Adenia cissampeloides (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Adenia bequaertii (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Adenia cissampeloides (Planch. ex Hook.) Harms


Protologue: Engl. & Prantl, Nat. Pflanzenfam. Nachtr. 1: 255 (1897).
Famille: Passifloraceae

Synonymes

  • Adenia gracilis Harms (1897),
  • Adenia gummifera (Harv.) Harms (1897),
  • Adenia guineensis W.J.de Wilde (1971).

Noms vernaculaires

  • Monkey rope, snake climber, wild granadilla (En).
  • Mandali, mkengeti (Sw).

Origine et répartition géographique

Adenia cissampeloides est présent depuis le Sénégal jusqu’en Somalie, et dans toute l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Est jusqu’en Afrique australe, Afrique du Sud comprise. On le trouve également aux Seychelles.

Usages

Adenia cissampeloides a de nombreux usages en médecine traditionnelle dans toute l’Afrique tropicale. Les plus souvent mentionnés sont l’infusion ou la décoction de racine, de tige ou de feuilles pour le traitement des troubles gastro-intestinaux tels que maux d’estomac, constipation, diarrhée et dysenterie. Ces infusions ou décoctions se prennent également pour traiter différentes affections inflammatoires, généralement les œdèmes et les rhumatismes, ainsi que pour soulager les douleurs, en particulier les maux de tête et de dos.

Une décoction de feuilles ou de racine se prend pour traiter la fièvre et le paludisme et pour ses vertus diurétiques. Les racines pilées, et parfois d’autres parties de la plante, sont couramment utilisées pour panser les blessures et les plaies. Pour la lèpre, une décoction de feuilles s’applique sur les plaies, et une décoction de racines se prend par voie orale en combinaison avec un bain de vapeur préparé avec les feuilles. Au Kenya et en Tanzanie, les cendres de l’écorce ou de la racine sont mélangées à de l’huile de ricin pour traiter la gale. En Afrique orientale, une décoction de racines se boit pour traiter le choléra et, additionnée de lait, pour traiter l’anémie. Un extrait de racine et de tiges est administré par voie orale pour traiter les vers intestinaux. La décoction de feuilles se boit pour traiter les affections hépatiques. En Tanzanie, la pâte de feuilles s’applique sur les os brisés et les fractures. En R.D. du Congo et en Afrique orientale et australe, la feuille et la tige réduites en poudre sont mises à macérer et se prennent pour traiter les affections de la rate. Les bronchites et autres affections pulmonaires se traitent avec les feuilles, consommées crues avec du sel et de l’huile de palme ou préparées comme légume cuit avec de la viande ou du poisson. Les infusions de racine ou des parties aériennes se prennent pour traiter les maladies vénériennes et la stérilité. En Centrafrique, on introduit des copeaux de racine dans le vagin ou on fait des lavements utérins avec la décoction de racine pour provoquer des avortements. La décoction de racine peut aussi se prendre pour traiter les règles trop abondantes. Au Zimbabwe, on boit une infusion de racine et de feuilles et on consomme la poudre de racine et de feuilles dans de la bouillie pour prévenir les menaces de fausses couches. Au Nigeria, on frictionne les seins des femmes avec des feuilles pour stimuler l’écoulement du lait. Une décoction de racine pelée se boit pour traiter les testicules gonflés. L’infusion de feuilles est employée comme stimulant pour traiter la dépression, et l’aliénation mentale au Zimbabwe. Les Manos du Liberia utilisent l’écorce interne pour provoquer l’amnésie. Les racines se mastiquent pour traiter les morsures de serpent et sont utilisées comme antidote au poison de flèche tiré d’Acokanthera. En Afrique de l’Ouest, en Centrafrique et en Ethiopie, on jette les tiges broyées dans l’eau comme poison de pêche. Les feuilles, les rameaux, l’écorce, le bois et les racines peuvent également servir à confectionner des poisons de pêche ou de flèche.

En Afrique centrale, orientale et australe, les feuilles se cuisent pour être consommées comme légume, seules ou avec d’autres ingrédients. Le jus rougeâtre sert de cosmétique pour le visage. Au Gabon, on fait de la corde avec les tiges. En Sierra Leone, le jus des tiges sert à donner une surface lisse aux sols de terre battue. Des rameaux broyés déposés à l’entrée d’une ruche tranquillisent momentanément les abeilles. Au Botswana, on utilise également la fumée de racines en train de se consumer pour calmer les abeilles avant la récolte du miel.

Production et commerce international

Une étude réalisée dans les années 1980 au Kwazulu-Natal, en Afrique du Sud, a montré qu’en une année, des négociants en herboristerie avaient acheté à des cueilleurs plus de 450 sacs d’Adenia cissampeloides frais récolté dans la nature.

Propriétés

La tige, les feuilles, le fruit et les racines d’Adenia cissampeloides contiennent des hétérosides cyanogénétiques : tétraphylline B (bartérine) et épitétraphylline B (volkénine). Les feuilles renferment également du gummiférol, un di-époxide polyacétylénique cytotoxique, qui a démontré une activité anti-cancéreuse in vitro. On a associé l’abus d’Adenia cissampeloides chez les Zoulous d’Afrique du Sud à des affections hépatiques, et des tests in vivo ont confirmé la présence de composés provoquant des lésions du foie. Les feuilles et l’écorce de la racine sont riches en fer ; la teneur moyenne en fer des feuilles, par 100 g de matière sèche, est de 32,5 mg, de 9,9 mg dans l’écorce de la tige et de 32,1 mg dans l’écorce de la racine. Lors d’un essai de laboratoire, des extraits aqueux de la plante ont eu sur la tension artérielle des chats un effet déprimant lié à la dose. L’effet était neutralisé par de petites doses d’atropine. Un deuxième principe actif pourrait être sympathomimétique et avoir une action vasoconstrictive. L’effet de la plante sur Plasmodium falciparum in vitro est négligeable. Un extrait au diéthyl-éther tiré de l’écorce et formulé en concentré émulsionnable, constitue un anesthésiant efficace sur l’abeille africaine (Apis mellifera adansonii). La pulpe de tige a montré un effet larvicide significatif sur la noctuelle de la betterave Spodoptera exigua.

Description

Liane vigoureuse atteignant 30 m de long, habituellement dioïque ; tige atteignant 10 cm de diamètre, rayée de vert bleuâtre, tiges âgées souvent couvertes de poudre blanchâtre ; tiges à vrilles simples ou 3-fides de 10–20 cm de long. Feuilles alternes, simples ; stipules de 0,5(–1) mm de long, largement arrondies à triangulaires, irrégulièrement fendues ; pétiole de (1–)1,5–11 cm de long ; limbe entier ou plus ou moins profondément 3(–5)-lobé, à contour orbiculaire à ovale ou rhomboïde, de (1–)3–14 cm de long, base cordée à tronquée ou cunéiforme, apex obtus ou rétus, rarement aigu, avec une glande unique à la base, jusqu’à 4 glandes sur la surface inférieure de la feuille et 3–7 glandes sur les bords. Inflorescence : cyme axillaire, souvent à vrilles jusqu’à 2(–4) cm de long entre les rameaux, comportant jusqu’à 35 fleurs dans l’inflorescence mâle et 2–6 fleurs dans l’inflorescence femelle ; pédoncule de (0,5–) 1–12(–16) cm de long ; bractées et bractéoles étroitement triangulaires, de 0,5–1 mm de long, aiguës, finement dentées. Fleurs unisexuées, régulières, 5-mères, verdâtre pâle ; pédicelle de 2–10(–15) mm de long chez les fleurs mâles, légèrement plus court chez les fleurs femelles ; sépales et pétales libres ; fleurs mâles à sépales atteignant 8 mm de long et à pétales de 8–11 mm de long, filets des étamines fusionnés à la base, ovaire rudimentaire ; fleurs femelles à sépales atteignant 6,5 mm de long et à pétales atteignant 4,5 mm de long, ovaire supère, ovoïde, de 3–6 mm de long, à 3(–6) côtes, stigmates presque sessiles, réniformes, étamines rudimentaires. Fruit : capsule ovoïde de 2,5–4,5 cm × 1,5–3 cm, coriace à ligneuse, vert pâle, à 30–50 graines. Graines ovoïdes, de 3,5–5,5 mm × 3–4 mm × 2 mm, ponctuées.

Autres données botaniques

Le genre Adenia comprend environ 95 espèces, dont une soixantaine sur le continent africain, 20 à Madagascar et 15 en Asie. Il est subdivisé en 6 sections. Adenia cissampeloides appartient à la section Ophiocaulon. Plusieurs autres espèces de cette section ont des propriétés médicinales.

Adenia dinklagei

Adenia dinklagei Hutch. & Dalziel est présent du Sénégal au Ghana ; en Côte d’Ivoire, les feuilles sont broyées avec du sel et de l’eau et le liquide se prend pour traiter les palpitations.

Adenia tricostata

Une infusion de feuilles d’Adenia tricostata W.J. de Wilde, présent en Afrique centrale et en Ouganda, est utilisée contre la fièvre.

Adenia bequaertii

Adenia bequaertii Robyns & Lawalrée se trouve en R.D. du Congo, au Rwanda, au Burundi, au Kenya et en Ouganda ; en R.D. du Congo, on boit le jus de ses feuilles ou la décoction de feuilles pour traiter les maux de tête ; quant à la décoction et la macération de feuilles, elles se boivent ou s’utilisent en bains pour traiter l’aliénation mentale et le délire de possession.

Croissance et développement

On peut trouver Adenia cissampeloides en fleurs et en fruits toute l’année.

Ecologie

Adenia cissampeloides se rencontre dans les forêts pluviales primaires et secondaires, à la lisière des forêts et dans les forêts-galeries, les savanes boisées et les forêts marécageuses, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2200 m d’altitude.

Multiplication et plantation

Adenia cissampeloides est une plante que les Chaggas laissent pousser ou cultivent dans leurs jardins familiaux du Kilimanjaro, en Tanzanie. Il se multiplie aussi bien par graines que par bouturage. On traite les boutures à 2–3 nœuds avec des hormones de croissance avant de les planter dans des sachets en polyéthylène, et on les arrose régulièrement jusqu’à l’apparition des premières pousses.

Maladies et ravageurs

Adenia cissampeloides est un hôte du virus des taches en anneau de la passiflore (PFRSV), auquel Passiflora edulis Sims est très sensible.

Traitement après récolte

Les racines, les tiges et les feuilles d’Adenia cissampeloides s’emploient généralement fraîches après cueillette.

Ressources génétiques

Adenia cissampeloides est répandu dans toutes sortes de milieux et très commun sur toute son aire de répartition ; il n’est donc pas menacé d’érosion génétique. Des ressources génétiques de spécimens consommés comme légume ont été collectées au Malawi.

Perspectives

Adenia cissampeloides a de nombreux usages médicinaux intéressants. Un approfondissement des recherches sur la composition chimique et les activités pharmacologiques des composés d’Adenia cissampeloides et des espèces voisines est justifié. Adenia cissampeloides pourrait être cultivé comme ornementale, car c’est une plante grimpante attractive.

Références principales

  • Bouquet, A., 1969. Féticheurs et médecines traditionnelles du Congo (Brazzaville). Mémoires ORSTOM No 36. Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer. Paris, France. 282 pp.
  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • de Wilde, W.J.J.O., 1971. A monograph of the genus Adenia Forsk. (Passifloraceae). Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 71–18. Wageningen, Netherlands. 281 pp.
  • de Wilde, W.J.J.O., 1975. Passifloraceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 71 pp.
  • Morah, F.N.I., 1988. Tetraphyllin B from Adenia cissampeloides. Phytochemistry 27: 2985–2986.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2004. Plants used for poison fishing in tropical Africa. Toxicon 44(4): 417–430.
  • Nyarko, A.A. & Addy, M.E., 1990. Effect of aqueous extract of Adenia cissampeloides on blood pressure and serum analytes of hypertensive patients. Phytotherapy Research 4: 25–28.
  • Omolo, O.J., Chhabra, S.C. & Nyagah, G., 1997. Determination of iron content in different parts of herbs used traditionally for anaemia treatment in East Africa. Journal of Ethnopharmacology 58: 97–102.
  • Robyns, A., 1995. Passifloraceae. In: Bamps, P. (Editor). Flore d’Afrique centrale. Spermatophytes. Jardin botanique national de Belgique, Brussels, Belgium. 75 pp.

Autres références

  • Adewunmi, C.O., Agbedahunsi, J.M., Adebajo, A.C., Aladesanmi, A.J., Murphy, N. & Wando, J., 2001. Ethno-veterinary medicine: screening of Nigerian medicinal plants for trypanocidal properties. Journal of Ethnopharmacology 77: 19–24.
  • Aké Assi, L., Abeye, J., Guinko, S., Riguet, R. & Bangavou, X., 1985. Médecine traditionnelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Centrafricaine. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 140 pp.
  • Cunningham, A.B., 1997. An Africa-wide overview of medicinal plant harvesting, conservation and health care. In: Bodeker, G. & Vantomme, P. (Editors). Medicinal plants for forest conservation and health care. Non-Wood Forest Products 11, FAO, Rome, Italy. 158 pp.
  • de Wijs, J.J., 1975. The distribution of passionfruit ringspot virus in its main hostplants in Ivory Coast. European Journal of Plant Pathology 81: 144–148.
  • Fullas, F., Brown, D.M., Wani, M.C., Wall, M.R., Chagwedera, T.E., Farnsworth, N.R., Pezzuto, J.M. & Kinghorn, A.D., 1995. Gummiferol, a cytotoxic polyacetylene from the leaves of Adenia gummifera. Journal of Natural Products 58(10): 1625–1628.
  • Getahun, A., 1976. Some common medicinal and poisonous plants used in Ethiopian folk medicine. Faculty of Science, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia. 63 pp.
  • Kraft, C., Jenett-Siems, K., Siems, K., Jakupovic, J., Mavi, S., Bienzle, U. & Eich, E., 2003. In vitro antiplasmodial evaluation of medicinal plants from Zimbabwe. Phytotherapy Research 17(2): 123–128.
  • Kwapata, M.B. & Maliro, M.F., 1997. Indigenous vegetables in Malawi: Germplasm collecting and improvement of production practices. In: Guarino, L. (Editor). Traditional African vegetables. Proceedings of the IPGRI international workshop on genetic resources of traditional vegetables in Africa: conservation and use, 29–31 August 1995, ICRAF, Nairobi, Kenya. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops 16. pp. 132–135.
  • Maite, A.L., 1994. An ethnobotanical study of two Passifloraceae species used in traditional medicine in Mozambique. In: Seyani, J.H. & Chikuni, A.C. (Editors). Proceedings of the 8th plenary meeting of AETFAT, 2–11 April 1991, Zomba, Malawi. Volume 1. pp. 267–271.
  • Morris, B., 1996. Chewa medical botany. A study of herbalism in southern Malawi. Monographs from the International African Institute. LIT Verlag/Transaction, London, United Kingdom. 557 pp.
  • Noumi, E. & Tchakonang, N.Y.C., 2001. Plants used as abortifacients in Sangmelima region of southern Cameroon. Journal of Ethnopharmacology 76: 263–268.
  • Olafsdottir, E.S., Andersen, J.V. & Jaroszewski, J.W., 1989. Cyanohydrin glycosides of Passifloraceae. Phytochemistry 28(1): 127–132.
  • Oliver-Bever, B., 1982. Medicinal plants in tropical West Africa 1. Plants acting on the cardiovascular system. Journal of Ethnopharmacology 5: 1–71.
  • Raponda-Walker, A. & Sillans, R., 1961. Les plantes utiles du Gabon. Paul Lechevalier, Paris, France. 614 pp.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.
  • Sandberg, F. & Cronlund, A., 1982. An ethnopharmacological inventory of medicinal and toxic plants from equatorial Africa. Journal of Ethnopharmacology 5: 187–204.
  • Senoo, R.E., 1992. Preliminary studies on the larvicidal effects of Adenia cissampeloides (Planch ex. Hook) on Laphygma exigua (Hubner). B Sc. thesis, Department of Biological Science, Faculty of Science, K.N.U.S.T., Kumasi, Ghana. 45 pp.
  • Tabuti, J.R.S., Lye, K.A. & Dhillion, S.S., 2003. Traditional herbal drugs of Bulamogi, Uganda: plants, use and administration. Journal of Ethnopharmacology 88: 19–44.
  • Yeboah-Gyan, K. & Oppong-Boachie, K., 2000. The development of simple field based procedures for extraction of volatiles from Adenia cissampeloides for subduing African honey bee (Apis melifera adansonii). Journal of the Ghana Science Association 2(2): 70–79.

Sources de l'illustration

  • Keay, R.W.J., 1954. Passifloraceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 1. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 199–203.

Auteur(s)

  • O.M. Grace, PROTA Country Office United Kingdom, Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, Surrey TW9 3AB, United Kingdom
  • D.G. Fowler, Flat 4 Abbotsrood, 1 Milnethorpe Road, Eastbourne BN20 7NR, Sussex, United Kingdom

Citation correcte de cet article

Grace, O.M. & Fowler, D., 2007. Adenia cissampeloides (Planch. ex Hook.) Harms. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 23 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.