Trichoscypha longifolia (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Trichoscypha longifolia (Hook.f.) Engl.


Protologue: Bot. Jahrb. Syst. 1: 425 (1881).
Famille: Anacardiaceae

Synonymes

Sorindeia longifolia (Hook.f.) Oliv. (1868).

Origine et répartition géographique

L’aire de Trichoscypha longifolia se limite à la Sierra Leone et au Liberia.

Usages

Le bois est utilisé pour la fabrication de planches et la construction d’habitations locales. La décoction d’écorce sert de lotion antiseptique sur les lésions et les plaies. On applique les feuilles sur les ulcères pour les soigner. Les graines oléagineuses sont comestibles.

Propriétés

Le bois, grisâtre à jaune verdâtre, est légèrement panaché. Le fil est plutôt droit, le grain fin. Le bois, lustré, n’a ni odeur ni saveur particulière. Il est lourd, dur, résistant, solide et à tendance à se fendre. S’il ne se travaille pas facilement lorsqu’il est sec, il prend en revanche un joli poli. L’écorce exsude une résine claire, gluante, piquante, qui noircit à l’air. Elle tache les mains et les vêtements et il est très difficile d’en venir à bout.

Description

Arbre de taille petite à moyenne atteignant 25 m de haut, sempervirent, dioïque ; fût souvent dépourvu de branches sur une hauteur considérable, normalement droit, jusqu’à 30 cm de diamètre, sans contreforts ; surface de l’écorce brun verdâtre, écorce interne exsudant une résine claire qui noircit à l’air ; rameaux à pubescence courte et dense. Feuilles alternes, groupées aux extrémités des ramilles, atteignant 60 cm de long, composées imparipennées à 6–9 paires de folioles ; stipules absentes ; pétiole profondément sillonné et légèrement ailé à la base ; pétiolules d’environ 1,5 cm de long, ridés ; folioles alternes à opposées, oblongues-lancéolées, jusqu’à 30 cm × 10 cm, cunéiformes à la base, acuminées à l’apex, coriaces, presque glabres, nervure médiane en creux au-dessus, pennatinervées à 13–25 paires de nervures latérales. Inflorescence : panicule lâche atteignant 35 cm de long, terminale ou sur les branches en-dessous des feuilles, à poils courts rouge-brun. Fleurs unisexuées, régulières, 5(–6)-mères, rouge-brun, petites, presque sessiles ; calice à lobes courts, poilu ; pétales libres, ovales, d’environ 3 mm de long, blanchâtres ; disque poilu ; étamines libres, alternant avec les pétales, anthères 1,5–2 mm de long ; ovaire supère, 1-loculaire, styles 3–4, courts ; fleurs mâles à ovaire fortement réduit, fleurs femelles à étamines réduites. Fruit : drupe ellipsoïde d’environ 2,5 cm × 1,5–2 cm, comprimée latéralement, glabre, déhiscente, contenant 1 graine.

Autres données botaniques

Les arbres fleurissent entre juillet et septembre, les fruits mûrissant environ 5 mois plus tard.

Le genre Trichoscypha comprend une trentaine d’espèces et est pratiquement limité à l’Afrique occidentale et centrale. C’est le Cameroun et le Gabon qui en comptent le plus, avec 16 et 13 espèces respectivement.

Ecologie

Trichoscypha longifolia se rencontre dans la forêt humide sempervirente.

Ressources génétiques

L’aire de répartition de Trichoscypha longifolia étant limitée et ses exigences écologiques étant spécifiques, il est susceptible d’être menacé par l’érosion génétique.

Perspectives

Il est très peu probable que Trichoscypha longifolia devienne à l’avenir une essence à bois d’œuvre intéressante d’un point de vue commercial en raison de la petite taille de son fût et de sa présence très limitée. Pourtant, il est apprécié par les autochtones en tant que source de bois d’œuvre pour la construction, pour ses graines comestibles et pour son écorce employée en médecine. Il faudrait donc à la fois encourager sa protection à l’état sauvage et développer sa domestication ; la recherche devrait s’y intéresser davantage.

Références principales

  • Breteler, F.J., 2001. The genus Trichoscypha (Anacardiaceae) in Upper Guinea: A synoptic revision. Adansonia, sér. 3, 23(2): 247–264.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Cooper, G.P. & Record, S.J., 1931. The evergreen forests of Liberia. School of Forestry, Yale University, Bulletin 31, New Haven, United States. 153 pp.

Autres références

  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.

Auteur(s)

  • E.A. Obeng, Forestry Research Institute of Ghana (FORIG), University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana

Citation correcte de cet article

Obeng, E.A., 2010. Trichoscypha longifolia (Hook.f.) Engl. In: Lemmens, R.H.M.J., Louppe, D. & Oteng-Amoako, A.A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 12 mars 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.