Vatovaea pseudolablab (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Vatovaea pseudolablab (Harms) Gillett


Protologue: Kew Bull. 20(1) : 104 (1966).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Origine et répartition géographique

Vatovaea pseudolablab se rencontre à l’état sauvage dans les zones sèches du Soudan, d’Ethiopie, de Somalie, du Kenya, d’Ouganda et de Tanzanie ; on le trouve aussi au Yémen et à Oman.

Usages

Les graines de Vatovaea pseudolablab se consomment soit crues, soit après avoir été cuites à l’eau ou grillées. Les gousses immatures, les fleurs et les feuilles se consomment crues ou cuites comme légume. Les racines tubérisées et juteuses sont comestibles et se consomment soit crues soit cuites à l’eau ou grillées. Elles se consomment parfois comme amuse-gueule, surtout grillées ; elles tiennent lieu aussi d’aliment de disette et sont source d’eau. La farine que l’on tire des racines est mélangée à de la farine de sorgho pour confectionner une bouillie épaisse. On la conserve d’ordinaire pour l’utiliser pendant les périodes maigres. Ce sont les paysans qui cultivent Vatovaea pseudolablab et le consomment couramment, mais pendant les périodes de disette, les gens qui en dépendent pour leur alimentation quotidienne sont plus nombreux. La plante est consommée par le bétail, les chèvres, les moutons, les chameaux et les ânes. Avec les fibres racinaires, on fabrique des cordes, des chapeaux et des chasse-mouches.

Propriétés

Les racines tubérisées de Vatovaea pseudolablab sont fibreuses et contiennent beaucoup de jus ; elles ont une agréable saveur sucrée, même consommées crues.

Description

  • Liane ou arbuste atteignant 1,5(–3) m de haut ; tige ramifiée, glabre à légèrement pubescente ; racines tubérisées.
  • Feuilles alternes, 3-foliolées ; stipules oblongues, d’environ 3,5 mm × 1,5 mm ; pétiole jusqu’à 6 cm de long, côtelé, rachis jusqu’à 2 cm de long ; stipelles petites ; pétiolules de 1–2 mm de long ; folioles ovales à étroitement ovales-rhomboïdes, atteignant 8 cm × 6,5 cm, parfois légèrement 3-lobées, glabres à légèrement pubescentes. Inflorescence : fausse grappe axillaire atteignant 50 cm de long, pubescente, à nombreuses fleurs ; pédoncule de 6–21 cm de long ; bractées jusqu’à 2 mm de long.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées ; pédicelle d’environ 3 mm de long ; calice d’environ 5 mm de long, 5-lobé, à 2 lèvres, les 3 lobes inférieurs triangulaires-arrondis, les 2 lobes supérieurs réunis ; corolle d’un violet verdâtre, étendard de 1–2 cm × 1,5–2 cm, émarginé, pourvu de 2 appendices à la base, ailes munies d’un long éperon étroit, carène incurvée ; étamines 10, dont 9 soudées et 1 libre ; ovaire supère, linéaire, 1-loculaire, style long, arqué, généralement poilu à l’intérieur vers l’apex et muni d’un appendice réfléchi au-dessus du stigmate.
  • Fruit : gousse linéaire-oblongue de 4,5–6 cm × 0,5–1 cm, courbe, aplatie, s’élargissent vers l’apex, déhiscente, d’abord à pubescence soyeuse, puis glabrescente, contenant jusqu’à 8 graines.
  • Graines presque globuleuses à irrégulièrement ellipsoïdes ou quasi carrées, de 4,5–7 mm × 4,5–6,5 mm × 2,5–3 mm, brunes, parfois mouchetées de noir.

Autres données botaniques

Le genre Vatovaea est monotypique. Vatovaea pseudolablab devient ligneux, mais les plantes peuvent fleurir alors qu’elles sont encore pratiquement herbacées ; elles sont essentiellement autogames.

Ecologie

Vatovaea pseudolablab est présent jusqu’à 1500 m d’altitude dans les savanes herbeuses sèches ou les savanes arbustives dans les régions où la pluviométrie annuelle est de 250–600 mm, souvent le long des coulées de lave ou des fossés de drainage, parfois dans les savanes herbeuses périodiquement humides sur argile.

Gestion

Vatovaea pseudolablab se récolte généralement dans la nature, mais on le sème aussi, rarement comme au Kenya. En Ethiopie, il est semi-domestiqué par les paysans du Konso, qui le maintiennent dans leurs champs en association avec d’autres cultures vivrières. Vatovaea pseudolablab peut se multiplier par graines. Les racines tubérisées s’arrachent à n’importe quel moment de l’année, mais il vaut mieux les récolter lorsque le feuillage a fané. Pour produire la farine, les racines sont pelées, coupées en morceaux, séchées et moulues.

Ressources génétiques

Les populations de Vatovaea pseudolablab disparaissent en Afrique de l’Est et dans la péninsule Arabique parce c’est un aliment apprécié tant par les hommes que par le bétail. Son pool génétique risque de se réduire rapidement si on ne fait rien. Deux entrées de Vatovaea pseudolablab sont conservées en Ethiopie à l’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI) d’Addis Abeba.

Perspectives

Vatovaea pseudolablab est une plante polyvalente utile pour les régions arides et dont le potentiel semble intéressant à exploiter. Il est recommandé de commencer à prospecter et évaluer les ressources génétiques et de tester les introductions pour voir comment elles se comportent au champ. Le matériel prometteur devrait ensuite être multiplié. Des recherches doivent en outre être menées sur l’agronomie de la plante et sur ses propriétés nutritionnelles.

Références principales

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Gillett, J.B., Polhill, R.M., Verdcourt, B., Schubert, B.G., Milne-Redhead, E., & Brummitt, R.K., 1971. Leguminosae (Parts 3–4), subfamily Papilionoideae (1–2). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 1108 pp.
  • Maundu, P.M., Ngugi, G.W. & Kabuye, C.H.S., 1999. Traditional food plants of Kenya. Kenya Resource Centre for Indigenous Knowledge (KENRIK), Nairobi, Kenya. 270 pp.
  • Schippers, R.R., 2000. African indigenous vegetables. An overview of the cultivated species. Natural Resources Institute/ACP-EU Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation, Chatham, United Kingdom. 214 pp.
  • Thulin, M., 1993. Fabaceae (Leguminosae). In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 1. Pteridophyta; Gymnospermae; Angiospermae (Annonaceae-Fabaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 341–465.

Autres références

  • Gillett, J.B., 1966. Notes on Leguminosae. Kew Bulletin 20: 103–111.
  • Huxham, S.K., Schrire, B.D., Davis, S.D, & Prendergast, H.D.V., 1998. Dryland legumes in Africa: food for thought. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 84 pp.
  • ILDIS, 2002. World database of Legumes, Version 6,05. International Legume Database & Information Service. [Internet] http://www.ildis.org/. September 2004.
  • Maundu, P.M., 1997. The status of traditional vegetable utilization in Kenya. In: Guarino, L. (Editor). Traditional African vegetables. Proceedings of the IPGRI international workshop on genetic resources of traditional vegetables in Africa: conservation and use, 29–31 August 1995, ICRAF, Nairobi, Kenya. Promoting the conservation and use of underutilized and neglected crops 16. pp. 66–75.
  • Morgan, W.T.W., 1981. Ethnobotany of the Turkana: use of plants by a pastoral people and their livestock in Kenya. Economic Botany 35(1): 96–130.
  • Thulin, M., 1989. Fabaceae (Leguminosae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia. Volume 3. Pittosporaceae to Araliaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 49–251.
  • Thulin, M., 1989. New or noteworthy species of Leguminosae in Northeast tropical Africa. Nordic Journal of Botany 8(5): 457–488.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Brink, M., 2006. Vatovaea pseudolablab (Harms) J.B.Gillett. In: Brink, M. & Belay, G. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 26 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.