Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Modifications

Aller à : navigation, rechercher

Tabac (Cazin 1868)

46 octets ajoutés, 24 août 2014 à 17:37
aucun résumé de modification
Cette plante annuelle (Pl. XXXIX), originaire du Mexique, est abondamment cultivée dans toute l'Europe. Jean Nicot, ambassadeur de François II en Portugal, en envoya, dit-on, les premières graines en France en l560, et en fit connaître les propriétés (2).
Description. — Racine rameuse et blanchâtre. — Tiges cylindriques, fortes,rameuses, légèrement pubescentes, un peu fistuleuses, hautes de 1 mètre 50 cent -mètres centimètres à 2 mètres. — Feuilles grandes, amples, ovales-lancéolées, alternes, sessnesessiles,
____________________
(2) (L'origine des différents noms qu'on a donnés à la plante qui nous occupe onre imtain offre un certain intérêt. Les Indiens lui donnaient le nom de ''petum''. Tabac, vient de 1 'île « »■ ■de Tabago(Mexique), où les Espagnols l'ont d'abord découverte. Ce que nous avons dit plus nauio P i^haut expliquesuffisamment l'appellation de ''nicotiane'', que lui donna le duc de Guise. Le présent q „utresque Nicoten fit à Catherine de Médicis lui valut celle dd’''herbe à la reine'', do de ''Catherinaire''. °™portu.Ses autres noms historiques lui vinrent de ce que le cardinal de Sainte-Croix, nonce du pape een Portugal, et Nicolas de Tornabon, légat en France, introduisirent la plante en Italie.)
gai, et Nicolas de Tornabon, légat en France, introduisirent la plante en Italie.)
downloadModeText.vue.download 1072 sur 1308
[1043]
TABAC. 1043 «labres glabres ou un peu glutineuses. — Fleurs rosées ou purpurines, disposées en panicules
terminales (juillet-août). — Calice ovale, velu, persistant, à cinq divisions. — Corolle
jnfondjhuliiormeinfundibuliforme, velue en dehors, à tube renflé, une fois plus long que le calice et àlimbe divisé en cinq lobes aigus. — Cinq étamines à anthères allongées. — Un ovairesupérieur. — Un style à stigmate échancré. — Fruits : capsules ovales, biloculaires, àdeux valves, s'ouvrant au sommet, contenant des semences nombreuses.
(Il existe plusieurs espèces de tabac cultivé en France. On ne met en usage que le
précédent et le tabac rustique (''nicotiana rustica''), ou tabac femelle, dont les feuilles sontpétiolées ou ovales, les fleurs en panicules plus serrés et de couleur verdâtre. Cette va-riété variété donne le tabac de Corse.)
'''Parties usitées'''. — Les feuilles, rarement les graines.
'''Culture et récolte'''. — La culture et la récolte du tabac, soumis au monopoleet surveillés par l'administration des contributions indirectes, est du domaine de l'agri-culture agriculture (1).
'''Propriétés physiques et chimiques'''. — Le tabac est peu odorant tantqu'il est vert; ses feuilles ont une saveur amère et acre. A l'état de dessiccation, sonodeur est très-pénétrante, et agréable pour certaines personnes; d'après l'analyse deTauquelinVauquelin, les feuilles de tabac renferment de l'albumine, du malate acide de chaux, del'acide acétique, du chlorure de potassium, du chlorydrate d'ammoniaque, un principeacre âcre volatile nommé depuis ''nicotine'', et qu'on prépare en distillant les feuilles de tabacavec la potasse ou la soude. Les feuilles fraîches de tabac contiennent, d'après PosselteiReimannet Reimann, une base alcaline végétale (''nicotine''), une huile volatile particulière (nicotia-fline''nicotianine''), de l'extractif, de la gomme, de la chlorophylle, de l'albumine végétale, du gluten,de l'amidon, de l'acide malique, du chlorhydrate d'ammoniaque, du chlorure de potas-siumpotassium, du nitrate de potasse et quelques autres sels.
[Lanicotine La nicotine =Ci!0H14Az C<sup>20</sup>H<sup>14</sup>Az<sup>2</sup>, étudiée depuis par Boutron et Henry, BarraiBarral, Melsens,ScbloesingSchlœsing, T. Wertheim, Wurtz, Kékulé et Planta, Raewsky, etc., est un alcali orga-nipeorganique, liquide, incolore, brunissant à l'air, d'une odeur dont l'acre té âcreté est exagérée par
l'élévation de la température, d'une saveur brûlante, soluble dans l'eau, l'alcool et
l'éther, formant avec les acides des combinaisons définies et quelquefois cristallisables
(lardâtestartrates, oxalates).]
Elle a été trouvée dans les feuilles de tabac fermentées ou non, et dans les racines dela plante. Le tabac fermenté en contient moins, quoiqu'il soit plus odorant. Cela tient àce que l'ammoniaque développé par la fermentation met l'alcaloïde en liberté. Elle està l'état de combinaison (probablement malate de nicotine) dans la plante dans la pro-portion proportion de 3.21 (Alsace, 3.21) à 8 (Lot, 7.96) pour 100.
(La nicotianine est une huile essentielle solide, amère, répandant une forte odeur detabac, insoluble dans l'eau, soluble dans l'alcool, l'éther et la potasse. Barrai Barral a signalétos dans le tabac un acide particulier, ll’''A. nicotianique''.)
Les semences de tabac contiennent, d'après Parmenlier Parmentier (2), une huile grasse, douce,siccative et comestible : 500 gr. contiennent 105 gr. d'huile; et, comme ces grainessont excessivement nombreuses, puisque Linné a calculé qu'un seul pied pouvait enfournir 40,320 par an, on pourrait peut-être tirer quelque parti de ce produit, qui estordinairement sans emploi.
On emploie ordinairement en médecine les feuilles de tabac (fraîches ou sèches) telles
fié que la plante les produit.
(On met aussi en usage le tabac préparé, ou tabac de régie ; mais ce dernier, en rai-son raison des, opérations qu'il a subies pour le rendre odorant, et par la mise en liberté del'alcaloïde qui est la conséquence de ces opérations, contient moins de nicotine que les feuilles sèches non travaillées.
alcaloïde qui est la conséquence Le tabac de ces opérationsla régie, contient moins de nicotine que dont lesmanipulations ne sauraient être reproduites ici, et pournies sèches non travailléeslesquelles nous renvoyons aux ouvrages spéciaux, se divise en tabac à fumer gros et fin, en cigares, en tabac à priser et enfin en tabac à chiquer.
Imm ii de laNous devons signaler le danger d'ré§ie> dont les manipulations ne sauraient être reproduites ici, et pourlesquelles nous renvoyons aux ouvrages spéciaux, se divise en enfermer le tabac à fumer gros et fin,«cigarespriser dans des sacs doubles de papier de plomb, comme on le fait beaucoup en tabac à priser Allemagne. Mayer (3) cite cinq cas d'intoxication et enfin en de paralysie saturnines produites par l'usage de ce tabac à chiquer.Il résulte
Jrls devons signaler le danger d'enfermer le tabac à priser dans des sacs doubles dejyf'.^.P'onib, comme on le fait beaucoup en Allemagne. Mayer (3) cite cinq cas intoxication et de paralysie saturnines produites par l'usage de ce tabac. Il résulte ti?J9,îezJteon Rustique du XIX" siècle, t. II, p. 47, la plupart des ouvrages d'agricul-tailitrt •'«■ médicale du XIX" siècle, de Réveil et Dupuis, 1865, où l'on trouve dos dé-____________________
ffl S «(1) Voyez ''Maison Rustique du XIXe siècle'',saants t. II, p. 47, la plupart des ouvrages d'agriculture et la ''Flore médicale du XIXe siècle'', de Réveil et Dupuis, 1865, où l'on trouve des détails très-intéressants sur la culture et la manutention du tabac, la fabrication des cigares, etc.
H AOifb (2) ''Bulletin de la Société phil.'', t. I, p. 18.
1 (3) Cité par la 'uie Par '»■ Gazette hebdomadaire de médecine'', 31 juillet 1857.downloadModeText.vue.download 1073 sur 1308
10Zi4 TABAC.[1044]
des expérience de Mondet qu'il se forme dans cette circonstance, sur la couche de mé
141 900
modifications

Menu de navigation