Acacia robusta (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg


port de l'arbre (Virtual Field Herbarium)
port de l'arbre (Virtual Field Herbarium)
branche en fruits (Virtual Field Herbarium)

Acacia robusta Burch.


Protologue: Trav. S. Africa 2 : 442 (1824).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 26, 52

Noms vernaculaires

  • Splendid thorn, splendid acacia, ankle thorn (En).
  • Mungu manzi, egamosema (Po).
  • Mgunga (Sw).

Origine et répartition géographique

Acacia robusta se rencontre de l’Ethiopie et de la Somalie jusqu’à la Namibie et au nord et à l’est de l’Afrique du Sud. Il a été introduit ailleurs, par ex. en Asie du Sud.

Usages

Le bois est parfois utilisé pour la fabrication de meubles, d’étagères et de jougs, bien que ces usages soient limités en raison de sa forte tendance au gauchissement. On l’emploie aussi comme bois de feu ; c’est pour cet usage le bois préféré des Mijikendas du Kenya. Le feuillage et les gousses sont broutés par le bétail. En médecine traditionnelle, les racines réduites en poudre sont appliquées sur les enflures, et une décoction de racines est employée pour traiter la dysménorrhée, la stérilité féminine et la schistosomose, tandis qu’une décoction d’écorce du tronc sert à soigner la blennorragie, les douleurs abdominales et les affections de la peau, et les feuilles servent à traiter les morsures de serpents. Certaines applications médicinales de parties inconnues de l’arbre ont été rapportées, pour soigner la paludisme et la peste bubonique. Acacia robusta est parfois cultivé en bonsaï.

Propriétés

Le bois de cœur est brun rosé à brun roussâtre, nettement distinct de l’aubier, qui est épais et de couleur blanchâtre. Le grain est moyennement grossier à grossier, et homogène. Le bois est moyennement lourd, avec une densité d’environ 850 kg/m³ à 12% de teneur en humidité. Le gauchissement est souvent important lors du séchage. Le bois est cassant et moyennement durable, étant moyennement sensible aux attaques de térébrants et de termites ; l’aubier est sensible aux taches colorées. Les propriétés du bois pour la fabrication de pâte sont classées comme bonnes. La valeur énergétique du bois est de 18 100 kJ/kg.

La teneur en protéines brutes des graines est de 12,5%. La gomme de l’écorce contient 18% de protéines liées à un arabinogalactane. Dans des essais de dépistage, l’écorce des racines d’Acacia robusta a montré une forte action antibactérienne contre Staphylococcus aureus, et une action modérée contre Escherichia coli, mais ces actions n’ont pas été confirmées dans un essai ultérieur.

Description

  • Arbuste ou arbre de taille petite à moyenne atteignant 20(–25) m de hauteur ; système racinaire moyennement profond, à racines latérales fortement étalées ; fût jusqu’à 70 cm de diamètre ; écorce lisse à fissurée, brun-gris à brun foncé ou noire ; cime étalée ; jeunes rameaux lisses, avec des paires d’épines stipulaires droites jusqu’à 6(–11) cm de long.
  • Feuilles alternes, composées bipennées, avec 2–6(–10) paires de pennes ; rachis de 2,5–7 cm de long, pubescent ou glabre ; folioles en 9–27 paires par penne, obliquement oblongues, de (2–)3,5–13 (–16) mm × 1–5(–7) mm, glabres ou ciliées sur les bords.
  • Inflorescence : capitule axillaire globuleux de 9–12 mm de diamètre, généralement groupé en bouquets ; pédoncule de 2–2,5 cm de long, avec une paire de petites bractées sur la moitié inférieure.
  • Fleurs bisexuées, régulières, généralement 5-mères, petites, d’un blanc crémeux, odorantes, sessiles ; calice en coupe, à lobes courts ; corolle brièvement lobée, glabre ; étamines nombreuses, libres, jusqu’à 5 mm de long ; ovaire supère, 1-loculaire, style mince.
  • Fruit : gousse linéaire de 7–19 cm × 0,5–3 cm, droite ou courbée, plus ou moins ligneuse, glabre, brune, longitudinalement veinée, déhiscente, renfermant jusqu’à 15 graines.
  • Graines quadrangulaires à ellipsoïdes, comprimées, de 8–15 mm × 5–9 mm, lisses.

Autres données botaniques

Le genre Acacia est un important genre pantropical, qui comprend plus de 1300 espèces, dont la plupart se rencontrent en Australie (plus de 900) ; on en trouve plus de 200 en Amérique, et environ 130 en Afrique. Acacia robusta appartient au sous-genre Acacia, qui regroupe tous les Acacia africains ayant des stipules droites spinescentes. Acacia robusta est une espèce variable, qui est subdivisée en 3 sous-espèces :

  • subsp. clavigera (E.Mey.) Brenan (synonyme : Acacia clavigera E.Mey.), qui peut atteindre la taille d’un arbre moyen et se caractérise par son rachis foliaire pubescent et courbe, et ses gousses relativement minces ;
  • subsp. robusta , qui reste un petit arbre (jusqu’à 8 m de hauteur) et se caractérise par son rachis foliaire glabre et rectiligne et ses gousses relativement larges ;
  • subsp. usambarensis (Taub.) Brenan (synonyme : Acacia usambarensis Taub.), qui se caractérise par son rachis foliaire glabre et ses gousses très minces. On trouve assez communément des intermédiaires entre ces trois sous-espèces.

Acacia robusta pousse relativement vite. Les arbres sont généralement décidus pour une courte période. Les inflorescences apparaissent en même temps que les nouvelles feuilles ou après. La dispersion des graines se fait probablement par les animaux qui broutent l’arbre. Acacia robusta forme des nodules avec des bactéries fixatrices d’azote du genre Rhizobium. En Australie, on le considère comme envahissant.

Ecologie

Acacia robusta se rencontre dans les forêts claires et les savanes boisées, souvent près des cours d’eau, où l’on peut trouver des spécimens de grande taille, jusqu’à 1800 m d’altitude. Il est résistant à la sécheresse et au gel.

Gestion

Le taux de germination des graines non traitées peut être très faible, souvent de seulement 3% environ ; il est plus élevé lorsque les graines ont été ingérées par des herbivores. Une scarification mécanique peut améliorer la germination jusqu’à plus de 90%, et un traitement à l’eau bouillante ou à l’acide sulfurique peut la porter à plus de 80%. Diverses espèces de bruches peuvent attaquer les graines, notamment lorsqu’elles sont sur le sol. C’est pourquoi les graines destinées à la multiplication doivent être récoltées dans la cime des arbres, et la durée de stockage des graines non traitées doit être réduit au minimum. Les arbres se recèpent bien.

Ressources génétiques

Acacia robusta est répandu et localement commun, et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Le bois d’Acacia robusta est considéré comme étant de qualité assez médiocre, et n’a que des usages limités. Certains types ont une floraison spectaculaire et peuvent constituer de bons arbres d’ornement, même dans des régions sujettes au gel.

Références principales

  • Brenan, J.P.M., 1970. Leguminosae (Mimosoideae). In: Brenan, J.P.M. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 153 pp.
  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Palmer, E. & Pitman, N., 1972–1974. Trees of southern Africa, covering all known indigenous species in the Republic of South Africa, South-West Africa, Botswana, Lesotho and Swaziland. 3 volumes. Balkema, Cape Town, South Africa. 2235 pp.
  • Timberlake, J., Fagg, C. & Barnes, R., 1999. Field guide to the Acacias of Zimbabwe. CBC Publishing, Harare, Zimbabwe. 160 pp.

Autres références

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Brenan, J.P.M., 1959. Leguminosae subfamily Mimosoideae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 173 pp.
  • Churms, S.C. & Stephen, A.M., 1984. Structural studies of an arabinogalactan-protein from the gum exudate of Acacia robusta ssp. clavigera. Carbohydrate Research 133(1): 105–124.
  • Khan, M.R., 2001. Antibacterial activity of some Tanzanian medicinal plants. Pharmaceutical Biology 39(3): 206–212.
  • Khan, M.R., Ndaalio, G., Nkunya, M.H.H., Wevers, H. & Sawhney, A.N., 1980. Studies on African medicinal plants. Part I. Preliminary screening of medicinal plants for antibacterial activity. Planta Medica Suppl. 1980: 91–97.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Luoga, E.J., Witkowski, E.T.F. & Balkwill, K., 2004. Regeneration by coppicing (resprouting) of miombo (African savanna) trees in relation to land use. Forest Ecology and Management 189: 23–35.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Pakia, M. & Cooke, J.A., 2003. The ethnobotany of the Midzichenda tribes of the coastal forest areas in Kenya: 1. General perspective and non-medicinal plant uses. South African Journal of Botany 69(3): 370–381.
  • Robbertse, P.J., 1974. Germination of Acacia seed. Journal of South African Botany 40(4): 269 273.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2006. Acacia robusta Burch. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 10 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.