Terminalia brachystemma (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Terminalia brachystemma Welw. ex Hiern


répartition en Afrique (sauvage)
Protologue : Cat. afr. pl. 1: 340 (1898).
Famille : Combretaceae
Nombre de chromosomes : 2n = 24, 26

Noms vernaculaires

  • Kalahari cluster-leaf, Kalahari sand cluster-leaf, Kalahari sand terminalia (En).

Origine et répartition géographique

Terminalia brachystemma est présent du sud de la R.D. du Congo et de la Tanzanie jusqu’au nord de l’Afrique du Sud.

Usages

La décoction de racine se prend pour traiter les maux d’estomac, la schistosomose urinaire, l’hématurie et les maux de dents. L’infusion de racine se prend contre les vomissements de bile alors que la poudre d’écorce ou de racine ajoutée à une bouillie est prise pour traiter la constipation et la diarrhée, selon le dosage.

Le bois est utilisé pour la construction et la fabrication de perches et de manches d’outils. L’écorce de racine est transformée en cordages et utilisée pour la construction de clôtures et de huttes et pour attacher des fagots.

Propriétés

Des feuilles, on a isolé la chébulanine, l’acide bétulinique, l’acide ursolique, la catéchine, l’isoorientine, l’orientine, l’isovitexine et la punicalagine. La punicalagine a montré une bonne activité sur plusieurs Candida spp. in vitro. Des extraits de feuilles à l’acétone ont montré une activité antifongique significative contre Candida albicans, Cryptococcus neoformans, Aspergillus fumigatus, Microsporum canis et Sporothrix schenkii. Des extraits de racine, de feuilles et de fruits ont montré une activité faible contre le trématode Schistosoma mansoni et le cestode Hymenolepis diminuta.

Description

Petit arbre ou arbuste caducifolié ou semi-caducifolié, atteignant 5–8 m de haut, cime plate-arrondie ; écorce grise à brun foncé, longitudinalement fissurée ; rameaux à poils courts ou glabres à écorce brun violacé s’écaillant. Feuilles disposées en spirale, simples, entières, (presque) sessiles ; stipules absentes ; limbe largement obovale à obovale-elliptique, de 9–15 cm × 5–7 cm, apex obtus à arrondi, parfois courtement cuspidé, base étroitement cunéiforme, coriace, glabre ou à poils courts clairsemés, en particulier sur la nervure médiane, pennatinervé à 10–20 paires de nervures latérales. Inflorescence : épi axillaire de 7,5–11 cm de long, souvent à l’aisselle de feuilles tombées, glabre ou à poils rugueux clairsemés à denses. Fleurs bisexuées ou mâles, régulières, 5-mères, blanches ; réceptacle fuselé, glabre ou variablement et grossièrement poilu ; sépales triangulaires, apex acuminé ; pétales absents ; étamines 10, de 3–3,5 mm de long. Fruit : nucule ailée, elliptique à elliptique-oblongue, de 4–5,5 cm × 2,3–2,5 cm, apex obtus à arrondi et émarginé, base cunéiforme, violacée ou brun-rougeâtre, stipe de 5–7 mm de long, à 1 graine.

Autres données botaniques

Terminalia est un genre pantropical d’environ 200 espèces. En Afrique tropicale continentale, environ 30 espèces existent naturellement, à Madagascar environ 35. Terminalia brachystemma s’hybride facilement avec Terminalia sericea Burch. ex DC. et on trouve des hybrides généralement dans toute son aire de répartition.

Terminalia phanerophlebia

Terminalia phanerophlebia Engl. & Diels est présent dans le sud du Mozambique et au nord-est de l’Afrique du Sud. Les extraits ou infusions de racines sont utilisés pour traiter les maladies vénériennes, la diarrhée, la dysenterie, les coliques, la pneumonie, la toux, les maladies de la peau, la schistosomose et la gonorrhée, et appliqués en bain oculaire pour traiter l’ophtalmie. Des extraits de feuille sont pris pour traiter la diarrhée et les douleurs d’estomac et l’infusion de feuilles pour traiter la toux. On applique des feuilles réduites en poudre comme emplâtre sur les blessures.

Croissance et développement

En Namibie, Terminalia brachystemma fleurit en octobre et fructifie de décembre à mai.

Ecologie

Terminalia brachystemma est présent en forêt claire et sèche, souvent sur du sable, ou en forêt marécageuse, du niveau de la mer jusqu’à 2000 m d’altitude.

Multiplication et plantation

Le poids moyen de 1000 graines varie de 257 à 343 g.

Ressources génétiques

Terminalia brachystemma est relativement fréquent dans toute son aire de répartition et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Terminalia brachystemma conservera probablement une importance uniquement locale comme plante médicinale. Son activité antifongique confirmée mérite davantage de recherches.

Références principales

  • Bingham, M.H., 1990. An ethno-botanical survey of Senanga West. Senanga West Agricultural Development Area, Department of Agriculture, Republic of Zambia. 27 pp.
  • Coates Palgrave, K., 2002. Trees of southern Africa. 3rd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 1212 pp.
  • Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Wickens, G.E., 1973. Combretaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 99 pp.

Autres références

  • Leyens, T. & Lobin, W., 2009. Manual de plantas úteis de Angola. Bischöfliches Hilfswerk Misereor, Aachen, Germany. 181 pp.
  • Liu, M., Katerere, D.R., Gray, A.I. & Seidel, V., 2009. Phytochemical and antifungal studies on Terminalia mollis and Terminalia brachystemma. Fitoterapia 80(6): 369–373.
  • Masoko, P. & Eloff, J.-N., 2005. The diversity of antifungal compounds of six South African Terminalia species (Combretaceae) determined by bioautography. African Journal of Biotechnology 4(12): 1425–1431.
  • Mølgaard, P., Nielsen, S.B., Rasmussen, D.E., Drummond, R.B., Makaza, N. & Andreassen, J., 2001. Anthelmintic screening of Zimbabwean plants traditionally used against schistosomiasis. Journal of Ethnopharmacology 74: 257–264.

Auteur(s)

  • E.N. Matu, CTMDR/KEMRI, P.O. Box 54840–00200, Nairobi, Kenya

Citation correcte de cet article

Matu, E.N., 2012. Terminalia brachystemma Welw. ex Hiern. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editeurs). Prota 11(2): Medicinal plants/Plantes médicinales 2. PROTA, Wageningen, Pays Bas. Consulté le 3 septembre 2021.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U