Acalypha ornata (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Acalypha manniana (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Acalypha ornata Hochst. ex A.Rich.


Protologue: Tent. fl. abyss. 2: 247 (1851).
Famille: Euphorbiaceae

Noms vernaculaires

  • Mchakati, mjiakhati, mckakari, mchacha (Sw).

Origine et répartition géographique

Acalypha ornata est présent du Nigeria à l’Erythrée et vers le sud jusqu’en Namibie, au Botswana, au Zimbabwe et au Mozambique.

Usages

Dans le sud du Nigeria, on pile les feuilles dans de l’eau avec celles d’autres plantes et le liquide est administré aux enfants atteints de la rage. En Centrafrique, les feuilles cuites se consomment pour soulager les douleurs du post-partum et la décoction de racine se prend comme laxatif. En Tanzanie, on utilise l’eau qui a servi au trempage des feuilles pour laver les enfants galeux. La décoction de feuilles s’emploie en bains pour traiter les hémorroïdes, et on boit la décoction de racines aux mêmes effets. L’infusion des parties aériennes s’applique sur l’ombilic infecté des nouveaux-nés. La décoction de racine fraîche sert en breuvage et en bains pour traiter la lèpre et les douleurs des règles. En friction sur la poitrine, la cendre de la plante sert à traiter la douleur. On met des pincées de poudre de feuilles, accompagnée de poudre de fleurs de Psorospermum febrifugum Spach, sur les plaies des circoncisions.

En Tanzanie, les tiges servent à tresser des paniers et des nasses pour les poissons. Les feuilles, émincées et cuites, se mangent avec du riz ou du maïs pilé ; on y ajoute parfois des arachides, du lait de coco, de l’oignon ou des tomates pour améliorer le goût. En Afrique de l’Est, le feuillage est brouté par le bétail. Les feuilles servent aussi pour leur litière. En R.D. du Congo, les tiges servent à confectionner des hampes de flèche. Le bois est parfois employé comme bois de feu. Acalypha ornata est parfois planté à des fins ornementales.

Propriétés

Les extraits de feuilles et de racine ont un léger effet molluscicide contre l’escargot d’eau douce Bulinus globulus.

Description

Plante herbacée vivace ou arbuste lâche, monoïque, fortement ramifié, atteignant 2,5(–5) m de haut ; tiges presque glabres à poilues. Feuilles disposées en spirale, simples ; stipules linéaires-lancéolées, de 4–10 mm de long, tombant rapidement ; pétiole de (2–)3–10(–15) cm de long ; limbe ovale à elliptique-ovale, de 5–16 cm × 3–10 cm, base cunéiforme, arrondie, tronquée ou faiblement cordée, apex acuminé, bords grossièrement dentés, membraneux, légèrement et brièvement poilu à presque glabre sur les deux faces, plus poilu le long de la nervure médiane, 5-nervé à la base et à 4–7 paires de nervures latérales. Inflorescence mâle : grappe axillaire, solitaire, atteignant 15 cm de long, à nombreuses fleurs, pédoncule court ; inflorescence femelle : épi solitaire, terminal, atteignant 17 cm de long, pédoncule court, bractées ovales-rhomboïdes, d’environ 1,5 cm × 2,5 cm, dentées, élargies dans le fruit. Fleurs unisexuées, pétales absents ; fleurs mâles à pédicelle d’environ 1,5 mm de long, minuscule calice 4-lobé, presque glabre, vert à rougeâtre, étamines 8, libres, anthères enroulées, blanc jaunâtre ; fleurs femelles sessiles, sépales 3, triangulaires, d’environ 1 mm de long, ciliés, ovaire supère d’environ 1 mm de diamètre, 3-lobé et 3-loculaire, styles 3, libres, d’environ 3 mm de long, frangés, rouges. Fruit : capsule 3-lobée d’environ 3 mm × 4 mm, apex légèrement poilu, se fendant en 3 méricarpes, chacun 2-valve et contenant 1 graine. Graines ovoïdes-globuleuses, d’environ 2 mm × 1,5 mm, lisses, gris violacé, à caroncule elliptique, jaune brunâtre.

Autres données botaniques

Le genre Acalypha comprend environ 460 espèces et est présent dans toutes les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, sauf en Europe. On en dénombre environ 65 espèces en Afrique tropicale, et 35 environ à Madagascar et sur d’autres îles de l’océan Indien. Plusieurs autres espèces arbustives d’Acalypha à fleurs mâles et femelles sur des inflorescences séparées ont des usages médicinaux.

Acalypha chirindica

Le jus de feuilles d’Acalypha chirindica S.Moore, espèce connue en R.D. du Congo, en Tanzanie et en Afrique australe, se prend en Tanzanie pour traiter les étourdissements ; la décoction de racine se prend contre les douleurs rénales.

Acalypha manniana

La décoction de tiges feuillées d’Acalypha manniana Müll.Arg., que l’on trouve du Ghana jusqu’en Ouganda, au Rwanda et au Burundi, se prend chez les Abayandas, ethnie d’Ouganda, pour traiter la diarrhée.

Acalypha racemosa

Acalypha racemosa Baill. se rencontre en Afrique tropicale, en Inde, au Sri Lanka et sur quelques îles de l’Indonésie. En Afrique de l’Est, on applique des cataplasmes de feuilles sur le dos pour traiter les douleurs rénales et la hernie. On frictionne de la cendre de feuilles sur les coupures pour soulager les douleurs corporelles. La décoction de racine et de feuilles se prend comme émétique et antidote. En Inde, Acalypha racemosa est cultivé comme légume.

Ecologie

Acalypha ornata est présent en sous-étage et en lisière de forêt, dans la savane arborée, les forêts claires décidues et les fourrés, souvent dans les endroits rocailleux ou au bord des rivières, ou dans la végétation secondaire, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 m d’altitude.

Gestion

Les feuilles et les racines d’Acalypha ornata se récoltent principalement dans la nature pendant la saison des pluies. La multiplication se fait par graines et par boutures. En Afrique centrale, Acalypha ornata est un hôte de la punaise du coton (Helopeltis schoutedeni), un des ravageurs les plus importants du coton et des Eucalyptus spp.

Ressources génétiques

Acalypha ornata est commun dans toute sa très vaste aire de répartition ; il n’est donc pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Acalypha ornata a plusieurs usages médicinaux, mais on ne sait rien sur la chimie et la pharmacologie de la plante. Si on ne l’étudie pas davantage, l’espèce ne gardera d’importance qu’au niveau local. Ses usages comme légume, comme plante à fibre et plante ornementale méritent un approfondissement des recherches.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Radcliffe-Smith, A., 1996. Euphorbiaceae, subfamilies Phyllantoideae, Oldfieldioideae, Acalyphoideae, Crotonoideae and Euphorbioideae, tribe Hippomaneae. In: Pope, G.V. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 4. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 1–337.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.

Autres références

  • Haerdi, F., 1964. Die Eingeborenen-Heilpflanzen des Ulanga-Distriktes Tanganjikas (Ostafrika). In: Haerdi, F., Kerharo, J. & Adam, J.G. (Editors). Afrikanische Heilpflanzen / Plantes médicinales africaines. Acta Tropica Supplementum 8: 1–278.
  • Hamill, F.A., Apio, S., Mubiru, N.K., Mosango, M., Bukenya-Ziraba, R., Maganyi, O.W. & Soejarto, D.D., 2000. Traditional herbal drugs of southern Uganda, 1. Journal of Ethnopharmacology 70: 281–300.
  • Ichikawa, M., 1987. A preliminary report on the ethnobotany of the Suiei Dorobo in northern Kenya. African Study Monographs, Supplement 7: 1–52.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Mtengeti, E.J. & Mhelela, A., 2006. Screening of potential indigenous browse species in semi-arid central Tanzania: a case of Gairo division. [internet] Livestock Research for Rural Development 18(8), Article 108. http://www.cipav.org.co/ lrrd/lrrd18/8/ mten18108.htm. 9 October 2006.
  • Terashima, H. & Ichikawa, M., 2003. A comparative ethnobotany of the Mbuti and Efe hunter-gatherers in the Ituri forest, Democratic Republic of Congo. African Study Monographs 24(1–2): 1–168.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2007. Acalypha ornata Hochst. ex A.Rich. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 19 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.