Sideroxylon salicifolium (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Sideroxylon obovatum
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Chrysophyllum cainito
Planche 232 : SAPOTACEAE. X. Sideroxylon salicifolium. A. Rameau fleuri. B. Feuille. C. Plantule (détails). D. Écorce (coupe transversale).

[784]

Sideroxylon salicifolium (L.) Lam. Tabl. Encycl. 2 : 42 (1794).

Basionyme : Achras salicifolia L., Sp. Pl., ed. 2, 1 : 470 (1762).

Synonymes : Bumelia pentagona Sw. 1788 ; Bumelia salicifolia (L.) Sw. 1788 ; Dipholis salicifolia (L.) A. DC. 1844 ; Sideroxylon pentagonum (Sw.) A. DC. 1944.

Noms vernaculaires : Fr : Acomat bâtard (Guadeloupe) ; Acomat Grande-Terre, Comat, Bois ramier (Désirade) ; Bois-fourmi (Marie-Galante) ; Acomat rouge (Guadeloupe) ; Acomat rouge, Sapotillier marron (Haïti). A : Bustic (Puerto Rico) ; Bustic (Floride) ; Wild Mespel, Willow bustic (Puerto Rico) ; White bulletwood (Jamaïque) ; Bully tree, Bullet tree (Barbade) ; Sweetwood (Barbuda). Esp : Sanguinaria (Puerto Rico) ; Almendron (Puerto Rico) ; Caya prieta (St Domingue).

Description : Arbre atteignant 25 m de haut et 30 cm de diamètre et même 50 cm (BRITTON & WILSON) ou 60 cm (LITTLE & WADSWORTH) mais souvent beaucoup moins à cause de la surexploitation. Pied : petites pattes jusqu’à 0,2 m de haut (diamètre 15 cm), sans pattes sur petits diamètres. Écorce : épaisseur totale 8-10 mm pour un diamètre de 30 cm. Aspect externe : gris et noir ; fissurée longitudinalement, anastomosée (sur petit diamètre côtes en fines cannelures), sous le liège : carmin vif vergeté blanc. Rhytidome : épais en écailles rectangulaires, caduques ; dessous : noir comme du charbon. Écorce vivante : tranche rose foncé, carminé ou pourpre ; interne : rosé ; rayons en entonnoirs en face du fond des cannelures ; latex, jamais abondant, peut être absent en saison sèche ; écorce plutôt fibreuse. Aubier : jaune clair à jaune d’or ; grain fin ; pores subvisibles. Feuilles : groupées à l’extrémité des rameaux, alternes, 3-12 × 2-4 cm, oblancéolées ; pétiole, 1 cm, grêle ; limbe très en coin à la base et au sommet, décurrent sur le pétiole, forme et taille assez variable ; très jeunes feuilles pourpres, un peu velues ; bourgeon terminal mordoré à ferrugineux. Fleurs : en écouvillon sur le haut du rameau, petites (4 mm long), jaune verdâtre, odorantes. Fruits : noir globuleux, 5-15 mm, apiculés ; généralement une seule graine globuleuse brun rouge brillante un peu côtelée avec hile rond et petit à la base. Phénologie : sempervirent. Fleurs de février à juin, août, décembre. Fruits en mai, juillet-août. Peut être très brièvement sans feuilles. Habitat : forêt xérophile, fourrés littoraux, mornes et falaises surtout calcaires, entre 0 et 200 m. Tempérament : xérophile, semi-héliophile ; accepte un certain couvert ; on peut même dire que l’espèce est à tendance sciaphile. Plantule : Type VI (III). Les cotylédons blancs, diaphanes, sessiles, ont des limbes enroulés vers la face supérieure. Ils sont rarement observables car précocement caducs. En éclairement insuffisant, l’hypocotyle peut s’allonger considérablement, témoignant peut-être d’une plasticité étendue du tempérament spécifique.

Usages : Bois brun rouge dur lourd (d = 0,93) résistant ; durable (tarets, pourriture), facile à travailler ; construction lourde submergée dans l’eau de mer ; instruments aratoires (LONGWOOD). Rayons et jantes de roues de charrettes (Guadeloupe). Latex : succédané du Chicle, Manilkara zapota pour chewing gum.

Distribution générale : Sud Floride, Florida Keys, Bahamas, Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Mexique (Yucatan), Guatemala, Belize (ex British Honduras).

Distribution aux Petites Antilles : Toutes les îles sauf St-Martin, St-Barthélemy, Saba, Montserrat, Les Saintes, Grenadines. BEARD (1944) mentionne l’espèce à Grenade.

Matériel examiné : SE : BOLDINGH 1168, s.loc. (P). BT : QUESTEL 2473, Baillif (P) ; ROLLET 1602, montée Bouillante, 100 m (GUAD). GT : DUSS 163, 2913, Morne à l’Eau, collines calcaires (P) ; DUSS 3380, Port Louis ; FOURNET 4435, Petit Canal (P) ; HUC 1367, Petit Canal (GUAD) ; L’HERMINIER s.n., s.loc., (P) ; QUESTEL 682, Grands-Fonds Ste Anne (P) ; QUESTEL 831, Ste Anne à Gentilly (P) ; QUESTEL 4052, Port Louis (P) ; ROLLET 232, Grands-Fonds, Chazeau, 20-80 m (GUAD) ; ROLLET 477, Porte d’Enfer, 30 m (GUAD) ; ROLLET 587, Haut de la Montagne, 70 m (GUAD) ; ROLLET 1389, Carrefour vers Porte d’Enfer, entre Anse Bertrand et Grande Vigie, 30 m (GUAD) ; Segrétain s.n., Ilet à Cochon, près Pointe-à-Pitre (P), récolté en 1852 ; STEHLÉ s.n., falaises Anse Bertrand, 25 m (P). Dé : BARRIER 292, 2944, s.loc. (P). MG : JÉRÉMIE 443, 70 m (P) ; RICHARD s.n., s.loc. (P) ; RODRIGUEZ 4296, 4368, s.loc. (P) ; ROLLET 392, 424, entre Grand-Bourg et St Pierre, 0 m (GUAD) ; ROLLET 374, 858, Saragot, 70 m côte NE (GUAD) ; STEHLÉ 2870, Ravine Cybèle, 60 m (P) ; STEHLÉ 6791, Falaises Grand-Bourg à Léproserie (P) ; STEHLÉ s.n.,


[785]

Capesterre, 90 m (P). D : NICOLSON and al. citent un seul spécimen : BEARD 664.

Observations : Ag : partie occidentale, 10 m , arbre relique isolé, 20 cm de diamètre (FIARD & ROLLET). At : Boggy Peak, 300 m (ROLLET) ; Wetherills Estate, 0-50 m (DAVID & ROLLET). Ba : fourré épineux du plateau NE (DAVID & ROLLET). GT : Anse Patate (ROLLET). Dé : Plateau, 200 m, assez commun ; Ravine Maître Pierre, 100- 150 m ; Ravine Cybèle, 50-100 m ; Ravine de la Rivière, 150 m ; Ravine de Baie Mahault, 150 m ; Pentes côte NE (DAVID & ROLLET). M : base Morne Baguidi, Anses d’Arlets, 50 m (FIARD & ROLLET). SL : récolté par VERNA SLANE. B : Joe’ s River et Hackleton Cliff, 100 m (ROLLET) ; près de Farley Hill (CARRINGTON) ; rare (GOODING and al.). Gs : Carriacou, Cannouan (mentionné par BEARD, 1949) ; non cité par HOWARD (1989).

Bibliographie : (*Iconographie) : BARKER & DARDEAU 1930 ; BEARD 1944, 1949 ; BRITTON 1908* ; BRITTON & WILSON 1925 ; CARRINGTON 1993 ; DUSS 1897 ; FOURNET 1978* ; GOODING and al. 1965 ; HOWARD 1989 ; LONGWOOD 1962 ; LITTLE & WADSWORTH 1964* ; NICOLSON and al. 1991 ; RECORD 1939 ; SARGENT 1893* Sylva vol. 5 Pl 250, 1905* Pl 739 ; STANDLEY 1925 ; TOMLINSON 1980* .

Note : Baehni 1983 considère que le genre Dipholis n’est pas assez distinct pour être séparé de Sideroxylon, mais la distinction se justifie d’après le bois.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)

Sideroxylon foetidissimum, Sideroxylon obovatum, Sideroxylon salicifolium :

  • Bois parfait jaunâtre (les 2 premières espèces), à peine distinct de l’aubier, mais brun rose à brun rouge différencié de l’aubier beige gris dans S. salicifolium. Grain fin, maille imperceptible, densité de 0,80 à 1,10.
  • Pores très souvent accolés radialement donnant l’impression d’une disposition en files radiales dans S. foetidissimum et S. salicifolium mais bien groupés en files ou plages radiales et obliques dans S. obovatum, au nombre de (10)-20 à 30 par mm2, indistincts à l’œil nu (diamètre moyen de 60 à 90 μm), souvent obstrués par des thylles. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de 4 à 6 μm.
  • Parenchyme en chaînettes fines très nombreuses (espèces 1 et 3) mais plutôt en chaînettes regroupées en lignes et même en lignes dans S. obovatum. Files de cellules composées de 3 à 6 éléments contenant parfois du sable cristallin englobant ou non des cristaux dans S. obovatum, composées de 6 à 10 éléments parfois cristallifères (cristaux par 2-4 ou en chaînes) dans S. foetidissimum).
  • Rayons 2-3-sériés (S. obovatum) ou 1-2-sériés (les 2 autres espèces), au nombre de 10 à 15 par mm, de structure hétérogène : cellules couchées au centre avec 1 à 4 rangées (plus chez S. salicifolium) de cellules carrées et dressées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires grosses à très grosses, rondes, ovales à étirées. Présence de cristaux, généralement par 2 dans certaines cellules carrées ou dressées chez S. foetidissimum.
  • Fibres à ponctuations simples.