Guazuma ulmifolia (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Sterculiaceae
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Sterculia caribaea
Planche 239 : STERCULIACEAE. I. Guazuma ulmifolia. A. Rameau fleuri. B. Rameau fructifié. C. Feuilles. D. Fruits. E. Écorce (coupe transversale).
base du tronc
tranche

[802]

Guazuma ulmifolia Lam. Encycl. 3 : 52 (1789).

Synonymes : Theobroma guazuma L. (1753) ; Guazuma tomentosa Kunth (1823) ; Guazuma guazuma (L.) Cockerell (1892) ; pour plus de détails voir HOWARD 1989, vol. 5 : 281.

Note : Certains auteurs distinguent 2 espèces : G. ulmifolia Lam. et G. tomentosa HBK, cette dernière quelquefois considérée comme une simple variété. On ne séparera pas ici les 2 espèces.

Noms vernaculaires : Note : Nous réserverons ici le nom vernaculaire Bois d’Orme au genre Guazuma (et Bois de Hêtre au genre Homalium). Créole : Bwa lom (Ste-Lucie). Fr : Bois d’Orme, Bois de l’Orme, Orme (Guadeloupe) ; Bois de l’orme blanc, Mahot-baba, Bois de l’Orme, Orme du pays ; Bois de hêtre vert (G. ulmifolia), Hêtre gris (G. tomentosa) (Martinique) ; Bois d’Orme, Bois Lom, Bois Laum, Bois l’Orme (Ste-Lucie, Dominique ; aussi Trinidad) ; Bois d’Orme, Orme d’Amérique (Haïti). A : West Indian elm (Puerto Rico) ; Gunstock (St Vincent, Antigua) ; Bastard Cedar (Jamaïque) ; Gunstock (St Kitts, Nevis, Montserrat, Antigua). Esp : Guácimo (Puerto Rico, Vénézuéla)

Description : Arbre atteignant 20 m de haut et 70 cm de diamètre. Pied : grosses pattes étroites (3-4) à large dos rond, très décurrentes jusqu’à 1,5 m de haut et plus. Écorce : épaisseur totale 4 mm pour un diamètre de 10 cm ; 10-12 mm pour un diamètre de 45 cm. Aspect externe : sur petits diamètres sublisse, marron clair, fissurée longitudinalement (peu profondément), anastomosée ; gros diamètres : brun foncé, même fissuration plus profonde (type Tabebuia) mais les bandelettes se soulèvent (aspect loqueteux) et sont caduques ; tranche brun hématite, stratifée grossièrement. Écorce vivante sur petits diamètres : vert blanchâtre, fonce rapidement en orange ; sur gros diamètres : jaune pâle, vire au mauve, très feuilletée fibreuse en fin quadrillage ; interne : orange vif. Aubier : jaune pâle. Feuilles : alternes, distiques, inégales à la base, finement dentées ; glabres ; face inférieure tomenteuse dans certaines variétés ; pétiole, 3 mm, avec un pulvinus (renflement) ; elliptiques-ovées, 5-15 × 2-8 cm. Fleurs : jaune verdâtre, parfumées, longues de 5-6 mm, en petits racèmes axillaires. Fruits : globuleux, un peu comprimés au sommet, noirs, 1-2 cm de diamètre, tuberculés, tardivement déhiscents ; secs ; nombreuses graines très petites (2 mm) transportées par les chauve-souris (MARSHALL). Phénologie : décidu (janvier-février). Fleurs de février à septembre. Fruits de février à juillet. Habitat : disséminé en forêt semi-décidue et fourrés côtiers sous le vent entre 0 et 600 m ; aussi forêts secondaires, envahissant les cultures abandonnées. Tempérament : xéro-héliophile ; rejette bien ; croissance rapide (MARSHALL).

Usages : Bois brunâtre, rosé (d = 0,6), grain fin, facile à travailler (BRITTON & WILSON ; MARSHALL ; SCHUBERT) : mâts de bateaux, poteaux, piquets, parquets, tonnellerie, meubles, bois de feu, charbon pour poudre noire, violons (NICHOLSON). Arbre d’ombrage. Fruit comestible par chevaux et bétail en temps de disette de fourrage (FAWCETT & RENDLE), ainsi que les feuilles (FOUQUÉ). Décoction d’écorce pour polir les fèves de cacao à Trinidad (MARSHALL) ; écorce pour cordage (appelé Jackocalalou à St Thomas in BRITTON & WILSON) ; selon le Père Labat, l’écorce servait aux flibustiers pour faire des cordages (cité par QUESTEL 1951) ; fruit à pulpe peu abondante, sucrée-acidulée, pouvant donner une boisson (FOUQUÉ).

Distribution générale : Grandes Antilles ; Petites Antilles ; Trinidad, du Mexique à l’Equateur, au Brésil et au Paraguay.

Distribution aux Petites Antilles : St Kitts, Nevis, Antigua, Montserrat, Basse-Terre, Grande-Terre, Marie-Galante, Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Barbade, Grenadines, Grenade.

Matériel examiné : BT : BÉNA 1192, s.loc. (P) ; DUSS 477, Camp Jacob (P) ; HUC 1238, Crête de Village, 600 m (GUAD) ; PERROTTET 281, s.loc. (P) ; PERROTTET s.n., s.loc. (P) ; QUENTIN 875, haies, s.loc., 10 m (P) ; QUESTEL 846, Ste Rose, Rivière Ramie (P) ; QUESTEL 2091, Matouba (P) ; QUESTEL 2172, Marigot (P) ; QUESTEL 4981, Vieux-Habitants (P) ; RODRIGUEZ 2959, Bellevue, Baillif (P) ; ROLLET 61, Maison du Bois, Pointe-Noire (GUAD) ; ROLLET 1353, entrée Trace Bois Mahler, 140 m (GUAD) ; ROLLET 1401, entre Basse-Terre et Vieux-Fort, falaise, 30 m (GUAD) ; STEHLÉ 776, Baillif, Vieux-Habitants (P) ; STEHLÉ 777, Pointe-Noire, 40 m (P) ; TANDY 87, Bellevue, Pointe-Noire, 450-500 m (GUAD). D : jusqu’à 650 m : 9 spécimens cités (NICOLSON and al.). M : BÉLANGER 211, s.loc. (P) ; HAHN 645, Hauteurs Case Navire (P) ; STEHLÉ 4740, St Pierre, 5-10 m (P). SV : EGGERS 6733, St Andrews Mountain, 660 m (P).

Observations : At : Boggy Peak, 100-350 m ; Darkwood, 50 m (ROLLET). BT : Hauteurs de Baillif ; cours inférieur Rivière des Pères ; bas Matouba ; Deshaies (DUSS). Rivière des Pères, 400 m ; Rivière du Plessis, 70 m (ROLLET). MG : çà et là dans les ravines : Pompierre, Oubliée, descente vers plage Moustique, Ravine St Louis, flanc Barre Dorot (ROLLET). M : Morne Rouge, Parnasse, Trois Ilets, Champflore, Fontaine Didier (DUSS). Anses d’Arlets (FOURNET). Morne Gardier, 200 m ; Anse Couleuvre, 250 m ; Le Prêcheur, Pointe La Rose, côté SW, 30 m (FIARD). SL : Entre Bellevue et Vieux-Fort, 300 m ; Marquis River, 60 m ; Louvet (VERNA SLANE). SV : Cane Grove Works, N. Kingstown, 50 m (HUC). Hermitage, 250 m ; Vermont Trail, 400-450 m


[804]

(ROLLET). Gs : Bequia, Carriacou (HOWARD). B : Signalé par SCHOMBURGK en 1848 ; un sujet de 30 cm de diamètre vu à Turner’s Hall (ROLLET).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur). ALLEN 1957* ; BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1924 ; CARRINGTON 1993 ; DESCOURTILZ 1821-1830** ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FOUQUÉ 1972 ; FOURNET 1978* ; HOWARD 1952, 1989* ; HOYOS 1983** ; LIOGIER 1982* ; LITTLE & WADSWORTH 1964* ; MARSHALL 1939 ; NICHOLSON 1979 ; NICOLSON and al. 1991 ; PENNINGTON & SARUKHAN 1968* ; PLUMIER 1757* ; QUESTEL 1941, 1951 ; SCHUBERT 1979 ; STANDLEY 1928* .

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 4-5-15-51-55-56-57-69-70 (Voir la signification des codes)
  • Bois parfait couleur crème ou beige rosé clair, non distinct de l’aubier, à grain moyennement fin, maille de couleur rose apparente, généralement contrefilé, tendre, léger à mi-lourd (0,60 à 0,75 g/cm3).
  • Pores disséminés, isolés ou accolés radialement par 2 ou 3, au nombre de 6 à 10 par mm2, généralement non distincts à l’œil nu (diamètre moyen variant de 100 à 140 μm). Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de l’ordre de 5 μm.
  • Parenchyme en fines chaînettes nombreuses. Files de cellules étagées, composées de 4 éléments dont certains, recloisonnés, contiennent 2 à 4 cristaux.
  • Rayons non étagés, 4-6-(8)-sériés, au nombre de 6 à 8 par mm, de structure hétérogène : cellules couchées et cellules pallissadiques au centre et 1 à 3 rangées de cellules carrées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires identiques en taille aux intervasculaires. Présence de quelques cristaux dans les cellules terminales.
  • Fibres à ponctuations simples.