Acalypha psilostachya (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acalypha psilostachya Hochst. ex A.Rich.


Protologue: Tent. fl. abyss. 2: 246 (1850).
Famille: Euphorbiaceae

Origine et répartition géographique

Acalypha psilostachya se rencontre depuis le Soudan et l’Ethiopie jusqu’au Malawi, la Zambie, l’Angola et le Mozambique.

Usages

Au Burundi, la décoction de feuilles se prend pour traiter les maux de tête, contre la rétention placentaire et comme tonique pour les femmes enceintes. Le jus de feuilles se prend pour arrêter les saignements pendant la grossesse et pour traiter l’aménorrhée. La décoction de rameaux feuillés sert en bain oculaire et le jus des feuilles s’utilise en collyre pour traiter la conjonctivite. La décoction de feuilles se boit, ou la cendre de rameaux feuillés s’inhale pour traiter les points de côté. L’infusion de rameaux feuillés se prend par voie orale et la vapeur s’inhale pour traiter les étourdissements. La décoction de feuilles s’utilise en lavement pour traiter la diarrhée, et s’avale pour traiter les parasites intestinaux.

Description

Plante herbacée vivace ou arbuste, monoïque, érigé, atteignant 3 m de haut ; tiges peu à densément poilues, avec ou sans poils glandulaires. Feuilles disposées en spirale, simples ; stipules linéaires-lancéolées, de 2–4 mm de long ; pétiole jusqu’à 11 cm de long, mince ; limbe ovale à ovale-lancéolé, de 2–15 cm × 1–9 cm, base arrondie à cordée, apex acuminé, bords dentés, membraneux, brièvement poilu à presque glabre sur les deux faces, plus poilu le long de la nervure médiane, (5–)7–9-nervé à la base et à 4–6 paires de nervures latérales. Inflorescence : épi axillaire, solitaire ou en paires, atteignant 9(–12) cm de long, comportant surtout des fleurs mâles et (1–)3–4(–8) fleurs femelles à la base ; pédoncule poilu ; bractées des fleurs femelles profondément 5–7-lobées, lobes linéaires-lancéolés à ovales-lancéolés, le lobe médian atteignant 8 mm × 12 mm. Fleurs unisexuées, sessiles, pétales absents ; fleurs mâles à minuscule calice 4-lobé, brièvement poilu, rougeâtre, étamines 8, libres, anthères jaunâtres ; fleurs femelles à 3 sépales ovales, ciliés, d’environ 0,5 mm de long, ovaire supère d’environ 0,5 mm de diamètre, légèrement 3-lobé, densément et brièvement poilu, 3-loculaire, styles 3, libres, de 2–3 mm de long, frangés, blancs. Fruit : capsule 3-lobée d’environ 1,5 mm × 2,5 mm, densément et brièvement poilue. Graines ovoïdes-globuleuses, d’environ 1 mm × 1 mm, lisses, brunes, à caroncule petite.

Autres données botaniques

Le genre Acalypha comprend environ 460 espèces et se rencontre dans toutes les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, sauf en Europe. On en dénombre environ 65 espèces en Afrique tropicale, et 35 environ à Madagascar et sur d’autres îles de l’océan Indien. Acalypha psilostachya comprend 2 variétés dont les aires de répartition se chevauchent pour la plus grande partie ; var. psilostachya, avec une tige et une inflorescence densément poilues, et var. glandulosa Hutch., dont la pilosité est variable mais qui a aussi des poils glandulaires.

Ecologie

Acalypha psilostachya pousse en sous-étage de la forêt submontagnarde humide, dans les vallées, également dans les savanes herbeuses et les forêts marécageuses submontagneuses, persistant dans les endroits perturbés, à 500–3000 m d’altitude.

Gestion

Les feuilles et les tiges feuillées d’Acalypha psilostachya se récoltent surtout dans la nature pendant la saison des pluies.

Ressources génétiques

Acalypha psilostachya est relativement répandu dans les régions montagneuses de son aire de répartition, et rien n’indique qu’il soit génétiquement menacé.

Perspectives

Les seuls usages connus d’Acalypha psilostachya sont au Burundi, où il a de nombreuses applications médicinales. L’étude de sa composition chimique et de ses activités pharmacologiques est justifiée.

Références principales

  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Radcliffe-Smith, A., 1996. Euphorbiaceae, subfamilies Phyllantoideae, Oldfieldioideae, Acalyphoideae, Crotonoideae and Euphorbioideae, tribe Hippomaneae. In: Pope, G.V. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 4. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 1–337.

Autres références

  • Radcliffe-Smith, A., 1987. Euphorbiaceae (part 1). In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 407 pp.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2007. Acalypha psilostachya Hochst. ex A.Rich. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 8 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.