Adansonia za (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg



Adansonia za Baill.




Protologue: Bull. Soc. Linn. Paris 2: 844 (1890).
Famille: Bombacaceae (APG: Malvaceae)
Nombre de chromosomes: 2n = 48, 88

Synonymes

Adansonia alba Jum. & H.Perrier (1909), Adansonia bozy Jum. & H.Perrier (1910).

Noms vernaculaires

Baobab de Madagascar (Fr). Za baobab, baobab (En).

Origine et répartition géographique

Adansonia za est endémique de Madagascar, où il est présent dans tout le nord, l’ouest et le sud.

Usages

On consomme la pulpe du fruit et les graines riches en huile, ainsi que les racines des plantules. La pulpe du fruit a un agréable goût acide. On donne le bois humide des arbres qui viennent d’être abattus à manger au bétail en période de disette. On évide parfois le tronc pour en faire des citernes destinées à stocker l’eau. La fibre d’écorce s’utilise pour confectionner des étoffes et des cordages. Les fleurs sont employées en médecine pour traiter le mal de gorge.

Production et commerce international

Propriétés

Les graines contiennent 11% d’huile. La composition de l’huile en acides gras est : acide palmitique 27%, acide stéarique 3%, acide oléique 30%, acide linoléique 23%. L’huile contient également des acides gras rares : acide malvalique 7%, acide sterculique 8%, et acide dihydrosterculique 2%.

Description

Arbre caducifolié de taille moyenne atteignant 30 m de haut ; fût cylindrique ou légèrement effilé à renflements irréguliers, atteignant 3 m de diamètre ; écorce externe plus ou moins lisse, grise ; cime arrondie ; branches principales souvent effilées et ascendantes. Feuilles disposées en spirale, composées palmées, à 5–8 folioles ; stipules caduques ; pétiole de 5–15 cm de long ; pétiolules de 0–3 cm de long ; folioles largement elliptiques à lancéolées, les folioles médianes atteignant 20 cm × 8 cm, bords entiers, glabres ou parfois rugueuses, à 10–20 (–nombreuses) paires de nervures latérales. Fleurs solitaires à l’aisselle des feuilles à l’extrémité des rameaux, bisexuées, régulières, 5-mères, grandes, voyantes, odorantes ; bouton floral dressé à horizontal, allongé à cylindrique, de 15–24 cm × 1,5–2,5 cm ; pédicelle de 2–3 cm de long, articulé, vert ; calice tubulaire, tube étroitement fixé autour de la base des pétales, avec un renflement annulaire marqué à la base, d’environ 2 mm de large, lobes linéaires, de 15–22 cm × 10–12 mm, réfléchis et tordus, verts et rugueux à l’extérieur, rouge foncé et poilus à l’intérieur ; pétales libres, linéaires, de 14–24 cm × 1–1,5 cm, tordus, jaunes ; étamines nombreuses, fusionnées à la base en un tube cylindrique ou effilé de 4–6,5 cm de long ; ovaire supère, conique à ovoïde, densément poilu, style de 16–22 cm de long, rouge foncé, glabre et densément poilu à la base, généralement inséré de manière lâche dans le tube staminal et persistant chez le fruit, stigmate de 3–5 mm de diamètre, irrégulièrement lobé, rouge. Fruit : baie oblongue à ovoïde ou globuleuse de 10–30 cm × 6–15 cm, à épaisse paroi ligneuse et fibreuse, cannelée, noirâtre, contenant de nombreuses graines. Graines réniformes, aplaties latéralement, atteignant 12 mm × 11 mm × 8 mm ; tégument dur. Plantule à germination hypogée ; première feuille simple, feuilles subséquentes devenant peu à peu 3-foliolées et composées palmées.

Autres données botaniques

Le genre Adansonia comprend 8 espèces, dont 6 sont endémiques de Madagascar, 1 est présente sur le continent africain et a été introduite à Madagascar, et 1 est endémique de l’Australie. Adansonia za ressemble beaucoup à Adansonia madagascariensis Baill. et ces deux espèces ne peuvent pas toujours être nettement distinguées. La dernière se caractérise par ses pétales généralement rouges, son style non persistant et son fruit plus large. Elle est limitée au nord et au nord-ouest de Madagascar, où les fruits se consomment rarement. La consommation des racines épaissies des plantules est plus répandue. Adansonia perrieri Capuron est une autre espèce du nord de Madagascar, où elle est rare et en danger. La pulpe de son fruit est comestible.

Au sein de l’espèce Adansonia za, il existe une certaine variabilité entre le sud et le nord de son aire de répartition ; les individus situés dans le sud ont des folioles nettement pétiolulées et des fruits pourvus de pédoncules renflés, tandis que vers le nord les folioles deviennent sessiles et plus grandes, et les pédoncules ne sont pas renflés.

Croissance et développement

Les arbres produisent de nouvelles feuilles pendant la saison sèche et sont en feuilles pendant toute la saison des pluies. Ils utilisent les réserves d’eau emmagasinées dans le tronc pour assurer la poussée des nouvelles feuilles et la transpiration cuticulaire, mais les stomates restent fermés jusqu’à la saison des pluies. Les arbres fleurissent au début de la saison des pluies, de novembre à février, un peu plus tôt dans le nord que dans le sud. La pollinisation est probablement effectuée par les sphynx Coelonia. Les fruits mûrissent à la fin de la saison sèche.

Ecologie

Adansonia za est présent dans les forêts épineuses, les forêts décidues sèches, dans la savane et les maquis, jusqu’à 800 m d’altitude. C’est une espèce dominante dans certaines forêts décidues du sud de Madagascar, mais moins abondante dans le nord-ouest, où elle est concentrée au bord des fleuves. Sur les sols sableux ou sur les affleurements calcaires, elle devient rabougrie.

Multiplication et plantation

Le taux de germination des graines est faible, souvent guère supérieur à 10%. Il est nécessaire de procéder à leur scarification mécanique pour interrompre la dormance dont est responsable leur tégument dur et imperméable à l’eau. Au stockage, le comportement des graines est orthodoxe.

Ressources génétiques

Si la diversité génétique d’Adansonia za n’est pas menacée en raison de son aire géographique étendue, sa régénération médiocre pourrait menacer sa survie à long terme. L’espèce figure sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN dans la catégorie des “quasi menacé”, mais proche de la catégorie “vulnérable” à l’état sauvage. Les principales menaces viennent du défrichage forestier et d’une mauvaise régénération naturelle.

Perspectives

L’usage d’Adansonia za va sans doute rester limité, bien que les racines des plantules pourraient devenir un aliment prisé, comme cela a été suggéré pour les jeunes racines du baobab australien, Adansonia gibbosa (A.Cunn.) Guymer ex D.A.Baum.

Références principales

  • Baum, D.A., 1995. A systematic revision of Adansonia (Bombacaceae). Annals of the Missouri Botanical Garden 82(3): 440–471.
  • Baum, D.A., 1995. The comparative pollination and floral biology of baobabs (Adansonia - Bombacaceae). Annals of the Missouri Botanical Garden 82(2): 322–348.
  • Baum, D.A., 1996. The ecology and conservation of the baobabs of Madagascar. In: Ganzhorn, J.U. & Sorg, J.-P. (Editors). Ecology and economy of a tropical dry forest in Madagascar. Primate Report. Special Issue 46: 311–328.
  • Baum, D.A. & Oginuma, K., 1994. A review of chromosome numbers in Bombacaceae with new counts for Adansonia. Taxon 43(1): 11–20.
  • Bianchini, J.-P., Ralaimanarivo, A., Gaydou, E.M. & Waegell, B., 1982. Hydrocarbons, sterols and tocopherols in the seeds of six Adansonia species. Phytochemistry 21(8): 1981–1987.
  • Chapotin, S.-M., Razanameharizaka, J.H. & Holbrook, N.M., 2006. Baobab trees (Adansonia) in Madagascar use stored water to flush new leaves but not to support stomatal opening before the rainy season. New Phytologist 169: 549–559.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1953. Les Adansonia de Madagascar et leur utilisation. 2ième note. Revue Internationale de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale 33: 241–244.
  • Ralaimanarivo, A., Gaydou, E.M. & Bianchini, J.-P., 1982. Fatty acid composition of seed oils from six Adansonia species with particular reference to cyclopropane and cyclopropene acids. Lipids 17: 1–10.

Autres références

  • Bihrmann, undated. Caudiciforms: Adansonia za. [Internet] http://www.bihrmann.com/ caudiciforms/subs/ ada-za-sub.asp. September 2006.
  • Du Puy, B., 1996. Faunal interactions with genus Adansonia in the Kirindy Forest. In: Ganzhorn, J.U., & Sorg, J.-P. (Editors). Ecology and Economy of a Tropical Dry Forest in Madagascar. Primate Report. Special Issue 46: 329–334.
  • Jumelle, H. & Perrier de la Bâthie, H., 1909. Nouvelles observations sur les baobabs de Madagascar. Matières Grasses 1909: 1509–1512.
  • Jumelle, H. & Perrier de la Bâthie, H., 1910. Fragments biologiques de la flore de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille 2e Série 8: 447–451.
  • Miège, J., 1974. Etude du genre Adansonia 2: Caryologie et blastogenèse. Candollea 29: 457–475.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1952. Adansonia de Madagascar. Clef et diagnoses. Notulae Systematicae (Paris) 14: 300–304.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1952. Sur les utilités de l’Adansonia grandidieri et les possibilitées de culture. Revue Internationale de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale 32: 286–288.
  • Razanameharizaka, J., Grouzis, M., Ravelomanana, D. & Danthu, P., 2006. Seed storage behaviour and seed germination in African and Malagasy baobabs (Adansonia species). Seed Science Research 16(1): 83–88.
  • Wickens, G.E., 1982. The Baobab: Africa’s upside-down tree. Kew Bulletin 37(2): 173–209.

Sources de l'illustration

  • Baillon, M.H., 1889. Histoire naturelle des plantes. In: Grandidier, A. (Editor). Histoire Physique, Naturelle et Politique de Madagascar. Imprimerie Nationale, Paris, France. Pl. 79A–I.
  • Hochreutiner, B.P.G. & Perrier de la Bâthie, H., 1955. Bombacacées (Bombacaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), familles 129–130. Firmin-Didot et cie., Paris, France. 21 pp.

Auteur(s)

  • B. Ambrose-Oji

Centre for Arid Zone Studies - Natural Resources, University of Wales, Bangor, Gwynedd LL57 2UW, United Kingdom

  • N. Mughogho

Centre for Arid Zone Studies - Natural Resources, University of Wales, Bangor, Gwynedd LL57 2UW, United Kingdom

Consulté le 14 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.