Schefflera morototoni (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Schefflera attenuata
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Schefflera urbaniana


[276]

Planche 16 : ARALIACEAE. III. Schefflera attenuata. A. Rameau fleuri B. Fruits. C. Écorce (coupe transversale). IV. Schefflera morototoni. D. Feuille. E. Fleurs. F. Fruits. G. Rameau feuillé.

Schefflera morototoni (Aubl.) Maguire, Steyerm. et Frodin Mem. New York Bot. Gard. 38 : 51 (1984).

Basionyme : Panax morototoni Aubl., Hist. Pl. Guiane 2 : 949 (1775).

Synonymes : Panax chrysophyllum M. Vahl (1797), nom. illeg. ; Didymopanax chrysophyllum (M. Vahl) Decne. & Planchon (1854) ; Didymopanax morototoni (Aubl.) Decne. & Planchon (1854).

Noms vernaculaires : Fr : Bois flot ; Aralie grande feuille (Guadeloupe). A : Matchwood (Puerto Rico, Trinidad) ; Jereton (Trinidad). Esp : Sunsun (Venezuela) ; Yagrumo macho (Puerto Rico). Port : Morototo (Brésil).

Description : Arbre atteignant 15 m de haut et 40 cm de diamètre ; souvent de grandes tailles en Amérique du Sud (80 cm de diamètre, MARSHALL). Pied : très cylindrique, sans pattes. Écorce : épaisseur totale 10 mm. Aspect externe : gris brun clair, distinctement annelée (avec cicatrices des feuilles), molle. Feuilles : alternes, composées palmées, groupées en bout de rameau ; pétiole de 40-70 cm de long ; 10-12 folioles de 15-45 × 5-20 cm ; très acuminées ; pétiolule de 8-20 cm ; face inférieure mordorée tomenteuse, à consistance de cuir. Les feuilles en bout de rameau forment une calotte sphérique peu dense avec une ramification dichotomique et des branches peu nombreuses. Fleurs : les inflorescences sont des panicules d’ombelles, à l’extrémité des rameaux, atteignant 60 cm de long ; 10-15 fleurs par ombelle. Fruits : aplatis ; env. 5 mm de long ; 2 graines brunes. Phénologie : sempervirent (MARSHALL). Fleurs en avril et septembre (MARSHALL). Habitat : 0-150 m, surtout en situation marécageuse et bord des cours d’eau ; disséminé en forêt secondaire, tous terrains, pentes, surtout en côte sous le vent. Tempérament : très héliophile ; croissance rapide ; régénérations rares (MARSHALL). Plantule : Type I. Les dents marginales des feuilles sont plus prononcées et les pétioles foliaires relativement plus longs que chez S. attenuata. Les feuilles jeunes sont généralement pourvues de poils. A l’inverse des caractères de cette espèce, ici, la nervation foliaire est pennée - du moins les nervures d’ordre II les plus basales, très fines sont alternes - et la nervation cotylédonaire palmée est organisée : les 3 nervures principales issues de la base du limbe convergent au sommet en une plage claire (hydathode) nettement visible et logée dans une échancrure apicale.

Usages : Bois léger peu durable ; pour allumettes et emballages. Arbre ornemental par son port et la face inférieure dorée des feuilles. Arbre de chasse (MARSHALL).

Distribution générale : Amérique tropicale ; Cuba, Hispaniola, Puerto Rico, mais absent de Jamaïque (ADAMS) ; Trinidad ; du sud Mexique à Bolivie, Guyanes, Brésil ; Petites Antilles.

Distribution aux Petites Antilles : Montserrat, Guadeloupe. Introduit ?

Matériel examiné : BT : DUSS 825, Lamentin (P) ; QUESTEL 4006, Ste Rose (P).

Observations : Assez abondant dans les plaines du Lamentin et de Baie Mahault (ROLLET) ; localisé en côte au vent plutôt moitié Nord de la Basse-Terre, INRA domaine Duclos, 150 m et dans les reliques forestières dans les ravines entre Destrelan et le Lamentin ; Ravine Sans Nom près de Calvaire, au Sud du Lamentin ; Duportail (assez abondant) ; Sainte Rose, entrée de la Trace des Contrebandiers (ROLLET & ROUSTEAU).

Bibliographie : (*Iconographie). ADAMS 1972 ; ALLEN* 1956 ; BEARD 1944 ; BRITTON & WILSON 1925 ; DUSS 1897 ; FOURNET 1978 ; HOWARD 1989 ; LITTLE & WADSWORTH* 1964 ; MARSHALL 1930, 1939 ; PENNINGTON & SARUKHAN* 1968.

Anatomie du bois

(Schefflera attenuata, Schefflera morototoni :)

  • Bois parfait blanchâtre ou un peu grisâtre non différencié de l’aubier, tendre et léger (0,35 à 0,55 g/cm3 et jusqu’à 0,65 g/cm3 pour S. attenuata dont le bois est plutôt beige à cœur), à grain fin, à maille relativement fine mais bien visible.
  • Pores disséminés, isolés ou accolés radialement par 2 ou 3, au nombre de 10 à 20 par mm2, peu ou pas distincts à l’œil nu (diamètre moyen égal ou inférieur à 100 μm chez S. attenuata, de 130 à 150 μm chez S. morototoni). Perforations des éléments vasculaires en majorité uniques, quelques-unes en grille avec 1 à 5-(8) barreaux ; ponctuations intervasculaires très grosses, de 12 à 18 μm de diamètre.
  • Parenchyme rare et peu visible, limité à quelques cellules juxtavasculaires. Files de cellules composées de 4 éléments en général.
  • Rayons 3- à 5-sériés, au nombre de 3 ou 4 par mm, de structure sub-homogène à très peu hétérogène : cellules couchées au centre et 1, parfois 2, rangées de cellules carrées aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires souvent plus allongées que les intervasculaires. Présence de petits canaux ne déformant pas les rayons qui les contiennent. Cristaux très rares ou absents.
  • Fibres fréquemment cloisonnées, à ponctuations simples.