Acalypha fruticosa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acalypha fruticosa Forssk.


Protologue: Fl. aegypt.-arab. : 161 (1775).
Famille: Euphorbiaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 20

Noms vernaculaires

  • Gonasokola, mchacha, mnukovunda (Sw).

Origine et répartition géographique

Acalypha fruticosa est présent depuis le Soudan jusqu’en Somalie, et vers le sud en passant par l’Afrique de l’Est et la R.D. du Congo jusqu’en Afrique australe, mais en évitant le bassin humide du fleuve Congo. On le trouve aussi au Yémen, en Inde du Sud, au Sri Lanka et au Myanmar.

Usages

Les chasseurs-cueilleurs Suieis du nord du Kenya font cuire les racines dans une soupe d’os de chèvre, qu’ils prennent pour traiter les problèmes hépatiques, et les maux d’estomac provoqués par une surconsommation de miel. La décoction de racine se boit pour traiter les convulsions, la fièvre, les rhumes et les œdèmes du scrotum. L’infusion de racine se prend pour traiter les quintes de toux. Le filtrat des feuilles macérées dans de l’eau ou du lait se prend pour traiter la constipation. La tige et la racine se mastiquent pour traiter les maux de dents. En Afrique australe, la décoction de racine se prend pour traiter les morsures de serpent, la fièvre et les ulcères d’origine vénérienne. En Tanzanie, la décoction de feuilles se boit pour traiter l’épilepsie. L’infusion de feuilles se prend pour traiter les problèmes d’estomac et les œdèmes sur le corps. La macération de feuilles sert de collyre pour traiter les infections oculaires. Le jus des feuilles est avalé ou utilisé en gouttes nasales pour traiter la toux et les affections pulmonaires. Les feuilles broyées s’appliquent en pâte sur la gale et les plaies. Les feuilles fraîches broyées mêlées à de l’eau servent en friction et en inhalation pour leurs vertus sédatives. Les tiges broyées dans de l’eau s’appliquent sur les plaies des animaux.

Les Suieis du nord du Kenya utilisent la tige pour confectionner des hampes de flèches et des couvercles de ruches. En Tanzanie, les pousses feuillées d’Acalypha fruticosa sont consommées comme légume. En Afrique de l’Est, Acalypha fruticosa est une plante de pâture importante pour les moutons. En Ethiopie, les feuilles séchées sont un succédané du thé.

Propriétés

Un extrait aqueux de feuilles s’est avéré avoir une activité antibactérienne significative contre Staphylococcus aureus et Enterococcus faecalis in vitro. L’extrait de racine n’a pas fait ressortir d’activité antifongique. L’extrait de feuille au méthanol a montré une activité antioxydante in vitro et une activité anti-inflammatoire chez les rats. Dans des essais menés en laboratoire, des larves de plusieurs espèces de tiques du bétail ont été particulièrement attirées par Acalypha fruticosa en raison de l’odeur que dégage la plante. Dans la nature, ce sont surtout des larves de Rhipicephalus appendiculatus que l’on trouve sur Acalypha fruticosa.

Description

Arbuste monoïque aromatique, fortement ramifié, atteignant 4 m de haut ; tiges poilues et vertes au départ, presque glabres et brun rougeâtre par la suite. Feuilles disposées en spirale, simples ; stipules étroitement lancéolées, de 3–4 mm de long, brunes ; pétiole de 0, 5–4,5(–7) cm de long ; limbe largement ovale à rhombique-ovale, de (1–)3–7(–9) cm × 1–5 cm, base cunéiforme à arrondie, apex acuminé, bords dentés, légèrement à régulièrement couvert de courts poils sur les deux faces, légèrement à régulièrement ponctué de glandes jaunâtres en dessous, membraneux, 5(–7)-nervé à la base et à (2–)4–5 paires de nervures latérales. Inflorescence : épi axillaire, solitaire, atteignant 5 cm de long, partie inférieure interrompue, portant 1–4(–7) fleurs femelles, partie supérieure portant des fleurs mâles congestionnées, terminé par une fleur femelle ; pédoncule poilu ; bractées largement ovales à réniformes chez les fleurs femelles, d’environ 1 cm × 1–1,5 cm, dentées, légèrement ponctuées de glandes jaunes, à côtes saillantes. Fleurs unisexuées, sessiles, pétales absents ; fleurs mâles à minuscule calice 4-lobé, à denses poils blancs, étamines 8 ; fleurs femelles à 3 sépales ciliés, ovales-lancéolés, d’environ 1 mm de long, ovaire supère d’environ 0,5 mm de diamètre, 3-loculaire, 3-lobé à presque globuleux, densément et brièvement poilu, styles 3, libres, d’environ 4 mm de long, frangés, roses ou rouges. Fruit : capsule 3-lobée d’environ 2 mm × 3 mm, ponctué de glandes jaunes, densément et brièvement poilue, se fendant en 3 méricarpes, chacun 2-valve et contenant 1 graine. Graines ellipsoïdes-ovoïdes, de 1,5–2 mm × 1–1,5 mm, lisses, brunes, à caroncule elliptique.

Le ratio de fleurs mâles par rapport aux femelles augmente des inflorescences du bas à celles du haut, et augmente également avec l’altitude.

Autres données botaniques

Le genre Acalypha comprend environ 460 espèces et est présent dans toutes les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, sauf en Europe. En Afrique tropicale, il y en a environ 65 espèces, et environ 35 espèces à Madagascar et sur d’autres îles de l’océan Indien. Plusieurs autres espèces pérennes d’Acalypha à fleurs mâles et femelles sur la même inflorescence ont des usages médicinaux.

Acalypha engleri

La décoction de racine d’Acalypha engleri Pax & K.Hoffm., espèce du sud-est du Kenya et de la Tanzanie, se prend pour traiter les maux de dos. On frictionne le crâne avec un extrait de feuille pour traiter les maux de tête.

Acalypha neptunica

En Afrique de l’Est, la décoction de racines d’Acalypha neptunica Müll.Arg., présent du Ghana à l’Afrique de l’Est, se prend pour ses vertus diurétiques. Les rameaux servent de hampes de flèches.

Acalypha volkensii

La décoction de racines d’Acalypha volkensii Pax, originaire d’Afrique de l’Est, se prend dans du lait pour traiter la gonorrhée. La plante entière broyée s’applique sur la gale, et le jus de racines sur les plaies. Les feuilles broyées s’inhalent pour traiter les toux aiguës. L’infusion de racine se prend pour ses vertus purgatives. Les rameaux servent à confectionner des flèches.

Ecologie

Acalypha fruticosa est présent dans les bosquets et les fourrés décidus et côtiers, les savanes arborées, les savanes herbeuses fluviales, sur les berges rocailleuses ou les affleurements rocheux et dans les endroits humides, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1400 m d’altitude. Il est commun dans les zones surpâturées.

Ressources génétiques

Acalypha fruticosa est relativement commun dans son aire de répartition et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Acalypha fruticosa a plusieurs usages médicinaux intéressants, mais les informations sur les composés chimiques responsables de ces activités font défaut. Les données sur ses activités antibactériennes sont incomplètes et de ce fait, un approfondissement des recherches se justifie.

Références principales

  • Alasbahi, R.H., Safiyeva, S. & Craker, L.E., 1999. Antimicrobial activity of some Yemeni medicinal plants. Journal of Herbs, Spices and Medicinal plants 6(3): 75–83.
  • Gupta, M., Mazumdar, U.K., Sivahkumar, T., Vamis, M.L.M., Karki, S., Sambathkumar, R. & Manikandan, L., 2003. Antioxidant and anti-inflammatory activities of Acalypha fruticosa. Nigerian Journal of Natural Products and Medicine 7: 25–29.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Radcliffe-Smith, A., 1996. Euphorbiaceae, subfamilies Phyllantoideae, Oldfieldioideae, Acalyphoideae, Crotonoideae and Euphorbioideae, tribe Hippomaneae. In: Pope, G.V. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 4. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 1–337.

Autres références

  • Le Floc’h, E., Lemordant, D., Lignon, A. & Rezkallah, N., 1985. Pratiques ethnobotaniques des populations Afars de la moyenne vallée de l’Awash (Ethiopie). Journal of Ethnopharmacology 14: 283–314.
  • Hassan, S.M., Dipeolu, O.O. & Malonza, M.M., 1994. Natural attraction of livestock ticks by the leaves of a shrub. Tropical Animal Health and Production 26(2): 87–91.
  • Ichikawa, M., 1987. A preliminary report on the ethnobotany of the Suiei Dorobo in northern Kenya. African Study Monographs, Supplement 7: 1–52.
  • Khan, M.R., 2001. Antibacterial activity of some Tanzanian medicinal plants. Pharmaceutical Biology 39(3): 206–212.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Terashima, H. & Ichikawa, M., 2003. A comparative ethnobotany of the Mbuti and Efe hunter-gatherers in the Ituri forest, Democratic Republic of Congo. African Study Monographs 24(1–2): 1–168.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2007. Acalypha fruticosa Forssk. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 12 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.