Albizia altissima (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Albizia rhombifolia (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Épice / condiment Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois

Albizia altissima Hook.f.


Protologue: Hook., Niger Fl. : 332 (1849).
Famille: Mimosaceae (Leguminosae - Mimosoideae)
Nombre de chromosomes: 2n = 26

Synonymes

  • Pithecellobium altissimum (Hook.f.) Oliv. (1871),
  • Cathormion altissimum (Hook.f.) Hutch. & Dandy (1928),
  • Arthrosamanea altissima (Hook.f.) G.C.C.Gilbert & Boutique (1952).

Origine et répartition géographique

Albizia altissima se rencontre depuis la Sierra Leone jusqu’en Ouganda vers l’est, et en Zambie et en Angola vers le sud.

Usages

Le bois est utilisé localement pour les meubles et les instruments, tels que manches d’outils. L’écorce est employée en médecine traditionnelle en Sierra Leone et en R.D. du Congo ; on utilise une décoction comme antalgique pour traiter les maux de dents et les maux d’estomac, et contre les affections pulmonaires ; en traitement externe, elle sert à traiter les plaies. L’écorce sert également de poison de pêche. L’écorce interne raclée et fouettée dans de l’eau est employée comme savon pour laver les vêtements. En R.D. du Congo, on emploie une décoction de feuilles dans un bain de vapeur pour traiter les rhumes. Les feuilles calcinées sont appliquées sur les morsures de serpents. Les fruits sont employés pour le tannage et la teinture, et servent à fabriquer de l’encre et du savon. La pulpe des fruits et les graines sont comestibles. Au Nigeria, on emploie les graines fermentées, appelées “oso”, comme condiment dans les soupes.

Production et commerce international

Albizia altissima est commercialisé avec d’autres Albizia spp. sous le nom d’ “Albizia”.

Propriétés

Le bois de cœur est brun pâle à brun jaunâtre, souvent avec des bandes plus foncées, et est nettement distinct de l’aubier blanchâtre. Il est souvent à fil ondé ou contrefil, le grain est moyennement fin. Le bois est moyennement lourd et dur. Les taux de retrait sont de 4,6% dans le sens radial et 7,4% dans le sens tangentiel de l’état vert à anhydre. A 12% de teneur en humidité, le module de rupture est d’environ 128 N/mm², le module d’élasticité de 8920 N/mm², la compression axiale de 60 N/mm², et le cisaillement de 10 N/mm². Les appréciations sur la facilité d’usinage varient d’aisé à difficile ; après finition, le bois a un beau poli. Il est durable.

Des saponines sont présentes dans différentes parties de la plante, en particulier dans l’écorce, ce qui explique l’emploi comme poison de pêche et comme savon, peut-être aussi certaines applications médicinales. L’écorce a montré une action antifongique contre des agents pathogènes affectant les humains et les plantes. L’imidazole, composé ayant des actions antifongiques et antibactériennes, a été isolé à partir des graines. L’analyse des graines fermentées a indiqué 25,3% de protéines, 16,9% de lipides et 10,0% de glucides. Plusieurs bactéries sont responsables du processus de fermentation.

Description

  • Arbre de taille petite à assez grande atteignant 35 m de haut ; fût souvent court et tordu, jusqu’à 80 cm de diamètre ; écorce écailleuse, gris terne à brune ; cime ouverte, étalée, à sommet plat, souvent avec des branches pendantes ; jeunes rameaux couverts de poils courts.
  • Feuilles alternes, composées bipennées, avec 4–8 paires de pennes ; pétiole et rachis à poils courts, avec des glandes sur le dessus entre les pennes ; folioles opposées en 10–25 paires par penne mais foliole du bas solitaire, oblongues légèrement obliques, de 7–17 mm × 2,5–6 mm, glabres.
  • Inflorescence : capitule axillaire globuleux, en groupes de 1–3 ; pédoncule de 1–4,5 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, régulières, généralement 5-mères, blanches, sessiles ; une à plusieurs fleurs centrales plus grandes dans chaque capitule ; calice en coupe, de 3–3,5 mm de long, avec de courtes dents ; corolle en forme d’entonnoir, de 5–8,5 mm de long, glabre ; étamines nombreuses, unies à la base, d’environ 12 mm de long ; ovaire supère, 1-loculaire, style filiforme, à peu près aussi long que les étamines.
  • Fruit : gousse étroitement oblongue de 10–28 cm × 1–2 cm, courbe ou tordue en spirale, comprimée, brun-rouge à noirâtre, rétrécie entre les graines, renfermant jusqu’à 20 graines, se fragmentant en segments contenant chacun une graine.
  • Graines oblongues à lenticulaires, aplaties, de 6–9 mm × 6,5–7 mm, lisses, brunes.
  • Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Le genre Albizia comprend environ 120 espèces et se rencontre dans toutes les régions tropicales. En Afrique continentale, on en trouve quelque 35 espèces, à Madagascar une trentaine. Certaines espèces africaines, dont Albizia altissima, qui ont des gousses se fragmentant en segments à une graine, ont été incluses dans le genre Cathormion. Cependant, on peut trouver toutes les formes de transition depuis les gousses segmentées indéhiscentes jusqu’aux gousses déhiscentes qui ne sont pas distinctement segmentées, c’est pourquoi ces espèces ont été transférées dans le genre Albizia.

Albizia rhombifolia

Une autre espèce dont les gousses se fragmentent en segments à une graine est Albizia rhombifolia Benth. (synonyme : Cathormion rhombifolium (Benth.) Keay), que l’on trouve du Sénégal à la Sierra Leone et qui diffère d’Albizia altissima par ses folioles moins nombreuses et plus grandes, ses fleurs pédicellées et ses gousses plus courtes. Le bois d’Albizia rhombifolia, qui est un petit arbre jusqu’à 10 m de haut, est employé en Sierra Leone pour faire des colonnes de lit.

Albizia altissima forme des nodules avec des bactéries du genre Bradyrhizobium. Dans des essais en Côte d’Ivoire, on a constaté un effet positif de l’inoculation sur la hauteur des plantes et le diamètre de la tige mesurés 4 et 11 mois après l’inoculation. En Côte d’Ivoire, les graines germent généralement 6–30 jours après le semis, et la fructification se produit de mars à mai.

Ecologie

Albizia altissima est caractéristique des ripisylves et des forêts de marécage d’eau douce, mais on peut aussi le trouver en forêt secondaire.

Gestion

Le poids de 1000 graines est d’environ 100 g.

Ressources génétiques

Albizia altissima est répandu, et il n’y a aucune indication d’un risque d’érosion génétique.

Perspectives

Albizia altissima restera probablement un arbre à bois d’œuvre d’importance mineure en raison de ses exigences écologiques spécifiques et de la faible longueur de son fût, qui est souvent courbe. Si une production industrielle d’ “oso” devenait possible, les perspectives de domestication de l’espèce mériteraient d’être étudiées.

Références principales

  • Brenan, J.P.M., 1970. Leguminosae (Mimosoideae). In: Brenan, J.P.M. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 1. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 153 pp.
  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Popoola, T.O.S., Jolaoso, A.A. & Afolabi, R.O., 2004. Microbiology of the production of oso, a condiment made by fermenting seeds of Cathormion altissimum. Tropical Science 44(4): 187–189.
  • Raponda-Walker, A. & Sillans, R., 1961. Les plantes utiles du Gabon. Paul Lechevalier, Paris, France. 614 pp.
  • Villiers, J.-F., 1989. Leguminosae - Mimosoideae. Flore du Gabon. Volume 31. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 185 pp.

Autres références

  • Aubréville, A., 1959. La flore forestière de la Côte d’Ivoire. Deuxième édition révisée. Tome premier. Publication No 15. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 369 pp.
  • Brenan, J.P.M., 1959. Leguminosae subfamily Mimosoideae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 173 pp.
  • de la Mensbruge, G., 1966. La germination et les plantules des essences arborées de la forêt dense humide de la Côte d’Ivoire. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 389 pp.
  • Diabate, M., Munive, A., Miana de Faria, S., Ba, A., Dreyfus, B. & Galiana, A., 2005. Occurrence of nodulation in unexplored leguminous trees native to the West African tropical rainforest and inoculation response of native species useful in reforestation. New Phytologist 166(1): 231–239.
  • Eggeling, W.J. & Dale, I.R., 1951. The indigenous trees of the Uganda Protectorate. Government Printer, Entebbe, Uganda. 491 pp.
  • Gilbert, G. & Boutique, R., 1952. Mimosaceae. In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 3. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 137–233.
  • Hayman, A.R. & Gray, D.O., 1987. Imidazole, a new natural product from the Leguminosae. Phytochemistry 26(12): 3247–3248.
  • Kuster-Laine, I., 1985. Contribution à l’étude de trois phanérogames congolaises douées de propriétés antifongiques : Crossopteryx febrifuga (Afzel. ex G. Don) Benth., Rubiacées, Cathormion altissimum (Hook. f.) Hutch et Dandy, Légumineuses-Mimosacées, Voacanga chalotiana Pierre, Apocynacées. Thèse de Doctorat d'Etat, Département de Pharmacie, Université de Besançon, Besançon, France. 64 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2006. Albizia altissima Hook.f. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 20 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.