Abutilon grandifolium (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Abutilon grandifolium (Willd.) Sweet


Protologue: Hort. Brit. : 53 (1826).
Famille: Malvaceae.
Nombre de chromosomes: 2n = 42.

Synonymes

  • Sida grandifolia Willd. (1809),
  • Abutilon tortuosum Guill. & Perr. (1831)

Noms vernaculaires

  • Hairy abutilon, hairy Indian mallow (En).

Origine et répartition géographique

Abutilon grandifolium est originaire d’Amérique du Sud. Il est cultivé sous les tropiques et s’est largement naturalisé. Les pays où l’espèce est répertoriée en Afrique tropicale comprennent le Cap-Vert, le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, le Mozambique et la Réunion.

Usages

Abutilon grandifolium est cultivé sous les tropiques comme plante à fibres et comme plante ornementale. Par exemple, au Mozambique, il a fait l’objet d’essais de culture comme plante à fibre. Au Burkina Faso, la décoction de tiges feuillées ou en fruits s’applique en lavement dans le traitement de la rougeole, et les feuilles et tiges servent en interne et en externe dans le traitement des piqûres d’insectes.

Description

Plante herbacée vivace ou arbuste atteignant 3 m de haut ; rameaux couverts de long poils minces. Feuilles alternes, simples ; stipules subulées, caduques ; pétiole de 5–20 cm de long ; limbe ovale, atteignant 20 cm × 15 cm, base cordée, apex aigu ou subacuminé, bord denté, à 6–7 nervures, les deux faces à poils étoilés. Inflorescence axillaire à 1–2 fleurs ; pédoncule de 4–5 cm de long, atteignant 12 cm chez le fruit mûr. Fleurs bisexuées, régulières ; épicalice absent ; calice 5-lobé, de 1–1,5 cm de long, accrescent, à segments largement ovales ; pétales 5, soudés à la base et adnés à la base de la colonne staminale, jaunes ; étamines nombreuses, colonne staminale très courte ; ovaire supère. Fruit : schizocarpe subglobuleux de méricarpes en forme de follicule ; méricarpes 8–10, oblongs, de 12 mm × 7 mm, à arête ascendante de 1,5–2 mm de long, poilus, se détachant tard, à 2–5 graines.

Le genre Abutilon comprend 100–150 espèces et est réparti dans les régions tropicales et subtropicales. La taxinomie doit être revue car la définition de plusieurs espèces n’est pas claire.

Ecologie

Abutilon grandifolium se rencontre à 500–1400 m d’altitude le long des rivières, dans les terrains vagues et comme adventice dans les cultures.

Ressources génétiques

Etant donné sa vaste répartition et sa présence dans des milieux perturbés, Abutilon grandifolium n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Malgré l’expérience de culture d’Abutilon grandifolium au Mozambique comme plante à fibres, on ne dispose que de très peu d’informations sur les propriétés de la fibre ainsi que des autres usages de la plante en Afrique tropicale. Il est donc difficile d’évaluer le potentiel de cette plante.

Références principales

  • Afaq-Husain, S., Saeed, V.A. & Shahid-Husain, S., 1988. Cytological investigations in Abutilon Mill., from Pakistan. Pakistan Journal of Botany 20: 191–199.
  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Marais, W. & Friedmann, F., 1987. Malvacées. In: Bosser, J., Cadet, T., Guého, J. & Marais, W. (Editors). Flore des Mascareignes. Familles 51–62. The Sugar Industry Research Institute, Mauritius, l’Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer, Paris, France & Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 57 pp.

Autres références

  • Brink, M., Jansen, P.C.M. & Bosch, C.H., 2003. Minor fibre plants. In: Brink, M. & Escobin, R.P. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 17. Fibre plants. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 244–300.
  • Brochmann, C. & Rustan, Ø.H., 2002. Additions to the vascular flora of Cabo Verde 4. Garcia de Orta, Série de Botânica 16(1–2): 5–31.
  • Fernandez de la Pradilla, C., 1978. Plantes médicinales vendues sur les marchés de Ouagadougou. Rapport, deuxième édition. Petit Séminaire de Pabre, Ouagadougou, Burkina Faso. 46 pp.
  • Keay, R.W.J., 1958. Malvaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 335–350.
  • Nacoulma-Ouédraogo, O., Millogo-Rasolodimby, J. & Guinko, S., 1998. Les plantes herbacées dans la thérapie des piqûres d’insectes. Revue de médecines et pharmacopées africaines 11–12: 165–175.
  • van Borssum-Waalkes, J., 1966. Malaysian Malvaceae revised. Blumea 14: 1–251.

Auteur(s)

  • E.G. Achigan Dako, PROTA Network Office Africa, World Agroforestry Centre (ICRAF), P.O. Box 30677-00100, Nairobi, Kenya

Consulté le 16 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.