Bonamia mossambicensis (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Bonamia thunbergiana (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)

Bonamia mossambicensis (Klotzsch) Hallier f.


Protologue : Bot. Jahrb. Syst. 18: 91 (1894).
Famille : Convolvulaceae
Nombre de chromosomes : n = 15

Origine et répartition géographique

Bonamia mossambicensis se rencontre en Tanzanie et au Mozambique.

Usages

En Tanzanie, la décoction de racine de Bonamia mossambicensis se boit pour traiter les palpitations, les maladies mentales et les vers intestinaux. On boit la décoction de feuilles et de racines pour soigner les douleurs abdominales, et la décoction de la plante entière additionnée de sucre pour traiter la schistosomose. La poudre de feuilles ou de racines s’applique sur les plaies pour améliorer la cicatrisation.

Production et commerce international

Bonamia mossambicensis n’est vendu qu’au niveau local.

Propriétés

Dans une analyse préliminaire, des triterpénoïdes ont été isolés des feuilles. Plusieurs extraits de feuilles et de racines ont montré un niveau élevé d’activité antifongique in vitro contre Trichophyton mentagrophytes et Candida albicans, mais aucune activité contre Staphylococcus aureus.

Description

Plante grimpante arbustive atteignant 5 m de long. Tiges ligneuses, veloutées à poils bien visibles et entrelacés, blanches ou grises, mais brun doré quand elles sèchent. Feuilles alternes, simples et entières ; pétiole jusqu’à 1 cm de long ; limbe elliptique-lancéolé à oblong-ovale, de 2,5–11,5 cm × 1–4,3 cm, apex aigu et mucroné ou apiculé, base arrondie ou légèrement cordée, à pubescence veloutée au-dessus, densément couvert de poils bruns au-dessous, assez coriace. Inflorescence : cyme axillaire ou terminale en forme de capitule, à nombreuses fleurs, densément hirsute ; pédoncule jusqu’à 4 cm de long ; bractées de 1–1,5 cm de long. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; pédicelle court ; sépales inégaux, elliptiques-oblongs, atteignant 9 mm de long, aigus, glabres à l’exception de l’apex des sépales externes ; corolle en entonnoir, jusqu’à 3 cm de long, indistinctement lobée, bleu vif, poilue à l’extérieur ; ovaire supère, poilu à l’apex, 2-loculaire, style bifide au-dessus du milieu, les bras de longueur inégale, stigmates ovoïdes. Fruit : capsule globuleuse-oblongue, poilue, à 4 valves, contenant 2–4 graines. Graines oblongues, brunâtres, bordées d’étroites ailes dorées hyalines.

Autres données botaniques

Bonamia est un genre pantropical d’environ 45 espèces, dont une quinzaine est présent en Afrique tropicale et sur les îles de l’océan Indien.

Bonamia thunbergiana

Bonamia thunbergiana (Roem. & Schult.) F.N.Williams de l’Afrique de l’Ouest a des usages magico-religieux. En Côte d’Ivoire, les feuilles pilées et humidifiées sont placées dans les narines des chiens pour améliorer leur flair. A Madagascar, l’infusion de ramilles feuillées d’une espèce non identifiée de Bonamia est absorbée pour traiter la conjonctivite.

Bonamia spectabilis

L’infusion des racines de Bonamia spectabilis (Choisy) Hallier f., originaire de Madagascar et d’Afrique de l’Est, se prend à Madagascar comme purgatif, et pour soigner les maux d’estomac et de dos. L’infusion de ramilles feuillées s’applique en externe contre la conjonctivite. Une activité antiplasmodium significative contre les clones de Plasmodium falciparum sensibles aussi bien que résistants à la chloroquine a été signalée pour plusieurs des sesquilignanes (les bonaspectines E–H) et pour un néolignane (la virolongine A) isolés des parties aériennes. Des racines, on a isolé des alcaloïdes tropaniques (les bonabilines A et B) ; la bonabiline A s’est avérée être un antagoniste significatif des récepteurs muscariniques M3 dans l’iléon isolé de cobaye. Bonamia spectabilis a de belles fleurs bleues et conviendrait bien comme plante ornementale.

Ecologie

Bonamia mossambicensis se rencontre dans les fourrés en savane, dans les forêtes claires, les maquis côtiers, les lisières de forêt et les bords de routes, depuis le niveau de la mer jusqu’à 800 m d’altitude.

Multiplication et plantation

Bonamia mossambicensis se multiplie par graines.

Ressources génétiques

Bonamia mossambicensis n’est pas très répandu, mais il est relativement commun. Il n’y a pas d’indication d’érosion génétique.

Perspectives

Bonamia mossambicensis a quelques usages médicinaux intéressants, suggérant une activité antibactérienne et antifongique. Ces usages ont été confirmés partiellement, mais davantage de recherches sont nécessaires pour évaluer son potentiel pour le développement de médicaments sûrs.

Références principales

  • Deroin, T., 2001. Convolvulaceae. Flore de Madagascar et des Comores, familles 133 bis et 171. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. pp. 11–287.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Verdcourt, B., 1963. Convolvulaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 161 pp.

Autres références

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Gonçalves, M.L., 1987. Convolvulaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 8, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 9–129.
  • Khan, M.R., 2001. Antibacterial activity of some Tanzanian medicinal plants. Pharmaceutical Biology 39(3): 206–212.
  • Kraft, C., Jenett-Siems, K., Köhler, I., Tofern-Reblin, B., Siems, K., Bienzle, U. & Eich, E., 2002. Antiplasmodial activity of sesquilignans and sesquineolignans from Bonamia spectabilis. Phytochemistry 60: 167–173.
  • Myint, T. & Ward, D.B., 1968. A taxonomic revision of the genus Bonamia (Convolvulaceae). Phytologia 17(3): 121–239.
  • Ott, S.C., Jenett-Siems, K., Pertz, H.H., Siems, K., Witte, L. & Eich, E., 2006. Bonabiline A, a monoterpenoid 3a-acloxytropane from the roots of Bonamia spectabilis showing M3 receptor antagonist activity. Planta Medica 72: 1403–1406.
  • Sawhney, A.N., Khan, M.R., Ndaalio, G., Nkunya, M.H.H. & Wevers, H., 1978. Studies of the rationale of African traditional medicine III. Preliminary screening of medicinal plants for antifungal activity. Pakistan Journal of Scientific & Industrial Research 21(5–6): 193–196.
  • Tofern, B., Jenett-Siems, K., Siems, K., Jakupovic, J. & Eich, E., 2000. Bonaspectins and neobonaspectins, first sesquilignans and sesquineolignans from a convolvulaceous species. Phytochemistry 53: 119–128.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands


Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2013. Bonamia mossambicensis (Klotzsch) Hallier f. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. Consulté le 19 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U