Strychnos mostueoides (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Strychnos mostueoides Leeuwenb.


Protologue: Meded. Landbouwhogeschool 69(1) : 194 (1969).
Famille: Loganiaceae

Origine et répartition géographique

Strychnos mostueoides est endémique de Madagascar, mais un spécimen légèrement différent et plus poilu qui pourrait appartenir à cette espèce a été découvert en R.D. du Congo.

Usages

A Madagascar, la décoction des parties aériennes se prend pour traiter le paludisme.

Propriétés

De l’écorce de racine, 7 alcaloïdes indoliques ont été identifiés : la normacusine B, la strychnofendlérine, la spermostrychnine, la strychnobrasiline, la déacétylstrychnobrasiline, la malagashine et la malagashanine. Sur le plan chimique, la normacusine B appartient à la classe des alcaloïdes corynanthéanes, tandis que les autres composés font partie de la classe de la strychnine. On trouve aussi de la normacusine B chez Rauvolfia, Tabernaemontana et Vinca spp. C’est un sympatholytique, dont l’activité hypotensive est plus élevée que celle de la réserpine, couramment utilisée pour lutter contre l’hypertension artérielle. La malagashanine a montré une activité chimiosensibilisante prometteuse contre les souches du parasite du paludisme Plasmodium falciparum résistantes à la chloroquine.

Description

Arbuste atteignant 3 m de haut, à ramification souvent dichotomique ; rameaux légèrement poilus ou glabres. Feuilles opposées, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole de 0,5–2 mm de long, poilu ou glabre ; limbe ovale, étroitement ovale ou elliptique, de 20–70 cm × 9–30 cm, base arrondie ou cunéiforme, apex longuement acuminé, glabre ou légèrement poilu sur les nervures des deux faces ou seulement en dessous, à 3 nervures partant de la base. Inflorescence : thyrse terminal lâche de 1–2 cm de long, à fleurs peu nombreuses ; pédoncule de 1–2 mm de long. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; sépales fusionnés à la base, presque triangulaires, d’environ 1 mm de long ; tube de la corolle cylindrique, d’environ 2,5 mm de long, lobes oblongs, d’environ 2,5 mm de long, aigus, extérieur glabre, intérieur poilu à la base, blancs ; étamines insérées au milieu du tube de la corolle, incluses, anthères oblongues, garnies d’un poil unique à la base, celle-ci profondément cordée ; ovaire supère, ovoïde, d’environ 1 mm × 0,5 mm, 2-loculaire, stigmate sessile, capité. Fruit : baie globuleuse de 6–8 mm de diamètre, à 1–2 graines. Graines elliptiques, en disque, de 6–8 mm × 5–7 mm × 2 mm, rugueuses, tégument relativement épais.

Autres données botaniques

Le genre Strychnos comprend environ 200 espèces : une soixantaine en Asie, 65 en Amérique et 75 en Afrique.

Ecologie

Strychnos mostueoides se rencontre dans les forêts à proximité des berges de rivière, depuis le niveau de la mer jusqu’à 500(–1000) m d’altitude.

Ressources génétiques

Strychnos mostueoides est endémique de Madagascar et pourrait facilement être menacé d’extinction à cause de la destruction de son milieu.

Perspectives

Strychnos mostueoides restera d’importance secondaire en médecine traditionnelle. Un approfondissement des recherches sur la composition chimique et les activités pharmacologiques des alcaloïdes indoliques s’impose pour évaluer son usage en médecine traditionnelle.

Références principales

  • Leeuwenberg, A.J.M., 1969. The Loganiaceae of Africa 8. Strychnos 3. Revision of the African species with notes on the extra-African. Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 69–1. Wageningen, Netherlands. 316 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Ramanitrahasimbola, D., Rasoanaivo, P., Ratsimamanga, S. & Vial, H., 2006. Malagashanine potentiates chloroquine antimalarial activity in drug resistant Plasmodium malaria by modifying both its efflux and influx. Molecular and Biochemical Parasitology 146(1): 58–67.
  • Rasoanaivo, P., Palazzino, G., Nicoletti, M. & Galeffi, C., 2001. The co-occurrence of C(3) epimer Nb,C(21)-secocuran alkaloids in Strychnos diplotricha and Strychnos myrtoides. Phytochemistry 56: 863–867.
  • Rasoanaivo, P., Petitjean, A., Ratsimamanga-Urverg, S. & Rakoto-Ratsimamanga, A., 1992. Medicinal plants used to treat malaria in Madagascar. Journal of Ethnopharmacology 37: 117–127.
  • Saxton, J.E., 1993. Recent progress in the chemistry of indole alkaloids and mould metabolites. Natural Product Reports 10(6): 349–395.

Autres références

  • Leeuwenberg, A.J.M. (Editor), 1980. Angiospermae: Ordnung Gentiales. Fam. Loganiaceae. Die natürlichen Pflanzenfamilien. Second Edition. Band 28 b-1. Duncker & Humblot, Berlin, Germany. 255 pp.
  • Leeuwenberg, A.J.M., 1984. Loganiaceae. Flore de Madagascar et des Comores, famille 167. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 107 pp.
  • Rasoanaivo, P., Galeffi, C., De Vicente, Y. & Nicoletti, M., 1991. Malagashanine and malagashine, two alkaloids of Strychnos mostueoides. Revista Latinoamerica di Quimica 22(1): 32.
  • Rasoanaivo, P., Ratsimamanga-Urverg, S. & Frappier, F., 1996. Récents résultats sur la pharmacodynamie d’alcaloïdes de Strychnos malgaches. Cahiers Santé 6(4): 249–253.

Auteur(s)

  • A. de Ruijter, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

de Ruijter, A., 2007. Strychnos mostueoides Leeuwenb. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 28 septembre 2023.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.