Adenia firingalavensis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Adenia firingalavensis (Drake ex Jum.) Harms


Protologue: Engl. & Prantl, Nat. Pflanzenfam. (ed. 2) 21 : 490 (1925).
Famille: Passifloraceae

Synonymes

  • Ophiocaulon firingalavense Drake ex Jum. (1903).

Noms vernaculaires

  • Bottle liana (En).

Origine et répartition géographique

Adenia firingalavensis est endémique de l’ouest et du sud de Madagascar.

Usages

On tire du tronc une fibre de mauvaise qualité. Il arrive que la cire recouvrant le tronc soit récoltée. La plante est très toxique et n’est utilisée en médecine que par les guérisseurs traditionnels très expérimentés. Malgré sa grande taille et sa croissance lente, elle est cultivée par des collectionneurs spécialistes de plantes succulentes.

Production et commerce international

Adenia firingalavensis fait l’objet d’un commerce international comme plante ornementale, mais seulement à petite échelle.

Propriétés

Toutes les parties d’Adenia firingalavensis sont toxiques. Il contient de la volkénine et de la tétraphylline B, des hétérosides cyanohydrines.

Botanique

Grande liane succulente, caducifoliée, atteignant 15 m de long ; fût conique à subsphérique, atteignant 2 m de haut et 50 cm de diamètre ; écorce externe bleu-vert, verruqueuse et généralement couverte d’une épaisse couche verdâtre de cire ; branches lianescentes, atteignant 3,5 m de long et 1,5–3 mm d’épaisseur. Feuilles à vie courte, simples ; aisselles portant une vrille ou une inflorescence ; stipules triangulaires à filiformes, atteignant 1 mm de long ; pétiole de 2–10(–12) cm de long, avec 2 glandes à l’apex ; limbe orbiculaire à ovale, entier à 3(–5)-lobé, de 3–10(–17) cm × 2,5–10(–18) cm, base cordée, apex acuminé, bord entier, vert brunâtre au-dessus, vert glauque pâle au-dessous, réticulation des nervures distincte. Vrilles simples, de 4–10 cm de long. Inflorescence axillaire sur une pousse courte ou pédonculée, portant 1–5 fleurs mâles ou 1(–2) fleurs femelles. Fleurs mâles en entonnoir, atteignant environ 3 cm de long ; sépales 5, linéaires, de 9–30 mm × 1–2 mm ; pétales 5, lancéolés-linéaires, de 6–16 mm × 1–2 mm ; étamines 5, filets de 4–9 mm de long, base connée, anthères d’environ 5 mm × 0,3 mm ; couronne indistincte ou absente ; ovaire rudimentaire présent. Fleurs femelles en large entonnoir, atteignant environ 40 mm × 5 mm ; sépales étroitement lancéolés à linéaires, atteignant 30 mm × 2 mm ; pétales lancéolés à linéaires, atteignant 20 mm × 2,5 mm ; staminodes 5, linéaires ; couronne indistincte ou absente ; ovaire ovoïde-oblong, de 4–8 mm de long, à 6 côtes, styles 3, stigmates plus ou moins réniformes. Fruit : capsule ovoïde de 6–7 cm × 3–4 cm, 1-loculaire ; péricarpe coriace, s’ouvrant par 3 valves, à 30–60 graines. Graines ovoïdes à globuleuses, de 6–8 mm × 5–7 mm, aplaties. Plantule à germination épigée.

Adenia firingalavensis a une croissance lente. Il est généralement commun, malgré des taux de régénération faibles par endroits. Il fleurit et fructifie d’août à décembre. Les vrilles axillaires sont des inflorescences modifiées.

Le genre Adenia comprend environ 100 espèces avec des centres de diversité en Afrique de l’Est et de l’Ouest, à Madagascar et en Asie du Sud-Est. Dans les régions tropicales du continent africain, il en existe environ 60 espèces ; à Madagascar environ 30, toutes endémiques.

Adenia stylosa (Perr.) D.J.Hearn (synonyme : Adenia firingalavensis var. stylosa (H.Perrier) W.J.de Wilde) du nord du Madagascar ressemble à Adenia firingalavensis, mais les données moléculaires et morphologiques suggèrent qu’il s’agit d’une espèce à part.

Adenia olaboensis Claverie, grande liane à tronc renflé, endémique de l’ouest de Madagascar, produit une fibre souple de qualité médiocre. Il est présent sous des arbustes et en forêt secondaire. La tige, plutôt horizontale, atteint 4 m de long et 40 cm de diamètre, et présente des côtes verticales caractéristiques. Les rameaux lianescents atteignent 12 cm de diamètre et forment des troncs et lianes secondaires de plusieurs mètres. Les plus grandes ont le même type de côtes que le tronc. Les feuilles sont simples, cordées, de 7 cm × 6 cm, épaisses, vertes au-dessus, et verdâtre pâle au-dessous. Les fleurs sont jaunes. Selon le folklore des Sakalavas, il faut installer cette plante sur le côté est des maisons.

Adenia cladosepala (Baker) Harms (synonyme : Adenia ambongensis Claverie), vigoureuse liane dépourvue de tronc épaissi et présente au nord-ouest de Madagascar, produit une fibre de relativement mauvaise qualité.

Ecologie

Adenia firingalavensis pousse du niveau de la mer jusqu’à 500 m d’altitude dans les endroits abrités à l’ombre dans les forêts sèches, les broussailles et les zones rocailleuses dérivées du calcaire.

Gestion

La multiplication est possible par graines ou par bouturage.

Ressources génétiques

Malgré sa croissance lente et ses taux de régénération localement médiocres, Adenia firingalavensis est commun par endroits et présent dans plusieurs zones protégées. Il fait l’objet d’une certaine demande à l’échelle internationale pour l’horticulture, mais le nombre de plantes exportées de Madagascar est peu important, environ 550 exemplaires de 2000 à 2006. Les exportations sont régulées par la CITES 2. Adenia olaboensis figure aussi dans l’annexe 2 de la CITES.

Perspectives

L’importance d’Adenia firingalavensis va probablement rester marginale du point de vue économique.

Références principales

  • de Wilde, W.J.J.O., 1971. A monograph of the genus Adenia Forsk. (Passifloraceae). Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 71–18. Wageningen, Netherlands. 281 pp.
  • Hearn, D.J., 2006. Adenia (Passifloraceae) and its adaptive radiation: phylogeny and growth form diversification. Systematic Botany 31(4): 805–821.
  • Hearn, D.J., 2007. Novelties in Adenia (Passifloraceae): four new species, a new combination, a vegetative key, and diagnostic characters for known Madagascan species. Brittonia 59(4): 308 327.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1945. Passifloracées (Passifloraceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 143. Imprimerie Officielle, Tananarive, Madagascar. 50 pp.

Autres références

  • Bernhard, A., 1999. Flower structure, development, and systematics in Passifloraceae and in Abatia (Flacourtiaceae). International Journal of Plant Science 160(1): 135–150.
  • Decary, R., 1946. Plantes et animaux utiles de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille, 54e année, 6e série, 4e volume, 1er et dernier fascicule. 234 pp.
  • de Wilde, W.J.J.O., 1970. A survey of the species of the genus Adenia (Passifloraceae) in Madagascar, with some new combinations, the description of some new taxa, and a key to the species. Adansonia, n.s. 10(1): 111–126.
  • Medina, J.C., 1959. Plantas fibrosas da flora mundial. Instituto Agronômico Campinas, Sao Paulo, Brazil. 913 pp.
  • Olafsdottir, E.S., Andersen, J.V. & Jaroszewski, J.W., 1989. Cyanohydrin glycosides of Passifloraceae. Phytochemistry 28(1): 127–132.
  • Rietveld, S. & Farazanamalala, J., 2008. Zazamalala forest and botanical garden. [internet] Foundation Friends of Southwestern Madagascar. http://www.madagaskar.com/. January 2010.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 14 novembre 2018.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.