Acacia caffra (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


écorce (The Virtual Field Herbarium)
cime (The Virtual Field Herbarium)

Acacia caffra (Thunb.) Willd.


Protologue: Sp. pl. 4(2) : 1078 (1806).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 26

Noms vernaculaires

  • Common hook thorn (En).

Origine et répartition géographique

Acacia caffra se rencontre principalement dans le nord et l’est de l’Afrique du Sud et le Swaziland, mais on le trouve aussi dans le sud du Botswana et du Mozambique. On le trouve en petits peuplements près de Harare au Zimbabwe, provenant probablement d’une introduction ancienne. Il est planté en Inde.

Usages

Le bois est employé pour les pieux de clôture et parfois pour les meubles. Les Xhosas d’Afrique du Sud l’employaient pour faire leurs pipes traditionnelles, et il sert également de bois de feu. L’écorce est utilisée pour le tannage, et fournit un cuir brun pâle. Les ramilles servent à confectionner des paniers. Les Zoulous d’Afrique du Sud emploient une décoction de feuilles dans du lait en lavement contre les affections intestinales chez les enfants ; les feuilles sont parfois mâchées dans le même but. On boit une décoction de feuilles également pour traiter les rhumes et la fièvre, et on administre une infusion d’écorce pour purifier le sang. Les feuilles et les gousses sont consommées par le bétail, mais elles peuvent provoquer un empoisonnement.

Propriétés

Le bois de cœur est brun foncé et nettement distinct de l’aubier de couleur crème. Le grain est moyennement fin à moyennement grossier. Le bois est lourd et dur. Sa densité est de 980–1060 kg/m³ à 12% de teneur en humidité. Il sèche sans défauts sérieux.

On a isolé du bois de cœur un certain nombre de protéracacinidines (proanthocyanidines), et des feuilles plusieurs hétérosides cyanogénétiques.

Description

  • Arbuste ou petit arbre atteignant 14 m de hauteur ; fût souvent tortueux, jusqu’à 60 cm de diamètre ; écorce rugueuse, parfois fissurée, brun rougeâtre à brun noirâtre ; cime étalée ; rameaux glabres à densément poilus, portant des paires d’aiguillons crochus jusqu’à 9 mm de long juste au-dessous des nœuds.
  • Feuilles alternes, composées bipennées, avec 6–38 paires de pennes ; stipules linéaires, de 2,5–4 mm de long, caduques ; pétiole de 0,5–4 cm de long, avec une glande près du sommet, rachis de 2–23 cm de long, portant parfois des aiguillons jusqu’à 3 mm de long et avec des glandes entre les paires supérieures de pennes ; folioles en 16–64 paires par penne, linéaires à linéaires-oblongues, de 2–12 mm × 0,5–2,5 mm, obliques à la base, apex arrondi à aigu, glabres à pubescentes.
  • Inflorescence : épi axillaire de 2–10 cm de long, solitaire ou en fascicules ; pédoncule jusqu’à 4 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, petites, blanc crémeux, sessiles ; calice campanulé, tube de 0,5–1,5 mm de long, lobes plus courts ; corolle campanulée, tube jusqu’à 2 mm de long, lobes triangulaires, jusqu’à 1 mm de long ; étamines nombreuses, libres, jusqu’à 6 mm de long ; ovaire supère, de 0,5–2 mm de long, sessile ou stipité, style mince, jusqu’à 6 mm de long.
  • Fruit : gousse oblongue à linéaire de 4,5–19,5 cm × 0,5–2,5 cm, généralement droite, glabre à poilue, portant des écailles brun roux, à déhiscence longitudinale, renfermant jusqu’à 10 graines.
  • Graines ovoïdes à oblongues aplaties, de 6–12 mm × 4–8 mm, vert olive à brun pâle.

Autres données botaniques

Le genre Acacia est un important genre pantropical, qui comprend plus de 1300 espèces, dont la plupart se rencontrent en Australie (plus de 900) ; on en trouve plus de 200 en Amérique, et environ 130 en Afrique. Acacia caffra appartient au sous-genre Aculeiferum, qui regroupe tous les Acacia africains ayant des stipules non spinescentes et des aiguillons crochus. Acacia caffra est une espèce variable, notamment par sa pubescence, le nombre de pennes par feuille et la taille des folioles. On le confond parfois avec Acacia ataxacantha DC. et Acacia hereroensis Engl., le premier ayant des aiguillons disséminés et le second ayant des feuilles plus petites et des pétioles plus courts.

Les graines sont probablement dispersées par les grands herbivores tels qu’éléphants et antilopes ainsi que par les babouins, qui tous mangent les gousses.

Ecologie

Acacia caffra se rencontre dans les forêts claires, les savanes boisées et sur les collines rocheuses sèches, souvent le long des cours d’eau, jusqu’à 1500 m d’altitude.

Gestion

Acacia caffra se recèpe bien.

Ressources génétiques

Alors qu’Acacia caffra ne se rencontre que dans l’extrême sud du Botswana et du Mozambique, il est très répandu en Afrique du Sud, où on le trouve dans des milieux très variés. C’est pourquoi il y a peu de risques qu’il soit menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Acacia caffra n’aura jamais qu’une importance locale comme essence à bois d’œuvre, mais il a des potentialités comme arbre ornemental attrayant et à croissance rapide, résistant à la sécheresse et au gel.

Références principales

  • Brenan, J.P.M., 1970. Leguminosae (Mimosoideae). In: Brenan, J.P.M. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 153 pp.
  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Ross, J.H., 1967. Acacia caffra (Thunb.) Willd. in southern Africa. Webbia 22(1): 203–223.
  • Ross, J.H., 1975. Fabaceae, subfamily Mimosoideae. In: Ross, J.H. (Editor). Flora of southern Africa. Volume 16, part 1. Botanical Research Institute, Department of Agricultural Technical Services, Pretoria, South Africa. 159 pp.
  • Timberlake, J., Fagg, C. & Barnes, R., 1999. Field guide to the Acacias of Zimbabwe. CBC Publishing, Harare, Zimbabwe. 160 pp.

Autres références

  • Bennie, L., Coetzee, J., Malan, E. & Ferreira, D., 2002. Structure and stereochemistry of dimeric proteracacinidins possessing the rare C-4(C) leads to C-5(D) interflavanyl linkage. Phytochemistry 59(6): 673–678.
  • Conn, E.E., Seigler, D.S., Maslin, B.R. & Dunn, J., 1989. Cyanogenesis in Acacia subgenus Aculeiferum. Phytochemistry 28(3): 817–820.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2006. Acacia caffra (Thunb.) Willd. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 11 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.