Bersama abyssinica (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Bersama tysoniana (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Bersama abyssinica Fresen.


Protologue: Mus. Senckenberg. 2: 281 (1837).
Famille: Melianthaceae

Synonymes

  • Bersama engleriana Gürke (1892).

Noms vernaculaires

  • Winged bersama, bitter bark (En).
  • Mwangwakwao, mtata (Sw).

Origine et répartition géographique

Bersama abyssinica a une aire de répartition qui s’étend depuis la Guinée-Bissau et les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest excepté le Bénin jusqu’en Erythrée et en Ethiopie, et vers le sud jusqu’en Angola, en Zambie, au Zimbabwe et au Mozambique.

Usages

Toutes les parties de Bersama abyssinica sont toxiques et ont été impliquées dans des décès d’hommes et de bétail. Pour l’usage interne, le dosage est par conséquent essentiel. Des décoctions d’écorce, de feuilles et de racines se prennent couramment pour leurs vertus purgatives dans le traitement de toutes sortes de troubles gastriques, tels que douleurs abdominales, coliques, diarrhée, choléra, vers intestinaux, amibiase et dysenterie. La rage, la syphilis, la gonorrhée et le paludisme se traitent également avec ces décoctions. La décoction d’écorce de tige se boit pour soigner le cancer et les rhumatismes. A des fins aphrodisiaques, on ajoute de la poudre d’écorce à la bière, ou bien on mâche les feuilles. Le lumbago se soigne avec un cataplasme d’écorce appliqué sur le dos, de la décoction de feuilles en boisson, ou de la décoction de racine en lotion. L’écorce de tige et les feuilles sont utilisées pour traiter le diabète sucré. On prend aussi des décoctions de feuilles pour traiter les douleurs fébriles, la perte d’appétit, la débilité, la jaunisse et la lèpre. Des extraits de pousses en cours de croissance servent en externe au traitement des brûlures, des ulcères et pour nettoyer les plaies. Pour traiter les convulsions et les morsures de serpent, on écrase des feuilles que l’on mélange à de l’eau, et la mixture s’ingère et s’applique sur le corps. L’écorce de racine en infusion à boire, ou l’écorce de tige en poudre à priser, le jus de feuilles en collyre, ou encore la poudre de feuille à priser, servent à traiter la migraine, les maux de tête et les rhumes. La décoction de racine est utilisée pour traiter les hémorroïdes et l’épilepsie. Les pousses et les feuilles écrasées s’utilisent pour lutter contre les foreurs de tige du maïs.

Le bois est utilisé pour faire des poteaux qui servent à la construction des maisons, ainsi que du bois de feu et du charbon de bois. Les rameaux sont utilisés en haie vive. Bersama abyssinica est en outre précieux comme arbre d’ombrage ornemental, comme mellifère et dans les systèmes agroforestiers. Les graines servent de substitut au savon.

Propriétés

L’écorce de tige de Bersama abyssinica récoltée au Kenya et en Ouganda contenait 2 bufadiénolides, qui sont des hétérosides cardiaques ayant une activité antitumorale, ainsi que des stérols et un xanthone, la mangiférine. Des différences selon la provenance des végétaux ont été détectées dans les fractions hétérosides. Deux dérivés d’hellébrigénine identifiés dans un extrait à l’éthanol de l’écorce ont fait ressortir une activité inhibitrice contre le carcinome humain du nasopharynx dans des cultures de cellules. Dans des essais en Ethiopie sur de l’écorce de tige et de l’écorce de racine, des hétérosides cardiaques et des stérols insaturés ont été identifiés. Les extraits de feuilles ont des activités cardiogènes, spasmolytiques et hypoglycémiques. Des extraits bruts d’écorce ralentissent la croissance de Bacillus cereus, de Staphylococcus aureus, de Shigella flexineri et de Shigella dysenteria, et un extrait d’écorce de racine ralentit celle de Bacillus subtilis. Un extrait aqueux d’écorce de tige a montré des effets antispasmodiques sur l’iléon de cobaye isolé. L’extrait méthanolique de feuilles a eu un effet inhibiteur sur la multiplication du VIH-1.

On a isolé des racines des bufadiénolides, l’abyssinine (antiappétant contre Helicoverpa zea), trois autres bufadiénolides (la bersenogénine, la berscillogénine, et la 3-épiberscillogénine, tous ayant une cytotoxicité in vitro), et des saponines triterpènes glucuronides.

Des fractions au méthanol des feuilles de Bersama abyssinica ont manifesté une importante capacité de piégeage de radicaux libres. Une étude phytochimique a débouché sur l’isolation de cinq hétérosides de flavonol et un xanthone, la mangiférine. Le dernier de ces composés possède également des propriétés cytoprotectrices.

Le bois est blanc à gris brunâtre, sans différenciation entre l’aubier et le bois de cœur ; son grain est moyennement grossier. Le bois est dur et se travaille facilement. La densité est d’environ 800 kg/m³ à 12% d’humidité.

Description

Arbuste à petit arbre sempervirent, atteignant 12(–25) m de haut ; écorce grise, brune ou marbrée, écailleuse. Feuilles alternes, composées imparipennées avec jusqu’à 12 paires de folioles opposées, atteignant 1 m de long ; stipules de 0,5–5 cm de long ; rachis habituellement à ailes larges ; folioles presque sessiles, lancéolées à oblongues ou ovales-oblongues, de 3,5–22 cm × 1–8 cm, base cunéiforme à arrondie, apex acuminé, bord entier à brusquement et très nettement denté, glabre à poilu, à 10–12 paires de nervures latérales. Inflorescence : grappe axillaire dressée, dense, atteignant 35 cm de long. Fleurs bisexuées ou souvent fonctionnellement unisexuées, zygomorphes, 4–5(–6)-mères, parfumées ; sépales 4–5, d’environ 6 mm de long, les 2 antérieurs soudés ; pétales 5, libres, étroitement oblongs, de 10–20 mm de long, blancs, jaunâtres ou rose violet, étamines 4–6, libres ou soudées à la base ; ovaire supère, densément poilu, 4–5-loculaire, style simple. Fruit : capsule ligneuse de 1–3 cm de diamètre, 4–5-lobé, jaunâtre à rougeâtre, à 4–5 graines. Graines atteignant 11 mm × 8 mm, rouge vif, à arille en coupe, jaune ou orange.

Autres données botaniques

Le genre Bersama comprend environ 8 espèces, toutes en Afrique. L’importante variabilité chez Bersama abyssinica a entraîné la distinction de nombreuses espèces, sous-espèces et variétés.

Bersama lucens

Bersama lucens (Hochst.) Szyszyl. est présent au Mozambique et en Afrique du Sud, et en Afrique du Sud, la poudre d’écorce de tige se prise pour soigner les maux de tête, et la macération d’écorce de tige se boit pour traiter les douleurs menstruelles, la nervosité, les maladies vénériennes et l’impuissance. L’extrait d’écorce de tige est également utilisé pour éliminer les poux. Un extrait aqueux d’écorce de tige a montré une activité antifongique significative contre Candida albicans.

Bersama tysoniana

L’extrait d’écorce de tige de Bersama tysoniana Oliv., espèce endémique sud-africaine, se boit pour traiter la fièvre et l’hystérie ; l’écorce est probablement surexploitée.

Ecologie

Bersama abyssinica pousse dans la savane arbustive des basses terres, les forêts-galeries et les forêts d’altitude, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2700 m d’altitude. Il se comporte comme espèce pionnière et est considéré comme une adventice dans les plantations forestières.

Gestion

Bersama abyssinica peut être multiplié par graines, par boutures, par sauvageons ou par drageons. Il y a environ 1200 graines dans un kilo. On peut conserver les graines après en avoir ôté l’arille et elles restent viables 2 mois à température ambiante. Elles sont sensibles au gel. L’arbre peut se conduire en taillis, en têtard ou par émondage.

La seule maladie importante répertoriée est la tache goudronneuse provoquée par le champignon Phyllachora bersamae ; elle affecte les feuilles.

Ressources génétiques

Bersama abyssinica est répandu, mais abondant nulle part. Sa surexploitation, en particulier des racines et de l’écorce de tige, pourrait représenter une menace à l’avenir.

Perspectives

La taxinomie de Bersama est toujours loin d’être claire. La grande variabilité morphologique chez Bersama abyssinica est assez bien décrite, mais on comprend mal la variation de ses propriétés chimiques. Ses propriétés médicinales justifient un approfondissement des recherches.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Maundu, P. & Tengnäs, B. (Editors), 2005. Useful trees and shrubs for Kenya. World Agroforestry Centre - East and Central Africa Regional Programme (ICRAF-ECA), Technical Handbook 35, Nairobi, Kenya. 484 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Tapondjou, A.L., Miyamoto, T. & Lacaille-Dubois, M.A., 2006. Glucuronide triterpene saponins from Bersama engleriana. Phytochemistry 67(19): 2126–2132.
  • Verdcourt, B., 1989. Melianthaceae. In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia. Volume 3. Pittosporaceae to Araliaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 511–512.

Autres références

  • Asres, K., Bucar, F., Kartnig, T., Witvrouw, M., Pannecouque, C. & De Clercq, E., 2001. Antiviral activity against human immunodeficiency virus type 1 (HIV-1) and type 2 (HIV-2) of ethnobotanically selected Ethiopian medicinal plants. Phytotherapy Research 15(1): 62–69.
  • Asres, K., Gibbons, S. & Bucar, F., 2006. Radical scavenging compounds from Ethiopian medicinal plants. Ethiopian Pharmaceutical Journal 24(1): 23–30.
  • Buwa, L.V. & Van Staden, J., 2006. Antibacterial and antifungal activity of traditional medicinal plants used against venereal diseases in South Africa. Journal of Ethnopharmacology 103(1): 139–142.
  • Dharani, N., 2002. Field guide to common trees and shrubs of East Africa. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 320 pp.
  • Geyid, A., Abebe, D., Debella, A., Makonnen, Z., Aberra, F., Teka, F., Kebede, T., Urga, K., Yersaw, K., Biza, T., Haile Mariam, B. & Guta, M., 2005. Screening of some medicinal plants of Ethiopia for their anti-microbial properties and chemical profiles. Journal of Ethnopharmacology 97(3): 421–427.
  • Kitula, R.A., 2007. Use of medicinal plants for human health in Udzungwa Mountains Forests: a case study of New Dabaga Ulongambi Forest Reserve, Tanzania. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine 3: 7.
  • Latham, P., 2007. Plants visited by bees and other useful plants of Umalila, southern Tanzania. Third edition. P.Latham, DFID, United Kingdom. 216 pp.
  • Makonnen, E. & Hagos, E., 1993. Antispasmodic effect of Bersama abyssinica aqueous extract on guinea-pig ileum. Phytotherapy Research 7(2): 211–212.
  • Mikkelsen, K.S. & Seberg, O., 2001. Morphometric analysis of the Bersama abyssinica Fresen. complex (Melianthaceae) in East Africa. Plant Systematics and Evolution 227(3–4): 157–182.
  • Njike, G.N., Watcho, P., Nguelefack, T.B. & Kamanyi, A., 2005. Hypoglycaemic activity of the leaves extracts of Bersama engleriana in rats. African Journal of Traditional, Complementary and Alternative Medicines 2(3): 215–221.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2008. Bersama abyssinica Fresen. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 23 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.