Sterculia rhinopetala (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Épice / condiment Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, base du fût ; 2, feuille ; 3, partie de fruit. Redessiné et adapté par Achmad Satiri Nurhaman
feuilles, fruits et graines
fruits ouverts et graines
fruit ouvert et graines
bois
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois
coupe radiale du bois

Sterculia rhinopetala K.Schum.


Protologue: Engl., Monogr. afrik. Pflanzen-Fam. 5: 102 (1900).
Famille: Sterculiaceae (APG: Malvaceae)
Nombre de chromosomes: 2n = 36

Noms vernaculaires

  • Brown sterculia, red sterculia (En).

Origine et répartition géographique

Sterculia rhinopetala est présent de la Côte d’Ivoire au Cameroun.

Usages

Le bois (noms commerciaux : lotofa, wawabima) convient pour la construction, le revêtement de sol, la menuiserie, les boiseries intérieures, les lambris, les escaliers, les meubles de grande qualité, la construction navale, les manches d’outils, les jouets, le tournage, les perches, les placages et le contreplaqué. Il se prête apparemment à la fabrication de papier mais n’est pas encore utilisé à cette fin.

Un mélange de poudre d’écorce et d’huile s’applique sur les œdèmes et se prend par voie orale pour empêcher les flatulences. La cendre donne un sel végétal utilisé en cuisine et dans la fabrication de savon.

Production et commerce international

Le Cameroun a exporté environ 2000 m³ de grumes par an en 2000–2003, 960 m³ en 2004, et 1400 m³ en 2006. Ce même pays a exporté 3725 m³ de bois sciés en 2003, 2060 m³ en 2004, et 4660 m³ en 2006. En 2003, ses exportations de contreplaqué s’élevaient à 4000 m³, en 2005 à environ 2000 m³, et en 2006 à 2000 m³ aussi. La Côte d’Ivoire a exporté environ 5000 m³ de grumes en 1983, le Ghana 3150 m³ en 1998.

Propriétés

Le bois de cœur, brun rougeâtre pâle à foncé, se démarque distinctement de l’aubier, blanc ou crème, large de 4–6 cm. Le fil est droit ou contrefil, le grain moyen à grossier. Les cernes sont distincts. Les surfaces sciées sur quartier ont un joli dessin.

C’est un bois moyennement lourd, d’une densité de 720–890 kg/m³ à 12% d’humidité. Il sèche très lentement à l’air, avec de sérieux risques de déformation et de gerces. Le séchage à l’air de planches de 29 mm d’épaisseur prend environ 22 semaines du bois vert jusqu’à 18% d’humidité, et pour des planches de 50 mm d’épaisseur il prend 41 semaines. Pour réduire le risque de gerces en cours de séchage, il est recommandé de scier le bois sur quartier. Les taux de retrait du bois vert à anhydre sont élevés : de 4,9–5,5% radialement et de 9,5–11,4% tangentiellement. Une fois sec, le bois est moyennement stable à instable en service.

Le bois est solide et dur. A 12% d’humidité, le module de rupture est de 116–186 N/mm², le module d’élasticité de 13 400–18 700 N/mm², la compression axiale de 57–81 N/mm², le cisaillement de 14–15 N/mm², le fendage de 25 N/mm, la dureté Janka de flanc de 6180–8050 N et la dureté Janka en bout de 5830 N.

Il se scie et se travaille facilement à la main et aux machines-outils, mais tend à émousser les lames et les dents de scie. Il donne une bonne finition, mais un apprêt est nécessaire. Le bois supporte bien le clouage et le vissage, mais des avant-trous sont recommandés pour éviter les fentes au clouage. Il se colle bien. Les caractéristiques de déroulage et de tranchage sont relativement bonnes. Les caractéristiques de cintrage à la vapeur sont moyennes.

Le bois est moyennement durable. Il est moyennement résistant aux attaques de termites, mais des attaques de scolytes surviennent parfois. L’aubier est sensible aux foreurs Lyctus. Le bois de cœur est extrêmement rebelle à l’imprégnation avec des produits de conservation, l’aubier moyennement.

Falsifications et succédanés

Le bois d’œuvre de Sterculia rhinopetala est souvent mélangé avec celui de Heritiera utilis (Sprague) Sprague, dont il peut être différencié facilement par ses caractéristiques microscopiques.

Description

  • Arbre caducifolié, d’assez grande taille, atteignant 40 m de haut ; fût dépourvu de branches jusqu’à 21 m de haut, diamètre atteignant 120 cm, droit, cylindrique, à contreforts étroits atteignant 3 m de haut ; surface de l’écorce brune, rugueuse-hirsute à écailles rectangulaires, écorce interne fortement résineuse, rouge, souvent à bandes verticales blanches, fibreuse ; cime étroite, branches verticillées.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; stipules rapidement caduques ; pétiole de 3–11 cm de long ; limbe oblong à lancéolé ou oblancéolé, de 10–30 cm × 4–16 cm, arrondi à la base, apex habituellement obtus, à courts poils étoilés bruns à l’état jeune, mais glabrescent, pennatinervé à 10–14 paires de nervures latérales.
  • Inflorescence : panicule axillaire atteignant 20 cm de long, densément poilue.
  • Fleurs unisexuées, régulières, 5-mères, vert pâle ou jaunâtre ; pédicelle d’environ 5 mm de long ; périanthe campanulé à lobes d’environ 1 mm × 1 mm, extérieur poilu ; fleurs mâles à 10 anthères sur 2 rangs portées par une courte tige commune ; fleurs femelles à ovaire constitué de 5 carpelles réunis lâchement.
  • Fruit constitué de 1–5 follicules ligneux de 5–7 cm de long, contenant de nombreuses graines.
  • Graines d’environ 18 mm × 8 mm, à tégument charnu rouge, pendant du fruit ouvert sur des filaments blancs.
  • Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Le genre Sterculia est présent partout dans les régions tropicales et comprend environ 150 espèces, dont environ 25 en Afrique tropicale.

Sterculia foetida

Sterculia foetida L. est originaire d’Asie tropicale. C’est un arbre de taille moyenne pouvant atteindre 30 m de haut à feuilles composées digitées. En Asie, il a la réputation de produire du bois de meilleure qualité que les autres Sterculia spp. Il a été introduit dans d’autres régions des tropiques, surtout comme arbre ornemental. Au Ghana, au Togo, au Bénin et au Nigeria, on le cultive pour ses qualités ornementales et les graines se consomment après en avoir ôté le tégument. Elles contiennent 24–52% d’huile. Elles ont des vertus purgatives et une surconsommation peut entraîner des maux de tête et même des fausses couches. Au Kenya et en Tanzanie, l’espèce semble être réservée aux jardins botaniques, mais au Mozambique elle est couramment cultivée comme ornementale.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : 2 : limites de cernes indistinctes ou absentes.
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; 25 : ponctuations intervasculaires fines (4–7 μm) ; 30 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles distinctes ; semblables aux ponctuations intervasculaires en forme et en taille dans toute la cellule du rayon ; (42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm) ; 43 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 200 μm ; 46 : 5 vaisseaux par millimètre carré ; 47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré ; 58 : gomme ou autres dépôts dans les vaisseaux du bois de cœur.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; 70 : fibres à parois très épaisses.
  • Parenchyme axial : (76 : parenchyme axial en cellules isolées) ; 78 : parenchyme axial juxtavasculaire ; 85 : parenchyme axial en bandes larges de plus de trois cellules ; 92 : quatre (3–4) cellules par file verticale ; (93 : huit (5–8) cellules par file verticale).
  • Rayons : 99 : rayons larges couramment > 10-sériés ; 102 : hauteur des rayons > 1 mm ; (103 : rayons de deux tailles différentes) ; 106 : rayons composés de cellules couchées avec une rangée terminale de cellules dressées et/ou carrées ; 107 : rayons composés de cellules couchées avec 2 à 4 rangées terminales de cellules dressées et/ou carrées ; 114 : 4 rayons par mm.
  • Structure étagée : 120 : parenchyme axial et/ou éléments de vaisseaux étagés.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 137 : cristaux prismatiques dans les cellules dressées et/ou carrées des rayons ; 138 : cristaux prismatiques dans les cellules couchées des rayons ; 140 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées, dressées et/ou carrées des rayons ; 142 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées du parenchyme axial ; (154 : plus d’un cristal approximativement de même taille par cellule ou par loge (dans les cellules cloisonnées)).
(N.P. Mollel, P. Détienne & E.A. Wheeler)

Croissance et développement

Sterculia rhinopetala est classé comme une essence de lumière non pionnière. Il pousse lentement et tolère l’ombrage. L’accroissement annuel du fût en diamètre en forêt secondaire au Cameroun était en moyenne de 3,6 mm. Dans cette forêt, certains individus étaient présents dans la canopée principale, mais la majorité d’entre eux figuraient en qualité de recrues dans les sous-étages. En Côte d’Ivoire, l’accroissement annuel en diamètre était de 3, 3–7,3 mm en forêt naturelle et de 5,0–12,4 mm dans une forêt fortement éclaircie, mais les arbres d’un diamètre de fût supérieur à 40 cm ont une croissance en diamètre plus lente, soit près de 2,5 mm par an. En Côte d’Ivoire, des arbres plantés de 14 ans présentaient une croissance annuelle moyenne en diamètre de 1 cm. En Côte d’Ivoire et au Ghana, la floraison a lieu lorsque l’arbre est dépourvu de feuilles, entre juillet et octobre, et la fructification à la saison sèche. Les fruits sont disséminés par les oiseaux.

Ecologie

Sterculia rhinopetala est présent dans les zones sèches des forêts pluviales de basses terres. La régénération naturelle semble efficace. Dans la nature, les semis et les gaules se rencontrent couramment dans les petites trouées forestières, mais les arbres un peu plus âgés deviennent des essences de lumière.

Multiplication et plantation

Le poids de 1000 graines est d’environ 800 g. La multiplication par graines de Sterculia rhinopetala se fait sans problème et la germination est rapide, aussi bien à la lumière qu’à l’obscurité. La plantation en plein soleil est possible. La germination débute au bout de 4–12 jours.

Gestion

Au Cameroun, le nombre d’arbres ayant un diamètre de fût supérieur à 60 cm va de 0,06 à 0,6 à l’ha et le volume de bois d’œuvre de 0,3 à 4,5 m³/ha. Dans la forêt de Mopri (Côte d’Ivoire), pour Sterculia rhinopetala, on a dénombré 14 arbres de plus de 10 cm de diamètre à l’ha.

Maladies et ravageurs

Sterculia rhinopetala est l’hôte de la punaise rouge du cotonnier (Dysdercus spp.), un ravageur important du cotonnier.

Récolte

Le diamètre minimum d’abattage est de 50 cm au Cameroun et de 70 cm au Ghana.

Rendement

Au Cameroun, un arbre de 60 cm de diamètre produit environ 4,6 m³ de grumes, et un arbre de 100 cm de diamètre en produit 14,3 m³.

Traitement après récolte

Le bois est sensible aux attaques fongiques pendant la phase de séchage à l’air.

Ressources génétiques

Rien n’indique que Sterculia rhinopetala soit menacé d’érosion génétique, mais dans de nombreuses régions il est assez massivement exploité pour son bois. Il est recommandé que son exploitation fasse l’objet de suivi.

Perspectives

Le bois de Sterculia rhinopetala a de bonnes caractéristiques de résistance, mais c’est un arbre à croissance lente dont le bois sèche difficilement et qui n’a qu’une durabilité moyenne. Pour ces raisons, il ne semble pas offrir un potentiel important comme arbre de plantation.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Burkill, H.M., 2000. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 5, Families S–Z, Addenda. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 686 pp.
  • Farmer, R.H., 1972. Handbook of hardwoods. 2nd Edition. Her Majesty’s Stationery Office, London, United Kingdom. 243 pp.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Phongphaew, P., 2003. The commercial woods of Africa. Linden Publishing, Fresno, California, United States. 206 pp.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan, 248 pp.

Autres références

  • Agyeman, V.K., Swaine, M.D. & Thompson, J., 1999. Responses of tropical forest tree seedlings to irradiance and the derivation of a light response index. Journal of Ecology 87: 815–827.
  • ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux), 1986. Tropical timber atlas: Part 1 – Africa. ATIBT, Paris, France. 208 pp.
  • Bertault, J.-G., 1982. Evolution de la surface terrière et de l’accroissement de la circonférence pour quatre essences du dispositif Sodefor de Mopri: aniégré (Aningeria robusta), lotofa (Sterculia rhinopetala), bossé (Guarea cedrata), ba (Celtis mildbraedii). Centre Technique Forestier Tropical, Abidjan, Côte d’Ivoire. 26 pp.
  • Bertault, J.-G., Miézan, K., Dupuy, B., Durrieu de Madron, L. & Amsallem, I., 1999. Croissance et productivité en forêt dense humide après incendie: le dispositif de la Téné, Côte d’Ivoire (1978–1993). Document Forafri 20. Cirad-Forêt, Montpellier, France. 67pp.
  • Chudnoff, M., 1980. Tropical timbers of the world. USDA Forest Service, Agricultural Handbook No 607, Washington D.C., United States. 826 pp.
  • CTFT (Centre Technique Forestier Tropical), 1960. Lotofa. Information technique No 31. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 2 pp.
  • de la Mensbruge, G., 1966. La germination et les plantules des essences arborées de la forêt dense humide de la Côte d’Ivoire. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 389 pp.
  • Durand, P.Y., 1978. Propriétés physiques et mécaniques des bois de Côte d’Ivoire: moyennes d’espèce et variabilité intraspécifique. Centre Technique Forestier Tropical, Abidjan, Côte d’Ivoire. 70 pp.
  • Durand, P.Y., 1983. Séchage naturel du lotofa (Sterculia rhinopetala). Centre Technique Forestier Tropical, Abidjan, Côte d’Ivoire. 26 pp.
  • Durrieu de Madron, L., Favrichon, V., Dupuy, B., Bar-Hen, A., Houde, L. & Maître, H.-F., 1998. Croissance et productivité en forêt dense humide: bilan des expérimentations dans le dispositif de Mopri, Côte d’Ivoire. Document Forafri 3. Cirad, Montpellier, France. 73 pp.
  • Duviard, D., 1981. Les Dysdercus du cotonnier en Afrique Occidentale: écologie et migrations. Travaux et Documents de l’ORSTOM 135. ORSTOM, Paris, France. 172 pp.
  • Keay, R.W.J., 1958. Sterculiaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 310–332.
  • Lancaster, P.C., 1961. Experiments with natural regeneration in the Omo forest reserve. Nigerian Forestry Information Bulletin 13: 5–16.
  • Lemmens, R.H.M.J., Alonzo, D.S. & Sudo, S., 1995. Sterculia L. In: Lemmens, R.H.M.J., Soerianegara, I. & Wong, W.C. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 5(2). Timber trees: Minor commercial timbers. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 423–435.
  • Normand, D. & Paquis, J., 1976. Manuel d’identification des bois commerciaux. Tome 2. Afrique guinéo-congolaise. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 335 pp.
  • Parant, B., Boyer, F., Chichignoud, M. & Curie, P., 2008. Présentation graphique des caractères technologiques des principaux bois tropicaux. Tome 1. Bois d’Afrique. Réédition. CIRAD-Fôret, Montpellier, France. 186 pp.
  • Riddoch, I., Grace, J., Fasehun, F.E., Riddoch, B. & Ladipo, D.O., 1991. Photosynthesis and successional status of seedlings in a tropical semi-deciduous rain forest in Nigeria. Journal of Ecology 79(2): 491–503.
  • Sallenave, P., 1955. Propriétés physiques et mécaniques des bois tropicaux de l’Union française. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent sur Marne, France. 129 pp.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 565 pp.
  • Worbes, M., Staschel, R., Roloff, A. & Junk, W.J., 2003. Tree ring analysis reveals age structure, dynamics and wood production of a natural forest stand in Cameroon. Forest Ecology and Management 173: 105–123.

Sources de l'illustration

  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 565 pp.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
  • D. Louppe, CIRAD, Département Environnements et Sociétés, Cirad es-dir, Campus international de Baillarguet, TA C-DIR / B (Bât. C, Bur. 113), 34398 Montpellier Cedex 5, France

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H. & Louppe, D., 2008. Sterculia rhinopetala K.Schum. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 6 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.