Crocus sativus (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


1, port de la plante ; 2, fleur ouverte ; 3, style et stigmates ; 4, stigmate. Source: PROSEA

Crocus sativus L.


Protologue: Sp. pl. 1 : 36 (1753).
Famille: Iridaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 24

Noms vernaculaires

  • Safran, safran vrai (Fr).
  • Saffron, crocus (En).
  • Açafrão, açaflor, croco (Po).

Origine et répartition géographique

Crocus sativus n’est connu que sous sa forme cultivée. Il est probablement originaire de Grèce et d’Asie occidentale, où l’on trouve des espèces sauvages qui pourraient lui être apparentées. Dans des temps très anciens, il s’est diffusé vers l’est jusqu’au Cachemire en Inde. Plus tard sa culture s’étendit dans les pays européens tempérés, en Asie occidentale, dans le nord de l’Inde et en Chine. En Afrique tropicale, le safran est rarement cultivé, mais on le signale dans le Hoggar (Sud algérien) et dans le nord du Mali. Ses bulbes sont importés occasionnellement, par ex. ils sont vendus sur les marchés à Maurice.

Usages

La partie supérieure séchée du style jaune, avec les 3 stigmates rouges attachés, cueillie sur les fleurs de Crocus sativus, constitue le safran du commerce, qui est utilisé principalement pour colorer et aromatiser les plats. Le safran a également été employé pour teindre des textiles, mais rarement et seulement pour teindre des soies précieuses ainsi que pour des usages spéciaux (par ex. des sous-vêtements féminins).

En usage médicinal, le safran est considéré comme antalgique, antispasmodique, aphrodisiaque, diaphorétique, emménagogue, expectorant et sédatif, mais les multiples propriétés thérapeutiques du safran sont contestées. En médecine traditionnelle, on l’emploie contre la scarlatine, la variole, les rhumes, l’insomnie, la dépression, l’asthme et les tumeurs. Le safran est un ingrédient important dans la médecine ayurvédique et les autres systèmes de médecine en Inde. A Maurice, on applique une pâte préparée avec le bulbe sur les maladies de la peau. Crocus sativus est couramment planté comme plante ornementale dans les jardins.

Production et commerce international

Crocus sativus est de loin le plus cher des colorants alimentaires et épices. L’Espagne en a longtemps été le principal producteur, représentant 90% de la production mondiale, mais une large proportion des exportations espagnoles provient en fait de plantes cultivées en Iran. D’autres pays exportateurs sont l’Inde (Cachemire), la France, l’Italie et l’Algérie. La production annuelle en Inde au début des années 1980 était estimée à 9–10 t. Le prix du marché international dans cette période était d’environ US$ 1000 par kg.

Propriétés

Les principaux colorants de Crocus sativus sont un hétéroside caroténoïde de couleur rouge jaunâtre, la crocine, et un hétéroside amer, la picrocrocine. Par hydrolyse, la crocine produit un sucre, la gentiobiose, et de la crocétine. Le safran contient aussi du safranal, à odeur agréable, qui se forme durant le séchage par dissociation enzymatique ou thermique de la picrocrocine.

Dans des essais sur des animaux, la crocétine a amélioré l’oxygénation dans des cas d’hémorragie, elle a montré des résultats positifs dans le traitement de l’athérosclérose et de l’arthrite, et inhibé le développement de tumeurs cutanées chimiquement induites. Dans un essai clinique pilote doublement aveugle randomisé en Iran, le safran a montré une efficacité comparable à celle de l’imipramine dans le traitement de dépression faible à modérée.

Description

  • Petite plante herbacée pérenne, acaule, jusqu’à 30 cm de hauteur, ayant un bulbe souterrain plus ou moins sphérique de 3–5 cm de diamètre, entouré d’une tunique fibreuse finement réticulée et formant des racines à la base.
  • Feuilles linéaires, de 1,5–2(–3) mm de large, avec une bande médiane blanche sur le dessus, carénées en dessous.
  • Fleurs au nombre de 1–3, bisexuées, régulières, chacune sur un court pédicelle souterrain, sous-tendues par des bractées membraneuses ; périanthe composé d’un long tube cylindrique et de 6 segments de 2,5–5 cm × 1–2 cm, d’une couleur lilas-violet ou mauve foncé avec des veines plus sombres, blanc ou lilas à la gorge ; étamines 3 ; ovaire infère, style divisé en 3 stigmates d’un rouge-orangé brillant, de 2,5–3,5 cm de long.

Autres données botaniques

Le genre Crocus comprend quelque 80 espèces et se rencontre de l’Europe à l’Asie centrale. Crocus sativus est un triploïde stérile qui ne se reproduit que par voie végétative. Les bulbes se reproduisent chaque année, donnant naissance à de nouveaux jeunes bulbes. Etant une matière très coûteuse, le safran est souvent frelaté de différentes façons. Non seulement on vend un safran très impur composé de parties florales autres que les stigmates, mais on offre aussi sous le nom de “safran” des parties d’autres espèces végétales à propriétés tinctoriales, telles que des rhizomes réduits en poudre de curcuma ou “safran des Indes” (Curcuma longa L.), et des fleurs de carthame ou “safran bâtard” (Carthamus tinctorius L.). Les substances colorantes de ces plantes peuvent être utilisées de la même façon que le safran véritable, et elles sont beaucoup moins chères. En Afrique tropicale orientale et australe, la teinture jaune tirée des fleurs de Crocosmia aurea (Pappe ex Hook.) Planch. peut être utilisée comme substitut du safran. Crocosmia aurea est également employé en médecine traditionnelle, par ex. on boit le jus des feuilles et une décoction du bulbe pour traiter le paludisme, et on boit une décoction des racines pour traiter les rhumatismes arthritiques ; pour ce dernier usage, on emploie aussi de la cendre de la plante délayée avec de l’huile de ricin, que l’on applique sur les scarifications.

Ecologie

Crocus sativus vient bien dans des climats tempérés et assez secs. Dans les régions d’Espagne où on cultive le safran, la pluviométrie annuelle excède rarement 400 mm. Deux périodes de fortes pluies sont favorables pour de bons rendements, l’une au printemps pour la production de nouveaux bulbes et une seconde à la fin de l’été pour favoriser la floraison. Crocus sativus fleurit à l’automne. Des gelées ou des pluies durant la floraison sont nocives et peuvent endommager la récolte.

Gestion

La multiplication se fait par bulbes. Les pratiques culturales varient selon les pays de production. Une fois plantés, les bulbes peuvent rester en place pendant 3–12 ans, mais parfois on cultive le safran en culture annuelle. La saison de floraison et de récolte dure environ 4 semaines. Les fleurs doivent être cueillies tôt le matin, et les stigmates doivent être prélevés le même jour. Les 3 stigmates sont séchés avec environ 5 cm du style attachés, et constituent le safran pur du commerce. Une récolte moyenne fournit environ 1 million de fleurs par ha, qui produiront 10 kg de safran sec. Le safran séché au feu est plus estimé que celui séché au soleil. Le safran est commercialisé aussi bien en poudre que sous la forme beaucoup moins dense de safran en stigmates, composé de stigmates en vrac. La qualité est maintenue par un stockage à faible degré d’humidité.

Ressources génétiques

On a montré que Crocus sativus était génétiquement homogène dans toute son aire de culture, de l’Espagne à la Chine, par suite de la multiplication végétative continue d’un seul et même clone.

Perspectives

N’étant pas adapté aux climats tropicaux à forte pluviométrie, Crocus sativus n’offre pas de bonnes perspectives en Afrique tropicale. Cependant, comme le safran est estimé dans certaines parties de la région et que l’on confond souvent des produits tirés d’autres plantes avec le safran véritable, il a paru utile d’accorder quelque attention à cette espèce.

Références principales

  • Basker, D. & Negbi, M., 1983. Uses of saffron. Economic Botany 37(2): 228–236.
  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Wessel-Riemens, P.C., 1991. Crocus sativus L. In: Lemmens, R.H.M.J. & Wulijarni-Soetjipto, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 3. Dye and tannin producing plants. Pudoc, Wageningen, Netherlands. pp. 67–69.

Autres références

  • Adjanohoun, E.J., Aké Assi, L., Eymé, J., Gassita, J.N., Goudoté, E., Guého, J., Ip, F.S.L., Jackaria, D., Kalachand, S.K.K., Keita, A., Koudogbo, B., Landreau, D., Owadally, A.W. & Soopramanien, A., 1983. Médecine traditionelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques à Maurice (Iles Maurice et Rodrigues). Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 216 pp.
  • Akhondzadeh, S., Fallah-Pour, H., Afkham, K., Jamshidi, A.H. & Khalighi-Cigaroudi, F., 2004. Comparison of Crocus sativus L and imipramine in the treatment of mild to moderate depression: a pilot double-blind randomized trial. BMC Complementary and Alternative Medicine 4(1): 12.
  • Giaccio, M., 2004. Crocetin from saffron: an active component of an ancient spice. Critical Reviews in Food Science and Nutrition 44(3): 155–172.
  • Sampathu, S.R., Shivashankar, S. & Lewis, Y.S., 1984. Saffron (Crocus sativus Linn.). Cultivation, processing, chemistry and standardization. CRC Critical Reviews in Food Science and Nutrition 20(2): 123–157.

Sources de l'illustration

  • Wessel-Riemens, P.C., 1991. Crocus sativus L. In: Lemmens, R.H.M.J. & Wulijarni-Soetjipto, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 3. Dye and tannin producing plants. Pudoc, Wageningen, Netherlands. pp. 67–69.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Jansen, P.C.M., 2005. Crocus sativus L. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 30 janvier 2023.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.