Solanum erythracanthum (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Solanum zanzibarense (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Solanum erythracanthum Dunal


Protologue: A.DC., Prodr. 13(1) : 201 (1852).
Famille: Solanaceae

Origine et répartition géographique

Solanum erythracanthum se rencontre à Madagascar et à Mayotte.

Usages

Les feuilles séchées de Solanum erythracanthum se fument en cigarettes pour traiter l’asthme. La décoction de feuilles se prend comme antidiurétique. L’infusion de racine se prend comme sédatif. Le fruit est consommé en amuse-gueule.

Solanum erythracanthum est une plante de haies vives dans le sud de Madagascar.

Description

Arbuste étalé atteignant 1 m de haut, couvert de poils étoilés ; tiges à nombreux aiguillons recourbés de 2–5 mm de long. Feuilles alternes, simples ; stipules absentes ; pétiole d’environ 5 mm de long ; limbe ovale, de 2–5 cm de long, base cunéiforme, apex aigu à obtus, entier ou à lobes arrondis. Inflorescence : fascicule à 1–quelques fleurs, terminal au départ puis devenant latéral. Fleurs bisexuées, régulières, (3–)4(–5)-mères ; pédicelle de 1–3 cm de long ; calice d’environ 4 mm de long, persistant, lobes d’environ 1 mm de long ; corolle étoilée, d’environ 1 cm de long, bleu violet pâle ou violette, lobes lancéolés, d’environ 3 mm de long ; étamines insérées sur le tube de la corolle, filets très courts, anthères de 4,5–6 mm de long, s’ouvrant par des pores terminaux ; ovaire supère, globuleux, à poils courts. Fruit : baie globuleuse de 4–6 mm de diamètre, rouge, à nombreuses graines. Graines ovoïdes, comprimées, de 1,5–2 mm de long, noires. Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Le genre Solanum comprend environ 1000 espèces et a une répartition cosmopolite, sauf dans les milieux boréaux, alpins et aquatiques. On trouve environ 110 espèces en Afrique tropicale. Le principal centre de diversité est situé en Amérique du Sud et en Amérique centrale, avec des centres secondaires en Afrique et en Australie. Solanum a été subdivisé en 7 sous-genres et en nombreuses sections et séries. Solanum erythracanthum a été placé dans le groupe “Solanum zanzibarense et espèces apparentées” de la section Oliganthes du sous-genre Leptostemonum. Ce groupe, qui comporte environ 12 espèces, est présent du Soudan à l’Afrique du Sud et sur l’île de Madagascar. Il compte d’autres espèces utilisées en médecine.

Solanum hastifolium

Solanum hastifolium Hochst. ex Dunal est présent du Soudan à la Tanzanie. Au Kenya, la décoction de racine était utilisée pour traiter les enfants atteints de variole et l’infusion de racine se boit contre les douleurs abdominales, la diarrhée et comme laxatif ou émétique. Les Massaïs administrent la décoction de racine à leur bétail comme remède contre la maladie du charbon. Les chèvres et les moutons broutent parfois la plante à la saison sèche.

Solanum taitense et zanzibarense

Solanum taitense Vatke est présent au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie et Solanum zanzibarense Vatke est une espèce côtière présente du Kenya à l’Afrique du Sud. Les racines des deux espèces se mastiquent et le jus sert de bain de bouche contre les maux de dents. Les Massaïs cuisent les racines de Solanum taitense et le liquide obtenu est tamisé et se boit comme remède contre l’arthrose, le paludisme, la typhoïde et les maux d’estomac.

Ecologie

Solanum erythracanthum pousse dans les endroits perturbés, en lisière de forêt et au bord des routes.

Ressources génétiques

Solanum erythracanthum est présent dans tout Madagascar dans les milieux rudéraux et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Comme aucune analyse chimique ou pharmacologique de Solanum erythracanthum n’a été effectuée, on ne peut présumer de son avenir. Il n’empêche que ses différents usages médicinaux locaux sont intéressants et semblent justifier un approfondissement des recherches.

Références principales

  • Boiteau, P. & Allorge-Boiteau, L., 1993. Plantes médicinales de Madagascar. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 135 pp.
  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • D’Arcy, W.G. & Rakotozafy, A., 1994. Solanaceae. Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), famille 176. Imprimerie Officielle, Tananarive, Madagascar. 146 pp.
  • Ranaivoson, A.J., 1996. Les pathologies et leurs différents traitements dans le fokontany d’Analamanga, Soavina, Antananarivo et Atsimondrano. Thèse pour l’obtention du grade de Docteur en médecine, Etablissement d’Enseignement Supérieur des Sciences de la Santé, Faculté de Médecine, Université d’Antananarivo, Madagascar. 71 pp.

Autres références

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Decary, R., 1946. Plantes et animaux utiles de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille, 54e année, 6e série, 4e volume, 1er et dernier fascicule. 234 pp.
  • Heine, B. & Heine, I., 1988. Plant concepts and plant use; an ethnobotanical survey of the semi-arid and arid lands of East Africa. Part 3. Rendille plants (Kenya). Cologne Development Studies 8. Breitenbach, Saarbrücken, Germany. 120 pp.
  • Kiringe, J.W., 2006. A survey of traditional health remedies used by the Maasai of southern Kaijiado District, Kenya. Ethnobotany Research & Applications 4: 61–74.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Levin, R.A., Myers, N.R. & Bohs, L., 2006. Phylogenetic relationships among the spiny ‘solanums’ (Solanum subgenus Leptostemonum, Solanaceae). American Journal of Botany 93: 157–169.
  • Ole-Miaron, J.O., 2003. The Maasai ethnodiagnostic skill of livestock diseases: a lead to traditional bioprospecting. Journal of Ethnopharmacology 84(1): 79–83.
  • Whalen, M.D., 1984. Conspectus of species groups in Solanum subgenus Leptostemonum. Gentes Herbarum 12(4): 1–282.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2008. Solanum erythracanthum Dunal. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 13 novembre 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.