Phrynium pubinerve

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Phrynium rheedei)
Aller à : navigation, rechercher

Phrynium pubinerve Blume

alt=Description de l'image Phrynium pubinerve.jpg.
Ordre Zingiberales
Famille Marantaceae
Genre Phrynium

2n =

Origine :

sauvage et cultivé

Français
Anglais


Résumé des usages
  • les feuilles servent pour emballer des aliments pour la cuisson
  • les feuilles servent à couvrir les toits
  • médicinal


Description

  • plante herbacée rhizomateuse de 2 à 3 mètres de haut
  • 3 ou 4 feuilles engainées à la base ; pétiole cylindrique de 40 à 120 cm limbe de 40 à 70 cm de long et jusqu’à 25 cm de large, aigües au sommet, arrondies à la base
  • inflorescence semblant axillaire sur le pétiole de la feuille calinaire à mi-hauteur, en boule hérissée
  • nombreuses petites bractées blanchâtres axillant chacune une petite fleur jaunâtre
  • fruit rouge à graines grises

Noms populaires

français
anglais
lao ຕອງຈິງ - tong tying "feuille véritable" (Vilayleck)
Indonésie
  • gangkrik (Java), patat leweng (îles Sunda) (Mansfeld)
  • angkrik (javanais), patat, patat daun, patat leweng (sundanais) (Ochse, P. pubinerve)
  • angkrik, ketjandrif, kokrok, lepongan (javanais), patat, patat limpung, patat lipung (sundanais) (Ochse, P. capitatum)

En lao, on a un mot unique pour dire « feuille servant d’emballage », le mot tong ; il y a plusieurs de ces feuilles au Laos, dont tong tying.

Classification

Phrynium pubinerve Blume (1827)

synonymes :

  • Phrynium rheedei Suresh & Nicolson (1986)
  • Phrynium capitatum Willd. (1797), nom. illeg.
  • Phrynium ovatum (L.) Druce (1914), nom. illeg.

Cultivars

Histoire

La famille des Marantacées compte une trentaine de genre et à peu près cinq cent espèces dont la plupart sont américaines, souvent introduites dans les jardins tropicaux pour leur feuillage décoratif. Le genre Phrynium est asiatique, on le trouve dans les zones de forêt humides jusqu’à 600 mètres d’altitude, de l’Inde jusqu’aux Philippines. Au Laos il est très courant dans les forêts du nord où il a été souvent décrit par les botanistes qui ont répertorié tantôt une dizaine d’espèces, tantôt seulement 4 ou 5, les autres étant des synonymes. Le nom Phrynium vient du grec phrynos qui signifie « crapaud », sans doute à cause de l’habitat boueux de la plante ; quant au qualificatif pubinerve, il indique des « nervures duveteuses ».

Usages

Gastronomie

Les feuilles sont requises comme emballage des gâteaux spéciaux pour le nouvel an chinois et le têt (Vilayleck, com. pers.)

Artisanat

Plusieurs plantes de ce genre étaient très utilisées autrefois, elles servaient en particulier de toiture, en saison des pluies, pour les charrettes et les pirogues, remplacées aujourd’hui par les sacs de riz usagés. Dans les villages d’altitude du nord Laos, lorsque l’on n’a pas de feuilles de Dipterocarpacées ou que celles de l’herbe à paillotte sont trop éloignées, on les emploie comme tuiles pour les habitations.

Médecine

Phrynium pubinerve est une plante médicinale appréciée dans les problèmes de peau ; les feuilles réduites en poudre et préparées en emplâtre sont appliquées sur les œdèmes. Chez les Hmong une décoction des racines est donnée en cas de gueule-de-bois, les lendemains de fêtes trop arrosées.

Références

  • Anderson, Edward F., 1993, Plants and people of the golden triangle. Ethnobotany of the Hill Tribes of Northern Thailand. Oregon, Dioscorides Press.
  • Clausager, Karen & Borchsenius, Finn, 2003. The Marantaceae of Sabah, Northern Borneo. Kew Bulletin, 58 (3): 647-678. sur JSTOR, DOI: 10.2307/4111147
  • Newman, Mark (Royal Botanic Garden Edinburgh) ; Sounthone Ketphanh, Forestry Research Centre, National Agriculture and Forestry Research Institute, Laos ; Bouakhaykhone Svengsuksa, Department of Biology,Faculty of Science, National University of Laos ; Philip Thomas, Royal Botanic Garden Edinburgh ; Khamphone Sengdala, Forestry Research Centre, National Agriculture and Forestry Research Institute, Laos ; Vichith Lamxay, Department of Biology, Faculty of Science, National University of Laos ; Kate Armstrong, Royal Botanic Garden Edinburgh. A Checklist of the Vascular Plants of Lao PDR.
  • Ochse, J. J. & Bakhuizen van den Brink, R. C., 1931. Vegetables of the Dutch East Indies (edible tubers, bulbs, rhizomes and spices included). English edition of "Indische Groenten". Dept. Landbouw, Nijverheid en Handel, Buitenzorg. 1005 p. (Reprint A. Asher & Co., Amsterdam 1980).

Liens