Abutilon longicuspe (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Abutilon longicuspe Hochst. ex A.Rich.


Protologue: Tent. fl. abyss. 1 : 69 (1847).
Famille: Malvaceae

Noms vernaculaires

  • Mbiha (Sw).

Origine et répartition géographique

Abutilon longicuspe est réparti depuis le Soudan, l’Erythrée et l’Ethiopie jusqu’en Angola, au Zimbabwe et au Mozambique, en passant par la R.D. du Congo et l’Afrique de l’Est. Il est également présent en Egypte et au Yémen.

Usages

Au Kenya, la tige sert localement à fabriquer de la ficelle et est utilisée comme matériau de vannerie. En Tanzanie, elle produit de la ficelle utilisée dans la construction des maisons. En Ethiopie, l’écorce de tige est utilisée comme corde. Les fleurs cuites se consomment comme légume. La plante est également utilisée comme fourrage, comme ornementale et comme mellifère.

En médecine traditionnelle kenyane, la plante est utilisée pour faciliter l’accouchement et expulser le placenta. La racine est utilisée en Tanzanie dans le traitement de problèmes gastriques.

Propriétés

Des fibres d’origine kenyane étudiées dans les années 1950 étaient de couleur jaune, leur résistance à la traction était de 66 kg/mm² et elles avaient une médiocre qualité de filature. Mais l’échantillon provenait de plantes cultivées dans des conditions suboptimales, dont la période de croissance et la durée de rouissage avaient probablement été trop courtes.

Description

Arbuste fortement ramifié atteignant 6 m de haut ; toutes les parties tomentelleuses, avec ou sans poils simples longs. Feuilles alternes, simples ; stipules linéaires, d’environ 6 mm de long ; pétiole de 2–19 cm de long ; limbe largement ovale atteignant 22 cm × 18 cm, cordé à la base, acuminé à cuspidé à l’apex, bord denté, face supérieure vert foncé, face inférieure bien plus pâle, les deux faces garnies de poils étoilés veloutés, palmatinervé à 5–7 nervures. Inflorescence : panicule terminale ou latérale atteignant 23 cm × 13 cm, à nombreuses fleurs. Fleurs bisexuées, régulières ; pédicelle de 0,5–3(–4) cm de long ; épicalice absent ; calice de 4–12 mm de long, persistant, en coupe large, 5-lobé, segments aigus ; pétales 5, libres, de 8–20 mm de long, blancs à roses au centre violacé ; étamines nombreuses, colonne staminale cylindrique, de 2–7 mm de long, violette, filets de 4–12 mm de long ; ovaire supère. Fruit : schizocarpe subglobuleux de méricarpes en forme de follicule, d’environ 9 mm × 13–15 mm, ombiliqué, duveteux ; méricarpes environ 20, réniformes, de 6–10 mm × 4–7 mm, obtus, contenant 1 graine. Graines d’environ 3 mm × 2 mm, lisses, glabres.

Le genre Abutilon comprend 100–150 espèces et est réparti dans les régions tropicales et subtropicales. La taxinomie doit être revue car la définition de plusieurs espèces n’est pas claire.

Ecologie

Abutilon longicuspe se rencontre à 1000–3000 m d’altitude en forêt secondaire et dans la broussaille, dans les lisières et les clairières de la forêt d’altitude et de la ripisylve, en savane herbeuse, sur les affleurements rocheux des zones pâturées, et dans les plantations de caféiers.

Gestion

Abutilon longicuspe peut se multiplier par graines. Les graines sont dormantes. Dans des essais au Molo (Kenya, 2500 m d’altitude) dans les années 1950, on a obtenu des rendements de 700–1000 kg de fibres à l’ha, avec des tiges sèches produisant 9% de fibres nettoyées et sèches après 13 jours de rouissage.

Ressources génétiques

Abutilon longicuspe n’est pas menacé d’érosion génétique, car il est largement réparti et commun dans les milieux perturbés.

Perspectives

La plante n’a plus aujourd’hui qu’une importance locale. On dispose de trop peu d’informations pour cerner ses perspectives comme plante à fibres.

Références principales

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Bussmann, R.W., 2006. Ethnobotany of the Samburu of Mt. Nyiru, South Turkana, Kenya. Journal of Ethnobiology & Ethnomedicine 2: 35.
  • Jarman, C.G. & Kirby, R.H., 1954. Abutilon longicuspe fibre from Kenya. Colonial Plant and Animal Products 4: 329–330.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.
  • Verdcourt, B. & Mwachala, G.M., 2009. Malvaceae. In: Beentje, H.J. & Ghazanfar, S.A. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 169 pp.

Autres références

  • Exell, A.W. & Meeuse, A.D.J., 1961. Malvaceae. In: Exell, A.W. & Wild, H. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 1, part 2. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 420–511.
  • Hauman, L. & Wouters, W., 1963. Malvaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 10. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 92–190.
  • Heine, B. & Legère, K., 1995. Swahili plants: an ethnobotanical survey. Rüdiger Köppe Verlag, Köln, Germany. 376 pp.
  • Ichikawa, M., 1987. A preliminary report on the ethnobotany of the Suiei Dorobo in northern Kenya. African Study Monographs, Supplement 7: 1–52.
  • Kirby, R.H., 1963. Vegetable fibres: botany, cultivation, and utilization. Leonard Hill, London, United Kingdom & Interscience Publishers, New York, United States. 464 pp.
  • Mauersberger, H.R. (Editor), 1954. Textile fibers: their physical, microscopic and chemical properties. 6th Edition. John Wiley & Sons, New York, United States. 1283 pp.
  • Medina, J.C., 1959. Plantas fibrosas da flora mundial. Instituto Agronômico Campinas, Sao Paulo, Brazil. 913 pp.
  • Missouri Botanical Garden, undated. VAST (VAScular Tropicos) nomenclatural database. [Internet] http://mobot.mobot.org/ W3T/Search/ vast.html. November 2009.
  • Teketay, D., 1993. Problems associated with raising trees from seeds. The Ethiopian experience. In: Lieth, H. & Lohmann, M. (Editors). Restoration of tropical forest ecosystems. Proceedings of the Symposium held on October 7–10, 1991. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, Netherlands. pp. 91–100.
  • Vollesen, K., 1995. Malvaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 2. Canellaceae to Euphorbiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 190–256.

Auteur(s)

  • E.G. Achigan Dako, PROTA Network Office Africa, World Agroforestry Centre (ICRAF), P.O. Box 30677-00100, Nairobi, Kenya

Consulté le 10 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.