Psychotria berteroana (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Palicourea riparia
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Psychotria mapourioides
Planche 209 : Rubiaceae. XV. Psychotria berteriana. A. Rameau fleuri. B. Plantule. C. Écorce (coupe transversale). XVI. Psychotria nutans. D. Feuille.

[732]

Psychotria berteroana DC. Prodr. 4 : 515 (1830). [sic : Psychotria berteriana]

Synonymes : Psychotria platyphylla DC. (1830) ; Psychotria berteroana sensu Adams (1972).

Noms vernaculaires : Fr : Café marron grand bois (Guadeloupe) ; Petit café marron (Martinique).

Description : Petit arbre atteignant 10 m de haut et 12 cm de diamètre ; le cœur devient mou sur les plus gros diamètres. Pied : pas de pattes. Rameaux : noueux paraissant articulés, canaliculés. Feuilles : opposées-décussées, aspect jaune verdâtre, gaufrées, très lancéolées acuminées ; face supérieure un peu scabre, 11-23 × 5-8 cm ; stipules triangulaires équilatérales, 6-12 mm de long ; pétiole canaliculé. Fleurs : jaune verdâtre ; inflorescences en panicule, jusqu’à 20 cm de long. Fruits : bleu-noir, globuleux, 3-4 mm de diamètre, côtelés, à 2 graines. Phénologie : sempervirent. Fleurs et fruits pratiquement tout au long de l’année. Habitat : très commun en sous-bois des forêts denses et d’altitude, de 150 m à 950-1000 m ; aussi en forêt semi-décidue et dans les fourrés de sommet. Tempérament : héliophile. Plantule : Type II. La teinte jaunâtre de la plantule est diagnostique. Les cotylédons longuement pétiolés, montrent une nervation palmée. Les stipules étroites, tombent précocement. Au nœud cotylédonaire s’observent deux « stipules » tronquées. L’établissement de cette espèce nécessite l’éclairement élevé des grands chablis et des lisières de forêt.

Usages : Arbre de chasse.

Distribution générale : Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Petites Antilles ; Trinidad, Colombie ; Amérique centrale (Nicaragua, Costa Rica, Panama), Brésil (Roraima).

Distribution aux Petites Antilles : Saba, St Kitts, Nevis, Montserrat, Guadeloupe, Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Grenadines et Grenade.

Matériel examiné : BT : BARRIER 2341, Soufrière (GUAD) ; BARRIER 2375, Trace des Contrebandiers (GUAD) ; BARRIER 2419, Trace des Crêtes (GUAD) ; BÉNA s.n., Sofaia (P) ; BÉNA 2779, Bains Jaunes, 950 m (P) ; HUC 1078, Forêt de Choisy (GUAD) ; JÉRÉMIE 112, sommet Morne Louis, 740 m (P) ; JÉRÉMIE 432, Belle Hôtesse, 650 m (P) ; JÉRÉMIE 1933, Bains Jaunes, 800-900 m (P) ; LE GALLO 3016, Grand Étang, 420 m (P) ; QUENTIN 733, Soufrière, 600 m (P) ; QUESTEL 2024, St Claude (P) ; QUESTEL 2285, Bains Jaunes (P) ; QUESTEL 4071, Vernou (P) ; QUESTEL 4543, Sofaia (P) ; QUESTEL 4716, Bois Sergent (P) ; RODRIGUEZ 2767, Bains Jaunes, 800 m (P) ; RODRIGUEZ 4253, Sofaia (P) ; RODRIGUEZ 4569, Bains Jaunes, 800 m (P) ; ROLLET 91, Soufrière, 700 m (GUAD) ; ROLLET 270, Trace des Crêtes, 530-650 m (GUAD) ; ROLLET 778, au-dessus Beausoleil, Soufrière, 750 m (GUAD) ; ROLLET 868, Forêt Sarcelle, 150 m (GUAD) ; ROLLET 918, près sommet Mamelle Petit-Bourg, 700 m (GUAD) ; ROLLET 1219, Trace Victor Hugues, côté Matouba, 1000 m (GUAD) ; ROUSTEAU 46, Trace des Crêtes (GUAD) ; SASTRE 1933, Bains Jaunes, 800-900 m (P) ; STEHLÉ 180,Bains Jaunes (P) ; STEHLÉ 384, Grand-Étang, 500 m (P) ; STEHLÉ 1392, Bains Jaunes (P) ; STEHLÉ 1957, Dugommier, 780 m (P) ; STEHLÉ 2779, Bains Jaunes, 950 m (P) ; STEHLÉ 8069, Duclos à Mamelles, 700 m (P). D : NICOLSON and al. citent 22 spécimens. M : BÉLANGER 138, Pitons Fort-de-France (P) ; BÉLANGER 400, s.loc. (P) ; HAHN 359, Alma (P) ; HAHN 808, Pelée (P) ; ROLLET 1558, Anse Couleuvre, 750 m vers Mont Conil (GUAD) ; STEHLÉ 5572, Deux Choux, 720 m (P) ; STEHLÉ 5860, Piton du Carbet, 1100 m (P). SV : HUC 1168, King’s Hill, 100 m (GUAD).

Observations : S : ravines près de Hellsgate (STOFFERS). SK : pentes Sud South Range, 400-450 m (FIARD & ROLLET). BT : Maison de la Forêt, 250 m ; Morne Mazeau, 500 m (ROLLET). Gs : Bequia (HOWARD 1952).

Bibliographie : (*Iconographie). BEARD 1944 ; BRITTON & WILSON 1925 ; DUSS 1897 ; FAWCETT & RENDLE 1936 ; FOURNET* 1978 ; HOWARD 1952, 1989 ; LITTLE and al.* 1974 ; NICOLSON and al. 1991 ; STOFFERS 1984.

Anatomie du bois

Psychotria mapourioides : coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)

Psychotria mapourioides, Psychotria berteroana :

  • Bois parfait beige rose à brun violacé, différencié de l’aubier couleur crème (plutôt jaune à l’état frais), à grain fin, tendre et léger (0,40-0,50 g/cm3).
  • Pores disséminés, isolés ou accolés radialement par 2 à 4, au nombre de 20 à 30 par mm2, non distincts à l’œil nu (diamètre moyen de 50-60 μm). Perforations des éléments vasculaires uniques, exceptionnellement en réseau ; ponctuations intervasculaires ornées, d’environ 6 μm de diamètre.
  • Parenchyme absent.
  • Rayons de 2 tailles, les uns 1-sériés composés de cellules très dressées, les autres 3- à 5-sériés avec des cellules carrées au centre et des cellules dressées en bordure et aux extrémités. En section transversale on compte 10 à 13 rayons dont 2 à 4 multisériés. Ponctuations radiovasculaires identiques en taille aux intervasculaires. Présence de raphides.
  • Fibres cloisonnées, à ponctuations aréolées.