Sapindaceae (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Sabiaceae
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Sapotaceae



F. alt. composée (pari-ou imparipennée) ; F. réduite à 3 fol. (petites, entières Hypelate en zones sèches) ou grandes et dentées (Allophylus), ou une foliole (Dodonaea). Fol. sans pulvini ni odeur ou points pellucides, opp. (Melicoccus, Exothea), subopp. (Sapindus, Cupania), dentées (Cupania) ; rachis ailé (Melicoccus, Sapindus).

Allophyllus racemosus

Allophyllus racemosus Sw. Prodr. 62 (1788).

Synonymes : Schmiedelia occidentalis, Sw (1798) ; Allophyllus occidentalis (Sw) Radlk (1890).

Noms vernaculaires : Fr : Café jaune, Petit café (Guadeloupe) ; Bois négresse (Martinique) ; Z’ yeux Crabe (Dominique) ; Trois paroles (Haïti). Esp : Quiebra hacha, Palo blanco (Puerto Rico) ; Tres palabras (St Domingue).

Description : Arbuste ou petit arbre jusqu’ à 10 m de haut et 23 cm de diamètre ! (entre Grand Rivière et Petit Morne, Martinique). Pied : pas de pattes. Écorce : Épaisseur totale : 2 mm sur un diamètre de 3 cm. Aspect externe : grattée : orange. Feuilles : alternes, composées trifoliolées ; long pétiole 5 à 7 cm ; folioles dentées, 7 x 18 à 20 cm ; lancéolées, acumen, 10-15 mm ; les latérales plus petites et inégales ; consistance herbacée ; gros bourgeon terminal velu. Fleurs : inflorescences axillaires en épis plus courts que les feuilles ; fleurs blanches, 2 mm de large, type 4, dioïques. Fruits : rouges, ronds, 6 mm, indéhiscents, 1 graine, sur un pédicelle ayant à la base une petite collerette de sépales persistants. Phénologie : décidu. Fleurs en mai-juillet. Fruits en septembre. Habitat : très disséminés en forêt semi-décidue, dense et base de la forêt d’ altitude, entre 100 m (Deshaies, Guadeloupe) et 600 m. Tempérament : xéro à mésophile ; tendance sciaphile.

Distribution générale : Cuba, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles. Du Guatemala à la Colombie, au Vénézuéla, aux Guyanes et au Brésil (Roraima). Distribution aux Petites Antilles : Toutes les îles sauf Anguilla, St-Barthélemy, Barbuda, Grande-Terre, Désirade, Grenadines, Grenade.

Matériel examiné : S : 300-400 m (BOLDINGH). SE : Quill, pentes et sommet, 350-450 m (STOFFERS) ; intérieur de cratère, 350 m (BOLDINGH). SM : vu au Pic Paradis, 400 m (FIARD & ROLLET) ; BÉNA s.n., s.loc. (P). SK : vu sur la pente Sud South Range, 100-200 m (FIARD & ROLLET). At : vu à Boggy Peak, 350 m ; assez commun (DAVID & ROLLET). BT : BÉNA 1136, s.loc. (P) ; DUSS 619, Gourbeyre (P) ; DUSS 286, Houëlmont, route Vieux-Fort (P) ; LE GALLO 2863, Houëlmont, 300 m (P) ; Perrottet 221, s.loc. (P) ; STEHLÉ 5303, Houëlmont, 400 m (P) ; STEHLÉ 950, Bains Jaunes (P) ; ROUSTEAU 310, Deshaies, Pradel, 100 m (GUAD) ; peu abondant Rivière Noire, Houëlmont (Batterie), Vieux-Habitants entre 150 et 380 m (DUSS) ; vu aux Monts Caraïbes, 200 m (ROLLET). MG : vu Barre Dorot, Ravine Bounet, Vieux-Fort (ROLLET). D : vu entre Roseau et Marigot (ROLLET). M : HAHN 305, Piton, Vauclin (P) ; HAHN 1175, Gros Morne près Case Pilote (P) ; HAHN 1484, Hauteurs Morne Coc (P) ; STEHLÉ 8193, au-dessus de St Pierre ; 150 m (P) ; ROLLET 1642, Morne Bigot, 400 m (GUAD) ; vu à l’Hôpital psychiatrique Colson, 600 m ; Base Morne Platine-Le Lorrain, 200 m ; Terreville, 250 m ; entre Grand Rivière et Petit Morne, 300 m ; Morne Bigot, 400 m ; Morne Gardier, entre 200 et 400 m ; Rivière Rouge, 280 m (FIARD & ROLLET) ; Plateau des Trois-Ilets, Montagne du Vauclin, Hauteurs de Case Pilote (DUSS). SL : vu au Petit Piton, 500-650 m (FIARD & ROLLET). B : vu à Joe’ s River (ROLLET) ; Turner’ s Hall, 180-240 m (GOODING and al.).

Bibliographie : (*Iconographie) : ADAMS 1972 ; Anon 1893 ; BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; CARRINGTON 1993 ; DUSS 1897 ; FOURNET 1978* ; GOODING 1965 ; HOWARD 1989* ; LIOGIER 1986 ; LWW 1974* ; STOFFERS 1984.

Allophyllus psilospermus

Allophyllus psilospermus Radlk Sitzungsber. Math. Phys. cl. Königl. Bayer. Akad. Wiss München 20 : 230 (1890).

Description : Petit arbre jusqu’ à 12 m de haut. Feuilles : trifoliées ; foliole jusqu’ à 7 cm de long ; folioles subsessiles elliptiques, la centrale jusqu’ à 11 x 18 cm ; acunisxxxxx ; marge crênelée ou sevrulée ; glabre. Fruits : obovoïdes 9 mm long, rouge, graines glabres comprimées.

Distribution générale : Du Mexique à Panama.

Distribution aux Petites Antilles : Martinique.

Matériel examiné : M : HAHN s.n., Piton du Carbet (P) ; non retrouvé (FIARD) ; Arbre non vu.

Bibliographie : HOWARD 1989.

Cupania americana

Cupania americana L. Sp. Pl. 1 : 200 (1753)

Noms vernaculaires : Fr : Yeux-Crabes (Martinique), aussi Guadeloupe, même nom vernaculaire ; Maraquil, Z’ yeux-crabes (Dominique) ; Bois de Satanier (Haïti) [déformation de Châtaignier à cause de la forme des feuilles]. Esp : Guara (Puerto Rico), Maraquil (Trinidad) ; Guarana (St Domingue).

Description : Arbre dépassant 20 m de haut et jusqu’ à 50 cm de diamètre à Trinidad. Feuilles : alternes, imparipennées, 4 à8 folioles crénelées sur tout le pourtour ; tomenteuses à la face inférieure, 7 à 10 x 12 à 30 cm de long ; folioles plus grandes sur rejets, 13 à 28 cm. Fleurs : panicules tomenteuses jusqu’ à 20 cm de long ; dioïques et polygames. Fruits : tomenteux à angles peu prononcés, déhiscents en 3 valves, un peu plus longs que larges, 2 cm de long ; 3 graines ; pédicelles plus courts que C. triquetra ; arille jaune à orange ; graine noire, luisante, 7 mm. Plantule : Type VII. La graine reste au sol. L’épicotyle se développe en produisant quelques cataphylles alternes (1 à 3). Puis l’axe porte des feuilles simples, alternes, fortement gaufrées, finement et irrégulièrement dentées, et dont les faces inférieures sont couvertes d’ une pubescence brune.

Note : Espèce souvent confondue avec C. Triquetra en l’absence de fruits mûrs à cause des descriptions contradictoires concernant les fruits. Intérieur de la coque densément velu. Pied épais. Phénologie : sempervirent. Fleurs en avril-mai. Fruits en mai. Habitat : plutôt sous-bois, disséminé en moyenne et basse altitude, xérophile ou secondaire, ravines. Semble menacé de disparition dans les Petites Antilles. Tempérament : héliophile (MARSHALL) ; rejette ; souvent en cépées ; croissance rapide ; régénération observée à la Barbade.

Usages : Bois dur, jaunâtre (d = 0,78) (non consistant avec 0,40 indiqué par LW) ; très sensible aux termites ; excellent bois de feu («Female wood) in MARSHALL. Arbre de chasse. Fruits mangés par les oiseaux ; mellifère.

Distribution générale : Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Trinidad ; Tobago, Panama, Colombie, Vénézuéla, Guyane française.

Distribution aux Petites Antilles : Dominique, Martinique, Ste-Lucie, Barbade (l’état naturel en Guadeloupe est douteux ; DUSS pense qu’ il est planté ; en tout cas faiblement naturalisé).

Matériel examiné : M :BÉLANGER 544, 822, s.loc.(P) ; très rare ; vu au Plateau des Trois-Ilets ; Fontaine Didier, bord de la rivière Dumauzé, alt. 150 m (FIARD) ; menacé de disparition. SL : récolté par VERNA SLANE. B : ROLLET 1569, ravines (GUAD).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; CARRINGTON 1993 ; DESCOURTILZ 1821-1830** ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926 ; FIARD 1992** ; FOURNET 1978 ; HOWARD 1989* ; LIOGIER 1986*

Cupania rubiginosa

Cupania rubiginosa (Poir.) Radlk. Sitzungsber. Math. Phys. Cl. Königl. Bayer Akad. Wiss. München 9 : 522, 566 (1879).

Basionyme : Robinia rubiginosa Poiret in Lam. Encycl. 6 : 227 (1804). Synonymes : Cupania poiretii, Kunth (1824)

Description : Petit arbre jusqu’ à 15 m de haut. Rameaux : jeunes densément tomenteux, rouge. Feuilles : paripennées, 6 à 10 folioles, jusqu’ à 40 cm de long ; ovalesobovales, marge souvent résolutée. Fruits : nettement à trois angles (triquètre) très déprimés au sommet, 15 mm long tomenteux à l’extérieur, pileux à l’intérieur ; graines brun rouge, recouvertes entièrement par l’arille.

Distribution générale : Trinidad, Guyana, Nord Brésil (Rio Negro...).

Distribution aux Petites Antilles : Montserrat, Guadeloupe, Marie-Galante.

Matériel examiné : Non à P ; non vu sur le terrain.

Bibliographie : HOWARD 1989.

Cupania triquetra

Cupania triquetra A. Rich. In Sagra, Hist. Fis. Cub. Bot. 10 : 119 (1845).

Noms vernaculaires : Fr : Bois Chataîgnier, Caconnier rouge (Guadeloupe) ; aussi Bois Coq d’ Inde, Z’ yeux-crabes ; Z’ yeux-crabe, Maraquil (Dominique). A : Candlewood tree (Barbade).

Description : Arbre jusqu’ à 20m de haut, dépassant 30 cm de diamètre (Labithie-Babin, Guadeloupe). Pied : nombreuses petites pattes, 0,1 m de haut (diamètre 31 cm). Écorce : Aspect externe : brun à marron, vergetée verticalement orangé ; sublisse vagues épaississements horizontaux (en portions d’ anneaux transversaux). Écorce vivante : tranche externe rose, interne rose foncé ; passe à l’orange ou au brun chocolat ; fibreuse. Aubier : blanc à jaune très clair. Feuilles : alternes, imparipennées à folioles subopposées, tomenteuses, roux à la face inférieure et crénelées plutôt dans la moitié supérieure ; 5 à 8 folioles, 7 à 13 x 12 à 26 cm. Fleurs : blanches, petites, subsessiles, en panicules tomenteuses, dioïques ou polygames. Fruits : tomenteux roux à 3 angles nets plus larges que longs.

Note : il est difficile de distinguer les 2 espèces triquetra et americana sans les fruits. Phénologie : sempervirent. Fleurs en décembre-janvier. Fruits de mai à juillet (DUSS). Habitat : forêts sèches côtières, ou semi-décidues sur mornes calcaires, entre 10 et 250 m (la plus commune des 2 espèces ; C. americana est beaucoup plus rare). Tempérament : xéromésophile ; en sous-bois, à tendance sciaphile.

Distribution générale : Hispaniola (très rare) , Puerto Rico, Virgin Islands, République Dominicaine seulement, Petites Antilles, Trinidad.

Distribution aux Petites Antilles : Guadeloupe (Grande-Terre), Marie-Galante, Dominique, Ste-Lucie.

Matériel examiné : BT : QUESTEL 4055, Deshaies (P) ; BÉNA 1134, 1135, s.loc. (P). GT : ROLLET 229, 235, Grands- Fonds, Chazeau alt. 10-50 m (GUAD) ; peu abondant, Bois secs ravine Blondeau (Trois Rivières) ; Bord rivière Petite Plaine (Pointe Noire) ; Rivière Noire, près du Saut Constantin in DUSS ; Maison du Bois, Pointe Noire alt. 0 m planté ? (ROLLET) ; entre Labithie et place Babin, alt. 10 m. MG : commun dans les ravines (ROLLET). M : HAHN 638, Vallée St Pierre (P) ; ROLLET 1746, Terreville, 250 m (GUAD) ; vu au Morne Gardier, de 100 m au sommet 400 m (FIARD & ROLLET). B : vu à Turner’ s Hall, 200 m ; Hackleton Cliff, 100 m ; boqueteaux et ravines (ROLLET) ; non signalé par GOODING and al. qui semblent confondre l’espèce avec Cupania americana.

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1924 ; DUSS 1897 ; FIARD 1992** ; FOURNET 1978* ; GOODING 1965 ; HOWARD 1989 ; LIOGIER 1986 ; LWW 1974* .

Dodonaea viscosa

Dodonaea viscosa (L.) Jacq. Enum. Syst. Pl. Carib. : 19 (1760). Synonymes : Ptelea viscosa L. ; Dodonaea burmanniana DC.

Noms vernaculaires : Fr : Mange oseille (Guadeloupe) ; Olivier bord de mer (Martinique) ; Mangle (Désirade) ; Bois Guillaume (Désirade) ; Manglier petites feuilles (Haïti) (pour D. viscosa Jacq.) ; Pativier (Haïti) pour D. viscosa var. Angustifolia. E : Hop shrub (Barbade) ; Hopbush (Puerto Rico) ; Dog wood (Bahamas) ; Switch Sorrel (Jamaïque) ; Varnish-leaf (Floride). Esp : Gitaran (Puerto Rico) ; Guitaran (Puerto Rico).

Description : Arbuste ou petit arbre à allure fastigiée dépassant 6 m de haut et 10 cm de diamètre (Anguilla). Pied : pas de pattes. Écorce : Aspect externe : finement fissurée longitudinalement, anastomosée, noirâtre à marron foncé, rappelant Conocarpus d’ où le nom vernaculaire ; un peu soulevée en lanières, caduques. Rhytidome : marron, 5 mm, très finement et régulièrement feuilleté. Écorce vivante : 1 mm, jaune d’ or. Aubier : jaunâtre. Feuilles : alternes, spatulées, à toucher visqueux. LITTLE and al. (1974) pensent qu’ il faut distinguer 2 variétés par la taille des feuilles, jusqu’ à 10 cm ou jusqu’ à 5 cm de long, et celle des fruits, 2-2,5 cm ou 1 cm environ. La variété à grandes feuilles serait D. viscosa var. Arborescens (Hook. F.) Sherff ; la variété à petites feuilles et petits fruits serait D. ehrenbergii Schlecht. BRITTON et al (1924) les érigent en espèces distinctes : D. viscosa : grandes feuilles minces, très viscides, arbrisseau : D. ehrenbergii : petites feuilles chartacées, peu viscides, petit arbre. L’espèce récoltée dans les Petites Antilles semble plutôt se rapporter à cette dernière pour laquelle BRITTON et al. donnent la distribution : Floride, Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, St Croix, St Thomas, de St-Martin à Trinidad, Amérique tropicale et Vieux Monde. Barker et al. distinguent en Haïti P. viscosa et 3 variétés ; FOURNET parle seulement de «forme» à petites feuilles pour la Désirade. Fleurs : verdâtres en panicules terminales ou axillaires, bisexuées (HOWARD) mais cas de fleurs unisexées observé à la Désirade, pied femelle (BARRIER). Fruits : samaroïdes à 2 ou 3 ailes veinées, rougeâtres vineuses, papyracées, déhiscents en 2 ou 3 loges,

chacune à 2 graines. Phénologie : fleurs en avril-juin, aussi septembre-octobre (DUSS). Fruits en avril. Habitat : zone sèche, sur sable calcaire ou non ; très grégaire. Tempérament : xéro-héliophile.

Distribution générale : Espèce au sens large avec toutes ses variétés : Sud Floride, Sud Arizona, du Mexique à l’Argentine et l’Uruguay ; Grandes et Petites Antilles, Bahamas, Bermudes, Vieux Monde ; Pantropicale. Espèce très variable, d’ où différentes conceptions de l’espèce, de ses variétés et formes, selon les auteurs. BRIZICKY (1963) cité par TOMLINSON (1980) décrit au moins 5 espèces (formes ou variétés) pour la Floride. LIOGIER retient 3 variétés (arborescens, linearis, viscosa) pour Hispaniola (1986). Grande amplitude écologique de 0 m à plus de 2 600 m (Bolivie), à plus de 2 800 m (Equateur) in P.

Distribution aux Petites Antilles : Anguilla, St-Martin, St Eustache, Barbuda, Antigua, Grande-Terre, Désirade, Marie-Galante, Dominique, Martinique, Grenadines, Grenade.

Matériel examiné : Ag : 5 m, partie occidentale en fourrés de 3-4 m de haut (FIARD & ROLLET). SM : côtes sableuses (BOLDINGH). At : Wetherills Estate, 0-50 m ; Willikies, 0-50 m (DAVID & ROLLET). Ba : fourré épineux du plateau N.E. (DAVID & ROLLET). BT : STEHLÉ 5297, entre Deshaies et Pointe Noire (P) ; STEHLÉ 6070, Ste Anne Savane des Pétrifications (P) ; ROLLET 1511, Sud Port Louis, alt. 0 m (GUAD). GT : STEHLÉ 5912, Ste Anne (P) ; vu à 1 km Sud Port-Louis sur dune calcaire, bord de mer (ROLLET) ; Anse Bertrand (FOURNET). Dé : QUENTIN 1054 s.loc. (P) ; DUSS 288, Plateau (P) ; QUESTEL 4858, s.loc. (P) ; RODRIGUEZ 4281 s.loc. ; JÉRÉMIE 437, Ravine Cybèle, 50 m (P) ; PRIVAULT 284, Anse Mittou, bord de mer (P) ; STEHLÉ 2867, Ravine Cybèle, 10 m (P) ; vu au Chemin de la Montagne, plateau 200 m ; très commun ; Ravine Cybèle, 100 m (DAVID & ROLLET) ; assez abondant sur le plateau calcaire (DUSS) ; BARRIER 3306, falaise du Petit Tabac (GUAD) ; BARRIER 3295, plateau 100 m (GUAD) ; BARRIER 2915, chemin relais de Télévision (GUAD). MG : vu à Folle Anse (DUSS). M : HAHN 136, littoral Le Prêcheur (P) ; BÉLANGER 681, mare près Le Prêcheur (P) ; BÉLANGER 80, s.loc. (P) ; PLÉE s.n., morne du Carbet (P) ; STEHLÉ 6204, Bellefontaine ; STEHLÉ 6822, Carbet littoral, alt. 10 m (P) ; rare, Fond Canonville, abondant en bord de mer, Anse d’ Arlet et du Diamant (DUSS) ; plage de Grande-Terre à St Anne ; Baie Gros Raisin à la Caravelle ; La Trinité (FIARD) ; Trois-Ilets (FOURNET). B : non vu à Barbade (GOODING and al.) mais a été signalé par SCHOMBURGK.

Bibliographie : (*Iconographie) : BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; BRIZICKY 1963 ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FOURNET 1978* ; GOODING 1965 ; HOWARD 1989* ; HUGHES 1750 : LE GALLO & MONACHINO 1956 ; LIOGIER 1986* ; LWW 1974* ; QUESTEL 1941 ; SCHOMBURGK 1848 ; STOFFERS 1984 ; TOMLINSON 1980* .

Note : TOMLINSON représente la variété linearis, forme angustifolia qui n’a été rencontrée dans les Petites Antilles qu’ à Ste-Lucie (arbuste de 6 m, HOWARD 1989).

Exothea paniculata

Exothea paniculata (A. Juss) Radlk. ex Durand Index Gen. Phan. : 81 (1888). Basionyme : Melicocca paniculata A.L. Juss, Mém. Mus. Hist. Nat. 3 : 187, t.5 (1817). Synonymes : Hypelate paniculata (A.L. Juss), Cambess (1829) ; Exothea oblongifolia Macfac. (1837).

Noms vernaculaires : Fr : Bois mulet (Haïti). A : Ironwood, Butterbough (Puerto Rico) ; Wild ginep (Jamaïque) ; Inkwood (Floride). Esp : Gaita, Guacaran (Puerto Rico) ; Cuervo de buey (St Domingue).

Description : Arbre jusqu’ à 20 m de haut (HOWARD) dépassant 27 cm de diamètre (Morne Aca, Martinique). Pied : petites pattes à dos rond, décurrentes sur le tronc jusqu’ à 0,5 m de haut (diamètre 26 cm). Écorce : Épaisseur totale : 6 à 7 mm sur un diamètre de 21 à 26 cm. Aspect externe : gris verdâtre à marron, rugueuse par les gerçures verticales. Rhytidome : caduc en écailles laissant des guillochures en cercles concentriques ; aspect loqueteux. Écorce vivante : blanchis carmin à orangé, homogène, fibreuse, à odeur de pharmacie (camphre, baume bengué) ; section transversale : rayons fins subvisibles ; dans toute la section le phloème rose est rempli de tirets carmin foncé, en piles entres les rayons. Aubier : jaune d’ or. Rameaux : très cassants à feuillage dense ; la sève noircit en séchant (TOMLINSON). Feuilles : uni- ou bifoliolées, ou 3-4 jusqu’ à 6 folioles lancéolées ou elliptiques, obovales, inégales à la base ; pétiole court, 2 mm (lignes pellucides ?), 3 à 6 x 7 à 15 cm ; rachis non ailé (différence avec Inga et Meliococcus). Sur les jeunes plants, les feuilles sont plus grandes. Fleurs : petites, blanches, odorantes, dioïques ou polygames en panicules terminales aussi ou plus longues que les feuilles. Fruits : drupes noires ou violettes, rondes, 6-10 mm, 1 graine. Phénologie : sempervirent. Fleurs en mai, septembre ; toute l’année d’ après FOURNET. Habitat : forêt semi-décidue et sèche entre 50 et 400 m, côtière ou de l’intérieur des terres, tous terrains calcaires ou volcaniques ; rare sur calcaire (Antilles néerlandaises, STOFFERS). Tempérament : xéro-mésophile ; semihéliophile ?.

Usages : Bois très dur, grain fin, beau poli, lourd (d = 0,96) ; pilots (résistant aux tarets) ; aussi bardeaux d’ après SARGENT cité par FAWCETT et al. ; BRITTON et al. ajoutent : bois brun rouge, ébénisterie, manches.

Distribution générale : Floride, Florida, Keys, Bahamas, Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Mexique, Guatemala, Belize. STOFFERS signale l’espèce aux Antilles néerlandaises sans préciser les îles (1984).

Distribution aux Petites Antilles : St Eustache, Grande-Terre, Désirade, Martinique, St Vincent. Matériel examiné : Dé : une station citée par Grisebach, mais ni DUSS ni STEHLÉ ne la mentionnent ; BARRIER 2938, plateau au Nord, 200 m ; BARRIER 3277, 3279, ravines de la côte nord (GUAD) ; vu dans les ravines Maître Pierre, 100 m et de la Rivière, 200 m (DAVID & ROLLET). M : ROLLET 517, Morne Aca, 250 m (GUAD) ; ROLLET 1624, Morne Gardier, 300 et 400 m (GUAD).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FIARD 1992** ; FOURNET 1978* ; HOWARD 1989* ; LIOGIER 1986* ; LWW 1974* ; STOFFERS 1984 ; TOMLINSON 1980* .

Hypelate trifoliata

Hypelate trifoliata Sw. Prodr. : 61 (1788).

Noms vernaculaires : Fr : Chandelle marron (Haïti) ; aussi Gallipeau (Haïti). A : White inkwood (Puerto Rico) ; White ironwood (Bahamas, Floride). Esp : Melocho (Puerto Rico).

Description : Arbre jusqu’ à 13 m de haut et 50 cm de diamètre ; le plus souvent beaucoup plus petit (6 m et 10 cm de diamètre à Puerto Rico, à Anguilla). Écorce : Épaisseur totale : 3-4 mm sur un diamètre de 10 à 12 cm (fourche). Aspect externe : gris cendré, sublisse. Écorce vivante : tranche humide, cassante, 3 mm, aspect flammé grumeleux ; zone interne jaune fibreuse. Rameaux : grêles ; ramification sympodiale. Feuilles : trifoliolées, à long pétiole, 1 à 5 cm de long ; folioles oblancéolées, 2 à5 cm de long, entières, mates dessous, sessiles, apex arrondi ; feuilles groupées en rosettes. Fleurs : inflorescence axillaires grêles, pauciflores ; monoïques, blanc à blanc verdâtre. Fruits : baies à 1 graine ; rouge-noirâtre. Phénologie : sempervirent. Fleurs en avrilmai. Habitat : zones sèches, rare, entre 0 et 200 m calcicole. Tempérament : xérophile, héliophile ? Usages : Bois jaunâtre brun foncé, lourd (d = 0,95), dur, durable (BRITTON et al.) ; manches, clôtures. Fruits probablement disséminés par les oiseaux (TOMLINSON).

Distribution générale : Sud Floride, Florida Keys, Bahamas, Cayman, Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Mexique ? (in Anon, 1893). Commun dans les fourrés sur calcaire aride entre 0 et 400 m en Jamaïque (ADAMS) ; rare dans toute l’île de Hispaniola (LIOGIER).

Distribution aux Petites Antilles : Anguilla, St-Martin, Désirade, St Vincent (Anon, 1893).

Matériel examiné : Ag : ROLLET 2059, partie occidentale, 10 m (GUAD). SM : Simson Bay (BOLDINGH) ; Basses Terres (LE GALLO) in STOFFERS. Dé : BARRIER.

Bibliographie : (*Iconographie) : Anon 1893 ; ADAMS 1972 ; BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FOURNET 1978* ; HOWARD 1989* ; LIOGIER 1986* ; LWW 1974* ; STOFFERS 1984 ; TOMLINSON 1980* .

Meliococcus bijugatus

Meliococcus bijugatus Jacq. Enum. Syst. Pl : 19 (1760).

Noms vernaculaires : Fr : Kenettier, Kenepier (Guadeloupe) ; Kénettier (Martinique) ; Quenette ; Chenet ; Quenet (Dominique) ; Chenet (Trinidad) ; Quénépé (Haïti). A : Kinep, Ginep, Spanish lime, Jamaica bullace plum, Kanappy (Puerto Rico) ; Genip tree (Jamaïque) ; Ackee tree (Barbade) ; Chennet (Ste-Lucie). Esp : Quenepa, Mamon.

Description : Arbre jusqu’à 25 m de haut et 1,7 m de diamètre (BRITTON et al.) ; 30 m et 1,2 m de diamètre in MARSHALL. Pied : grosses pattes à dos rond. Écorce : Épaisseur totale : 10-11 mm sur un diamètre de 70 cm. Aspect externe : gris fer, sublisse à lisse (sauf au pied). Rhytidome : caduc en plaques irrégulières, petites, plus ou moins rectangulaires. Écorce vivante : blanchis orange-carmin très grumeleux ; section transversale : partie externe rosée grossièrement feuilletée par les bandelettes de sclérenchyme en chicane, tangentielles passant au jaune orange vers l’intérieur ; la partie mince qui touche l’aubier est blanc jaunâtre. Aubier : blanc à jaune d’or ; rayons subvisibles ; parenchyme circummédullaire en bandes fines ondulées ; marron sur fond jaune, régulièrement espacées. Feuilles : alternes, composées imparipennées, 2 à 4 paires de folioles sessiles, lancéolées, inégales, les plus grandes au sommet, 3 à 4,5 x 5 à 13 cm ; rachis ailé ou non ; très ailé sur les plantules. Fleurs : inflorescences en panicules, dioïques, mais aussi monoïques en partie. Fruits : ronds, 3 cm de diamètre, 1 graine ronde, noire ; arille blanc jaunâtre. Phénologie : sempervirent. Fleurs en avril, mai, juin. Fruits de juin à août, graines disséminées par les oiseaux et les chauve-souris (MARSHALL). Habitat : forêt sèche littorale ou semi-décidue. Partout entre 0 et 350 m ; ne semble pas exister spontanément en forêt aujourd’hui ; la forêt mésophile dont il est originaire a disparu. Tempérament : mi-héliophile ; tolère un couvert assez fermé. Plantule : Type VII. Le fruit reste au sol. L’axe aérien produit une série d’ écailles alternes (6-7), puis des feuilles alternes composées. Ces feuilles sont caractérisées par un rachis ailé muni d’ un appendice linéaire à son extrémité distale, entre les insertions des deux dernières folioles. Les premières feuilles sont à deux folioles, légèrement dissymétriques à la base. « L’aile » du rachis, c’est-à-dire son expansion laminarisée latérale, est fréquemment échancrée de façon symétrique. Les folioles additionnelles n’apparaissent qu’ à partir de la 3ème ou la 5ème. Des feuilles réduites s’intercalent parfois entre la dernière écaille et la première feuille bifoliolée.

Usages : Bois gris jaunâtre, assez dur (d = 0,64). Feuillage utilisé comme fourrage de famine (QUESTEL, 1951). Ornemental ; mellifère. Le fruit est repellent pour les Yenhen, Ceratopogoniadae (Sandlies) Jagan. L’arille du fruit est comestible, acidulée, astringente, agréable. Arbre de chas SE : fruits dispersés par les oiseaux et chauve-souris. Médicinal : rhumes, grippe, fièvre, gargarismes (OLUGBALA).

Distribution générale : Originaire de Colombie, Vénézuéla, Guyane ; largement planté et naturalisé ailleurs, aux Bahamas, à Cuba, en Amérique centrale et du Sud ; introduit en Asie (LW) et en Afrique (STOFFERS) ; semblerait spontané à Trinidad.

Distribution aux Petites Antilles : Dans presque toutes les îles, sauf peut-être à Anguilla, St Kitts, Nevis, Montserrat, Terre-de-Haut, St Vincent, Grenadines et Grenade.

Matériel examiné : SM : vu au Pic Paradis, 300 m (FIARD & ROLLET) ; Saba : The Bottom (BOLDINGH). SB : QUESTEL 493, çà et là dans toute l’île naturalisé (P) ; vu aux environs de Gustavia et base Morne Grand Fond

100-200 m (FIARD & ROLLET). SE : vu à la base de pentes (BOLDINGH, Suringar, STOFFERS). At : vu à Boggy Peak, 300-350 m ; Sugar Loaf, 50 m ; Darkwood, 0 m (DAVID & ROLLET). BT : FOURNET 4391, Vieux-Habitants (P) ; FOURNET 4600, Baie Mahault, arrière mangrove (P) ; DUSS 223, planté ville de Basse-Terre (P) ; ROLLET 1215, Monts Caraïbes, 200 m (GUAD) ; vu à Rivière du Plessis, 700 m (ROLLET). GT : vu dans les Grands-Fonds, fréquent dans les mornes calcaires (naturalisé ?) de Grande-Terre, 0 à 100 m ; Anse à l’eau ; Anse Patate près du Moule. Dé : vu en bas de pente côte NW (DAVID & ROLLET). MG : vu entre St Louis et Vieux-Fort et çà et là dans les ravines (ROLLET). St : RODRIGUEZ 4071, Terre de Bas (P). M : HAHN 1031, Forêt de Case Pilote (P) ; HAHN 1441, Case Pilote (P). B : (GOODING and al.) : SCHOMBURGK pense que l’espèce a été introduite de Jamaïque et de Guyane ; naturalisé çà et là : Coffee Gully ; vu à Hackleton Cliff, 100 m (ROLLET).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON & WILSON 1924 ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926 ; FOUQUÉ 1972 ; FOURNET 1978* ; GOODING 1965 ; HOWARD 1989* ; HOYOS 1983* ; JACQUIN 1763* ; Pl. 72 1781** , Pl. 109 ; JAGAN 1971 ; LIOGIER 1986* ; LW 1964* ; MARSHALL 1939 ; NICHOLSON 1979 ; OLUGBALA ( ?) ; QUESTEL 1941, 1951 ; STOFFERS 1984 ; TWINING 1849** ; Illustr. Nat. Ord. Plants, vol. 1, Pl.18.

Sapindus saponaria

Sapindus saponaria L. Sp. Pl. 1 : 367 (1753).

Synonymes : Sapindus forsythii DC. (1824) ; Sapindus inaequalis DC. (1824).

Noms vernaculaires : Caraïbes : Tulisi (hommes) ; Luluru (femmes). Fr : Savonnette, Savonnier, bois mousseux (Guadeloupe) ; Savonettier (Martinique) ; Savonette pays, Graine conique, Bois savonette (Haïti). A : Soap berry (Antigua) ; Soap seed (Dominique) ; soap-berry tree (Jamaïque) ; soapseed (Trinidad) ; Soap berry tree ; Black nicker tree (Barbade) ; Wingleaf soapberry (Puerto Rico) ; Soapberry, Soaptree (Puerto Rico) ; Soapberry (Antigua). Esp : Jaboncillo (Puerto Rico) (litt. : petit savon).

Description : Arbre jusqu’ à 20 m de haut, 30 cm de diamètre et plus ; jusqu’ à 24 m et 90 cm de diamètre à Trinidad (MARSHALL), souvent plus petit. Feuilles : alternes, composées paripennées, 4 à 6 folioles lancéolées, inégales à la base ; rachis ailé ; asymétrique au sommet avec un appendice en ergot. Fleurs : en grandes panicules terminales, monoïques ; tendance à être dioïques (TOMLINSON) ; fleurs petites, blanchâtres. Fruits : drupes à consistance de cuir, 1 à 2 cm de diamètre, brunes, avec 1 ou 2 lobes à la base, à 1 graine noire, luisante, entourée d’ un mésocarpe mince, collant, toxique. Phénologie : sempervirent. Fleurs en janvier- février. Fruits en juin-juillet. Graines disséminées par les oiseaux et les chauve-souris (MARSHALL). Habitat : occasionnel sur calcaire plutôt sec entre 0 et 900 m en Jamaïque (ADAMS). Est devenu rare dans les Petites Antilles par surexploitation ; souvent planté près des maisons. Tempérament : mi-héliophile (MARSHALL).

Usages : Bois brun clair (d = 0,8) (BRITTON et al.), charpente, poteaux. Utilisation par les Caraïbes. Médicinal : décoction de l’écorce contre la dysenterie ; fruit écrasé pour empoisonner les poissons ; colliers, savons, insecticides (NICHOLSON, HODGE & TAYLOR). Le fruit contient 30 % de saponine ; Rosaires « rosaries », hémorragies (BRETON, rapporté par NICHOLSON) ; mellifère.

Distribution générale : Floride, Bahamas, Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Trinidad, Margarita, Curaçao, Amérique tropicale et subtropicale, du Mexique, Costa Rica, Vénézuéla, Equateur, Pérou, Brésil, Argentine, au Paraguay. Originaire du Nouveau Monde, introduit dans le Vieux Monde. Cuba, Hispaniola, Puerto Rico (rare en République Dominicaine, plus fréquent en Haïti, LIOGIER), Virgin Islands, Brésil.

Distribution aux Petites Antilles : St-Barthélemy, St Eustache, St Kitts, Montserrat, Barbuda, Antigua, Guadeloupe, Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Grenadines, Grenade.

Matériel examiné : SB : vu au Morne de Vittet (LE GALLO). At : in BEARD (1949, p. 162). BT : GRÉBERT 76, 77, Vieux-Habitants, 200 m (P) ; BÉNA 1113, s.loc. (P) ; Rivière de Petite Plaine, Pointe Noire (DUSS). GT : Abymes, Le Moule, entre 0 et 300 m (DUSS). D : CHAMBERS 2512, Macoucheri River entre St Joseph et Salisbury (P). M : un gros sujet cultivé, Lycée Schoelcher à Fort-de-France ; St Pierre, Fort-de-France, Lamentin (DUSS) ; très rare, a presque été éradiqué : un gros sujet vu par FORREST en forêt naturelle près de Fort-de-France (Morne Césaire, 400 m d’ altitude). SV : in Anon, 1893. B : peut-être indigène ; aujourd’ hui, seulement cultivé (GOODING and al.). Gs : Cannouan (cultures abandonnées, planté ?) in HOWARD, 1952. Gr : EGGERS 6416, marécage La Pointe (P).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : ALLEN 1957* ; Anon 1893 ; BARKER & DARDEAU 1930 ; BEARD 1944, 1949 ; BRETON 1665 ; BRITTON 1908* ; BRITTON & WILSON 1924 ; DESCOURTILZ 1821-1830* vol. 4 Pl. 261 ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FOURNET 1978* ; GOODING 1965 ; HODGE & TAYLOR 1957 ; HOWARD 1952, 1989* ; HOYOS 1983** ; HUGHES 1750 ; LE GALLO & MONACHINO 1956 ; LIOGIER 1986* ; MARSHALL 1939 ; MARTIUS 1900* Vol 13 (3) Pl 309 ; NICHOLSON 1979 ; PENNINGTON & SARUKHAN 1968 ; TOMLINSON 1980* .

Paullinia cf. vespertilio

Paullinia cf. vespertilio

Liane.

Plantule : Type IX. Les cotylédons enfermés dans un tégument lisse et luisant demeurent au sol. Ils se séparent pour laisser l’épicotyle se développer, et se détachent de la plantule rapidement. Deux premières feuilles opposées précèdent des feuilles alternes. Ces feuilles sont toutes dentées et stipulées. La plantule est pubescente, surtout au niveau des noeuds, des parties jeunes de l’axe, et sur les pétioles. Des poils recouvrent aussi les marges foliaires et les nervures, particulièrement aux faces inférieures.

Blighia sapida

Blighia sapida König.

Noms vernaculaires : Fr. : Ris-de-veau (Martinique) ; Cervelle végétale ; E. Akee tree (Jamaïque, Puerto Rico) ; Esp : Seso vegetal.

Origines : Afrique tropicale de l’Ouest (Guinée). Sempervirent. Fleurs, fruits irrégulièrement dans l’année. Arbre jusqu’ à 30 m, feuilles paripennées, 6-8 folioles obovales émarginées ou non, rachis à onglet terminal ; inflorescences en panicules.

Description : Fleurs odorantes ; fruits : capsule charnue, 7-10 cm de long vaguement à 3 angles, déhiscente en 3 valves, 3 graines noires. Arille blanc comestible bouilli ou frit, toxique si le fruit n’est pas frais. Très cultivé en Jamaïque, Ste-Lucie (Castries, fruits en octobre-novembre).

Bibliographie-Iconographie : LWW, 486-487, Pl. ; FOURNET 1113 ; DUSS 122 ; BRITTON & WILSON 5 (4) : 530 (1924) ; FAWCETT & RENDLE 5 (3) : 57 (1926) ; HOYOS 306-307, Fr. Coul. (1983).

Litchi sinensis

Litchi sinensis Sonn. Synonymes : Nephelium litchi Camb.

Noms vernaculaires : Letchi, litchi.

Origines : Sud de la Chine. Introduit en Guadeloupe vers 1850-1860 et en 1826 à Fort-de-France par Belenger. Cultivé dans les jardins. Fleurit irrégulièrement (janvier, février) ; reproduit par marcotte.

Matayba arborescens

Matayba arborescens (Aubl.) Radlk.

Origines : Amérique tropicale continentale ; cultivé çà et là.

Nephelium lappaceum

Nephelium lappaceum L.

Noms vernaculaires : Ramboutan. Origines : Asie du Sud-Est.

Nephelium longana

Nephelium longana (Lam.) Carm. = Euphoria longana Steud.

Noms vernaculaires : Longane, Oeil de dragon.

Origines : Sud de la Chine, Indochine. Fruits comestibles : on doit les protéger par des petits paniers contre les chauve-souris qui en sont avides.