Agave americana (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Agave americana L.


Protologue: Sp. pl. 1: 323 (1753).
Famille: Agavaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 60

Noms vernaculaires

  • Agave d’Amérique (Fr).
  • Century plant, American agave, American aloe (En).
  • Piteira de boi, piteira brava (Po).

Origine et répartition géographique

Agave americana est originaire du Mexique et du sud des Etats-Unis. Il s’est répandu dans le monde entier en raison de sa valeur ornementale. Son aire de répartition en Afrique n’est pas reflétée par les collections d’herbiers étant donné qu’il est introduit et qu’il n’est pas facile à collecter. Mais on peut le trouver probablement dans toute l’Afrique tropicale.

Usages

En R.D. du Congo et à l’île Maurice, le jus des feuilles d’Agave americana se boit pour ses effets laxatifs et ses vertus diurétiques ; on l’utilise aussi comme emménagogue. Il est appliqué sur les plaies et les coupures pour favoriser la cicatrisation. La décoction de racines se prend, en mélange avec du miel, pour soigner la syphilis et elle a également des propriétés diurétiques. En Afrique du Sud, les feuilles servent à traiter les troubles cardiaques, l’hypertension et les affections gastro-intestinales. Coupées en morceaux et chauffées, on les emploie en usage externe pour soulager les douleurs rhumatismales. Leur jus fait office d’insecticide, par ex. contre les termites en Tanzanie.

Comme plante ornementale, Agave americana est planté dans les jardins privés et publics et au bord des routes. C’est aussi une plante de haie et il est planté en suivant les courbes de niveau pour lutter contre l’érosion, ainsi que pour la remise en valeur des terres dénudées et surpâturées. Les fibres de ses feuilles s’utilisent localement pour confectionner des étoffes.

Propriétés

Deux dérivés différents du triacontanol, isolés à partir des feuilles, ont montré une activité antibactérienne contre Staphylococcus spp., Pseudomonas aeruginosa et Escherichia coli. Des extraits de feuilles ont montré des effets molluscicides et insecticides. Les feuilles contiennent des enzymes de conversion de l’angiotensine, qui sont un puissant remède contre l’hypertension. Elles renferment également plusieurs sapogénines, par ex. de l’hécogénine, qui peuvent s’utiliser dans la fabrication de corticostéroïdes hémisynthétiques, mais seulement s’ils ne contiennent pas trop de tigogénine, parce que cela réduit la qualité du produit et les rendements. Chez des plantes nigérianes, on n’a trouvé de tigogénine qu’à l’état de trace dans les feuilles. Cette tigogénine est en soi une matière première dans la production d’autres stéroïdes.

Les feuilles contiennent des cristaux d’oxalate de calcium en aiguilles, appelés raphides, qui peuvent provoquer des dermatites de contact et de la conjonctivite.

Description

Vigoureuse plante herbacée vivace atteignant 9 m de haut à la floraison, produisant des rejets ; tige courte et épaisse, atteignant 20 cm de diamètre, garnie d’une dense rosette de feuilles à l’apex. Feuilles disposées en spirale, succulentes, sessiles, lancéolées, de 1–2 m × 15–25 cm, base charnue, triangulaires en coupe transversale, apex à épine pointue, brun foncé, atteignant 5 cm de long, bord ondulé à denté à dents atteignant 10 mm de long, bleu-gris pâle à vertes, parfois panachées. Inflorescence : très grande panicule terminale, relativement lâche ; pédoncule de 2–8 m de long. Fleurs bisexuées, régulières ; périanthe tubulé, de 8–20 mm de long, 6-lobé, jaune pâle ; étamines 6, insérées au-dessus du milieu du tube du périanthe, de 6–9 cm de long ; ovaire infère, 3-loculaire, style 1, plus long que les étamines, stigmate 3-lobé. Fruit : capsule oblongue de 4–5 cm de long, à bec court, contenant de nombreuses graines. Graines plates, en forme de disque, de 7–8 mm × 5–6 mm, incurvées, d’un noir brillant. Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Agave americana suit le cycle du métabolisme acide crassulacé (CAM). Les plantes CAM sont capables de fixer le CO2 la nuit et de réaliser la photosynthèse avec des stomates fermés le jour, ce qui limite leur déperdition en eau. Le genre Agave comprend 100–200 espèces, toutes originaires d’Amérique centrale et du Mexique.

Ecologie

Agave americana est adapté à toutes sortes de conditions. En Afrique de l’Est, on le rencontre depuis le niveau de la mer jusqu’à 2500 m d’altitude. On le trouve dans des zones de précipitations aussi bien faibles qu’élevées. Dans de nombreux pays d’Afrique australe, y compris l’Afrique du Sud, il est considéré comme une espèce envahissante nuisible.

Gestion

La multiplication d’Agave americana se fait par rejets ou par graines. La teneur des feuilles en hécogénine augmente avec l’âge de la plante et atteint son maximum pendant les périodes sèches.

Ressources génétiques

Agave americana est largement réparti et cultivé, et ne laisse présager d’aucune menace. De nombreux cultivars ornementaux ont été mis au point, notamment un cultivar aux feuilles à bords jaune pâle, connu sous le nom de ‘Marginata’, planté partout. Ses propriétés ornementales donnent lieu à des travaux continus de sélection et d’amélioration.

Perspectives

Source d’un remède contre l’hypertension, Agave americana est une plante prometteuse. L’hypertension, souvent considérée comme une maladie des populations aisées, est en augmentation chez les populations urbaines africaines.

Références principales

  • Duncan, A.C., Jäger, A.K., & van Staden, J., 1999. Screening of Zulu medicinal plants for angiotensin converting enzyme inhibitors. Journal of Ethnopharmacology 68: 63–70.
  • Edwards, S. & Tesfaye, Y., 1997. Agavaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 6. Hydrocharitaceae to Arecaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 83–85.
  • Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
  • Gurib-Fakim, A., Guého, J. & Bissoondoyal, M.D., 1995. Plantes médicinales de Maurice, tome 1. Editions de l’Océan Indien, Rose-Hill, Mauritius. 495 pp.

Autres références

  • Dahal, K.R., Utomo, B.I. & Brink, M., 2003. Agave sisalana Perrine. In: Brink, M. & Escobin, R.P. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 17. Fibre plants. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 68–75.
  • Dharmshaktu, N.S., Prabhakaran, P.K. & Menon, P.K., 1987. Laboratory study on the mosquito larvicidal properties of leaf and seed extract of the plant Agave americana. Journal of Tropical Medicine & Hygiene 90(2): 79–82.
  • Gbolade, A.A., Olayemi, J.O., Elujoba, A.A., Sofowora, A. & Adesina, S.K., 1992. Factors affecting the levels of steroidal sapogenins in Nigerian Agave and Furcraea species. Fitoterapia 63(1): 45–48.
  • Lorenza-Salinas, M., Ogura, T. & Soffchi, L., 2001. Irritant contact dermatitis caused by needle-like calcium oxalate crystals, raphides, in Agave tequilana among workers in tequila distilleries and agave plantations. Contact Dermatitis 44(2): 94.
  • McDaniel, R.G., 1985. Field evaluations of Agave in Arizona. Desert Plants 7(2): 57–60.
  • Nel, J.L., Richardson, D.M., Rouget, M., Mgidi, T.N., Mdzeke, N., Le Maitre, D.C., van Wilgen, B.W., Schonegevel, L., Henderson L. & Neser, S., 2004. A proposed classification of invasive alien plant species in South Africa: towards prioritizing species and areas for management action. South African Journal of Science 100: 53–64.
  • Parmar, V.S., Jha, H.N., Gupta, A.K., Prasad, A.K., Gupta, S., Boll, P.M. & Tyagi, O.D., 1992. New antibacterial tetratriacontanol derivatives from Agave americana L. Tetrahedron 48(7): 1281–1284.
  • Sukumaran, D., Parashar, B.D. & Rao, K.M., 1994. Molluscicidal properties of Agave americana and Balanites aegyptica. International Journal of Pharmacognosy 32(3): 232–238.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.
  • Yang, C.-R., Zhang, Y., Jacob, M.R., Khan, S.I., Zhang, Y.-J. & Li, X.-C., 2006. Antifungal activity of C-27 steroidal saponins. Antimicrobial Agents and Chemotherapy 50(5): 1710–1714.

Auteur(s)

  • P. Oudhia, SOPAM, 28-A, Geeta Nagar, Raipur, 492001, C.G., India

Citation correcte de cet article

Oudhia, P., 2007. Agave americana L. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 17 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.