Baudouinia fluggeiformis (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Baudouinia louvelii (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
tronc
branche en fruits
fruits
fruits

Baudouinia fluggeiformis Baill.


Protologue: Adansonia 8: 201 (1868).
Famille: Caesalpiniaceae (Leguminosae - Caesalpinioideae)

Origine et répartition géographique

Baudouinia fluggeiformis est endémique de Madagascar où il est assez répandu dans la partie occidentale et centrale de l’île.

Usages

Le bois est réputé précieux, mais on l’utilise habituellement pour confectionner les piquets et les piliers nécessaires à la construction de maisons, et pour les enclos du bétail. La décoction de feuilles ainsi que la gomme sécrétée par l’écorce servent en médecine traditionnelle à traiter la pharyngite et la bronchite.

Propriétés

Le bois est très dur et résistant.

Description

  • Arbre de petite taille atteignant 15(–20) m de haut, caducifolié ; fût cannelé, jusqu’à 50(–70) cm de diamètre ; surface de l’écorce initialement lisse et blanchâtre à gris pâle, mais devenant brunâtre et plutôt rugueuse ; rameaux généralement à poils courts lorsque jeunes, mais devenant rapidement glabres, à lenticelles.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; stipules étroitement ovales, de 2–3 mm de long, caduques ; pétiole de 3–6 mm de long, épaissi et ridé ; limbe elliptique à obovale, de 1–5 cm × 1–4,5 cm, cunéiforme à obtus à la base, obtus à émarginé à l’apex, finement coriace, presque glabre, pennatinervé à 5–6 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : cyme axillaire de 2–4 cm de long, à nombreuses fleurs.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, jaunes, parfumées ; pédicelle de 5–12 mm de long ; sépales libres, étroitement ovales, de 4–9 mm de long, légèrement pubescents ; pétales libres, oblongs-elliptiques, de 5–7 mm de long, glabres ; étamines 8–10, filets de 1–2 mm de long, anthères de 1,5–6 mm de long ; ovaire supère, fusiforme, de 1,5–4 mm de long, à stipe court, densément poilu, style de 1,5–3 mm de long.
  • Fruit : gousse drupacée, ellipsoïde à presque globuleuse de 1–2(–2,5) cm de long, à pubescence courte, indéhiscente, renfermant 1–2(–4) graines.
  • Graines oblongues-ellipsoïdes à presque globuleuses, de 5–7 mm de long, rouge brique pâle.

Autres données botaniques

Le genre Baudouinia, qui comprend 6 espèces, est endémique de Madagascar. Il appartient à la tribu Cassieae, sous-tribu Dialiinae, et on a émis l’hypothèse qu’il pourrait être apparenté aux genres Eligmocarpus et Mendoravia de Madagascar et Poeppigia d’Amérique tropicale.

Baudouinia louvelii

Le bois de Baudouinia louvelii R.Vig., arbre sempervirent de petite taille atteignant 15 m de haut, dont l’aire de répartition est limitée à la partie centrale de l’est de Madagascar, est utilisé en menuiserie, parqueterie et pour les menuiseries extérieures. C’est un bois lourd, avec une densité d’environ 950 kg/m³ à 12% d’humidité, et très dur. Au séchage, ses taux de retrait sont élevés, mais il est stable en service. Il est très résistant aux champignons, moyennement aux termites et aux foreurs du bois sec.

Baudouinia rouxevillei

Le bois de Baudouinia rouxevillei H.Perrier, arbre de petite taille atteignant 15 m de haut dont l’aire naturelle est limitée à une petite zone dans le sud-ouest de Madagascar, est particulièrement recherché. Le fût et les branches de cette espèce sont profondément pliées sur elles-mêmes et en gouttières, le bois est brun foncé à l’exception des bords les plus externes des replis qui sont blanchâtres. Ce qui est du plus bel effet et explique pourquoi le bois est si prisé pour la confection d’ornements, de pieds de lampe et de cannes. Il est aussi employé pour la production de charbon de bois. A cause de la surexploitation, Baudouinia rouxevillei est en danger et serait même proche de l’extinction.

Ecologie

Baudouinia fluggeiformis est présent dans la forêt décidue et la savane boisée, de même que dans la savane boisée sèche et dans la brousse, jusqu’à 500(–700) m d’altitude. On dit qu’il préfère les sols sableux et alluviaux, mais dans la forêt sèche près de Morondava on le trouve surtout sur les pentes, plus rarement sur les sols argileux des vallées.

Ressources génétiques

Baudouinia fluggeiformis est répandu à Madagascar dans un grand nombre de milieux et n’est pas menacé d’érosion génétique. Toutefois, il est localement menacé par l’exploitation sélective, comme dans la forêt de Bongolava, où il souffre également des incendies incontrôlés. D’autres espèces de Baudouinia ont toutes une aire de répartition très limitée dans laquelle elles sont plus ou moins confinées à un milieu spécifique, ce qui pourrait facilement les mettre en danger.

Perspectives

Baudouinia fluggeiformis conservera par endroits un rôle important grâce à son bois très dur et probablement durable qui est recherché pour la fabrication de poteaux et de piquets. Il mérite davantage d’attention de la part de la recherche qui sait peu de choses à son sujet. Les travaux de recherche sur les autres Baudouinia spp. devraient s’intéresser davantage à leur protection qu’à leur exploitation.

Références principales

  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.
  • Rakotovao, G., Rabevohitra, R., Gerard, J., Détienne, P. & Collas de Chatelperron, P., en préparation. Atlas des bois de Madagascar. FOFIFA-DRFP, Antananarivo, Madagascar.
  • Razafimahaleo, R., 1992. Mpanjakabenitany: fin de règne. Vintsy 4: 14.

Autres références

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Lewis, G., Schrire, B., MacKinder, B. & Lock, M., 2005. Legumes of the world. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 577 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 22 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.