Urochloa trichopus (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg



Urochloa trichopus (Hochst.) Stapf




Protologue: Oliv., Fl. trop. Afr. 9(4) : 589 (1920).
Famille: Poaceae (Gramineae)
Nombre de chromosomes: 2n = 14, 28

Synonymes

Noms vernaculaires

Origine et répartition géographique

Urochloa trichopus est réparti dans les régions les plus arides de toute l’Afrique tropicale. Il apparaît également au Yémen et a été introduit au Brésil et en Inde.

Usages

Les grains d’Urochloa trichopus sont parfois récoltés pour l’alimentation, par ex. au Kordofan (Soudan), en Tanzanie, au Botswana et au Zimbabwe. Au Botswana, ils sont moulus en farine, que l’on peut cuire à l’eau, au lait ou au jus de melon, ou bien transformer en gâteau ; ils servent aussi à fabriquer de la bière.

Urochloa trichopus est apprécié comme fourrage dans les régions semi-arides ; c’est une plante fourragère au Brésil et en Inde.

Propriétés

La valeur fourragère des plantes d’Urochloa trichopus au Sahel est : protéines brutes 10,7%, fibres brutes 28,5%, lipides brutes 1,4%, extrait sans azote 45,2%, P 0,19%, K 4,69%, Ca 0,38%, Mg 0,37% et Na 0,02%. Au Botswana, la teneur en protéines brutes d’Urochloa trichopus oscille entre 6,2% en saison sèche (juillet) et 10,4% pendant la saison des pluies (janvier), et la digestibilité de la matière sèche varie de 41% en juillet à 57% en janvier. Aucune information sur les caractéristiques nutritionnelles du grain n’est disponible.

Description

Graminée annuelle grossière, cespiteuse, jusqu’à 1,7 m de haut ; tige (chaume) géniculée ascendante, formant souvent des racines aux nœuds inférieurs. Feuilles alternes, simples et entières ; gaine glabre à légèrement pubescente ; ligule réduite à une membrane ciliée ; limbe linéaire, de 5–30 cm × 5–20 mm, acuminé, glabre ou poilu. Inflorescence composée de 3–20 grappes portées par un axe central de 4–20 cm de long ; grappes de 1–14 cm de long, portant des épillets solitaires sur un rachis étroitement ailé. Epillet ovale, de 2,5–5,5 mm de long, glabre ou moins souvent poilu, acuminé, à 2 fleurs avec la fleur inférieure mâle et la fleur supérieure bisexuée ; glume inférieure elliptique-oblongue, légèrement plus courte que l’épillet, 3-nervée, glume supérieure aussi longue que l’épillet, 5(–7)-nervée avec des nervures transversales ; lemme acuminée, coriace, 5-nervée, mucronée ; paléole plus courte que la lemme ; étamines 3 ; ovaire supère, à 2 stigmates plumeux. Fruit : caryopse (grain) fortement aplati.

Le genre Urochloa compte environ 12 espèces réparties dans les tropiques de l’Ancien Monde, essentiellement en Afrique. Il se distingue du genre apparenté Brachiaria par la forme et l’orientation de ses épillets, mais la frontière entre les deux genres est floue en raison du nombre d’espèces intermédiaires. Il a été proposé d’intégrer presque complètement Brachiaria dans le genre Urochloa, ce qui ferait d’Urochloa un grand genre de 120 espèces, avec une répartition pantropicale. A l’intérieur même d’Urochloa, il est parfois difficile de séparer les espèces. Urochloa trichopus est la contrepartie annuelle de l’espèce vivace Urochloa mosambicensis (Hack.) Dandy, qui possède des bourgeons dormants à la base.

Description

Autres données botaniques

Croissance et développement

Ecologie

On trouve Urochloa trichopus du niveau de la mer jusqu’à 1500 m d’altitude sous des climats semi-arides, dans des savanes herbeuses et boisées, ainsi qu’en milieu perturbé et comme mauvaise herbe des champs.

Multiplication et plantation

Gestion

Urochloa trichopus est récolté dans la nature. Au Botswana, les grains stockés sont attaqués par des charançons, des fourmis et des rats, mais ils se conservent bien en général. Au Botswana, les grains sont réputés difficiles à battre et à piler. Urochloa trichopus est considéré comme une adventice en Ethiopie.

Maladies et ravageurs

Ressources génétiques

L’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI), d’Addis Abeba, Ethiopie, détient 5 entrées d’Urochloa trichopus (3 provenant d’Ethiopie ; 2 du Mali). Trois entrées provenant d’Ethiopie sont conservées au Centre international d’agriculture tropicale (CIAT), de Cali, Colombie ; 2 entrées provenant de Tanzanie sont détenues par l’Australian Tropical Crops & Forages Genetic Resources Centre, de Biloela, Queensland. Etant donné sa large répartition, Urochloa trichopus n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Urochloa trichopus est une source précieuse de nourriture et de fourrage dans les régions semi-arides d’Afrique tropicale, mais il est peu probable qu’il gagne en importance. En tant que céréale, tant la petite taille du grain que les difficultés de sa transformation sont de sérieux obstacles. Son rôle comme plante de pâturage demeurera probablement modeste comparé à celui de sa contrepartie vivace et plus persistante Urochloa mosambicensis.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Clayton, W.D. & Renvoize, S.A., 1982. Gramineae (part 3). In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. pp. 451–898.
  • Gibbs Russell, G.E., Watson, L., Koekemoer, M., Smook, L., Barker, N.P., Anderson, H.M. & Dallwitz, M.J., 1990. Grasses of Southern Africa: an identification manual with keys, descriptions, distributions, classification and automated identification and information retrieval from computerized data. Memoirs of the Botanical Survey of South Africa No 58. National Botanic Gardens / Botanical Research Institute, Pretoria, South Africa. 437 pp.
  • Modiakgotla, E., Tacheba, G., Mbulawa, T., Makhwaje, E. & Nkhori, S., 1999. Use of Urochloa trichopus and Dactiloctenium species in Ngamiland. Department of Agricultural Research, Ministry of Agriculture, Gaborone, Botswana. 11 pp.
  • Phillips, S., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 7. Poaceae (Gramineae). The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. 420 pp.

Autres références

  • Bartha, R., 1970. Fodder plants in the Sahel zone of Africa. Weltforum Verlag, München, Germany. 306 pp.
  • Clayton, W.D., 1972. Gramineae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, part 2. pp. 277–574.
  • Clayton, W.D., 1989. Gramineae (Paniceae, Isachneae and Arundinelleae). In: Launert, E. & Pope, G.V. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 10, part 3. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. 231 pp.
  • Cope, T.A., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 4. Angiospermae (Hydrocharitaceae-Pandanaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 148–270.
  • Hanelt, P. & Institute of Plant Genetics and Crop Plant Research (Editors), 2001. Mansfeld’s encyclopedia of agricultural and horticultural crops (except ornamentals). 1st English edition. Springer Verlag, Berlin, Germany. 3645 pp.
  • Longhi-Wagner, H.M. & de Oliveira, R.P., 2002. New grass records for Bahia State, Brazil. Kew Bulletin 57: 971–977.
  • Pratchett, D., 1983. Botswana. Recent range research findings. World Animal Review 46: 18–25.
  • Trouin, M., 1970. Contribution to the caryologic study of some grasses of Darfur (Sudan Republic). Annales de la Faculté des Sciences de Marseille 43(2): 221–226.
  • Veldkamp, J.F., 1996. Brachiaria, Urochloa (Gramineae - Paniceae) in Malesia. Blumea 41: 413–437.

Auteur(s)

  • M. Brink

PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 20 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.