Solanum catombelense (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Solanum capense (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Solanum catombelense Peyr.


Protologue: Sitzungsber. Akad. Wiss. Math.-Naturwiss. Wien 38: 576 (1860).
Famille: Solanaceae

Origine et répartition géographique

Solanum catombelense est présent en Afrique australe, sauf au Malawi et en Zambie.

Usages

En Namibie, les racines de Solanum catombelense s’absorbent en infusion ou se mastiquent pour traiter les problèmes gastro-intestinaux. Le jus des fruits frais immatures s’emploie dans des poisons de flèche.

Les fruits mûrs seraient comestibles. Les feuilles et tiges se consomment comme légume.

Description

Plante herbacée vivace, érigée ou étalée, atteignant 120 cm de haut ; tiges à poils étoilés, couvertes d’aiguillons disséminés. Feuilles alternes, simples ; stipules absentes ; pétiole de 1–3 cm de long ; limbe oblong, de 1,5–8,5 cm × 1–4,5 cm, base arrondie ou cunéiforme, apex obtus ou arrondi, bord entier ou plus ou moins ondulé à lobé, lobes peu nombreux, aiguillons souvent présents sur les nervures principales, à denses poils doux des deux côtés. Inflorescence : cyme, insérée au-dessus de l’aisselle des feuilles, de 2–3,5 cm de long, à 2–7(–10) fleurs. Fleurs bisexuées, régulières, (4–)5(–6)-mères ; calice en cloche ou en coupe, à denses poils doux, lobes inégaux, ovales-lancéolés à linéaires-lancéolés, atteignant 3,5(–5) mm de long, obtus, recourbés ; corolle rotacée à étoilée, atteignant 10 mm de diamètre, blanche à violette ou bleu violet pâle ; étamines alternes avec les lobes de la corolle, filets d’environ 0,5 mm de long, anthères atteignant 4,5 mm de long, s’ouvrant par des pores apicaux ; ovaire supère, poilu dans la moitié supérieure, style poilu, de 4,5–7,5 mm de long. Fruit : baie globuleuse de 5–12 mm de diamètre, glabre, jaune, orange, rouge ou noirâtre à maturité, contenant de nombreuses graines. Graines ovoïdes, de 2,5–3,5 mm de diamètre, jaune pâle à brunes. Plantule à germination épigée ; cotylédons fins, foliacés.

Autres données botaniques

Le genre Solanum comprend environ 1000 espèces et a une répartition cosmopolite, sauf dans les milieux boréaux, alpins et aquatiques. On en trouve au moins 100 espèces en Afrique tropicale. Le principal centre de diversité est situé en Amérique du Sud et en Amérique centrale, avec des centres secondaires en Afrique et en Australie. Solanum a été subdivisé en 7 sous-genres et en nombreuses sections et séries.

Solanum catombelense a été placé dans le groupe “Solanum tomentosum et espèces apparentées” de la section Oliganthes du sous-genre Leptostemonum. Ce groupe comprend 3 espèces, présentes en Afrique australe. Les autres espèces de ce groupe, Solanum burchellii Dunal et Solanum tomentosum L., sont également utilisées en médecine.

Solanum burchellii

L’infusion de racine de Solanum burchellii se boit pour soigner les maladies vénériennes en Namibie.

Solanum tomentosum

Solanum tomentosum est limitée à l’Afrique du Sud ; la décoction de racines se boit pour soigner la syphilis.

Le groupe très proche de “Solanum capense et espèces apparentées” comprend environ 7 espèces, toutes limitées à l’Afrique australe sauf une.

Solanum glabratum

Solanum glabratum Dunal (synonyme : Solanum sepicula Dunal) est présent en Ethiopie, en Somalie et en Arabie saoudite. En Ethiopie, les racines de Solanum glabratum sont broyées, mélangées à de l’eau et données à boire au bétail souffrant de la maladie du charbon.

Sur les espèces limitées à l’Afrique australe, 3 ont des usages médicinaux décrits en Namibie : Solanum capense L., Solanum dinteri Bitter et Solanum namaquense Dammer.

Solanum capense

En Afrique du Sud, la poudre de racines de Solanum capense s’applique sur les dents douloureuses et on boit du lait bouilli avec les racines écrasées pour soigner les problèmes des voies urinaires. La pâte de feuilles s’applique sur les ulcères et le jus des feuilles sur les yeux enflammés. Les fruits pressés s’appliquent sur les verrues et la peau affectée par la teigne.

Solanum dinteri

Les racines de Solanum dinteri se prennent pour soulager les affections gastriques, la décoction se boit pour soigner les maladies vénériennes et les racines broyées en usage externe servent à soulager la douleur.

Solanum namaquense

La décoction de racine de Solanum namaquense est utilisée comme purgatif et contre les maux de foie, de vésicule biliaire et d’estomac. Les racines entrent dans des potions pour traiter les maladies vénériennes, les problèmes des voies urinaires et la dysménorrhée. Les fruits se pressent sur les lèvres et la langue pour traiter les boutons de fièvre.

Ecologie

Solanum catombelense est présent dans des types de végétation très divers : la forêt côtière, la savane boisée, la savane arborée, le long des rivières, sur les affleurements rocheux et dans les lieux surpâturés et perturbés, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1300 m d’altitude.

Ressources génétiques

Rien n’indique que Solanum catombelense soit menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Solanum catombelense conservera probablement une importance uniquement locale comme plante médicinale.

Références principales

  • Gonçalves, A.E., 2005. Solanaceae. In: Pope, G.V., Polhill, R.M. & Martins, E.S. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 8, part 4. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 124 pp.
  • von Koenen, E., 2001. Medicinal, poisonous and edible plants in Namibia. Klaus Hess Verlag, Göttingen, Germany. 336 pp.
  • Wondimu, T., Asfaw, Z. & Kelbessa, E., 2007. Ethnobotanical study of medicinal plants around ‘Dheeraa’ town, Arsi Zone, Ethiopia. Journal of Ethnopharmacology 112: 152–161.

Autres références

  • Edmonds, J.M., Friis, I. & Thulin, M., 2006. Solanaceae. In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 3. Angiospermae (cont.). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. p. 197–221.
  • Leffers, A., 2003. Gemsbok bean & Kalahari truffle: traditional plant use by Jul’hoansi in North-Eastern Namibia. Gamsberg Macmillan Publishers, Windhoek, Namibia. 202 pp.
  • Peters, C.R., O’Brien, E.M. & Drummond, R.B., 1992. Edible wild plants of sub-saharan Africa. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 239 pp.
  • Sarg, T.M., Glombitza, K.W., Farrag, N.M., Hafez, S.S. & Abbas, F.A., 1995. Steroidal alkaloids and saponins of Solanum sepicula (Dun.). Egyptian Journal of Pharmaceutical Sciences 36: 271–285.
  • SEPASAL, 2008. Solanum catombelense. [Internet] Survey of Economic Plants for Arid and Semi-Arid Lands (SEPASAL) database. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. http://www.kew.org/ ceb/sepasal/. March 2008.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.
  • Whalen, M.D., 1984. Conspectus of species groups in Solanum subgenus Leptostemonum. Gentes Herbarum 12(4): 1–282.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2008. Solanum catombelense Peyr. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 19 novembre 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.