Panicum turgidum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Céréale / légume sec Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg


Panicum turgidum Forssk.


Protologue: Fl. aegypt.-arab. : 18 (1775).
Famille: Poaceae (Gramineae)
Nombre de chromosomes: 2n = 18, 36, 54

Noms vernaculaires

  • Desert grass, turgid panic grass (En).

Origine et répartition géographique

Panicum turgidum est réparti depuis la Mauritanie et le Sénégal jusqu’au Soudan, à l’Ethiopie, à l’Erythrée et à la Somalie, en passant par le Sahara et le Sahel. On le trouve aussi dans tout le nord de l’Afrique et en Asie occidentale jusqu’au Pakistan et en Inde.

Usages

Panicum turgidum fait partie des “kreb”, groupe de graminées que l’on trouve dans la zone sahélienne et qui sont récoltées dans la nature pour être consommées de façon régulière mais surtout en période de disette. Autrefois, les grains de Panicum turgidum étaient récoltés en grandes quantités, alors qu’aujourd’hui cette pratique est assez rare. On transforme surtout les grains en bouillie. Ils peuvent également être écrasés et consommés ainsi sans aucune forme de préparation (“tebik”).

A Djibouti, on consomme les jeunes pousses qui seraient sucrées. A l’état vert, Panicum turgidum est consommé par tout le bétail ; une fois sec, uniquement par les chameaux et les ânes. Les tiges servent à couvrir les toits de chaume et à fabriquer des nattes, des paniers et des cordes. Les Tamacheks du Niger utilisent la paille tissée comme trame, l’entrelaçant de fins fils de cuir en guise de chaîne, pour en faire des nattes qui ne peuvent être roulées que dans un sens. Les nattes de Panicum turgidum ont été utilisées comme linceuls. Au Sahara, les chaumes servent de combustible. La cendre de la plante est mâchée en mélange avec du tabac, et dans le sud de l’Algérie, la poudre de tiges moulues sert de pansement. En Mauritanie, on prête aux grains des propriétés antidiabétiques. Panicum turgidum a quelquefois été utilisé pour la fixation des dunes en zones arides.

Propriétés

L’appétissance des feuilles de Panicum turgidum est faible, mais suffisante pour les chameaux et les ânes, et lorsqu’elles sont jeunes, pour les moutons et les chèvres. A en croire les bouviers du Niger, le lait commence à dégager une odeur fétide 2–3 jours après que les vaches ont pâturé Panicum turgidum. Au battage, les grains se séparent des glumes tout en restant vêtus de la paléole et de la lemme résistantes.

Description

  • Graminée vivace fortement ramifiée, glauque, formant de grosses touffes arrondies atteignant 1,5(–2) m de haut et de large, avec un gros rhizome et un système racinaire fibreux atteignant 2 m de profondeur et s’étalant latéralement jusqu’à 3,5 m ; tige (chaume) érigée ou ascendante, ligneuse, formant des racines sur les nœuds.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; limbe linéaire-lancéolé, jusqu’à 20(–30) cm × 7 mm, souvent beaucoup plus court que la gaine, plat, replié ou enroulé, rigide et épineux.
  • Inflorescence : panicule modérément ramifiée, pyramidale, de 2,5–15(–30) cm × 5–9 cm, lâche, rameaux primaires distants, devenant étalés.
  • Epillet ovoïde, de 3,5–4,5(–5) mm de long, aigu ou acuminé, gonflé, glabre, s’échancrant souvent à l’anthèse, à 2 fleurs ; glumes largement ovales, aiguës à acuminées, la glume inférieure légèrement plus courte que l’épillet, 5–9-nervée, la glume supérieure 7–9-nervée ; fleur inférieure mâle, à lemme 9–11-nervée, à paléole bien développée ; fleur supérieure bisexuée, à lemme pâle ou jaunâtre, lisse, brillante ; étamines 3 ; ovaire supère, à 2 stigmates.
  • Fruit : caryopse (grain) d’environ 2 mm de long, rougeâtre.

Autres données botaniques

Le genre Panicum comprend environ 470 espèces, réparties essentiellement dans les régions tropicales et subtropicales, quelques espèces s’étendant jusqu’aux régions tempérées.

La reproduction naturelle de Panicum turgidum se fait essentiellement de manière végétative par stolons. En zones sèches, les bourgeons dormants s’ouvrent rapidement dès le début de la saison des pluies, et les plantes demeurent vertes pendant une très longue période, la floraison intervenant vers la fin de la saison des pluies et en début de saison sèche. Les graines de Panicum turgidum mûrissent à des moments différents qui s’échelonnent sur une longue période, elles s’égrènent facilement et sont souvent mangées par les oiseaux. Panicum turgidum a une photosynthèse en C4.

Ecologie

Panicum turgidum est très xérophile, et pousse dans des régions où les précipitations annuelles sont de 200–250 mm, ou parfois moins encore. On le trouve jusqu’à 3200 m d’altitude, dans les déserts et semi-déserts sablonneux, sur les dunes et en bordure de mer, de même que dans des poches sablonneuses sur les affleurements rocheux. Panicum turgidum est une plante importante des déserts arabo-sahariens qui retient le sable et forme ainsi des monticules, et se trouve parfois en peuplements presque purs. Au Soudan, il est dominant sur des sols où les criquets pondent leurs œufs, et sert de nourriture aux jeunes insectes. Panicum turgidum tolère les sols salins.

Gestion

Panicum turgidum n’est pas cultivé en tant que céréale, mais récolté dans la nature. Il est parfois protégé du pâturage jusqu’à la fin de la récolte des grains, par ex. dans le sud de l’Algérie et dans le nord du Mali. Les panicules sont frappées avec un bâton pour en faire tomber les grains. Au Niger, on les frotte entre les mains. Panicum turgidum peut être multiplié par graines ou par éclats de rhizome. Les graines ne germent pas en dessous de 15°C et doivent être semées en surface. La germination est optimale à 25–35°C. Le repiquage de plants est possible.

Ressources génétiques

Une collection de 42 entrées de Panicum turgidum est détenue à l’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI), Addis Abeba, Ethiopie. C’est essentiellement au Proche-Orient que l’on trouve des types à fort rendement en grains. Grâce à l’étendue de sa répartition et à son abondance, Panicum turgidum n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Panicum turgidum a beaucoup de valeur en tant que graminée résistante à la sécheresse utile pour fixer le sable et en alimentation humaine et animale. Il est recommandé d’échantillonner la variabilité existante et d’utiliser les ressources génétiques récoltées dans un programme de sélection pour mettre au point des cultivars supérieurs. Il faut disposer de plus d’informations sur les caractéristiques nutritionnelles du grain.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Harlan, J.R., 1989. Wild grass seed harvesting in the Sahara and sub Sahara of Africa. In: Harris, D.R. & Hillman, G.C. (Editors). Foraging and farming: the evolution of plant exploitation. Unwin Hyman, London, United Kingdom. pp. 79–98.
  • Kernick, M.D., 1992. The ecological amplitude and performance of the desert grass Panicum turgidum. In: Chapman, G.P. (Editor). Desertified grasslands: their biology and management. Papers presented at an International Symposium organized by the Linnean Society of London and Wye College, University of London, held at the Linnean Society’s Rooms, London, 27, 28 February and 1 March 1991. Linnean Society Symposium Series No 13. Academic Press, London, United Kingdom. pp. 111–126.
  • Phillips, S., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 7. Poaceae (Gramineae). The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. 420 pp.
  • Williams, J.T. & Farias, R.M., 1972. Utilization and taxonomy of the desert grass Panicum turgidum. Economic Botany 26(1): 13–20.

Autres références

  • Ahmad, R., Ismail, S., Bodla, M.A. & Chaudhry, M.R., 1994. Potentials for cultivation of halophytic crops on saline wastelands and sandy deserts in Pakistan to overcome feed gap for grazing animals. In: Squires, V.R. & Ayoub, A.T. (Editors). Halophytes as a resource for livestock and for rehabilitation of degraded lands. Proceedings of the international workshop on halophytes for reclamation of saline wastelands and as a resource for livestock problems and prospects, Nairobi, Kenya, 22–27 November 1993. Kluwer, Dordrecht, Netherlands. pp. 223–230.
  • Bogdan, A.V., 1977. Tropical pasture and fodder plants (grasses and legumes). Longman, London, United Kingdom. 475 pp.
  • Clayton, W.D., 1972. Gramineae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, part 2. pp. 277–574.
  • Cope, T.A., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 4. Angiospermae (Hydrocharitaceae-Pandanaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 148–270.
  • Hanelt, P. & Institute of Plant Genetics and Crop Plant Research (Editors), 2001. Mansfeld’s encyclopedia of agricultural and horticultural crops (except ornamentals). 1st English edition. Springer Verlag, Berlin, Germany. 3645 pp.
  • Haroun, S.A., 2000. Altitudinal effects on cytogenetics and breeding of Panicum turgidum Forssk. Cytologia 65(3): 225–230.
  • Kernick, M.D., 1978. Indigenous arid and semi-arid forage plants of North Africa, the Near and Middle East. Technical data. Ecological management of arid and semi-arid rangelands in Africa and the Near and Middle East (EMASAR - Phase 2). Volume 4. FAO, Rome, Italy. 689 pp.
  • Kiambi, D., 1999. Assessment of the status of agrobiodiversity in Djibouti: a contribution to the National Biodiversity Strategy and Action Plan. Draft report. IPGRI, Nairobi, Kenya. 61 pp.
  • Naegele, A.F.G., 1977. Plantes fourragères spontanées d’Afrique tropicale seche: données techniques. Aménagement écologique des pâturages arides et semi arides d’Afrique, du Proche et du Moyen Orient (EMASAR phase 2). Volume 3. FAO, Rome, Italy. 510 pp.
  • National Research Council, 1996. Lost crops of Africa. Volume 1: grains. National Academy Press, Washington D.C., United States. 383 pp.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Brink, M., 2006. Panicum turgidum Forssk. In: Brink, M. & Belay, G. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 23 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.