Oryza longistaminata (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Céréale / légume sec Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Oryza longistaminata A.Chev. & Roehr.


Protologue: Compt. Rend. Acad. Sci., sér. 2, Mec. Phys. Chim. Sci. Univers. Sci. Terre. 159 : 561 (1914).
Famille: Poaceae (Gramineae)
Nombre de chromosomes: 2n = 24

Synonymes

  • Oryza barthii auct. non A.Chev.

Noms vernaculaires

  • Riz sauvage vivace, riz vivace (Fr).
  • Wild rice, red rice (En).

Origine et répartition géographique

Oryza longistaminata est réparti dans toute l’Afrique tropicale (y compris Madagascar) ; on le trouve aussi en Afrique du Sud.

Usages

Les grains d’Oryza longistaminata sont parfois consommés et vendus sur les marchés locaux. Ils servent d’aliment en cas de famine, par ex. au Soudan et en Ethiopie. Les peuplements denses assurent une bonne pâture au bétail. La paille sert à recouvrir les toits des maisons.

Description

  • Graminée vivace robuste, atteignant 2,5 m de haut, à longs rhizomes rampants et ramifiés ; tige (chaume) jusqu’à 2,5 cm ou plus de diamètre, érigée ou ascendante, avec des racines aériennes sur les nœuds inférieurs, glabre.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; gaine spongieuse, vert pâle à brunâtre, lisse, glabre ; ligule de (1–)1,5–5,5 cm de long, aiguë, souvent fendue à partir du milieu ; limbe linéaire, de 10–45(–75) cm × 0,5–1,5(–2,5) cm, acuminé, vert clair à vert foncé, glabre, lisse ou légèrement rugueux sur la face inférieure, légèrement rugueux sur la face supérieure.
  • Inflorescence : panicule terminale de 16–40 cm × 2,5–8 cm, dense, érigée ou légèrement retombante, avec des rameaux obliquement ascendants à presque érigés.
  • Epillet asymétriquement elliptique-oblong, de 7–12(–15) mm de long (sans l’arête), caduc, vert pâle à brunâtre, comportant 3 fleurs mais les 2 fleurs inférieures réduites à des lemmes stériles de ( 2–)2,5–4(–4,5) mm de long ; glumes réduites à un rebord membraneux ; lemme de la fleur fertile légèrement plus courte que l’épillet, carénée, coriace, poilue, avec une arête rose ou violette, plutôt mince de (2,5–)4–7,5(–8) cm de long ; paléole légèrement plus courte que la lemme et beaucoup plus étroite, aiguë ou se rétrécissant en pointe ; lodicules 2 ; étamines 6 ; ovaire supère, avec 2 stigmates plumeux de couleur noirâtre.
  • Fruit : caryopse (grain) oblong de 7,5–8,5 mm de long, glabre, marron clair, lustré.

Autres données botaniques

Le genre Oryza comprend environ 20 espèces sauvages réparties dans toutes les régions tropicales et subtropicales, et 2 espèces cultivées, Oryza sativa L. et Oryza glaberrima Steud. Oryza longistaminata est classé dans la série Sativae, avec Oryza sativa, Oryza glaberrima et Oryza barthii A.Chev.

Oryza longistaminata se distingue des autres espèces sauvages d’Oryza par sa ligule très longue et pointue. Oryza longistaminata est partiellement auto-incompatible et allogame. Souvent, peu de graines sont formées et la reproduction naturelle se fait par les rhizomes.

Ecologie

On trouve Oryza longistaminata en eau profonde ou peu profonde, dans des marigots, des mares, des marécages, des plaines inondées et en bordure des rivières, jusqu’à 1800 m d’altitude. Il apparaît souvent en peuplements purs. Oryza longistaminata est une adventice nuisible en riziculture inondée ; car il empêche le riz cultivé de pousser et forme des hybrides avec lui. Il peut aussi faire office de réservoir pour d’importantes maladies et ravageurs du riz, comme la bactériose des feuilles (Xanthomonas oryzae pv. oryzae).

Gestion

Oryza longistaminata est essentiellement récolté dans la nature et n’est que rarement cultivé. Les grains s’égrènent facilement, et on récolte habituellement les panicules juste avant leur maturité, ou bien on secoue celles qui sont mûres au-dessus d’un panier ou d’une calebasse. Les longues arêtes scabres n’incitent guère à toucher les panicules.

Ressources génétiques

La production de graines d’Oryza longistaminata étant très faible, la conservation in situ est recommandée. Oryza longistaminata est considéré comme une source de gènes de résistance à de nombreuses maladies qui affectent l’espèce cultivée Oryza sativa. La résistance à la bactériose des feuilles a été transférée avec succès. Oryza longistaminata est une plante hôte du virus de la marbrure jaune du riz (RYMV), maladie importante d’Oryza sativa en Afrique, mais en général Oryza longistaminata y est moins sensible, et certaines entrées sont résistantes. Oryza longistaminata est une source potentielle de gènes pour la mise au point de types vivaces d’Oryza sativa, qui assureraient une couverture du sol permanente et réduiraient l’érosion.

Perspectives

Oryza longistaminata sert d’aliment de secours pendant les périodes de disette, mais c’est aussi une adventice nuisible d’Oryza sativa. Le plus grand potentiel d’Oryza longistaminata réside probablement dans l’amélioration génétique d’Oryza sativa en tant que source de gènes conférant des résistances aux maladies et un caractère vivace.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Engels, J.M.M., Hawkes, J.G. & Worede, M. (Editors), 1991. Plant genetic resources of Ethiopia. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom. 383 pp.
  • Hanelt, P. & Institute of Plant Genetics and Crop Plant Research (Editors), 2001. Mansfeld’s encyclopedia of agricultural and horticultural crops (except ornamentals). 1st English edition. Springer Verlag, Berlin, Germany. 3645 pp.
  • Launert, E., 1971. Gramineae (Bambuseae - Pappophoreae). In: Fernandes, A., Launert, E. & Wild, H. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 10, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. 152 pp.
  • National Research Council, 1996. Lost crops of Africa. Volume 1: grains. National Academy Press, Washington D.C., United States. 383 pp.

Autres références

  • Abo, M.E., Sy, A.A. & Alegbejo, M.D., 1998. Rice yellow mottle virus (RYMV) in Africa: evolution, distribution, economic significance on sustainable rice production and management strategies. Journal of Sustainable Agriculture 11(2–3): 85–111.
  • Akromah, R., 1987. Rice germplasm resources in Ghana. Plant Genetic Resources Newsletter 72: 41–42.
  • Clayton, W.D., 1970. Gramineae (part 1). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 176 pp.
  • Clayton, W.D., 1972. Gramineae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, part 2. pp. 277–574.
  • Gibbs Russell, G.E., Watson, L., Koekemoer, M., Smook, L., Barker, N.P., Anderson, H.M. & Dallwitz, M.J., 1990. Grasses of Southern Africa: an identification manual with keys, descriptions, distributions, classification and automated identification and information retrieval from computerized data. Memoirs of the Botanical Survey of South Africa No 58. National Botanic Gardens / Botanical Research Institute, Pretoria, South Africa. 437 pp.
  • Lu, B.R., 1999. Taxonomy of the genus Oryza (Poaceae): historical perspective and current status. International Rice Research Notes 24: 4–8.
  • Phillips, S., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 7. Poaceae (Gramineae). The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. 420 pp.
  • Sacks, E.J., Roxas, J.P. & Sta Cruz, M.T., 2003. Developing perennial upland rice 2: field performance of S1 families from an intermated Oryza sativa/O. longistaminata population. Crop Science 43(1): 129–134.
  • Smith, C.W. & Dilday, R.H., 2003. Rice: origin, history, technology, and production. John Wiley & Sons, Hoboken, New Jersey, United States. 642 pp.
  • Vaughan, D.A. & Chang, T.-T., 1992. In situ conservation of rice genetic resources. Economic Botany 46(4): 368–383.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Brink, M., 2006. Oryza longistaminata A.Chev. & Roehr. In: Brink, M. & Belay, G. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 21 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.