Ulmus (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Platanus
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Ptelea


Ulmus

[Tome X, 81]

Ulmus (genre) (Linné). — L'ORME


  • ulmus, lat. du IIe s. av. J.-C., Caton Le Censeur.
  • ulnus, ulminus, l. du m. â., Dieff.
  • omellus, vilmius, arbor ulminea, l. du m. â., Du C.
  • oulma, hulmus, hulmellus, hormellus, l. du m. â., L. Delisle, 1851, p. 356-357.
  • olm, m., anc. prov., Rayn. — Gramat (Quercy), doc. du m. â., Revue de législat., 1875, p. 622. — anc. bigorrais, Luchaire, Rec. de textes gascons, 1881, p. 181.
  • holm, Castres, au moy. âge, Revue du Tarn, 1881, p. 120.
  • oulme, masc., anc. fr., Ch. Estienne, 1561; Melin De Sainct-Gelais, Œuvres, éd. Blanch., I, 53.
  • ulme, f., Cotentin, au XVIe s., Journ. de Gouberville, p. 411.
  • olme, masc., anc. fr., J. Bodin, 1597, p. 405.
  • olom, masc., Dax (Landes), au moyen âge, Abbadie, Livre noir de Dax.
  • ouloum, m., Chalosse (Landes), c. p. M. J. De Laporterie.
  • aouloum, m., Labouheyre (Landes), c. p. M. F. Arnaudin.
  • aloum, m., Chalosse (Landes), c. p. M. J. De Laporterie. — Gondrin (Gers), c. p. M. Daignestous. — Marensin (Landes), c. p. M. V. Foix. — [Dans le Pays d'Albret, selon Ducomet, on appelle aloum, m., l'orme étêté, aloumo, f., l'orme non étêté, aloumasso, f., le rejeton d'un orme qui a été coupé.]
  • oul, m., Albi, Revue du Tarn, 1897, p. 180. — Castres, Couz.
  • ol, m., Tauriac (Lot), r. p.
  • oulmé, m., Toulous., Visn. — Tarn, Montr. — Gourdon (Lot), c p. M. R. Fourès. — Brive, Tulle, Lép.
  • olmé, m., anc. prov., Rayn. — Valence (Dauph ). au XIIe s. Rev. d. Soc. sav., 1867, p. 431. — Autoire, Brétenoux, Saint-Céré (Lot), r. p. — Salignac (Dord.), r. p.
  • olmo, olmou, m., Corse, c. p. M. Ed. Edmont.


[82]

  • ulmeau, m , anc. fr., Œuvres de Virgile translatées, 1529, fet 6, v° ; Belon, Remonstrances, 1558, fet 52, etc., etc.
  • ulmô, m., oulmô, m., vaudois, Bridel.
  • uelmo, m., vulmo, m., anc. dauphin., Devaux, p. 302.
  • ormou, m., fribourgeois, Haefelin.
  • ourme (ourm), masc., anc. fr., Du C. ; Brohon, 1541, etc., etc. — Normandie. - Picardie. — Ile de France. — Hainaut. — Belgique. — Lorraine. — Fr.-Comté. — Bresse. — Auvergne.
  • lourm, m., Clamecy (Nièvre), r. p.
  • ourmo, f., toulous., Tourn. — Arfons (Tarn), r. p. - Moustier-Ventadour (Corr.), r. p.
  • orme, masc., franç., Duchesne, 1544, etc., etc.
  • orme ed fond, m. (orme à grandes feuilles), env. de Saint-Pol (P.-de-C.), c p. M. Ed. Edmont.
  • orme, féminin, Guernesey, Métivier.
  • ôrme, m., Vosges, Côte-d'Or, Doubs, Cantal.
  • aurom (prononcez aouronm), anc. gascon, Du Buisson, Hist. Monast. Sancti Severi, 1876, II, 379.
  • ouorm, m., Thaon (Calv.), Guerl. — Courvaudon (Calv.), Jor. — Guilberville (Manche), r. p. — Damprichard (Doubs), Gramm.
  • oûërm, m., Cherbourg, Jor. — Pirou, Anneville-s.-M. (Manche), r. p. — Aime (Sav.), r. p.
  • urm, m., Saint-Jean-de-Mons (P.-de-D.), r. p.
  • yorm, m., Pierrefonds (Oise), r. p.
  • ërm, m., Lamballe (C.-du-N.), r. p. — Aubenton (Aisne), r. p.
  • èrm, m., Gannat (Allier), r. p. — Champlitte (H.-Saône), r. p.
  • arm, m., Verdes (L.-et-Ch.), r. p. — env. de Châteauroux (Indre), r. p. — Villeneuve-Saint-N. (E.-et-L.), r. p. — env. de Valenciennes, r. p.
  • orne, m., orn, m., anc. fr., Œuvres de Virgile translatées, 1529, fet 53, r°. — Dives (Calv.), r. p. — Servance (H.-Saône), r. p. — Saint-Symphorien (I.-et-L.), r. p. — Pont-Charaud (Creuse), r. p.
  • ourn, m., Barneville (Manche), r. p.
  • orgne, m., Villette (Sav.), r. p.
  • ormier, m., anc. fr., Gay, 1882; Duchesne, 1544. — Authon (E.-et-L.) r. p. — Droué (L.-et-Ch.), r. p.
  • ormyë, m , Guémené (L.-Inf.), r. p.
  • ormyeû, m., Méharicourt (Somme), r. p.
  • èrmyeû, m., MolIiens-aux-Bois (Somme), r. p.
  • ormya, m., ormyâ, m., Nuits (C.-d'Or), Garnier. — Arvert (Char.-Inf.),


[83]

r. p. — Jarnac (Char.), Burgaud D. Mar. — Ouilly-le-B. (Calv.), r. p.
  • ourmiè, m., Croq (Creuse), r. p.
  • ormî, m., fribourgeois, Haefelin.
  • ourmél, m., toulousain, Tournon.
  • ourmèl’, f., Centre, Jaub.
  • orméle, f., Bessin, Joret, Pat. normand du Bess.
  • ourmëlh, m., Payzac (Dord.), r. p.
  • ourmé, m., Calv., Jor. — La Motte-du-C. (B.-A.), r. p. — Ampus (Var), r. p. — Portes (Gard), r. p. — Félix. — Gras, Les Vans (Ardèche), r. p. — Cantal, Aude, Aveyr., Loz., Tarn, T.-et-G., Lot, L.-et-G., Dord., Corrèze, r. p. — Pamiers, Gar.
  • ourmë, m., Juillac (Corr.), r. p.
  • ourmi, m., Pierrefort (Cant.), r. p.
  • ormé, m., Lemainville (Meurthe), Adam.
  • ormè, m., ormyaou au plur., eûmè, m., Le Coglais (Ille-et-V.), Dagnet.
  • ouormé, m., Laguiole (Aveyr.), r. p.
  • ouarmë, m., Alpes dauphinoises, Nicollet.
  • ormeau, m., franç. anc. et mod.
  • ourmeau, m., ourmiô, m., ormiô, m., français populaire dans un grand nombre d'endroits.
  • ormò, m., ôrmò, m., Bulle (Suisse), r. p. — Hémérence (Valais), Lav. — fribourg., Sav.
  • yèrmô, m., yeûrmô, m., yuêrmô, m., eûrmô, m., dauphinois, Devaux, p. 302.
  • yuerm’, m., Le Biot (Haute-Sav.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • uèrmô, m., La Chapelle (Savoie), r. p.
  • ouarmò, m., Sav. et H.-Sav., Const.
  • urmô, m., Montreuil-Bellay (M.-et-L.), r. p.
  • ormou, m., ourmou, m., Ussel (Corr.), Lép. — Dompierre (Suisse), Gauchat. —Vallorbes (Suisse), Vall. — Frib., Sav. — Vaudioux (Jura), Thév.
  • ormou~, m. (l'accent sur or), Fray (Sav.), r. p.
  • èrmô, m., La Motte-Beuvr. (L.-et-Ch.), r. p.
  • ornyô, m., Neauphe-s.-Ess. (Orne), r. p.
  • oum, m., toulous. du XVIIe s., Noulet, Œuvres de Goudelin. — Pyr.-Or., Aveyr., Lozère, Lot, L.-et-G., H.-Gar., B.-Pyr., Gironde, Charente, Vienne, Creuse.
  • l'oum, m., Habas (Landes), Gassiat.
  • èoum, m., Firminy, Mezères (Loire), r. p.


[84]

  • oùmë, m., Vinzelles (P.-de-D.), Dauzat, p. 82.
  • ôme, masc., Saulxures (Vosges), r. p. - Condat (Cantal), r. p.
  • horm, m., anc béarnais, Lespy.
  • hosme, m., poitevin, docum. de 1478, Lal.
  • ome, masc., Cheylade, Dienne, Laveissière (Cantal), r. p. — nord du dép. du Nord, r. p.
  • lom, m., Bayonne au m. â., Livre des établissem., Bayonne, 1892, p. 493.
  • in-m, m., Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • eûm, m., Ambert (P.-de-D.), r. p.
  • ëm, m , Bergonne (P.-de-D.), r. p.
  • oumo, f., Montmorin (H.-Gar ), r. p.
  • houmo, f., Beaumont de Lom. (T.-et-G.), r. p.
  • auoumo, f., Lectoure (Gers), r. p. — Gondrin (Gers), r. p. M. H. Daignestous.
  • oûme, f., Indre, Compte rendu d. trav. de la Soc. du Berry, XIII, 348.
  • eùmou (accent sur la prem. syll.), Mont-sur-Monnet, r. p.
  • ounk, m., env. de Rodez (Av.), r. p.
  • oump, m., Albi (Tarn), r. p.
  • ou~gn, m., Caissaigne (H.-Gar.), r. p.
  • oun, m., Le Vigan (Gard), Roug. — Campagnac (Aveyr.), r. p.
  • oûne, m., Pissy-Poville (S.-Inf.), r. p.
  • on, m., Nant-en-Rouergue, doc. du XVIIe s., Mazel, Poésies de Dom Guérin, 1876, p. 19.
  • òne, m., au plur. òné, Pont-Charaud (Creuse), r. p.
  • ormiè, m., Montmorillon (Vienne), Lal.
  • ëmèl’, f., Saint-Pern (I.-et-V.), Pichot.
  • oumé, m., H.-Alpes, Var, B.-du-Rh., Vaucl., Gard, Hér., Loz., Aveyr.
  • homeau, m., franç. du XVIe s., J. Camus, Livre d'h.
  • hommiaus, m. pl., Tournai (Belg.), doc de 1346, Zeitsch. f. franz. Spr., 1900, p. 136.
  • humeau, m., poitevin, doc de 1499. Lal.
  • omeau, m., anc. fr., Lobelius, 1591.
  • oumyô, m., Mayenne, r. p.
  • omyô, m., Vienne, M.-et-L., r. p.
  • ommyô (prononcez deux m), m., Brulon (Sarthe), r. p.
  • on-miô, m., Boulogne-s.-M., Haign.
  • umyô, m., Vienne, Vendée, Lal.
  • oumyâ, m., Char.-Inf., r. p.


[85]

  • oumatt’, m., Belmont (Aveyr.), Lamalou (Hérault), c. p. M. Ed. Edmont.
  • umyâ, m., Jazeneuil (Vienne), r. p.
  • omyeû, m., Auxy-le-Ch. (P.-de-C.), r. p. — Corbie (Somme), r. p.
  • émyeû, m., Corbie (Somme), r. p.
  • eumè, m., Pléchastel (I.-et-V.), Dott. et Lang.
  • ornilmuss, m., Saint-Georges-d.-Gros. (Orne) r. p. (mot employé par les herboristes de la localité ; corrupt. des mots ulmus et orme).
  • lormèbé, m., jargon de Razey près Xertigny (Vosges), r. p.
  • torche-cu, m., Ruffey, près Dijon, r. p.
  • boua d'chin, m., May., Dott.
  • till, bret. de Plouaret, r. p. — br. de Lannion, c. p. M. Y. Kerleau.
  • eulechen, bret. moy., evlec'hen, uloc'hen, mod., Ernault, Gloss. moy. bret., 228. [E. E.]
  • tillenn, bret. moy. et mod., ibid., 693. [E. E.]
  • onnenn, bret. vannetais, L'A. [E. E.]
  • olmboom, herseleer, heerenteer, anc. flam., Dodoens, 1644. (A. De C.)
  • eipenboom, iepenboom, ipen, olm, anc. néerl., Kil.
  • iep, olm, flam. et holl.

Voir d'autres noms gallo-romans de l'orme dans Gilliéron et Edmont. Atl. ling. de la Fr., fasc. 21, carte 948.


L'arbre quand il est jeune est appelé :

  • ulmatellus, l. du m. â., Du C.
  • ourmetel, ormetel, oulmetel, ormetiel, ourmelet, ormelet, hommelet, ourmissel, ormissel, ormixel, anc. franç., God.
  • ourmeciau, m., anc. franç., Géraud, Paris sous Philippe le Bon, 1837, p. 273.
  • ormeau, m.

La folle fleur de l'orme est appelée :

  • pain de hanneton, m., Paris, Orléanais, Berry. (Les marchands de hannetons à Paris en vendent, en même temps que ces insectes, pour les nourrir, Annales forestières, 1844, p. 644.)
  • pain d'oûërm, m., Anneville-s-M. (Manche), r. p.
  • pàn blàn, m., pachin-pachaou, m., provenç., Cast.
  • pingon, m., Pierrefonds (Oise), r. p.
  • arditt (= liard), m., toulousain, Visn. — env. de Foix (Ariège), c. p. M. P. Sicre.
  • digné (= denier), m., toulous., Tournon.


[86]

  • cacho-méléto, m., provenç., Mistral.
  • monnèdo, f., languedocien, Duboul.
  • bèrnike, f., Issoudun (Indre), Jaubert.
  • chôd'lè, m., Genève, Humbert.

Certains insectes en piquant la feuille de l'orme y forment des espèces de galles, remplies d'une liqueur épaisse, usitées en médecine. On appelle ces galles :

  • bidellium, l. du m. â., Goetz.
  • boursette de l'orme, anc. franç., Ambr. Paré.
  • vessie d'ormeau, pomme d'ormeau, anc. franç., Blegny, 1689, passim.
  • boudouflo, f., toulousain, Tourn. (On en fait l'oli dé boudouflo [1] qui sert à guérir les coupures, les brûlures, etc.)

Il se forme sur l'orme certaines excroissances appelées :

  • pleurs de l'orme, franç. (Il y a à Montmartre un cabaret appelé cabaret des pleurs de l'orme. On y trouve un comptoir formé avec ces excroissances naturelles, qui affectent les formes les plus variées. Elles ont été arrangées, combinées ensemble avec une patience de chinois et le meuble que l'on a ainsi obtenu a au moins, à défaut d'autre mérite, celui d'être original. Le Courrier français du 28 avril 1889.)

L'orme qui a des excroissances de ce genre est appelé :

  • orme loupeux, Char.-Inf, r. p.
  • orme ronceux, Centre, Jaubert.

Un lieu planté d'ormes est appelé :

  • ormaria, ulmeya, ulmeta, ulmicio, l. du m. â., Du C.
  • oulmière, f., ormière, f., ormaye, f., ormeraye, f., ormelaye, f., umelaye, f., humelaye, f., ormois, m., ormoi, m., ormoy, m., ormoye, f., anc. fr., God.
  • olmada, f., anc. prov., Rayn.
  • omeda, f., nîmois, doc. de 1403, Mém. de l'Acad. de Nîmes, 1884, p. 117.
  • olmeda, f., oumeda, f., olmet, m., oumet, m., ounha, f., Rouergue, au moy. âge, Rev. d. l. rom., 1883, p. 233.
  • aoumédo, f., Lozère, Soc. d'agr. d. l. Loz., 1837, p. 149.

____________________

  1. Cette liqueur est appelée baume d'ormeau. Biblioth. des propr. ruraux, 1811, p. 39.


[87]

  • ourmarié, m., Gard, Rev. d. l. rom., 1884, p. 60.
  • oumade, f., Char.-Inf., Jônain.
  • aloumèro, f., Pays d'Albret, Ducomet.
  • aloumère, f., Landes, Métivier, p. 710.
  • ournéda, f., Lansargues (Hér.), Félibrige lat., 1893, p. 345.
  • enlec'hecg, uloc'hecg, bret., P. Grégoire. [E.E.]
  • tilhecg, tilhennecg, ibid. [E.E.]
  • onnêc, bret. vann., L'A. [E.E.]


Toponomastique : L'Oulme, L'Orme, L'Oume, L'Homme, Le Long Orme, Le Grand Orme, Le Gros Orme, L'Orme brulé, Les deux (ou) Les Trois Ormes, Les Trois Ormeaux, L'Ormeau, L'Hommeau, L'Ormet, L'Olmet, L'Ormeteau, L'Ormoy, L'Ormay, L'Ommoy, L'Hormelet, L'Olmière, L'Aumère, Les Humières, L'Almède, L'Aumède, L'Hommée, L'Ormerie, L'Aumerie, L'Ormelle, L'Ormitel, Le Hommet, Le Hume, L'Ouméye, L'Orme Mort, Le Bois des Hommes, Le Carrefour de l'Orme, L'Ormesson, L'Ormier, L'Ormisset, Le Hommel, L'Ormel, L'Ormelière, Les Omériaux, L'Hometière, Montormel, La Croix à l'Orme, noms de diverses localités.

  • L'Olmie, L'Olmède, A. Perbosc.
  • Olmessacium en 1351, Aumessas, Olmetum en 1463, loc. du Gard, Bligny-Bondurand, Arch. du G., 1900, II, 26; III, 253.
  • L'Olme de las vieilhas, L'Olmenet, loc. de la Dordogne, Hardy, Arch. de Périgueux, 1894, p. 88 et p. 198.
  • Lolm, Lhom, Lon, Lolm-Haut, Holm, Laumeyre, Les Olnes, L'Olnet, Daumet, Doumet, doc. de 1627, loc. du Cantal, Amé.
  • Lomme, Lommelet, loc. du Nord.
  • Les Homades, Homette, Hormalin, loc. du Puy-de-D., Bouillet.
  • L'Horne, La Croix de Lorme, Fons de Ulmo, lat. de 1538, Fond de l'Homme, loc. de la Drôme, Brun-Dur.
  • L'Ourmet, L'Ourmande, loc. des H.-Alpes, Roman.
  • Mont-Ormelune, Savoie, Vernier.
  • L'Orme du Crot ou L'Orme du Mauconseil, L'Orme de la Morgaterie, lieu-dit près Soulangy (Cher), où les officiers d'Aix tenaient autrefois leurs assises, Kersers, Statist. monument. du Cher, 1875, I, 71.
  • L'Orme Dur, L'Orme Vert, loc. de l'Indre, Hubert.
  • Ulmus Roberti, en 1243, L'Orme-Robert, L'Ormeau de la Justice, L'Ormeau du Guesche, L'Ormeau du Bon Chou, L'Ormeau Ferré, L'Ormeau Vignedu, L'Ormerie, Indre-et-L., Carré.


[88]

  • L'Ormeau-Creux, loc. de la Vienne, Rédet.
  • L'Humeau, L'Hommeraye, L'Houmelée, L'Houmellerie, L'Houmelière, loc. des Deux-Sèvres, Ledain.
  • Les Hommes de la Forêt, loc. des Deux-Sèvres, Soc. de statistique des Deux-Sèvres, 1874, p. 413.
  • Les Hommois, Lhommais, Les Humelais, Le Petit Ormeau, L'Hommeau-Parfait, L'Hommeau-Creux, L'Ormeau-Creux, L'Ormeau malade, L'Ormeau de Ville, L'Ormeau-Barré, L'Hommeau-Ferrant, L'Ormeau-Ribault, loc. de l'Anjou, C. Port, Arch. civ. de M.-et-L., 1863, p. 71; 1898, p. 128 et p. 364; Arch. eccl. de M.-et-L., 1880, p. 37, 68, 69, 72, 82, 110, 125, 155, 187, 219; 1898, p. 93, 114.
  • L'Ormeau à l'Escament, Sarthe, Pesche, IV, 277, 662.
  • L'Ornière, L'Ornais, L.-Inf., Quilg.
  • Ulmus-Comitisse, lat. de 1262, L'Orme de Paris aujourd'hui, Ulme-villa, lat. de 1300, Ormeville, Bois de l'Ormure, Ourme Seich, doc. de 1291, L'Orme-Sec, loc. d'Eure-et-Loir, Merlet.
  • L'Ormeteau ferré, lieu-dit près Gisors (Eure), Coutil., Archéol. de l'Eure, 1895, I, 77.
  • L'Orme-le-Gras, L'Ormeron, loc. de Seine-et-Marne, Lemaire, Arch. eccl. de S.-et-M., 1864, II, 45, 113.
  • L'Orme qui Baie, loc. de l'Oise, Cartier.
  • L'Orme des Juifs, lieu-dit à Lévignen (Oise), Comité archéol. de Senlis (Oise), 1877, p. 56.
  • L'Orme de la Justice, L'Orme Plaideur, L'Orme-Salomon, L'Orme du Porche, L'Orme au Cerf, L'Orme à l'Autel, L'Orme de Heurtebise, L'Orme à Moineau, L'Orme Chantonois, Oise, Graves, Not. archéol. sur l'Oise, 1856.
  • Rupes Ulmosus, au m. â., Ile de France. A. Moutié, Cartul de N.-D. de la Roche, 1862, p. 468.
  • Rue de L'Ourmissel, doc. de 1261, loc. de l'Aisne, Giry, Orig. de Saint-Quentin, 1887, p. 458.
  • ulmiceium, lat. de 1045, Ormicet, doc. de 1690, Lormisset, Ormissy, loc. de l'Aisne, Matton.
  • Le Bois des Ornias, lieu dit du canton de Genappes, Tarlier, 1856, p. 95. — M. J. Feller remarque : Il s'agit probablement d' or(n)es, variété de frêne, et non d' or(m)es; je ne connais point d’Ormoi ou Ormaie en Belgique.
  • Ulmoy, Ornel, anc. loc. en Champagne, Longnon, Doc. rel. au comté de Ch., 1901, I, 76, 97.


[89]

  • L'Orme de Fer, l'Orme au Pendu, lieuxdits à Lhuître (Aube), Thévenot, Monogr. de Lh., 1901.
  • Terra ad Ulmum ultimam, anc. loc de l'Aube, Lalore, Cartul. de Troyes, 1875, III, 383.
  • Olmetus ou Olmedum, lat. du IXe s., Ulmoy, doc. de 1453, loc. de l'Yonne, Quantin.
  • Ormisel, doc. de 1273, Ormesay, loc. de la Marne, Longnon.
  • L'Ormelot, lieu dit à Faux-Fresnay (Marne), Guillemot, Faux-Fr., 1897.
  • Bel-Orme, Ormebu, localités de la Meuse, Liénard, Dict. top. de la M., 1872.
  • L'Orme du Carrefour, loc. de la Nièvre, Le Blanc-Bellaux, Archives de Nevers, 1876.
  • L'Orme-Paré, les Ormoussaux, Lormet, La Bonne-Dame de l'Orme [1], localités de la Nièvre, Soultrait.
  • Rue de l'Ourmeciau, anc. rue de Paris, Lebeuf, Hist. de Paris, 1883, I, 371.
  • olmona, ormona, l. de 1100, Suisse rom., Jacc.
  • La Naumière (Eure). — Humeroy.
  • Loume, en Béarn : on trouve à Salies le pont de Loumé. — L. Batcave.

Onomastique ; Delorme, Delhorme, Delolme, Deloulme, Dorme, Des Ormes, Des Ormeaux, D'Homme, D'Hommes, Delhommel, De l'Hommois, Lhomme, Homme, Grandhomme, Belhomme, Quatrehomme, Delhommeau,Dhommeaux, Lhumeau, Humeau, Lherme, Du Hommet, Doumet, Humet, Omet, Homais, Humel, Homassel, Doumic, Houmaire, D'Humaine, Houmain, Aumage, De Lormoy, Lormier, D'Humières, D'Hormoys, Dumeau, Dormeau, Dhorme, Lhomebasset, nom de famille en 1492, Leroux, Arch. de la H.-Vienne, 1882, p. 276.

  • Belloumeau, Delhemmais (Indre-et-L.), Delhumeau (Maine-et-L.) — [M. Ernault ajoute Poitiers], — Delom, Desormeau, Desormières, Dormoy, Dourmoy, Durmoy, Franchomme, Granthomme, Hulmes (Manche), Jeunehomme, Lhomenède (Haute-Loire), Lolmède (Lot), Lomel, Lormissel (Marne), Lumeau, Malhomme (Marne), Milhomme, Ormières (Gironde), Vieilhomme. — [Hommay, Hommey, H. G.]

[Le nom Delhommais qui figure dans cette liste, rappelle le nom de

____________________

  1. C'est aujourd'hui une chapelle ruinée. On raconte qu'autrefois il y avait dans un orme creux une statue de la Vierge.


[90]

de Homais, pharmacien dans un roman de Flaubert, et qui est devenu le type du bourgeois anticlérical et d'esprit étroit, comme le Joseph Prudhomme de Henry Monnier était resté le type du bourgeois sot et vaniteux. Flaubert était Normand et le roman de Madame Bovary se passe en Normandie. C'est sans doute dans le pays même que Flaubert a pris ce nom - H. G.]

M. E. Edmont ajoute : Lormeau, Dormeau, Delormeau, Ormesson.

M. Perbosc : Deloume, Olmade.

Rolland avait noté : « D'Ornes, ancienne famille de Lorraine » ; — mais ce nom peut provenir d'une confusion, comme J. Feller le remarque à la page précédente : voir aussi l'article Orne, 2, dans le Dict. gén. de la langue franç. — H. G.

« On appelle ormille une plantation d'ormes serrés et enchevêtrés, servant à former des bosquets, des berceaux et des haies. » Essais d'agricult., par un cultivateur de Vitry-sur-Seine, 1779, p. 84.

« Il fait meilleur icy qu'il ne fait aller peler l'orme. » (G. Paris, Myst. de la Pass., 1878, p. 465.

Il y avait, autrefois, dans beaucoup de villages, un gros et vieil orme sur une des places publiques. Cet arbre servait d'abri contre la pluie et le soleil, de rendez-vous aux amoureux ou aux clients des avocats sans domicile, de lieu de justice seigneuriale ou de paiement de redevances, etc., etc.

[Il faudrait rappeler ici le fameux orme de Saint-Gervais, sur lequel le Bulletin de la société la Cité a publié un article en 1912 ou 1911. - L. Batcave.]

[On trouve souvent, en Béarn, les assemblées paroissiales tenues sur la place de l'oum. — L. Batcave.]

« Maintenant chascun vous appelle Par tout advocat dessoubz l'orme. » Pathelin le grant et le petit, 1490, fet 2, verso. — « Notaire en parchemin de corne Et grand advocat dessoubz l'orme, Juré sans reigle et sans norme. » XVe s., Coquillart, Enqueste d'entre la simple et la rusée. — « Je luy confronteray de beaux chastreux en barbe qui me serviront contre luy d' advocats sous l'orme et à luy de magistrorum de villagio, suffisans à le faire victus sans réplique. » Fr. Rousset , Traitté de l'enfantement cesarien, 1581, p. 151. — « Un juge dessous l'orme — un juge de village sans autorité. » Oudin, Cur. franç., 1640. « Attendez moy sous l'orme, vous m'attendrez longtemps = ne comptez


[91]

pas sur moi. » anc. prov., Leroux De L. [Ce proverbe a servi de refrain à une chanson du XVIIe s. dont il est question dans Chr. Ballard, La Clef des chansonniers, 1717]. Delosme, Les Souhaits, comédie, 1693, cite ce refrain sous la forme : Et zeste, et zeste, attendez-moi sous l'orme. Voyez encore à ce sujet : Journal de Verdun, déc. 1750 et mars 1751 ; Leber, Collect. des meill. dissert., VIII, 446-453 ; Francisque-Michel, Attendez-moi sous l'orme, dissert. sur un prov. (dans Mém. lus à la Sorbonne, sect. d'archéol., 1868, p. 167-208).

« EIle va dormir sous l'orme, se dit d'une jeune fille qui va faire l'amour. » Poncin (Ain), r. p.

Sur les jeux sous l'ormel, célèbres au moyen âge, voyez : Hist. littér. de la France, t. XXIII (1856), p. 618.

« Jamais riche n'est bel orme Ni pauvre beau chêne, » Calvados, Statist. de France.

« Praestat vineae ulmum esse quam hederae = Myeulx vault ormeau estre à la vigne que garder le lierre de ruine. » Bovillus, 1531, fet 33 v°.

« Celui qui veut se préserver des sorts n'a qu'à coudre au dedans de son gilet une petite branche de frêne avec un morceau d'écorce d'orme. » Bocage norm., Lec.

Symbolique : « L'orme symbolise la force. » Traité curieux des Couleurs, 1647, p. 78. — « Mettre au 1er mai une branche d'orme devant la fenêtre d'une fille = Mouè d'èrmyeû, T'es ène pieû (peau, putain), » Molliens-aux-B. (Somme), r. p.

« Sous une image représentant une vigne chargée de fruits appuyée sur un ormeau mort est écrit : tout mort que je suis, j'ai le même soin pour elle. » La Feuille, Devises, 1693.

____________________

[Les compléments qui suivent viennent de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[211]

  • samera ou samora , semence d'orme, latin. - Dodoens, p. 528.
  • arbor cimicuus, Avicenna, Libri omnes, 1564.


[212]

La fleur de l'orme est appelée: aumate, Arrens (H.-P.), M. Camélat. L'insecte qui se trouve en nombre et groupé sur l'orme est galeruca chrysamela de Linné.

L'ORME, p. 89.


Onomastique. - [J'ajoute : Lormel, Lhommel, Belhomme, Bellom. - H. G.]

L'orme de Saint-Gervais.

On sait que l'abbé Gauthier, curé de l'église Saint-Gervais, avait demandé la plantation, sur la place, en face l'église, d'un nouvel orme qui rappellerait le souvenir de l'orme de Saint-Gervais. Cette proposition reprise par la Commission du Vieux-Paris et par son secrétaire, M. Lucien Lambeau, avait été prise en considération par le Conseil municipal. La préfecture de police s'opposa ensuite à l'installation du refuge au centre duquel devait s'élever le nouvel orme de Saint-Gervais.

M. Le Corbeiller, le distingué conseiller municipal du quartier Saint-Merri, va intervenir auprès de M. Lépine, afin que l'avis défavorable soit rapporté. Il y réussira facilement, car il y a eu confusion et le préfet de police ne songe pas à opposer son veto.

Éclair, 4 Nov. 1912.

[Fin des compléments]


Ulmus campestris

Ulmus campestris (Smith)


  • atinia, gaulois, Columelle, De re rust., V, 6, 2. (C'est une espèce d'orme ; est-ce celui-ci ?)
  • ormeau, m., anc. franç., Stephanus, Arbustum, 1538, p. 15. (Selon Stephanus, on appelle spécialement orme l’Ulmus montana.)
  • orme rouge, m., Haute-Marne, c. p. M. L. Aubriot.
  • ormiy’, f., Le Mans, Maulny.
  • olmissa, f., Pyrén.-Orient., Comp.


[92]

  • ourmatt, m., Escales (Aude), A. Mut, Cansou de la lauseto, 1900, p. 215.
  • oumatt, m., Béziers, Az. — Saint-Geniez (Aveyr.), r. p.
  • aoumat’, f., Nay (B.-Pyr.), Lespy.
  • oumado, f., Béziers, Azaïs.
  • aouméto, f., Argelès (H.-Pyr.), c. p. M. P. Tarissan.
  • houmétt, m., Lambeye (B.-Pyr.), r. p.
  • oum'role, f., Melle (D.-S.), r. p.
  • oum'réle, f., Pamproux (D.-S.), c. p. M. B. Souché.
  • ormé, f., Charmes (Vosges), Haill.
  • orméy’, m., Totainville (Vosges), Haill.
  • sauvédge conôre (= noisetier sauv.), f., Ban de la Roche, Oberlin.
  • sôvége coure, f., Fraize (Vosges), Haill.
  • arbre au pauvre homme, franç., Bastien, 1809.
  • in-m' touin, m., Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • evlec'hennicg, uloc'hennicg, bret., P. Grég. [ E. E.]
  • tilhennicg, ibid. [ E. E.]
  • onnêm, bret. vann., L'A. [ E. E.]

Ulmus campestris stricta

Ulmus campestris stricta
  • ormille, f., franç , Duhamel-du-M., 1755.
  • orme femelle, m., ourmèl, f., Eure, Robin.
  • ormeau bâtard, m., Indre-et-L., C. Chevalier, Etudes sur la Touraine, 1858, p. 318.
  • orme maigre, m., Belgique, Poederlé.

Ulmus campestris modiolina

Ulmus campestris modiolina
  • orme tortillard, orme pyramidal, orme mâle, franç., Lorentz et Parade, Cours de culture, 1837, p. 46.
  • in-m'fort, m., Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • orme à moyeux, m., français, Bon Jardinier pour 1827, etc., etc.
  • orme gras, Belgique, Poederlé.
  • malfente, m., Indre-et-L., C. Chevalier, Et. sur la Tour., 1858, p. 318 (ainsi appelé à cause de la difficulté qu'il y a à le fendre).
  • rasplet, m., Landes, Metivier, p. 736.
  • pible, m., C.-d'Or, Royer.
  • orme de Varrète, m., Annales de Flore, 1835, p. 231. (Vareddes est un village près de Meaux, célèbre par la qualité de son orme tortillard.)


[93]

Ulmus campestris latifolia

Ulmus campestris latifolia
  • ourmèl, m., orme mâle, m., Eure, Robin.
  • orme-teille, m., franç., Duhamel Du M., 1755.
  • orme-tilleul, m., franç., Bon Jardinier pour 1827, etc., etc.
  • orme d'Ypres, m., franç., Biblioth. d. propr. ruraux, 1811, p. 23.
  • orme-ypereau, m., ypereau, m., yvet, m , franç., Nemnich, 1793. (Cet arbre vient d'Ypres.)
  • ëpriô, m. (P.-de-C.), Rev. d. l. Rom., 1879, p. 61.
  • épriò, m., env. de Saint-Pol (P.-de-C.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ipèryò, m., Ligny-Saint-Flochel (P.-de-C), c. p. M. E. Edmont.
  • orme de Hollande, m., franç., L. Du Bois, 1825.
  • noisetier sauvage, Belgique, Poederlé.

Toponomastique : Ipréaux, ham. de Marenla (P.-de-C.) [Ed. Edm.]

Ulmus effusa

Ulmus effusa (Wildenow)


  • orme-petille, ormetee, Vierzon (Cher), Le Grand.

Ulmus montana

ULMUS MONTANA (Smith)


  • orme blanc, m., franç., Cotgr., 1650. — H.-Marne, c. p. M. L. Aubriot.