Pouteria multiflora (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Pouteria dussiana
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Pouteria pallida
Planche 228 : SAPOTACEAE. V. Pouteria multiflora. A. Rameau fleuri. B. Rameau fructifié. C, D. Fruit (détails). E. Plantule. F. Écorce (coupe transversale).

[776]

Pouteria multiflora (A. DC.) Eyma Rec. Trav. Bot. Néerl. 33 : 164 (1936).

Basionyme : Lucuma multiflora A. DC., in DC., Prodr. 8 : 168 (1844).

Synonymes : Radlkoferella multiflora (A. DC.) Pierre (1890) ; Lucuma martinicensis Pierre (1904) ; Pouteria martinicensis (Pierre) STEHLÉ (1943).

Noms vernaculaires : Créole : Pennepis (Ste-Lucie). Fr : Pain d’épice (Guadeloupe, Dominique, Martinique, Trinidad) ; Pomme pain. A : Choky-apple (St Kitts, Nevis) ; Penny piece (Dominique, St Vincent, Grenade, Trinidad) ; aussi Ste-Lucie ; Bully tree, Savannah bully-tree (Jamaica). Esp : Jacana (Puerto Rico)

Description : Il règne une certaine confusion dans la définition de l’espèce, reflétée par le nom vernaculaire (Pain d’épice, Penny Piece) qui recouvre certainement au moins 3 espèces en particulier en Martinique (P. dussiana, P. hahniana, P. martinicensis). Pierre avait distingué 2 espèces en Guadeloupe et en Martinique. Grand arbre jusqu’à 30 m de haut et 1 m de diamètre (St Vincent : Fenton Moutain ; Martinique : Rivière des Galets). Pied : pattes décurrentes, tronc un peu cannelé. Écorce : épaisseur totale 7 mm pour un diamètre de 57 cm. Aspect externe : marron, fissurée longitudinalement. Rhytidome : fragile en petites écailles caduques ; grattée : tombe en poussière ; section marron avec tiretés blancs. Écorce vivante : section transversale rose parsemée de petits massifs carmin en tiretés ; latex peu abondant. Aubier : jaune clair, coeur brun rougeâtre. Feuilles : en rosette, alternes, entières, de 12-20(-40) × 5-9(-12) cm, oblongues à obovales, épaisses à consistance de cuir, assez coriaces, sans acumen, glabres ; bourgeon noir, conique, surbaissé ; nervures peu nombreuses, saillantes. Fleurs : fascicules axillaires de 2-7 fleurs blanches, à longs pédicelles floraux (14 mm) ; calice à 4 sépales, corolle généralement à 6 pétales. Fruits : baies ovoïdes, de 4-6 cm de long, apiculées, orange ; une graine elliptique, brune, brillante, de 2,5-3,5 cm de long, dans une pulpe de couleur jaune d’œuf, farineuse (rarement 2-3 graines). Phénologie : sempervirent. Fleurs en octobre-janvier et mai-juin-juillet. Fruits en janvier-mars, mûrit presque toute l’année (LITTLE & WADSWORTH). Habitat : assez commun en forêt dense entre 30 et 700 m ; existe seulement dans les îles de l’arc interne (volcanique). Tempérament : hygro-sciaphile : semble aimer les fonds de vallées, souvent avec Sloanea dentata.

Usages : Bois pour construction, meubles, pilots, ponts (d = 0,74), très dur, grain fin, très durable. Arbre d’ombrage, cultivé pour les fruits. Fruits à pulpe farineuse, comestible mais insipide (FOUQUÉ), vendu cependant sur les marchés à Trinidad (MARSHALL).

Distribution générale : Hispaniola (Républicaine dominicaine) ; commun sur calcaires (ADAMS), Jamaïque, Puerto Rico, Virgin Islands, Petites Antilles, Trinidad, Colombia, Vénézuéla.

Distribution aux Petites Antilles : Saba, St Eustache, St Kitts, Nevis, Montserrat, Basse-Terre, Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Grenade.

Matériel examiné : BT : DUSS 161, Houëlmont (P) ; DUSS 2916, Morne Rouge, 350-650 m (P) ; RODRIGUEZ 3264, Trois Rivières (P) ; STEHLÉ 2992, Ste Rose (P). D : NICOLSON and al. citent 2 spécimens : RAMAGE s.n., LAYOU et NICOLSON 4172, Syndicate Estate. M : BÉLANGER 965, s.loc. (P) ; DUSS 258, Trois Ilets (P) ; DUSS 257, s.loc. (P) ; HAHN 139, Case Pilote (P) ; HAHN 1359, vallée St Pierre (P). SL : HUC 1337, Castries waterworks Reserve, 200 m (GUAD) ; Ramage s.n., s.loc. (P). SV : HERBERT & SMITH 472, s.loc., 150 m (P) ; HUC 1170, King’ s Hill, 150 m (GUAD) ; ROLLET 495, Cumberland Valley vers Spring Village (GUAD). Gr : HART 5412, Botanical Garden (planté) (P).

Observations : SK : pente Sud South Range, 200-550 m (FIARD & ROLLET). BT : Monts Caraïbes, Hauteurs de


[778]

Bouillante, Pigeon, Pointe Noire, Gommier, Bains Jaunes, entre 300 et 700 m (DUSS, FOURNET) ; Maison de la Forêt, 350 m (ROLLET). M : Rivière Le Lorrain vers Morne Platine, 200-400 m ; Absalon, 300 m ; Plateau Concorde, 600 m ; Morne Rose, 550 m (FIARD & ROLLET) ; Rivière des Galets, 220 m (FIARD). SL : Gros Piton, 450 m (VERNA SLANE) ; Chassin, 200-300 m (HUC & ROLLET) ; Quilesse, 450 m (FIARD & ROLLET). SV : Hermitage, 250 m ; Fenton Mountain, sud de Mayorca, 300-400 m ; Vermont Trail, 400- 450 m (ROLLET).

Bibliographie : (*Iconographie, **couleur) : ADAMS 1972 ; AUBRÉVILLE 1962 Adansonia 2 : 184- 185 ; BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1925 ; FOUQUÉ 1972 ; FOURNET 1978 ; GRANDMAISON & col 1987** ; HOWARD 1989 ; LITTLE & WADSWORTH 1964* ; MARSHALL 1939 ; NICOLSON and al. 1991.

Note : Les espèces Pouteria hahniana (Pierre) Stehlé et Pouteria martinicensis (Pierre) Stehlé sont rejetées par HOWARD. La première, commune à la Martinique (ex. : route de la Trace, 600 m) a des feuilles à limbe convexe en forme d’énorme cuiller ; la seconde (ex. : Grand Rivière à Anse Céon vers Trois Bras) a des fruits et graines plus petits que P. multiflora et P. dussiana ; le hile surtout est distinct, 3 mm au sommet, 7 mm à la base, plus étroit que chez P. multiflora et P. dussiana.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)

Pouteria multiflora, Pouteria pallida, Pouteria sapota, Pouteria semecarpifolia :

  • Bois parfait brun rose terne à brun rougeâtre (celui de P. sapota est beige rosé), peu différencié de l’aubier gris beige rosé, grain fin, maille imperceptible, très dur et très lourd, de 0,90 à 1,15 g/cm3 (de 0,60 à 0,85 g/cm3 pour P. sapota).
  • Pores tendant à former de courtes files radiales, isolés ou accolés radialement par 2 à 4-(8), au nombre de 6 à 12 par mm2, difficilement perceptibles à l’œil nu (diamètre de 100-130 μm), souvent obstrués par des thylles. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de 7 à 9 μm.
  • Parenchyme en lignes tangentielles finement sinueuses, 5 ou 6 par mm dans P. pallida et P. semecarpifolia, plutôt en courtes chaînettes rassemblées en lignes (P. multiflora) ou en fines chaînettes nombreuses et irrégulièrement espacées (P. sapota). Files de cellules composées de 8 à 14 éléments contenant parfois un corpuscule siliceux.
  • Rayons 1- ou 1-2- ou 2-sériés, au nombre de 12 à 15 par mm, de structure hétérogène : 1-sériés composés de cellules carrées et dressées, 2-sériés avec des cellules couchées au centre et 2 à 10 rangées de cellules carrées et dressées aux extrêmités. Ponctuations radiovasculaires grosses, rondes à étirées. Corpuscules siliceux, fins à gros, toujours présents et abondants.
  • Fibres à ponctuations simples.