H. & Ichikawa, M., 2003. A comparative ethnobotany of the Mbuti and Efe hunter-gatherers in the Ituri forest, Democratic Republic of Congo. African Study Monographs 24(1–2): 1–168.

Auteur(s)

  • A. de Ruijter, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 20 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.