Acacia gerrardii (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acacia gerrardii Benth.


Protologue: Trans. Linn. Soc. London 30(3) : 508 (1875).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 52

Synonymes

  • Acacia hebecladoides Harms (1902).

Noms vernaculaires

  • Grey-haired acacia, red-thorn (En).

Origine et répartition géographique

Acacia gerrardii est présent du Bénin Nigeria à l’Ethiopie puis vers le sud jusqu’en Afrique du Sud. Une seconde sous-espèce est répartie en Israël, en Irak, en Jordanie et dans la péninsule Arabique.

Usages

L’écorce est utilisée pour confectionner des cordages et des ficelles. Au Kenya, les feuilles et les gousses sont consommées par le bétail, au Zimbabwe les chèvres broutent les feuilles. En Afrique de l’Ouest, cependant, on signale que le bétail consomme rarement le feuillage. Acacia gerrardii est considéré comme un arbre utile sur les pâturages car il fournit seulement un léger ombrage et ne ralentit pas la croissance des espèces fourragères situées au-dessous. En Ouganda, les arbres sont épargnés lors du défrichement des terres pour l’agriculture ou pour le pacage. Au Zimbabwe, on a découvert qu’il est approprié pour stabiliser et réhabiliter les déchets de mine et les cendres. Au Kenya, les rameaux épineux sont utilisés pour faire les haies des enclos du bétail (“bomas”). Le bois est utilisé comme bois d’œuvre, pour la sculpture, les petites pièces d’ébénisterie, les poteaux, les piliers, les manches d’outil, pour produire du charbon de bois et comme bois de feu. On fait une soupe avec l’écorce. Les abeilles butinent les fleurs. Dans des régions arides des Etats-Unis, l’espèce est favorisée comme plante ornementale dans la conception de paysages désertiques.

La partie intérieure de l’écorce est utilisée pour traiter la toux et le mal de gorge par mastication ou dans de l’eau chaude. L’écorce est émétique et est utilisé pour traiter la diarrhée chez les enfants. Pour soulager les douleurs d’estomac, en Tanzanie, la racine est écrasée et prise avec de l’eau chaude, alors qu’au Soudan on utilise les feuilles aux mêmes fins. La racine écrasée et cuite est mélangée à de la bouillie et consommée 3 fois par jour pour soigner la schistosomose. Au Soudan, l’écorce et les gousses sont utilisées pour tuer des escargots.

Propriétés

L’aubier est brun ivoire et n’est pas nettement démarqué du bois de cœur, bien que ce dernier soit teinté de rose. Son grain est moyen à grossier. Le bois est relativement dur et moyennement lourd, avec une densité d’environ 900 kg/m³. Le bois est prédisposé au fendage et à la coloration fongique, et est moyennement résistant aux xylophages et aux termites. Son séchage demande beaucoup de soin.

Les feuilles contiennent plus de 17% de protéines brutes. Des extraits à l’acétone de l’écorce ont donné des esters de galloyle de la (+)-catéchine. On a découvert que des extraits à l’acétate d’éthyle d’espèces d’Acacia tuent des escargots. La gomme est hydrosoluble et contient 43% d’arabinose, 40% de galactose, 1% de rhamnose, 9% d’acide 4-méthyl-glucuronique et 7% d’acide glucuronique.

Description

Arbre atteignant 10(–15) m de haut, moins fréquemment un arbuste ; système racinaire profond ; tronc de 20–30 cm de diamètre ; écorce rugueuse et fissurée, grise à brun noirâtre ou noire ; rameaux à poils gris-brun ou glabres ; cime plate, en forme d’ombrelle ou irrégulière, habituellement étroite et ouverte ; petits rameaux à épines stipulaires appariées, grises, atteignant habituellement 1,5 cm de long, rarement 6 cm, droites, crochues ou recourbés. Feuilles alternes, composées bipennées, à (3–)5–10(–12) paires de pennes ; pétiole de 0,5–2,5 cm de long ; rachis de (1,5–)2–7 cm de long ; folioles habituellement en 12–28 paires par penne, de 3–7,5 mm × 1–2 mm, poilues au moins sur les bords à proximité de la base. Inflorescence : capitule axillaire globuleux, 1–plusieurs à l’aisselle des feuilles, avec une paire de petites bractées sur la moitié basse du pédoncule ; capitule comptant environ 50 fleurs. Fleurs 4–6-mères, blanches ou ivoire, odorantes ; corolle glabre ou seulement légèrement pubescente ; étamines nombreuses, libres, anthères glanduleuses, au moins certaines ; ovaire supère, 1-loculaire, style long et mince. Fruit : gousse linéaire-oblongue à linéaire, aplatie, de 4–22 cm × 6–11(–17) mm, arquée ou rarement droite, à valves minces, veloutée ou glabres. Graines à contour presque carré, aplaties, de 9–12 mm × 7 mm, brun olive. Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Acacia est un grand genre pantropical, comprenant plus de 1300 espèces ; la plupart sont présentes en Australie (plus de 900), plus de 200 en Amérique, et environ 130 en Afrique. Acacia gerrardii appartient au sous-genre Acacia, qui englobe toutes les espèces africaines d’Acacia ayant des stipules spinescentes droites. Acacia gerrardii subsp. negevensis Zohary se rencontre en Israël, en Irak, en Jordanie et dans la péninsule Arabique. Chez la sous-espèce gerrardii, 3 variétés (var. gerrardii, var. latisiliqua Brenan et var. calvescens Brenan) ont été distinguées sur la base de la pilosité des jeunes rameaux, de la largeur des gousses et de la forme des épines. Cependant, au Kenya, où les 3 variétés se rencontrent, la distinction entre elles n’est pas ressentie comme étant significative, car différentes formes intermédiaires existent.

Acacia ancistroclada Brenan est un arbuste ou petit arbre atteignant 7,5 m de haut, seulement présent dans le sud du Kenya et au nord de la Tanzanie. Au Kenya, on fait de la ficelle avec l’écorce. Acacia luederitzii Engl. (“false umbrella thorn”) est un arbre atteignant 12 m de haut, à tronc de 15–30(–75) cm de diamètre, souvent ramifié dès la base. Il est présent en Zambie, en Namibie, au Botswana, au Zimbabwe, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Swaziland. Les fibres de l’écorce interne sont utilisées pour confectionner des cordages.

Croissance et développement

La vitesse de croissance est moyennement élevée lorsqu’une nappe phréatique est disponible, mais faible si ce n’est pas le cas. La floraison a lieu juste avant ou au début de la saison des pluies. L’espèce s’enracine à une profondeur moyenne et a de petites racines latérales. Elle forme des nodules et fixe l’azote.

Ecologie

Acacia gerrardii est présent à 450–2200 m d’altitude sur des sols allant de limoneux à argileux, le plus souvent en savane boisée, en forêt claire et parfois en ripisylve. En Afrique de l’Est, il est parfois fréquent et dominant. Au Zimbabwe, on le trouve parfois sur des termitières, souvent comme petit arbuste grégaire.

Multiplication et plantation

Acacia gerrardii se multiplie facilement par graines. Il y a 10 000–15 000 graines par kg. Les graines peuvent être semées dans des pots ou directement à l’endroit définitif. La germination est améliorée par une immersion des graines dans l’eau chaude, suivie de leur refroidissement en les laissant tremper pendant 24 heures. La germination prend habituellement environ 5 jours. Les graines peuvent être conservées pour de longues périodes dans un lieu sec, mais elles sont sensibles aux dégâts des bruches. On ajoute des cendres aux graines stockées pour réduire les infestations et les dégâts.

Gestion

La plantation d’Acacia gerrardii à proximité des habitations est déconseillée à cause de ses épines nocives. Les arbres peuvent être recépés à n’importe quelle hauteur du tronc, mais plus la surface du stump est grande, plus le nombre de pousses est grand. Là où Acacia gerrardii doit être éliminé, les stumps peuvent être déterrés ou brulés, ou la surface de coupe des stumps peut être traitée avec un mélange de piclorame/2,4-D.

Maladies et ravageurs

En Arabie Saoudite, Acacia gerrardii subsp. negevensis est classé comme sensible à Meloidogyne javanica. Il en va probablement de même pour la sous-espèce africaine.

Récolte

L’écorce d’Acacia gerrardii est récoltée de manière sporadique et des rameaux sont émondés pour le fourrage.

Ressources génétiques

Il y a 2 entrées conservées dans les collections du National Plant Germplasm System du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis. Des efforts ont été faits pour explorer, réunir et évaluer les ressources génétiques de 6 espèces africaines d’Acacia ce qui a entraîné une collection de 141 provenances. Acacia gerrardii n’a pas été inclus mais serait un bon choix si on cherchait à étendre cette collection.

Perspectives

Acacia gerrardii n’est pas parmi les espèces d’Acacia les plus prometteuses, mais la grande variabilité génétique au sein de l’espèce et sa large répartition sont probablement une bonne base pour la sélection de caractères recherchés. Une analyse de la variabilité génétique au sein des peuplements kényans peut être intéressante pour comprendre le niveau de différenciation entre les variétés de la sous-espèce gerrardii.

Références principales

  • Brenan, J.P.M., 1959. Leguminosae subfamily Mimosoideae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 173 pp.
  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Dharani, N., 2002. Field guide to common trees and shrubs of East Africa. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 320 pp.
  • Katende, A.B., Birnie, A. & Tengnäs, B., 1995. Useful trees and shrubs for Uganda: identification, propagation and management for agricultural and pastoral communities. Technical Handbook 10. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 710 pp.
  • Timberlake, J., Fagg, C. & Barnes, R., 1999. Field guide to the Acacias of Zimbabwe. CBC Publishing, Harare, Zimbabwe. 160 pp.

Autres références

  • Arbonnier, M., 2000. Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest. CIRAD, MNHN, UICN. 541 pp.
  • Ayoub, H.S.M., 1985. Flavanol molluscicides from the Sudan acacias. Pharmaceutical Biology 23(2): 87–90.
  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Bingham, M.H., 1990. An ethno-botanical survey of Senanga West. Senanga West Agricultural Development Area, Department of Agriculture, Republic of Zambia. 27 pp.
  • Brenan, J.P.M., 1970. Leguminosae (Mimosoideae). In: Brenan, J.P.M. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 153 pp.
  • Grace, O.M., Prendergast, H.D.V., Jäger, A.K. & van Staden, J., 2002. Bark medicines in traditional healthcare in KwaZulu-Natal, South Africa: an inventory. South African Journal of Botany 69(3): 301–363.
  • Hegnauer, R. & Hegnauer, M., 1996. Chemotaxonomie der Pflanzen. Band 11b-1. Birkhäuser Verlag, Basel, Switzerland. 500 pp.
  • Ibrahim, A.A.M. & Aref, I.M., 2000. Host status of thirteen Acacia species to Meloidogyne javanica. Journal of Nematology 32(4S): 609–613.
  • Jurasek, P., Kosik, M. & Phillips, G.O., 1993. A chemometric study of the Acacia (gum arabic) and related natural gums. Food Hydrocolloids 7(1): 73–85.
  • Mahmoud, M.A., Khidir, M.O., Khalifa, M.A., Bashir el Amadi, A.M., Musnad, H.A.R. & Mohamed, E.T.I., 1995. Sudan: Country Report to the FAO International Technical Conference on Plant Genetic Resources (Leipzig 1996). Khartoum, Sudan. 86 pp.
  • Malan, E. & Pienaar, D.H., 1987. (+)-catechin-galloyl esters from the bark of Acacia gerrardii. Phytochemistry 26(7): 2049–2051.
  • Maundu, P., Berger, D., Saitabau, C., Nasieku, J., Kipelian, M., Mathenge, S., Morimoto, Y. & Höft, R., 2001. Ethnobotany of the Loita Maasai. Towards community management of the forest of the Lost Child. Experiences from the Loita Ethnobotany Project. UNESCO People and Plants Working Paper 8, Paris, France. 34 pp.
  • Mucunguzi, P., 1995. Effects of bruchid beetles on germination and establishment of Acacia species. African Journal of Ecology 33(1): 64–70.
  • Piha, M.I., Vallack, H.W., Michael, N. & Reeler, B.M., 1995. A low input approach to vegetation establishment on mine and coal ash wastes in semi-arid regions. II. Lagooned pulverized fuel ash in Zimbabwe. Journal of Applied Ecology 32(2): 382–390.
  • Ross, J.H., 1979. A conspectus of the African Acacia species. Memoirs of the Botanical Survey of South Africa No 44. 155 pp.
  • Shackleton, C.M., 2000. Stump size and the number of coppice shoots for selected savanna tree species. South African Journal of Botany 66(2): 124–127.
  • USDA, ARS & National Genetic Resources Program, 2011. Germplasm Resources Information Network - (GRIN). [Internet] National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland, United States. http://www.ars-grin.gov/. January 2011.
  • van Wyk, B. & van Wyk, P., 1997. Field guide to trees of southern Africa. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 536 pp.

Sources de l'illustration

  • Katende, A.B., Birnie, A. & Tengnäs, B., 1995. Useful trees and shrubs for Uganda: identification, propagation and management for agricultural and pastoral communities. Technical Handbook 10. Regional Soil Conservation Unit, Nairobi, Kenya. 710 pp.
  • Timberlake, J., Fagg, C. & Barnes, R., 1999. Field guide to the Acacias of Zimbabwe. CBC Publishing, Harare, Zimbabwe. 160 pp.

Auteur(s)

  • N. Nyunaï, Institut de Recherches Médicales et d’Etudes des Plantes Médicinales, B.P. 3805, Yaoundé, Cameroun

Citation correcte de cet article

Nyunaï, N., 2011. Acacia gerrardii Benth. [Internet] Fiche de PROTA4U. Brink, M. & Achigan-Dako, E.G. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. <http://www.prota4u.org/search.asp>.

Consulté le 8 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.