Zanthoxylum tsihanimposa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Zanthoxylum tsihanimposa H.Perrier


Protologue: Mém. Acad. Sci. (Paris) 67: 2 (1948).
Famille: Rutaceae

Origine et répartition géographique

Zanthoxylum tsihanimposa est endémique de l’ouest de Madagascar, où on le trouve d’Antsiranana à Morondava.

Usages

Le bois, souvent commercialisé sous le nom de “fahavalonkazo”, est employé localement dans la construction d’habitations, en particulier pour les cadres de fenêtres et les portes, ainsi que pour la construction navale et la caisserie. Il convient pour les placages et les contreplaqués. La décoction d’écorce sert à traiter le paludisme.

Propriétés

Le bois de cœur est brun jaunâtre, avec parfois des reflets verdâtres ou dorés, et il est nettement distinct de l’aubier blanc grisâtre. Le fil est droit, le grain grossier.

C’est un bois moyennement lourd, avec une densité de 520–680 kg/m³ à 12% d’humidité. Il sèche rapidement avec peu d’altération. Les taux de retrait sont moyennement élevés, de l’état vert à anhydre de 4,3–5,5% dans le sens radial et de 7,9–8,9% dans le sens tangentiel. Une fois sec, il est modérément stable en service. A 12% d’humidité, le module de rupture est de 120–161 N/mm², le module d’élasticité de 12 100–16 800 N/mm², la compression axiale de 46–59 N/mm², le cisaillement de 5 N/mm², le fendage de 12–13 N/mm et la dureté de flanc Chalais-Meudon de 1,9–3,6.

Le bois est relativement facile à scier et à travailler. Il tient les clous moyennement bien. Les caractéristiques de collage et de peinture sont satisfaisantes. La durabilité est faible à modérée, le bois étant sujet aux attaques de termites, de Lyctus et de champignons. Le bois de cœur est moyennement rebelle à l’imprégnation par des produits de préservation.

Plusieurs alcaloïdes ont été isolés de l’écorce de la tige : la skimmianine, la γ-fagarine, la dictamnine, le N-benzoyltyramine-méthyléther et la 4-méthoxy-1-méthyl-2-quinolinone. C’est la γ -fagarine, un alcaloïde quinolinique, qui a montré la plus forte activité antiplasmodium in vitro. La décarine, alcaloïde isolé à partir de deux autres espèces de Zanthoxylum de Madagascar, Zanthoxylum madagascariense Baker et Zanthoxylum thouvenotii H.Perrier, a révélé une activité molluscicide contre Biomphalaria pfeifferi, qui est un hôte intermédiaire des parasites de la bilharziose.

Description

  • Arbre caducifolié de taille moyenne atteignant 30 m de haut ; fût généralement rectiligne et cylindrique, jusqu’à 100 cm de diamètre, avec des protubérances ligneuses pourvues d’aiguillons atteignant 2 cm de long, les individus âgés en étant parfois dépourvus, présentant souvent des écailles liégeuses, grandes et épaisses, jaunâtres à la base ; écorce épaisse, écorce externe blanc grisâtre à brun pâle ; rameaux épais, armés d’aiguillons coniques.
  • Feuilles alternes, groupées à l’extrémité des branches, composées imparipennées à 19–33 folioles, jusqu’à 80 cm de long ; stipules absentes ; rachis glabre, avec quelquefois de petits aiguillons ; folioles presque opposées, presque sessiles, oblongues-ovales à ovales-lancéolées, de 5–20 cm × 2,5–7 cm, arrondies et asymétriques à la base, longuement acuminées à l’apex, à bord légèrement denté avec des dents arrondies, glabres, ponctuées de minuscules glandes éparses, pennatinervées à environ 12 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : panicule atteignant 15 cm de long, plusieurs groupées à l’extrémité des rameaux, à poils courts, à nombreuses fleurs, fleurs réunies en glomérules.
  • Fleurs unisexuées, régulières, 4-mères, petites ; pédicelle de 0,5–2 mm de long ; sépales presque libres, d’environ 1 mm de long ; pétales ovales, d’environ 2,5 mm de long, verdâtres ; fleurs mâles à 4 étamines, à disque épais, irrégulièrement denté, à ovaire rudimentaire ; fleurs femelles à ovaire supère, globuleux et à style court.
  • Fruit : follicule globuleux d’environ 8 mm de diamètre, ponctué de glandes, déhiscent, à 1 graine.
  • Graines globuleuses, d’environ 5 mm de diamètre, noires et brillantes.

Autres données botaniques

Zanthoxylum tsihanimposa est caducifolié et garde ses feuilles de novembre à mai. Il fleurit à la fin de la saison sèche, de septembre à novembre, peu de temps avant l’apparition des nouvelles feuilles. Les fruits sont mûrs en décembre.

Le genre Zanthoxylum est pantropical et comprend environ 200 espèces, l’Amérique tropicale étant la plus riche dans ce domaine. Le continent africain en abrite à peu près 35, tandis que environ 5 sont endémiques de Madagascar.

Zanthoxylum thouvenotii

Le bois de Zanthoxylum thouvenotii H.Perrier, originaire de l’est de Madagascar, est utilisé de la même façon que celui de Zanthoxylum tsihanimposa. Les feuilles servent dans le traitement du paludisme. Zanthoxylum thouvenotii est également employé en médecine traditionnelle comme antitussif, sans que l’on sache exactement quelle partie de l’arbre est utilisée.

Ecologie

On trouve Zanthoxylum tsihanimposa en forêt sèche décidue, jusqu’à 400 m d’altitude.

Ressources génétiques

Bien qu’une grande partie de la forêt naturelle de l’aire de répartition de Zanthoxylum tsihanimposa ait disparu ou soit gravement dégradée, l’espèce reste apparemment encore commune localement, au moins sous forme d’arbres de petite taille. Il ne semble pas y avoir de danger immédiat d’érosion génétique, d’autant que l’aire de répartition de Zanthoxylum tsihanimposa est assez vaste.

Perspectives

On dispose de trop peu d’informations sur Zanthoxylum tsihanimposa pour évaluer ses perspectives en tant qu’essence à bois d’œuvre commerciale dans un système de gestion durable. Toutefois, les peuplements de grands arbres sont probablement trop rares et inaccessibles. Un inventaire s’impose afin d’établir l’état des populations qui subsistent.

Références principales

  • Guéneau, P., Bedel, J. & Thiel, J., 1970–1975. Bois et essences malgaches. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 150 pp.
  • Parant, B., Chichignoud, M. & Rakotovao, G., 1985. Présentation graphique des caractères des principaux bois tropicaux. Tome 5. Bois de Madagascar. CIRAD, Montpellier, France. 161 pp.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1950. Rutacées (Rutaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), familles 104–105. Firmin-Didot et cie., Paris, France. 89 pp.
  • Randrianarivelojosia, M., Rasidimanana, V.T., Rabarison, H., Cheplogoi, P.K., Ratsimbason, M., Mulholland, D.A. & Mauclère, P., 2003. Plants traditionally prescribed to treat tazo (malaria) in the eastern region of Madagascar. Malaria Journal 2: 25. [Internet] Open Access article. http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?artid=184444. September 2007.
  • Sallenave, P., 1971. Propriétés physiques et mecaniques des bois tropicaux. Deuxième supplément. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 128 pp.

Autres références

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Debray, M., Jacquemin, H. & Razafindrambao, R., 1971. Contribution à l’inventaire des plantes médicinales de Madagascar. Travaux et Documents No 8. ORSTOM, Paris, France. 150 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Rasoanaivo, H.L., 2006. Contribution à l’étude chimique de Zanthoxylum madagascariensis Baker et Zanthoxylum thouvenotii H. Perr., Rutaceae: mise en evidence de l’activité molluscicide de décarine, alcaloïde caractéristique des Zanthoxylum de Madagascar. Thèse de Doctorat en Chimie, Spécialité produits naturels, Département de Chimie Physique, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Antananarivo, Madagascar. 109 pp.
  • Rasoanaivo, P., Ratsimamanga-Urverg, S., Ramanitrahasimbolo, D., Rafatro, H. & Rakoto-Ratsimamanga, A., 1999. Criblage d’extraits de plantes de Madagascar pour recherche d’activité antipaludique et d’effet potentialisateur de la chloroquine. Journal of Ethnopharmacology 64: 117–126.
  • Schatz, G.E., 2001. Generic tree flora of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 477 pp.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2008. Zanthoxylum tsihanimposa H.Perrier. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 16 juin 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.