Foeniculum (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Meum
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Oenanthe


[Tome VI, 151]

Foeniculum officinale

Foeniculum officinale (Allioni). — LE FENOUIL.


  • fœniculum, marathrum, latin.
  • fenuclum,\»i. de Dioscoride, Stadler, Nachtr,
  • feniculus, fenuculu8,mirsincu8, 1. du m. â., Goetz.
  • hues maratrum, 1. du m. â., Mowat. (Hues est sans doute une faute de copie, peut-être pour mas ?)
  • marathus, maratrum, lat. du m. â., Du Cange.
  • feniculium, finuclum, finiculus, fenidum, panicum, pannichiunif sindtdat
  • scindula, matathris (lisez marathris), 1. du m. â., Dief.
  • penuclu, 1. du m. â., Omont, Glossar. andegav,, 1898.
  • herba bona, 1. du m. â., Germania, 1888, p. 305.
  • anethum, anc. nomencl., Mattirolo.
  • fœniculum germanicurh,anc. nomencl., Bauhin, 1671. -r
  • anethum fœniculum , nomencl. de Linné.
  • fenicle, m., fenîiicle, m., fr. du xv« s., J. Camus, Un man.


[152]

  • fenùiilj m., fninç-, Pkrion, De lingua galliea orig., 1554.
  • fenoueif, m., tmo. fj., BnJiiiment des receptes, 1544.
  • fanudl, m,, fr, du xev" s,, Hotnania, 1889, p. 573 ; Godefr.
  • fateuit, m.» (tnutl, m,, /iîfl««i, m., fanuil, m., fenoyl, m., /c»oi7, m., /anaiV, m., faneut, m., feneul,m., fenoUle, f., fenille, f., feneullej f.,
  • fen€ulc, f., aiic. fr., Godefroy.
  • fanouit, m.» fr. du xiv, s., Dorveaux, i4n,td.
  • fmoml. m,j Tranç., Focnsius, 1546; etc., etc.
  • fencirlk, f-, Trartç. du nord est du xiv s., Michelant, 1875.
  • ftnoïh, fenoilh, ftuoiil, ant-. proveiiç., Rayn.
  • fmolh, m., Ï,ruc,uc'diis-Alb . (Pyr.-Or.), Garrère.
  • fémntUij m., Chaïmse (Laiidcs), c. p. M. J. DE Laporterie. — béarn., Lespy. — Lembeye (B.-P>t,)j r. p. — Auvillar(Tarn-et-G.),c. p. G. Lalanne.
  • fanouUtj iiu, S,juvigu,(Allier), c. p. M. Ed. Edmont.
  • rnoih.m.t N,ntua (Ain), c p. M. Ed. Edmont.
  • hénoutk, m., La Teste (Gironde), Moureau. — Libourne (Gir.), c. p. M. L. DuRAND, lJÉilBArtGE.
  • fenot, m.p aac. provenç.j I-evt. — anc. fr., GoD.
  • fami, m., anc. fr., Gûd. ; Reinsch, 1880.
  • féjiouîj m., anc. fn, Ê,ufe rom. déd. à Paris; Gachet ; GoD.
  • faiijnoitt, m-;, anc. fr., Godefroy.
  • fanûui, m., anc. fr., Arnoul, 1517.
  • féjimil,m., duna presque toute la Provence et tout le Languedoc. — Tulle, LÉP- — L'Ârgûntiérc (Hautes-Alpes), r. p. — Samoreau (S.-et-M.), r. p.
  • fènot, m., fénnl, m., Gellea (P.-de-D.), r. p. — Guill,(Indre), r. p. — Villette (Sav.), r. p.
  • fnoul,m., Palîiiaeau (S.-et-O.), r. p. — Saint-Quentin (Aisne), r. p. — Méliaricourt (,mine),.r. p. — Saint-Pol (P.-de-C.), c. p. M. Ed. EOBIOMT.
  • fétionn, m*, Apt, (Vaucl.), Col. — Avignon, Pal. — Arles, Laug. — RasÛauph,, M0LIT,
  • fénouéy\ m., Pugel prés Fréjus(Var),r. p.
  • fënuéy'j m., VinzeUes (P.-dia-D.), Dadzat.
  • fanêy\ m., Cbap.-lnf., r. p.
  • fnëy\ TR., /ïni\ m., Beine (Marne), c. p. M. A. Gdillaume.
  • fënèj/j m,, Trczelle (Allier), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fênont/, m., Ntcc, SUTT, — Âmpus (Var), r. p. — Var, Hanry.
  • fanûuy\ m,, Arvert (Char.-Inf.), r. p.
  • fanoué, m., Puybarraud (Char.), Rev. d. pat., U, 187. — env. de Saint-
  • Brieuc (C.-du-N.), r. p. — Guernesey, Mrtiv.


[153]

  • fënoué, m., Saint-Genis-l.-Oll. (Rhône), Phil. — Savoie, Const. — Paulhaguet (H.-Loire), c. p. M. Ed. Edmont. — Châteauneuf-s.-Char. (Char.), r. ]k
  • fénoui, m., Vogiié (Ardèche), Conques (Aveyr.), Nyons (Drônie),c. p. M* Ed. Edmont.
  • finoui, m., Menton (Alpes-Maritimes), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fénou, m., Var. — B.-du-Rh. — Lot. — Dord. — Corr. — Cant. -— Drdme.
  • fenou, m., (fënoU,fnou), anc. fr., DuEZ. 1664. — Sornac (Corr.), r. p. — Ineuil (Cher), r. p. — Mayenne, Dott. — Vermanton (Yonne), r. p. — Aube, Des Et. — Dainville (P.-de-C), r. p. — Agon (Manche,, r. p< — Bessin, JoR.
  • finou, m., Laveissicre (Cant.), r. p.
  • fanou, m., Sermaises (Loiret), r. p. — Replonges (Ain), c. p» M. Ed- EdMONT.
  • fënioU,m., env. de Valence (Drôme), r. p. — Chabeuil (Drôme), c, p. M. Ed. Edmont.
  • fénaoUj m., Thiers (P.-de-D.), r. p.
  • fanô, m., vaudois, Durheim.
  • fana, m., fana rossè, m., fribourgeois, Savoy.
  • fnà, m., liég., FoR. — Spa, Lez. — Verviers, Lej.
  • fnu,m., Montaigut-le-Bl. (AU.), c. p. M. J. Duchon de la Jarousse. — Pithiviers (Loiret), r. p. — Luxemb. wall., Dasn. — Douvaine (H.-Sav.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ch'nu,m.,em. d'Annecy, Const.
  • rnieu, m., Davayé (S.-et-L.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • inoulh, m., Vallée d'Aspe (Pyrénées), Lespy.
  • houlh, m., Monléon-Magnoac (Hautes-Pyr.), r. p.
  • franouy\ m., eny. de Châteauroux (Indre), r. p.
  • fémùuy\ m., Les Andelys (Eure), r. p.
  • rnèlha, f., Châlillon-de-Michaille (Ain), r. p.
  • fënoulha, f., Mont-sur-Monnet (Jura), r. p.
  • fénoulhOjî., Mende (Lozère), r. p. — Laguiole (Aveyr.), r. p. — MonéMer-l- B. (H.-Alpes), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fënoulhe, f., Echassières (Allier), r. p. — env. d'Annecy, Const.
  • fénoule, f., env. de Béthune (Pas-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fnolhe,f., Luçon (Vendée), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fanôlhë,f., Hérémence (Valais), Lavallaz.
  • feneule, f., Cambrai, au xiii» s., Coulon, Hist. des remèdes, 1892, p. fitt.
  • fnouV, f., La Motte-Beuvron (Loir-et-Ch.), r. p.
  • rnouôl\ f., Guilberville (Manche), r. p.
  • fin-nouy\ f., Aubenton (Aisne), r. p.
  • Pnouy', f., Naintré (Vienne), r. p. — Avon (S.-et-M.), r. p. — Germigncy,


[154]

  • Mûinaj (Hatite,-Saôrte), r- p. — Montcornet (Aisne), r. p. — Ballon (Sarlhej» r- pt,
  • fniy't t.f Cang,(Indre-ct-U), r. p.
  • rnây', r, AmeliScourt (ÎHeurLhe), r. p.
  • fnoutjoUf m., Sai nie-Colombe fl>piibs), r. p.
  • féiiOulfiéU\ T., héâiuaU,LfiSFï,
  • fenouihtl, in.j Moi'en-Dauphitrà, Moutier.
  • fènèré, m., jargon du HîiKe,près Xertign,(Vosges), r. p.
  • fonoth dé casianyas, m,, Pyréu tes -Orient., Companyo.
  • fenotiil rommun, anii dou-T, franç., L. B***, Traité des jard., 1775.
  • fenotiil amer ('), m,, fratiç. du xvi* s., Mém. de Vacad. de Nîmes, 1882,
  • anias, m., C,issaigne (H'"-Gar.), r. p.
  • ani, m., Normandie., Maine. — Beauce. — Champagne. — Françhe-Comté. — Poitou, — Vendée.
  • anisse, f.» AJ$n4z c. p. H. l.-B. Aiohet.
  • anisée, f., Saint-Valérieri (Yûrmei, r. p.
  • aneth dûtiû:,, franç. , LuiSBlXUK.
  • atteth, m., (prononcez «nc;, Tranç. des herboristes, Gacon. — Mayenne, C. p. M. LAHitEElT.
  • érto doou dzuti, f.,Naves(Oon-éEe), c. p. feu A. Rébiére. (On 8*en sert contre l’enflure.)
  • ètn'rèsnotij m,. Saint- Ma rtiii-dii-PuJts (Nièvre), r. p. (?)
  • tara, i.j Larbousl [H.-Gar,) Saca,.
  • partyè, m., Marquioii (l*,-de-C.), r. p.
  • vùjno, f., Mouslier-Ventadour (€,>rr.), r. p.
  • vigne, r, Saiul-Georgt.fi-dea-OnisdUiers (Orne), r. p. (On cullive le fenouil en l,dpjjuyant (contre un mur.)
  • fiinotiU, fmioiU, breton moyen. [E» E.]
  • canell, breLon de Sainle-Tréphine (C.-du-N.), r. p.
  • penic, allemand du nqrd,oueet au xnr s., Gallée.


Un endroit où ponssent beaucoup de fenouils est appelé :

  • fémulhitdQ, r, LalUebque (Lot), c. p. M. H. Fourès. — Auvillar (T.-et-G.), c. p. M. G. Lalammë.
  • fénonliédQ, f. » Cévenues» Sauv,, 174(5.


____________________

(1) « Encores qu’il n’y ait aucun fenoil aigre, si est-ce que des deux principales espèces que nous en avons, l’un est appelé doux, à la différence de l'autre. » Oliv. de Serres, 1600, p. 519.


[155]

  • fénoudéio, f. nom d'un quartier d'Àlais qui était autrefois couvert âe t, D*HOMBRES.

« Semen fœniculi pellit spiracula culi. » Carmin, proverb. loci comm., 1670, p. 27. — On sait que Tanisette ordinaire fait péter.

Fa dé fénoul = il fait du fenouil, il est mort depuis longtemps ; feltii herbe pousse volontiers dans les cimetières. » Aude, LafFh ; loulousain, ViSNER. — « Manjà l' fénoul per la racino = même ifeTî.'*. )» Toulouse, Visp. — (( Qui se fa trop sadoul Bol fuma lé fénoul. r» L[iiiraguais (Haute-Gar.), P. Fagot. — « Voou fénà H fénou,= il veut mourir. » Prov., MiSTR. — « Bal mà,lébàdé pésouls que dé fenouUti, = Il vaut mieux nourrir des poux que des fenouils; il vaut mieu>t In misère que la mort. » Gascogne, Taupiag.

« On se servait autrefois du feuillage du fenouil pour mettre les cierges*» Montauban, au xiv« s., Forestié, Comptes d. fr. Bonis, 1B94., ÏI, 83.

« Trémoulà couma un fénoun = trembler comme un f., comme la feuille. Prov., MiSTR.

« Quand grano de fénoul s'amaduro Pos semenà de bouno houro. n Lauraguais (H"-G.), P. Fagot.

« Fœniculi radicem viridem nitidam in pila lignea contundi, aLque eju, succum jejunus cum vino vetere per dies continuos novem in limine stans bibe, validissime adversus tussim quamlibet molestnin tlbi proderit. » v" s., Marcellus Burdigalensis.

« Le f. coupé le jour de la Saint-Michel, avant le lever du soMmI «st souverain contre la colique. » Marseille, Rég. de la Col., Cris, p, 282.

« Enfenouillé = embarrassé, qui ne sait quel parti prendre, qui a l'esprit un peu dérangé. » Artois, Rev. d. l. rom., 1879, p. Bl ; Valeuciennes, Hécart. — « S'éfenouiller = faire beaucoup d'embarras, parler et s*agiter en tous sens, ne sachant quel parti prendre, qu,nd on ef,t très affairé. )> Saint-Pol (Pas-de-Calais), Ed. Edmont, Le-x,/,wc .saint-polois. — « Ce jeune enfenouillé. » xvii« s., Bér. de Verv,, Ï, [i. G4. = « Vendre du fenouil à quelqu'un = le décevoir. » xvi, s , Uist. macar. de MerL Cocc, éd. Jac, p. 129.

« Avec le fenouil, le jour de la Fête-Dieu, on fait des jonchées dans les rues pour le passage de la procession, puis on le ramasse et on te met sur les toits pour garantir la maison du tonnerre. )' Cliar.-luf.,


[156]

Vinet. — « Le f. qu'on a passé neuf fois dans le feu de la Saint-Jean protège contre les maléfices. » Landes, Métivier. p. 441. — « La veille de la Saint-Jean, pour empêcher les mauvais esprits d'entrer dans la maison, on met du fenouil dans les trous des serrures, en disant : « 5t, passa peu hourat, a noeyt, nat sourciè hooU,Hè-t plaa sentij fenoulh,e d'etUrà qu'haura poou = Si, passer par le trou, aujourd'hui, quelque sorcier entrer veut, fais-toi bien sentir, fenouil, et d'entrer il aura peur. » Béarn, Barthéty, Pratiques de sorcellerie j 1874, p. 9.

« Dans les Pyrénées on regarde le fenouil comme un préservatif contre l'influence maligne des sorciers. Nos pères étaient convaincus aussi que l'aigle entretenait sa vue perçante par l'emploi de cette plante. » De Chesnel, Dict, des superst. [Ed. ëdm.]

« Si vous portez sur vous du fenouil, quand passent les bœufs, cela leur portera malheur. » Naintré (Vienne), r. p.

Symbolisme. — « Quelques mères, pour éclaircir la vue de leurs enfants, mâchent, le matin, à jeun, des graines de cette semence, qu'elles leur respirent dans les yeux. Jusqu'où va la tendresse maternelle ! Aussi de là cette devise : un fenouil et ces mots : tendres mères, je fleuris pour vous seules. » Lucet, Emblèmes de Flore, 1819.

« Le fenouil symbolise la science. » J. Boisse, Descript. d'un médicament, 1519, p. 25.


Foeniculum dulce

Foeniculum dulce (Linné). — LE FENOUIL DOUX.


  • feniculus sandœ Marias, lat. du m. â., Bartholom,us, cité. p. Mowat.
  • ffeniculum dulce, fœniculum italicum, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • fenouil doux, m., fr. du xvr s., Mém. de Vacad. de Nîmes, 1682, p. 338. — franç, mod.
  • fenouil doux de Fleiirance, m., Gu,de la Brosse, 1628, p. 132.
  • fenouil de Florence, m., fr., Droyn, Royal sirop de pommes, 1615, p. 90; De Blégny, 1689 ; etc., etc.
  • fenouil d'Italie, m., fr., Journ. de la soc. d' hortic., 1862; Mail.
  • fenouil sucré, m., franç., Oudin, 1681 ; Mail.
  • fènoui sucra, fenoui mélicaous, Forcalquier, c. p. M. E. Plauchud.
  • fenouil verd, m., franç., Louyse Bourgeois, Rec de secrets, 1635, p. 54.
  • petit fenouil, franç., L. Dubois, 1825.
  • ani, de Paris, m., franç., Bon jardinier pour Van XIII.


[157]

Avec le fenouil doux on fait la fenouillette,liqueur qui est une variété de l’anisette. On en fait aussi une espèce d'essence. (Voir Nouv. instr. p. les confitures, 1732, et Savary, 1741.) — « La fenouillette de Ré est une liqueur recherchée. » Challes, Journ. d'un voy. aux Indes or., 1721, II, p. 2.