E (Lafage, Côte d'Ivoire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
D
Suzanne Lafage, Lexique français de Côte d'Ivoire
F


Voir la liste des abréviations.


Sommaire : Ea - Ef - Eh - Ek - El - Em - Ep - Es - Et - Eu - Ey


eau

eau, n.f

1- eau blanche, V. EAU FARINÉE

2- eau de coco, usuel, oral, écrit, tous milieux. Albumen liquide incolore et de goût agréable contenu dans la noix de coco mature. Il constitue une boisson très rafraîchissante. Sur la route, on a bu de l'eau de coco. Il y a des gens qui vendent des cocos* un peu partout. (Etudiante, Abidjan, 1977). Le cocotier reste une culture villageoise importante : consommation du coprah frais et de l'eau de coco. Ministère du Plan, Schéma Directeur, 1978, t.II : 75. Si les gens mettent la main sur lui, il saura qui a sucré l'eau de coco. Ivoir'Soir, 11.05.1998.

ENCYCL.: Par opposition, l'albumen contenu dans la noix de coco immature, V. COCO* VERT, est appelé "lait* de coco" car il est d'apparence blanche et laiteuse.

3- eau de farine, V. EAU FARINÉE.

4- eau farinée, assez fréq., (tradition), oral, écrit, surtout musulmans, nord. Boisson d'accueil constituée d'eau dans laquelle on a délayé de la farine de mil. Quand l'étranger* arrive, on lui sert l'eau farinée et après on lui demande* les nouvelles. (Informateur, Kong, 1981).

SYN.: eau blanche, eau de farine.


ébène des savanes, n.m. Spéc. (flore). (Dalbergia melanoxylon Guill. et Perr.). Arbuste de la fam. des Fabacées, très ramifié et épineux des savanes arborées. Son bois extrêmement dur et lourd sert à la fabrication de petits objets luxueux. CTFT, 1989 : 372.

COM.: nom pilote de ce bois. CTFT, 1989 : 372.

SYN.: grenadille* d'Afrique.

effeu

effeu, [efø], n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). (Hannoa Klaineana Pierre et Engl.). Grand arbre de la fam. des Simaroubacées au feuillage presque noir et au bois blanc tendre. Aubreville, 1953, II : 134.

SYN.: apohia (ébrié), badaouo (krou), éfotié (agni).

éfi

éfi, [efi], n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). (Pleiocarpa mutica Benth.). Petit arbre des sous-bois de forêts denses très commun, de la fam. des Apocynacées. Exploité pour son bois dur jaune. Aubreville, 1953, III ; 206.

SYN.: kakana (agni), mogba popo (ébrié).

ého

ého, n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). V. AKPI*. (Ricinodendron Heudelotii [Baill.] Pierre et Pax.). Grand arbre de la fam. des Euphorbiacées au bois blanc fibreux très léger. Aisément reconnaissable à son écorce grisâtre, l'ého est bien connu [.] pour ses graines comestibles. Kerharo /Bouquet, 1950-b : 143. Roberty, 1954 : 73. Dans les vieilles forêts secondaires, l'ého devient un grand arbre à cime très branchue. Aubreville, 1958, II : 76.

ENCYCL.: ses fruits jaunes contiennent deux ou trois graines qui sont parfois consommées bouillies.

éhoué

éhoué, [ewe], n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). Appellation regroupant plusieurs espèces de la fam. des Violacées, de sous-bois de forêts denses. On distingue l'éhoué (Rinore longiscuspis Enfl.), l'éhoué à feuilles de houx (R. ilicifolia O. Kitze), l'éhoué à petites feuilles, R. kibbiensis Chipp.). Aubreville, 1959, III : 34.

ékaba

ékaba, n.m. V. EKO*.

éko

éko, ékaba, [eko] / [ekaba], n.m. Spéc., (flore). (Tetraberlinia bifoliata Hauman). Grand arbre de forêt dense de la fam. des Caesalpiniacées. Bois de cet arbre légèrement veiné, brun pâle devenant rapidement rose cuivre, tendre et léger, qui convient pour le déroulage et la menuiserie à condition d'être traité. CTFT, 1989 : 397.

COM.: éko ou ékaba sont les noms pilotes de ce bois.

élo

élo, [elo],  n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). Terme générique désignant plusieurs variétés de petits arbres de la fam. des Annonacées, fréquents dans les sous-bois de forêts denses humides : (Xylopia quintassii Engl. et Diels.) ou élo ; (X. acutiflora A.. Rich.) ou élo à petites feuilles ; (Xylopiastrum taïense Aubr.) ou élo blanc, (Xylopiastrum villosum Aubr. Comb.) ou élo pubescent. Aubreville, 1959, I : 132.

émien

émien, émyèn, [emjɛ̃] n.m. Spéc., (flore), (de l'agni, du baoulé) mais assez fréq. (Alstonia congensis Engl. = A. boonei De W.). Très grand arbre de la fam. des Apocynacées, à fût cylindrique droit et à contreforts. Son bois blanc jaunâtre est tendre, léger et facile à travailler. Il a une bonne flottabilité. Il exige un traitement de protection. On en fait des sièges, des ustensiles ménagers. Les arbres de grande taille de cette famille sont rares : une seule espèce en Côte-d'Ivoire : l'émien. Aubreville, 1953, III : 189. L'émien est un grand arbre [.] remarquable par son grand fût rugueux et gris. Bouquet /Debray, 1974 : 21. Adjanohoun /Aké Assi, 1979, : 35. CTFT, 1989 : 362.

ENCYCL.: il passe pour avoir un latex dangereux pour les yeux. Autrefois ce latex était frauduleusement mélangé au véritable caoutchouc de cueillette.

COM.: émien est le nom pilote de ce bois. CTFT, 1989 : 362.

épinard

épinard, n.m. Usuel, oral, écrit, tous milieux. Terme générique s'appliquant à toute légumineuse [sic : tout légume] (Solanum, talinum...) dont on consomme les feuilles vertes bouillies ou dans une sauce*. Quels sont les épinards que tu préfères? (Mère de famille, Daloa, 1980).

épine du Christ

épine du Christ, n.m. Spéc., (flore). (Euphorbia splendens Boj.). Plante ornementale à bractées d'un rouge éclatant. Roberty, 1954 : 59.

éponge

éponge, n.f. Usuel, oral, écrit, tous milieux.

1- éponge fibreuse, V. EPONGE VÉGÉTALE*.

2- éponge végétale, éponge utilisée pour la toilette et constituée, selon le cas, de fibres végétale de lianes (lodes liberica, plastypalum hirsutum), de pétiole de palmiers-rôniers* ou du squelette fibreux de certaines petites cucurbitacées, V. COURGE*-TORCHON (luffa acutangula, luffa aegyptica), V. EPONGE FIBREUSE. Les jeunes [.] se dirigent vers le fleuve, la serviette sur l'épaule, à la main l'éponge fibreuse truffée d'un savon* noir. Anoma Kanié, 1978 : 55. L'éponge végétale, ça fait la peau plus douce !"(Informatrice, Bassam, 1990).

SYN.: fouh*.

éséhésé

éséhésé, n.m. Spéc., (flore), (de l'attié). Nom de deux plantes remarquables par leurs fruits, grosses gousses violacées oblongues odorantes : éséhésé (Tetrapleura tetraptera Taub.) et éséhésé à grandes feuilles (Tetrapleura chevalieri Bak.f.). Roberty, 1954 : 78., Aubreville, 1959, I : 220. Adjanohoun / Aké Assi, 1979 : 192.

SYN.: m'békréhia (ébrié), tiékê (agni).

étimoé

étimoé, [etimwe], n.m. Spéc. (flore). (Copaifera Salikounda Heck.). Assez grand arbre, fournisseur de copal*. Il a un bois très dur, gris rosé. Aubreville, 1953, I : 316.

SYN.: allihia (ébrié), nomatou (krou).

etti

etti, [ɛti] n.m. Spéc., (flore), (de l'abé). (Antidesma laciniatum Muell., Arg.). Petit arbre tortueux à branches sarmenteuses retombant sur le sol, de la fam. des Euphorbiacées. Aubreville, 1953, II : 72.

eucalyptus

eucalyptus, n.m. Spéc., (flore) mais fréq., oral, écrit, lettrés. (Eucalyptus deglupta Blume, surtout ou E. urophylla S. T. Blake). Seules espèces d'eucalyptus introduites en raison de leur adaptation à une zone tropicale humide de basse altitude, elles donnent de grands arbres à forme élancée, couvrant rapidement le sol donc appréciés pour le reboisement car ils résistent bien aux parasites et aux maladies. CTFT, 1989 : 417.

eyong

eyong, n.m. Spéc., (flore), (fang du Cameroun, du Gabon). (Eribroma oblonga Mast = Sterculia oblonga Bod). Grand arbre de forêt dense de la fam. des Sterculiacées, remarquable par ses fruits oblongs pointus aux deux bouts, contenant des graines complètement entourées d'un arille jaune. Bois de cet arbre, mi dur à mi lourd, jaune pâle veiné de blanc, très figuré, parfois huileux, peu résistant aux termites. CTFT, 1978, 376.

ENCYCL.: eyong, nom pilote de ce bois.