Abutilon ramosum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Abutilon ramosum (Cav.) Guill. & Perr.


Protologue: Fl. Seneg. tent. 1 : 68 (1831).
Famille: Malvaceae

Origine et répartition géographique

Abutilon ramosum est répandu dans les régions sèches d’Afrique tropicale, du Cap-Vert et du Sénégal jusqu’en Erythrée, en Ethiopie et en Somalie, puis vers le sud jusqu’en Namibie, au Botswana, au Zimbabwe, au Mozambique et en Afrique du Sud. L’espèce se rencontre également au Yémen, au Pakistan et dans le nord-ouest de l’Inde.

Usages

L’écorce produit de la fibre. La poudre de racine s’ajoute à la bière ou à la bouillie et s’ingère en traitement des maux d’estomac.

Propriétés

Les graines contiennent 15,1–26,6% de protéines et 15,8% d’huile. L’huile des graines renferme de l’acide myristique (1,0%), de l’acide palmitique (19,1%), de l’acide palmitoléique (0,5%), de l’acide stéarique (6,5%), de l’acide oléique (23,7%), de l’acide linoléique (42,6%) et de l’acide linolénique (0,9%). Elle contient également de l’acide malvalique (2,5%) et de l’acide sterculique (1,3%), acides gras cyclopropénoïdes connus pour provoquer des troubles physiologiques chez les animaux.

Description

Plante herbacée annuelle ou vivace ou arbuste atteignant 2 m de haut ; toutes les parties couvertes de courts poils étoilés, entremêlés de longs poils étalés. Feuilles alternes, simples ; stipules linéaires, de 1–1,5 mm de long ; pétiole de 1–11 cm de long ; limbe largement ovale à suborbiculaire, atteignant 19 cm × 17 cm, parfois faiblement 3-lobé, cordé à la base, aigu à acuminé à l’apex, parfois 3-cuspidé, bord denté, face supérieure vert foncé, face inférieure légèrement plus pâle, légèrement poilu sur les deux faces, palmatinervé à 5–7 nervures. Inflorescence : cyme axillaire à 2–6 fleurs ou quelques fleurs solitaires, se réunissant parfois en une panicule terminale ; pédoncule mince, de 0,5–6 cm de long. Fleurs bisexuées, régulières, pédicelle atteignant 2 cm de long ; épicalice absent ; calice en coupe, de 4–12 mm de long, 5-lobé, segments aigus ; pétales 5, soudés à la base et adnés à la base de la colonne staminale, de 4–7 mm × 3 mm, jaune pâle à orange ; colonne staminale de 1,5–3 mm de long, filets d’environ 1 mm de long ; ovaire supère. Fruit : schizocarpe subglobuleux de méricarpes en forme de follicule ; méricarpes 6–10, de 6–8 mm × environ 3 mm, terminés par des arêtes de 2–3 mm de long, pubescents et glanduleux, se détachant tard, à 2–3 graines. Graines d’environ 2,5 mm de long, rougeâtres à brun foncé, papilleuses.

Au Bénin, Abutilon ramosum fleurit en novembre.

Le genre Abutilon comprend 100–150 espèces et est réparti dans les régions tropicales et subtropicales. La taxinomie doit être revue car la définition de plusieurs espèces n’est pas claire.

Ecologie

Abutilon ramosum se rencontre depuis le niveau de la mer jusqu’à 1800 m d’altitude dans les forêts claires à Acacia, les ripisylves, les forêts dégradées et les jachères.

Ressources génétiques

Etant donné sa vaste répartition et sa présence dans des milieux perturbés, l’espèce n’est pas menacée d’érosion génétique.

Perspectives

Abutilon ramosum est une source locale de fibres, mais on manque d’informations sur leur usage précis. De même, on ne dispose pas d’informations suffisantes sur la fibre et les autres usages de la plante pour en évaluer les perspectives.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Farooqi, J.A., 1986. Cyclopropenoid fatty acids in Abutilon ramosum seed oil. Fette, Seifen, Anstrichmittel 88(3): 94–95.
  • Prakash, D., Jain, R.K., Misra, P.S., 1988. Amino acid profiles of some under-utilised seeds. Plant Foods for Human Nutrition 38: 235–241.
  • Thulin, M., 1999. Malvaceae. In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 2. Angiospermae (Tiliaceae-Apiaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 40–83.
  • Verdcourt, B. & Mwachala, G.M., 2009. Malvaceae. In: Beentje, H.J. & Ghazanfar, S.A. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 169 pp.

Autres références

  • Akoègninou, A., van der Burg, W.J. & van der Maesen, L.J.G. (Editors), 2006. Flore analytique du Bénin. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. 1034 pp.
  • Brochmann, C. & Rustan, Ø.H., 2002. Additions to the vascular flora of Cabo Verde 4. Garcia de Orta, Série de Botânica 16(1–2): 5–31.
  • Exell, A.W. & Meeuse, A.D.J., 1961. Malvaceae. In: Exell, A.W. & Wild, H. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 1, part 2. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 420–511.
  • Exell, A.W. & Roessler, H., 1969. Malvaceae. Prodromus einer Flora von Südwestafrika. No 82. J. Cramer, Germany. 32 pp.
  • Hauman, L. & Wouters, W., 1963. Malvaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 10. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 92–190.
  • Keay, R.W.J., 1958. Malvaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 335–350.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Masters, M.T., 1868. Malvaceae. In: Oliver, D. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 1. L. Reeve & Co, Ashford, United Kingdom. pp. 175–214.
  • Vollesen, K., 1995. Malvaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 2. Canellaceae to Euphorbiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 190–256.

Auteur(s)

  • E.G. Achigan Dako, PROTA Network Office Africa, World Agroforestry Centre (ICRAF), P.O. Box 30677-00100, Nairobi, Kenya

Consulté le 22 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.