Acacia heterophylla (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acacia heterophylla (Lam.) Willd.


Protologue: Sp. pl. 4(2) : 1054 (1806).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 52

Synonymes

  • Racosperma heterophyllum (Lam.) Pedley (2003).

Noms vernaculaires

  • Tamarin des hauts, tamarin de la Réunion, chêne de Bourbon (Fr).
  • Mountain tamarind (En).

Origine et répartition géographique

Acacia heterophylla est endémique de la Réunion. On l’a signalé à Maurice, mais de façon probablement erronée. On l’a planté dans le centre de Madagascar, où il est sans doute naturalisé dans quelques localités.

Usages

Le bois d’Acacia heterophylla est considéré comme un bois de valeur, et on l’emploie dans la construction, les meubles locaux, les menuiseries, la parqueterie, les objets d’art et d’artisanat, ainsi que pour la confection de bardeaux. Autrefois on l’utilisait pour la construction de petits bateaux. L’arbre est planté comme arbre d’ornement le long des routes et comme source de nectar pour les abeilles.

Production et commerce international

La production commerciale de bois d’Acacia heterophylla est Réduite : en 1990 environ 1200 m³ de grumes ayant donné 400 m³ de sciages (à un prix moyen de US$ 1200/m³), et 480 000 bardeaux.

Propriétés

Le bois de cœur est jaune rosé à brun orangé, et est nettement distinct de l’aubier plus pâle. La densité est d’environ 600 kg/m³ à 12% de teneur en humidité. A 12% de teneur en humidité, le module de rupture est de 154 N/mm², le module d’élasticité de 11 180 N/mm², la compression axiale de 47 N/mm², le fendage de 26 N/mm et la dureté de flanc Chalais-Meudon de 2,2. Le bois est facile à travailler. Les propriétés de clouage et de collage sont bonnes, et le bois prend bien le vernis. Il prend un excellent poli.

Description

  • Arbuste ou arbre de taille petite à moyenne atteignant 20(–25) m de hauteur ; fût souvent court et tortueux, jusqu’à 150(–200) cm de diamètre ; cime étalée.
  • Feuilles des jeunes plantes alternes et composées bipennées avec 1–5 paires de pennes, chacune portant 7–14 paires de folioles ovales-oblongues de 6–10(–20) mm de long, mais bientôt remplacées par des phyllodes elliptiques et en général légèrement courbes de 6–16 cm × 0,5–1,5(–2) cm, coriaces, avec de nombreuses nervures longitudinales.
  • Inflorescence : capitule, en petits bouquets sur de courtes pousses axillaires, composé de 30–40 fleurs ; pédoncule de 5–10 mm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, petites, jaune pâle, presque sessiles ; calice en coupe, de 1–1,5 mm de long, avec de très petits lobes ; corolle de 2–2,5 mm de long, lobée jusqu’à la moitié de sa longueur ; étamines nombreuses, libres, de 3,5–4 mm de long ; ovaire supère, ellipsoïde, sessile, couvert de poils soyeux, style d’environ 10 mm de long, stigmate tubulaire.
  • Fruit : gousse étroitement oblongue, aplatie, de 6–11 cm × 0,5–1 cm, glabre, brune, renfermant 5–10 graines.
  • Graines ellipsoïdes-oblongues, comprimées, de 6–7 mm de long.

Autres données botaniques

Le genre Acacia est un important genre pantropical, qui comprend plus de 1300 espèces, dont la plupart se rencontrent en Australie (plus de 900) ; on en trouve plus de 200 en Amérique, et environ 130 en Afrique. Acacia heterophylla appartient au sous-genre Heterophyllum, qui comprend principalement des espèces australiennes à phyllodes et dépourvues d’aiguillons.

Acacia melanoxylon

Acacia melanoxylon R.Br. (“blackwood”), originaire d’Australie, est planté à la Réunion et à Maurice. Il ressemble à Acacia heterophylla, mais en diffère par ses phyllodes qui ont une nervation réticulée, des capitules disposés en grappes lâches et des gousses torses et plus étroites. Des recherches cytogénétiques semblent indiquer une origine autotétraploïde récente d’Acacia heterophylla à partir d’Acacia melanoxylon. Un autre proche parent d’Acacia heterophylla semble être Acacia koa A.Gray de Hawaï, dont quelques spécimens ont été plantés à la Réunion.

Les taux de croissance des semis d’Acacia heterophylla sont élevés, dans de bonnes conditions environ 1 m par an durant les 5 années qui suivent la germination. On estime que les arbres demandent 100 ans pour atteindre un diamètre de fût de 70 cm. Dans des essais à Madagascar, Acacia heterophylla n’a réussi qu’à 900 m d’altitude avec une pluviométrie annuelle de 1700 mm ; des arbres âgés de 10 ans avaient un diamètre à hauteur d’homme de 18 cm et une hauteur de 18 m, mais ils avaient une mauvaise forme. L’enracinement est superficiel, ce qui explique les dégâts souvent sérieux causés par les cyclones. La floraison est souvent abondante, et les fleurs sont visitées par les abeilles.

Ecologie

Acacia heterophylla se rencontre dans la forêt humide à (800–)1000–1800 (–2500) m d’altitude, et est localement abondant. La pluviométrie annuelle doit être d’au moins 1500 mm et répartie uniformément au cours de l’année.

Gestion

La germination naturelle apparaît après une perturbation de la forêt, par ex. après un incendie. Dans de telles circonstances, la régénération peut être abondante. Les semences peuvent rester viables pendant plus de 30 ans. La coupe à blanc de la forêt naturelle a été pratiquée pour établir des peuplements purs équiennes d’Acacia heterophylla à la suite de la régénération naturelle. Il faut pratiquer des désherbages réguliers, 2 fois par an durant les 3 premières années, afin d’éviter que les semis ne soient étouffés par des adventices telles que Solanum mauritianum Scop. On pratique une éclaircie lorsque les arbres sont âgés de 6 et 10 ans, pour réduire le nombre de tiges par hectare à 1250 et 800 respectivement. La densité définitive à obtenir après 50 ans est de 200 tiges/ha. En 1990, la surface ainsi aménagée à la Réunion était de 1600 ha. A l’heure actuelle il existe aussi des plantations. Les gousses sont récoltées sur les arbres lorsqu’elles virent au brun, et sont séchées pendant deux semaines. Avant le semis, les graines doivent être prétraitées par immersion dans l’eau bouillante pendant 15 minutes. La germination se produit 1–3 semaines après le semis. Les jeunes plants restent 6–8 mois en pépinière avant d’être transplantés. Le semis direct au champ est également possible. Des techniques de culture in vitro ont été récemment mises au point.

Le rendement en bois d’œuvre par arbre en forêt naturelle est souvent relativement faible en raison de la forme médiocre et de la faible longueur du fût ; le bois présente fréquemment des défauts tels que des nœuds. Des pratiques sylvicoles appropriées peuvent améliorer la forme et la longueur du fût, et par conséquent le rendement en bois d’œuvre.

Ressources génétiques

Le bois d’Acacia heterophylla est exploité depuis de nombreuses décennies, mais il subsiste à la Réunion des peuplements importants, couvrant quelque 7500 ha, principalement en forêt naturelle. Cependant, un suivi des populations de cet endémique étroit reste nécessaire.

Perspectives

La demande de bois d’œuvre en particulier pour l’industrie locale du meuble est très supérieure aux disponibilités. On a avancé qu’une surface totale de 3000 ha de peuplements bien aménagés d’Acacia heterophylla pourrait être créée à la Réunion, et fournir un rendement estimé à 4000 m³/an de sciages. Les importants investissements initiaux semblent valoir la peine au regard de la haute qualité et de la valeur du bois. L’emploi de cette essence indigène de la Réunion pour y créer des forêts de production est préférable à la plantation d’exotiques du point de vue de la conservation de la biodiversité.

Références principales

  • Borderes, M., 1991. Histoire d’une sylviculture: le tamarin des hauts. Bois et Forêts des Tropiques 229: 35–42.
  • Michon, R., 1998. Tamarins des hauts et tamarinaies à la Réunion: vers la gestion durable d’une espèce unique au monde. ONF Bulletin Technique 36: 79–89.
  • Polhill, R.M., 1990. Légumineuses. In: Bosser, J., Cadet, T., Guého, J. & Marais, W. (Editors). Flore des Mascareignes. Famille 80. The Sugar Industry Research Institute, Mauritius, l’Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer, Paris, France & Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 235 pp.

Autres références

  • Chauvet, B., 1968. Inventaire des espèces forestières introduites à Madagascar. Université de Tananarive, Madagascar. 187 pp.
  • Coulaud, J., Brown, S.C. & Siljak-Yakovlev, S., 1995. First cytogenetic investigation in populations of Acacia heterophylla, endemic from la Réunion island, with reference to A. melanoxylon. Annals of Botany, London 75(1): 95–100.
  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.
  • Lemeunier, C., 1992. Premiers essais réalisés en vue de la mise au point d'une technique de culture in vitro de l'Acacia heterophylla (tamarin des hauts de La Réunion). Mémoire Maîtrise, Université d'Angers, France. 48 pp.
  • Reynaud, J.F., 1991. Les problèmes d'approvisionnement de la filière bois. Bois et Forêts des Tropiques 229: 79–84.
  • Sarrailh, J.-M., Baret, S. & Rivière, J.N., 2008. Arbres et arbustes de la foret réunionnaise. (CD-ROM). CIRAD, Saint-Denis, Réunion.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2006. Acacia heterophylla (Lam.) Willd. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 14 novembre 2018.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.