Alafia multiflora (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Alafia schumannii (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Alafia multiflora (Stapf) Stapf & Pichon


Protologue: Bull. Misc. Inform. Kew 1908 : 303 (1908).
Famille: Apocynaceae

Origine et répartition géographique

Alafia multiflora se rencontre depuis la Sierra Leone jusqu’au sud du Soudan, et vers le sud jusqu’au nord de la R.D. du Congo.

Usages

Alafia multiflora est largement utilisé dans son aire de répartition pour soigner les blessures. Le latex, mélangé à des copeaux d’écorce, est appliqué sur les blessures et les ulcères, ainsi que sur les ulcères dus à la syphilis. Au Ghana, le latex dilué dans l’eau est ingéré pour soigner les blessures rebelles. Au Cameroun, le latex frais, soit pris seul, soit mélangé à Oncinotis glabrata (Baill.) Stapf ex Hiern, est également appliqué pour traiter le pian. Des décoctions d’écorce de la tige ou de fruits sont ingérées pour soulager les douleurs abdominales. En R.D. du Congo, les graines entrent dans la composition de poisons de flèche.

Propriétés

Un alcaloïde pyrrolizidinique, l’alafine, a été extrait des graines d’Alafia multiflora. Il a été montré que les propriétés antibactériennes sont dues à l’acide vanillique, isolé d’un extrait à l’éther du latex.

Description

Grande liane pouvant atteindre 40(–80) m de long, à sève claire, parfois à latex blanc ; tige atteignant 18 cm de diamètre ; écorce brun foncé, rugueuse, avec ou sans lenticelles brun pâle dispersées. Feuilles opposées, simples et entières ; stipules à l’aisselle du pétiole ; pétiole de 5–10 mm de long ; limbe elliptique, de 5–21 cm × 2,5–11,5 cm, base arrondie à légèrement cordée, apex brièvement acuminé, coriace, glabre sur les deux faces. Inflorescence : cyme dichasiale terminale dense, multiflore ; pédoncule de 3–27 mm de long ; bractées sépaloïdes. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, légèrement odorantes ; pédicelle de 5–15 mm de long ; sépales libres, ovales à largement ovales, de 3–6 mm de long, arrondis ou obtus ; corolle blanche, souvent verdâtre à l’extérieur, tube de 11–18 mm de long et de 1,5–3 mm de large à la base, s’élargissant près de la zone d’insertion des étamines et rétréci vers la gorge, glabre à l’extérieur, portant à l’intérieur une ceinture de poils en dessous de la zone d’insertion des étamines, lobes largement arrondis, de 10–20 mm de long, souvent ondulés à l’apex, étalés, portant de longs poils frisés sur la partie des lobes recouverte dans le bouton et poilus à l’intérieur, dans la partie supérieure de la gorge ; étamines insérées au milieu du tube de la corolle, incluses, anthères sessiles, en tête de flèche ; ovaire supère, largement ovoïde, 2-loculaire, style cylindrique, de 4,5–10 mm de long, tête du pistil cylindrique, avec un apex stigmoïde à 2 lobes. Fruit : capsule linéaire, cylindrique, de 70–110 cm × 2–2,5 cm, déhiscente, glabre, contenant de nombreuses graines. Graines étroitement ellipsoïdes, de 20–26 mm × 4 mm × 2 mm, présentant une ligne longitudinale en relief, portant à la base une aile obtuse de 0,5–1 mm de long et au sommet un bec d’environ 5 mm de long et une touffe de poils de 4–7 cm de long.

Autres données botaniques

Le genre Alafia comprend 23 espèces, dont 15 se rencontrent en Afrique continentale et 8 à Madagascar. Alafia multiflora diffère des autres espèces du genre par son fruit qui est un syncarpe et la présence d’un bec sur la graine. Les fruits d’Alafia multiflora et ceux d’Alafia schumannii Stapf sont les plus longs de la famille et peuvent mesurer jusqu’à 1,1 m.

Alafia schumannii

Alafia schumannii se rencontre dans les forêts tropicales depuis la Sierra Leone jusqu’en Ouganda, et vers le sud jusqu’au nord de l’Angola. Le latex est un médicament efficace qui soigne les blessures : il est appliqué directement sur les plaies pour en accélérer la guérison.

Ecologie

Alafia multiflora se rencontre dans les ripisylves régulièrement inondées, jusqu’à 750 m d’altitude.

Gestion

La récolte du latex d’Alafia multiflora peut s’effectuer à tout moment de l’année : elle consiste à pratiquer une entaille dans une tige feuillée, à collecter le latex sur une feuille ou dans un récipient pour l’appliquer directement sur la plaie ou les ulcères à traiter. L’écorce est récoltée sous forme de poudre, par grattage de la tige ; elle est ensuite mélangée au latex.

Ressources génétiques

Alafia multiflora est répandu et rien n’indique qu’il soit menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Alafia multiflora est une plante médicinale largement utilisée dans les communautés rurales. Les données publiées sur ses effets pharmacologiques étant rares, de plus amples informations seraient nécessaires pour évaluer ses qualités.

Références principales

  • Abbiw, D.K., 1990. Useful plants of Ghana: West African uses of wild and cultivated plants. Intermediate Technology Publications, London and Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 337 pp.
  • Balansard, G., Zamblé, D., Dumenil, G. & Cremieux, A., 1980. Demonstration of the anti-bacterial properties of the latex obtained by tapping the trunks of Alafia multiflora trees. Identification of vanillic acid. Plantes Medicinales et Phytotherapie 14(2): 99–104.
  • Leeuwenberg, A.J.M., 1997. Series of revisions of Apocynaceae 43. Alafia Thouars. Kew Bulletin 52(4): 769–839.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Pais, M., Jarreau, F.X., Fouche, P. & Goutarel, R., 1971. A propos of a falsification of Strophantus gratus Franchet seeds. A new alkaloïd, alafine, isolated from Alafia sp. seeds and Alafia multiflora Stapf (Apocynaceae). Annales Pharmaceutiques Françaises 29(1): 57–62.

Autres références

  • Brisson, R., 1988. Utilisation des plantes par les pygmées Baka: textes pour l’étude de la langue. Collège Liberman, Douala, Cameroon. 355 pp.
  • Mshana, N.R., Abbiw, D.K., Addore-Mensah, I., Ekpere, J.A., Enow-Orock, E.G., Gbile, Z.O., Noamessi, G.K., Odei, M.A., Odunlami, H., Oteng-Yeboah, A.A., Sarpong, K., Sofowora, A. & Tackie, A.N., 2000. Traditional medicine and pharmacopoeia. Contribution to the revision of ethnobotanical and floristic studies in Ghana. Organisation of African Unity / Scientific, Technical and Research Commission. 920 pp.
  • N’goran, A., Goli, K., Abdourahamane, S. & Alassane, S., 1995. Côte d’Ivoire: Rapport de pays pour la conférence technique internationale de la FAO sur les ressources phytogénétiques. FAO, Abidjan, Cote d’Ivoire. 75 pp.

Auteur(s)

  • D.E. Tsala, Faculty of Science, Laboratory of Animal Physiology, University of Yaoundé I, P.O. Box 3201 Messa, Yaoundé, Cameroon
  • T. Dimo, Faculty of Science, Laboratory of Animal Physiology, University of Yaoundé I, P.O. Box 3201 Messa, Yaoundé, Cameroon

Citation correcte de cet article

Tsala, D.E. & Dimo, T., 2006. Alafia multiflora (Stapf) Stapf & Pichon. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 18 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.