Rhizophora mangle (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Cassipourea guianensis
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Rosaceae
Planche 195 : RHIZOPHORACEAE. I. Rhizophora mangle. A. Rameau fleuri. B, C. Fruit. D. Plantule (détails). E. Écorce (coupe transversale).
tranche

[703]

Rhizophora mangle L. Sp. Pl. 1 : 443 (1753).

Noms vernaculaires : Créole : Mang wouj (Ste-Lucie). Fr : Palétuvier rouge, Mangle rouge, Mangle chandelle (Guadeloupe, Martinique) ; Manglier, Mangle noir (Guadeloupe) ; Manglier rouge (Haïti). A : Mangrove, Red mangrove (U.S.A.) ; Black mangrove (Guyana) ; Red mangrove (Barbade, Trinidad, Ste-Lucie).

Description : Arbre de 2-8 m de haut, atteignant 24 m et 80 cm de diamètre à Trinidad (MARSHALL), de taille plus modeste dans les Petites Antilles (40 cm). Pied : racines aériennes en arceaux jusqu’à 2,5 m de haut (diamètre 33 cm), la base du fût s’amincissant en cône étroit renversé. Écorce : épaisseur totale 6-7 mm sur un diamètre de 33 cm. Aspect externe : gris fer vergeté noirâtre à brunâtre ; rugueuse à gerçures dures coupantes sur les gros diamètres. Lenticelles transversales ou en files transversales sinueuses. Rhytidome : non caduc. Écorce vivante : tranche jaunâtre, puis largement rose, puis carmin, enfin jaune d’or, fibro-grumeleuse ; section transversale : partie externe (zone des rayons confluents orange clair homogène) ; partie intermédiaire : rayons orange progressivement élargis en entonnoir, séparant des secteurs de phloème carmin (avec des rayons secondaires rose-orange clair) ; zone interne carmin. Secrétion collante peu abondante. Feuilles : opposées, elliptiques, en coin à la base, à peine acuminées ; 5-15 × 3-6 cm, épaisses, un peu charnues ; nombreux points noirs à la face inférieure. Fleurs : groupées par 2 paires ; jaunes. Fruits : germe sur l’arbre (plantule vivipare) : développement de cotylédons tubulaires externes enserrant la plumule ; la partie visible pendante est l’hypocotyle qui atteint jusqu’à 35 cm de long. Phénologie : sempervirent. Fleurs et fruits toute l’année surtout juin-juillet (fleurs) et août-septembre (fruits) de l’année suivante (TOMLINSON). Habitat : mangrove ; disséminé par la marée et les courants marins. Tempérament : germe sur l’arbre ; la plantule une fois au sol peut attendre dans l’ombre ; mais doit plutôt être considéré comme héliophile, pouvant constituer des gaulis et perchis purs.

Usages : Excellent bois de chauffage ; poteaux et pilots ; bois brun lourd (d = 1,16) en vert ; exceptionnellement aux Antilles sert pour membrures, construction de bateaux (normalement en Tabebuia heterophylla) ; bois fissile (tonnellerie) ; huîtres fameuses à Carriacou, Grenadines (HOWARD), citant Mitchell. Écorce : riche en tanin, extrait autrefois pour la tannerie (22 % dans l’écorce sèche) et pour teindre les filets ; médicinal : écorce râpée comme antidote contre les piqûres de raies et de poissons, blessures de flèche, morsures de serpent et d’araignée (NICHOLSON) ; aussi fébrifuge. Bois assez résistant aux champignons, mais attaqué par les termites (BROOKS et al.).

Distribution générale : Bermudes, Floride, Florida Keys, toutes les Antilles. Sur les 2 côtes de l’Amérique tropicale ; Galapagos, Polynésie. Trinidad ; Afrique de l’Ouest.

Distribution aux Petites Antilles : Toutes les îles principales des Petites Antilles, sauf peut-être Barthélemy, Saba, Nevis, Terre-de-Bas, Désirade, Dominique ; devenu rare et relictuel à Ste-Lucie, St Vincent, Barbade, Grenade.

Matériel examiné (récolté) et observations (non récolté) : SM : Simson Bay (STOFFERS). At : Willikies ; base Mount Thomas (DAVID & ROLLET). BT : ROLLET 2, ROUSTEAU 93, Canal Perrin (GUAD) ; ROLLET 1433, pont de la Gabare, Pointe-à-Pitre (GUAD). Cours inférieur rivière du Vieux-Fort ; très commun en bordure du Grand Cul de Sac marin ; petits mangroves relictuelles ; côte S.E. Basse-Terre ; çà et là et rare en côte sous le vent (ROLLET). GT : reliques côte Sud (ROLLET) ; Moule ; côte W entre Port-Louis et


[705]

Abymes (JÉRÉMIE). MG : RAYNAL-ROQUES & JÉRÉMIE 21131, Folle Anse (P). Arrière plage du Massacre (ROLLET). M : ROLLET 554, Pointe Bruntz, Caravelle (GUAD). Baie de Fort-de-France et petites poches sur les côtes SW, S et SE SL : Mankote near Hewanorra Airport (V. SLANE) ; Fond d’Or Bay, 2 km N Dennery (ROLLET). B : Constitution River (petite tache relictuelle) (GOODING) ; ne reste plus qu’à Graeme Hall swamp (CARRINGTON). Gs : Carriacou, Union, Bequia, Mustique, Tobago Cays (HOWARD 1952), rare.

Bibliographie : (*Iconographie ; **couleur). ALLEN* 1956 ; BARKER & DARDEAU 1930 ; BRITTON 1908*, 1918* ; BRITTON & WILSON 1925 ; BROOK et al. 1941 ; CARRINGTON 1993 ; CHANTEUR 1981 ; DESCOURTILZ 1821** ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1926* ; FOURNET 1976**, 1978* ; GOODING 1965 ; HOWARD 1952, 1989* ; HOYOS** 1983 ; HUGHES 1750 ; JACQUIN** 1780 ; LITTLE & WADSWORTH* 1964 ; MARSHALL 1939 ; MARTIUS* 1876 ; MITCHELL* 1948 Nat. Geogr. Maz 93 (5) ; NICHOLSON 1979 ; PENNINGTON & SARUKHAN* 1968 ; RECORD & HESS* 1949 ; SARGENT 1893* ; STOFFERS 1979 ; TOMLINSON 1980*, 1986* ; très nombreuses références iconographiques in Index Londinensis 1929.

Note : Rhizophora harrisonii Leechman qui existe à Trinidad (MARSHALL) ne semble pas avoir encore été trouvé dans les Petites Antilles. Se distingue de R. mangle par ses inflorescences en racèmes à nombreuses fleurs.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 1-5-(25)-28-(31)-35-47-50-52-55-56-66-68 (Voir la signification des codes)
  • Bois parfait brun rose légèrement violacé, parfois avec des veines plus sombres, différencié de l’aubier, à grain fin, à maille moyenne bien visible (environ 2 mm de hauteur), dur et lourd (0,95-1,10 g/cm3).
  • Pores disséminés, en majorité isolés, quelques uns accolés radialement par 2 ou 3, au nombre de 15 à 30 par mm2, non distincts à l’œil nu (60 à 90 μm de diamètre). Perforations des éléments vasculaires en grille avec 3 à 8 barreaux ; ponctuations intervasculaires scalariformes.
  • Parenchyme limité à quelques rares cellules juxtavasculaires.
  • Rayons 3-4-(6)-sériés au nombre de 6 à 8 par mm, de structure hétérogène : mélange de cellules couchées peu allongées et de cellules carrées. Ponctuations radiovasculaires grosses et allongées, presque scalariformes. Cristaux fréquents.
  • Fibres à ponctuations fines, apparemment simples.